La langue française

Nielle

Définitions du mot « nielle »

Trésor de la Langue Française informatisé

NIELLE1, subst. fém.

BOT. ,,Plante herbacée de la famille des Cariophyllacées, appelée aussi parfois nigelle [dont les] graines vénéneuses, (...) moulues avec celle du blé, altèrent les qualités de la farine`` (Fén. 1970). Nielle des champs. Michel Sagar (...) attribue l'origine de la maladie [la fièvre aphteuse] à l'ingestion de certains fourrages et notamment de la nielle (Nocard, Leclainche, Mal. microb. animaux, 1896, p.321).La présence dans la farine d'ergot de seigle, de lathyrus sativus a pu être l'origine d'accidents graves d'ergotisme (...). On a incriminé aussi l'ivraie et la nielle des blés (Macaigne, Précis hyg., 1911, p.251).
Prononc. et Orth.: [njεl]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. a) Fin xies. judéo-fr. neele «plante à graines noires et toxiques, qui pousse souvent dans les blés» (Raschi, Gl., éd. A. Darmesteter et S. Blondheim, t.1, 737); b) xiies. niele (Simha ben Samuel de Vitry-en-Perthois ds G. Schliessinger, Die altfranzösischen Wörter im Machsor Vitry, Mayence, 1899, 159, p.74). Du b. lat. nigella «id.», fém. substantivé du lat. nigellus «noirâtre», dér. dimin. de niger «noir». La forme b représente une réfection de a d'apr. l'étymon latin.

NIELLE2, subst. fém.

A. − AGRON., BOT.
1. Maladie des céréales et notamment du blé, d'origine cryptogamique, qui convertit l'épi en une poussière noirâtre. Synon. charbon, carie.Jamais je ne me suis moqué de mon curé, lorsqu'il menaçoit ses paroissiens de la grêle ou de la nielle, parce qu'ils n'avoient pas payé la dîme (J. de Maistre, Soirées St-Pétersb., t.1, 1821, p.267).
2. Maladie du blé qui convertit le grain en une masse blanche, qui serait due à l'influence des brouillards. S'il ne pleut pas en juin, les blés prendront le blanc. Craignez la nielle (Hugo, Travaill. mer, 1866, p.69).
B. − P. anal., MAR. ,,Sorte de fermentation qui s'attache aux toiles à voile et les détériore`` (Bonn.-Paris 1859).
Prononc. et Orth. V. nielle1. Étymol. et Hist. 1538 (Est., s.v. robigo). De nielle1* p. compar. de la couleur noire des grains de blé niellés avec celle des graines de la plante.

NIELLE3, subst. masc.

A. − ORFÈVR. ,,Incrustation sur métal précieux d'un émail noir, composé d'argent, de cuivre, de plomb, de borax et de soufre, une addition de sel d'amoniac, qui est cuit au feu`` (Bég. Estampe 1977); p. méton., émail noir dont on se sert pour cette décoration. Marquer en nielles de l'argenterie, de la vaisselle plate (Ac. 1935). Les anciens émailleurs (...) se servaient d'un or plus solide et plus facile à employer dans l'exécution des nielles qui sont toujours tracées d'une main sûre avec une grande habileté (A. Meyer, Art émail Limoges, 1895, p.28).Des oeuvres finement ciselées où les nielles, les émaux et les ivoires rehaussent la beauté du métal (Grandjean, Orfèvr. XIXes., 1962, p.86).
P. méton. ,,Épreuve au soufre que l'on tire d'une gravure qui n'est pas encore remplie par l'émail afin de pouvoir corriger celle-ci`` (Bég., loc. cit.).
B. − P. anal. Ornement exécuté sur métaux précieux et offrant l'aspect d'incrustations noires sur fond clair, ou réciproquement (d'apr. Adeline, Lex. termes art, 1884).
Prononc. et Orth.: [njεl]. Att. ds Ac. dep. 1835 comme subst. masc. L'emploi fém. se rencontre: v. ex. A. Meyer, loc. cit. Étymol. et Hist. 1826 (Duchesne, Essai sur les nielles [titre], cité ds DG, s.v. nielleur). Déverbal de nieller2*.

Wiktionnaire

Nom commun 1

nielle \njɛl\ féminin

  1. (Botanique) Adventice culturale, de la famille des Caryophyllacées, en raréfaction.
    • Je veux simplement examiner la toxicité de certaines graines étrangères qui se trouvent mélangées à l'avoine en proportion parfois importante et auxquelles on attribue des propriétés toxiques : l’ivraie enivrante et la nielle. — (Recueil de médecine vétérinaire, 1940, vol.116, page 13)
    • La nielle des blés.
  2. (Botanique) (Vieilli) Nigelle (Nigella arvensis).
    • Les herbes qu’on redoute le plus ſont ; 1°, la Nigelle, qu’on nomme la Nielle (Nigella arvensis cornuta, Pin) ; parce que sa graine étant noire, & à peu près de la grosseur du froment, elle ressemble un peu au blé niellé ; elle se sépare difficilement du bon grain, & elle noircit le pain. — (Duhamel du Monceau, Éléments d’agriculture, 1762)

Nom commun 2

nielle \njɛl\ féminin

  1. (Phytopathologie) (Vieilli) Nom de différentes maladies des céréales causées soit par l’anguillule du blé niellé, ver de la nielle du blé Anguina tritici (Steinbuch, 1799), soit par un champignon microscopique, le charbon nu du blé (Ustilago tritici).
    • La nielle est une espèce de brouillard qui s’élève souvent dans le temps des chaleurs, & qui tombe sur les bleds lorsqu’ils sont en lait, & les brûle ordinairement si le soleil paroît tout d’un coup […] La nielle proprement dite, détruit entièrement le germe et affecte tout le pied […] L’autre espèce de nielle improprement dite, s’appelle bosse ou charbon. — (« L’Agronome ou Dictionnaire portatif du cultivateur », Rouen, 1787)
    • La rouille et le charbon ou nielle ne se montrent guère que dans les années pluvieuses et sur les récoltes ensemencées trop tard ; l’ergot du seigle est très-rare. — (Louis Graves, Précis statistique sur le canton d'Auneuil, arrondissement de Beauvais (Oise), Beauvais : chez Achille Desjardins, 1831, p.80)
    1. (Agriculture) (Vieilli) (Par analogie) Nom donné autrefois aux maladies cryptogamiques des cucurbitacées.
      • Plusieurs de nos collègues ont attribué cet accident à la nuille ou nielle, maladie produite par un temps pluvieux ou des brouillards froids et humides. — (M. Jacquin aîné, Sur la culture du Melon, ses variations et ses maladies, Journal de la Société nationale d'horticulture de France, Paris, 1838)
      • On peut dire qu’en général ces melons sont plus délicats que les autres, et ont besoin d’être mieux soignés. Il faut surtout les garantir de l’humidité, car ils sont très-sujets à la nielle ou nuille. — (M. Jacquin aîné, Monographie complète du melon, Rousselon libraire-éditeur, Paris, 1832.)

Nom commun 3

nielle \njɛl\ masculin

  1. Incrustation décorative d’un sulfure d’argent noir dans les gravures d’un métal précieux.
    • Les parties planes sont formées d’incrustations relevées de hachures noires comme les nielles sur métaux ; l’arabesque et le caprice n’ont jamais été plus loin. — (Théophile Gautier, Voyage en Espagne, Charpentier, 1859)
    • Bien d’ autres merveilles sont encore à découvrir dans ce fabuleux musée, comme les bijoux fatimides, [...] vibrants manifestes d’une incroyable virtuosité technique dans les arts du filigrane, de la granulation et du nielle... — (Éléonore Fournié, Le Musée d’Israël fête ses cinquante ans, in Archéologia n° 535, septembre 2015)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

NIELLE. n. f.
T. de Botanique. Nom vulgaire de la nigelle.

Littré (1872-1877)

NIELLE (ni-è-l') s. f.
  • Plante qui croît dans les blés, et dont la semence est noire.

    Sous le nom de nielle des blés on a confondu le nigella arvensis, L., renonculacées, et l'agroslemma githago, L., caryophyllées, toutes deux à graines noires.

    Nielle a encore été employé comme synonyme de nigelle, genre de renonculacées, et l'on a appelé nielle de Virginie, le mélanthe de Virginie, Legoarant

HISTORIQUE

XVIe s. La mesnagere envoiera le bled au moulin, après l'avoir fait nettoier de toutes ordures, de nielle, de vesce, d'yvroie, de pierres de gravois, de poussiere, De Serres, 281. … Prendre par le nez de la niele, dite poivrete, trempée en vinaigre, et poudre de pirete pour faire esternuer, De Serres, 895.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

1. NIELLE. Ajoutez : - ÉTYM. Le bas-lat. a niela dans un texte du Xe siècle, Boucherie, Rev des langues romanes, t. VI, p. 459. C'est un romanisme. On voit que dès lors le g avait disparu de la forme primitive nigella.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

NIELLE, s. f. nigella, (Hist. nat. Bot.) genre de plante à fleur en rose, & composée de plusieurs pétales disposés en rond. Cette fleur a une sorte de couronne placée entre les pétales & les étamines, & formée par des corps en forme de cornes. Le pistil sort du milieu de la fleur & devient dans la suite un fruit membraneux, arrondi ou oblong. Ce fruit est divisé en plusieurs cornes à sa partie supérieure, & il n’a qu’une seule capsule qui renferme des semences. Tournefort, Inst. rei herb. Voyez Plante.

M. Tournefort compte douze especes de ce genre de plante, tant sauvages que cultivées.

La nielle sauvage commune, nigella arvensis, cornuta, I. R. H. 258, a une petite racine fibreuse & blanchâtre ; elle jette à peine à la hauteur d’un pié une tige cannelée, tantôt simple, tantôt rameuse ; ses feuilles sont alternes, plus minces, plus espacées que celles de la nielle cultivée, & découpées en petits filamens : ses fleurs sont comme étoilées, composées de cinq pétales, de couleur bleue, assez grandes & agréables, sans barbes. Quand les fleurs sont tombées, il leur succede des fruits membraneux, terminés par cinq cornets, à-peu-près comme l’ancolie, & divisés dans leur longeur en autant de loges qui renferment plusieurs semences noires & de peu d’odeur. On trouve cette plante dans les blés, où elle fleurit vers la fin de l’été.

La nielle ordinaire cultivée, nigella flore minore, simplici, candido, I. R. H. 258, pousse des tiges à la hauteur d’un pié, grêles, cannelées, assez nombreuses ; ses feuilles sont médiocrement larges, vertes, découpées, menues. Ses fleurs sont placées aux sommités de ces rameaux, grandes, séparées les unes des autres, composées chacune de cinq pétales disposés en rose, d’un blanc pâle, accompagné au milieu de plusieurs étamines, qui sont entourées par une couronne de petits corps oblongs. Quand les fleurs sont passées, il leur succede des fruits membraneux, assez gros, terminés par plusieurs cornes, & divisés en loges, qui renferment des semences oblongues ou rondelettes, noires ou jaunes, d’une odeur aromatique, & d’un goût piquant.

Cette plante se cultive dans les jardins où elle vient aisément, & où elle fleurit pendant trois mois de l’été. Les curieux tirent sa graine d’Italie ; ils aiment aussi beaucoup la petite nielle du Levant, qu’on appelle en Botanique nigella cretica ; elle se distingue des autres par ses jolies fleurs bleuâtres, & par l’odeur de sa graine qui est aussi forte que celle du cumin. (D. J.)

Nielle, (Chimie, Diete & Matiere méd.) nielle romaine ou des jardins, c’est la semence seule qui est d’usage en Médecine, & que les paysans emploient dans quelques cantons du royaume à titre d’assaisonnement & en guise de poivre.

Cette semence, qui a un goût vif & piquant, contient une petite quantité d’huile essentielle, & une autre huile que Cartheuser appelle unguineuse, & qu’il dit être soluble par l’esprit-de-vin, & retirable par l’expression ; sur quoi il faut observer qu’il n’est pas permis, en raisonnant d’après l’analogie tirée des connoissances reçues & vérifiées sur presque toutes les huiles connues, qu’il n’est pas permis, dis-je, de regarder comme une même substance l’huile que M. Cartheuser a retirée de la semence de nielle par expression, & celle qu’il en a retirée par l’esprit de vin.

La semence de nielle est comptée parmi les remedes toniques, fortifians, discussifs, emmenagogues, carminatifs, errhins, contraires aux rhumes & enchifrenemens, vermifuges, céphaliques, & propres à la génération du lait : la plûpart de ces vertus sont peu prouvées par l’observation, parce que la semence de nielle est peu usitée, mais elles sont annoncées autant qu’elles peuvent l’être par leurs qualités extérieures, & par la connoissance de ses principes.

Cette semence entre dans la composition du sirop d’armoise, de l’électuaire de baies de laurier, & de l’huile de scorpion composée. (b)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « nielle »

(Nom 1) (XIe siècle) En ancien français neiele, du latin nigella, dérivé de niger (« noir, la couleur des graines »)[1]. Forme un doublet avec la forme savante nigelle, qui est une autre plante.
(Nom 2) (1538)[1] Du latin nebula (« brouillard »)[2] ou du latin nigella (« noirâtre »)[1] par comparaison de la couleur noire des grains de blé niellés avec celle des graines de la plante.
(Nom 3) (1826) Déverbal de nieller[1] apparenté aux précédents.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Picard, nelle, nèle ; génev. niolle ; provenç. niela ; catal. niella ; espagn. neguilla ; ital. nigella ; du lat. nigella planta, plante noire, diminutif de niger, noir.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « nielle »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
nielle njɛl

Citations contenant le mot « nielle »

  • La nielle des blés (Agrostemma githago) est une plante annuelle à floraison estivale que l’on classe parmi les messicoles, c'est-à-dire les plantes qui ne sont pas originaires d’Europe occidentale mais qui s’y sont installées de façon fortuite en voyageant avec les céréales. Originaires du Proche-Orient où elles poussaient dans les cultures de céréales, les graines de ces plantes se sont retrouvées mêlées aux sacs de graines de semences destinées à d’autres pays, il y a quelques centaines d’années, et c’est ainsi qu’elles ont prospéré et se sont installées en Europe au bord des chemins et dans les champs de blé. La nielle des blés, comme le bleuet et le coquelicot, a ensuite été combattue à grands jets de pesticides, et aujourd’hui, au nom du respect de la biodiversité, on tente de les sauver ! Binette & Jardin, Nielle des blés (Agrostemma githago), dans un jardin sauvage : plantation, culture

Traductions du mot « nielle »

Langue Traduction
Anglais niello
Espagnol niel
Italien niello
Allemand niello
Chinois 黑金
Arabe نيلو
Portugais niello
Russe чернь
Japonais ニエロ
Basque niello
Corse niello
Source : Google Translate API

Synonymes de « nielle »

Source : synonymes de nielle sur lebonsynonyme.fr

Nielle

Retour au sommaire ➦

Partager