La langue française

Nécrophore

Définitions du mot « nécrophore »

Trésor de la Langue Française informatisé

NÉCROPHORE, subst. masc.

A. − ENTOMOL. Insecte coléoptère, de la famille des Silphidés, qui pond sur des matières en décomposition, en particulier, sur des cadavres de petits animaux qu'il a enterrés. Synon. cour. fossoyeur, porte-morts.J'étais parvenu à faire partager à Suzanne ma passion pour l'entomologie; du moins me suivait-elle dans mes chasses et ne répugnait-elle pas trop à retourner avec moi bouses et charognes à la recherche des nécrophores, des géotrupes et des staphylins (Gide, Si le grain, 1924, p.415).Les Champignons qui répandent une odeur nauséabonde (Phallus) attirent aussi, très souvent, des espèces coprophages et des Nécrophores (Zool., 1963, t.2, p.699 [Encyclop. de la Pléiade]).V. aussi carabe ex.
B. − P.plaisant. Croque-mort. [Anatole] avait une pente vers l'embaumeur, le croque-mort, le nécrophore (Goncourt, Man. Salomon, 1867, p.376).Séchant fébrilement ses larmes, elle commença aussitôt son travail de nécrophore. Elle ne se pardonnait pas d'être arrivée trop tard. Les toilettes funéraires faisaient partie de ses bons offices (Druon, Gdes fam., t.1, 1948, p.53).
Prononc. et Orth.: [nekʀ ɔfɔ:ʀ]. Att. ds Ac. 1935. Étymol. et Hist. [1622 L'Ombre de Nécrophore (Titre d'un ouvrage de J. de Lampérière, Rouen, v. DLF 17e)] 1. 1790 nicrophore entomol. (G.-A. Olivier, Entomologie, 2, no10, 1 d'apr. FEW t.7, p.91b); 1802 nécrophore (Ch.-A. Walckenaer, Hist. abrégée des insectes des environs de Paris, 1, 101, ibid.); 2. 1867 «employé des pompes funèbres» (Goncourt, loc. cit.). Empr. au lat. sc. nicrophorus, entomol. (1775, Fabricius, Systema entomologiae, p.71), gr ν ε κ ρ ο φ ο ́ ρ ο ς «qui transporte les morts pour la sépulture». Fréq. abs. littér.: 12.

Wiktionnaire

Nom commun

nécrophore \ne.kʁɔ.fɔʁ\ masculin

  1. (Entomologie) Coléoptère qui creuse la terre pour y enfouir un cadavre d’animal sur lequel il va pondre ses œufs.
    • Une confrérie de Nécrophores vient à passer par là. Ce sont, comme vous savez, de petites bêtes noires qui ont fait vœu d’ensevelir les morts… Pieusement, elles s’attellent au Papillon défunt et le traînent vers le cimetière… — (Alphonse Daudet, Le petit Chose, 1868, réédition Le Livre de Poche, page 193)
    • Les Nécrophores noirs sont les seuls fossoyeurs
      Qui savent ne jamais vous emporter ailleurs,
      Pensant que la moins triste et plus pieuse tombe
      C’est la terre qui s’ouvre à la place où l’on tombe ! — (Edmond Rostand, écrivain, dramaturge, poète et essayiste français (1868 - 1918) / Chantecler)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

NÉCROPHORE. n. m.
T. de Zoologie. Genre d'insectes coléoptères qui creusent la terre pour y enfouir un cadavre d'animal sur lequel ils pondent leurs œufs.

Littré (1872-1877)

NÉCROPHORE (né-kro-fo-r') s. m.
  • Genre d'insectes coléoptères pentamères, qui ont la singulière habitude d'enterrer les cadavres des petits animaux, taupes, souris, etc. pour y déposer leurs œufs.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « nécrophore »

Du grec ancien νεκροφόρος, nekrophoros (« mortifère, qui enterre les morts »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Νεϰροφόρος, qui porte les morts, de νεϰρὸς, mort, et φέρω, porter.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « nécrophore »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
nécrophore nekrɔfɔr

Citations contenant le mot « nécrophore »

  • Les nécrophores sont les insectes grâce auxquels les cadavres d'animaux ne durent pas dans la nature. Les carcasses sont en effet au cœur de la vie de ces coléoptères : c'est là qu'ils naissent, mangent et copulent avant de pondre leurs œufs et ainsi de suite. Plus les carcasses sont charnues, plus elles sont demandées et plus la compétition pour y accéder est acharnée. Ici, comme dans beaucoup d'autres espèces, ce sont les insectes les plus gros qui ont le plus de chances de tirer leur épingle du jeu et d'avoir le dessus sur leurs concurrents. Les nécrophores modulent leurs stratégies repr... Le Point, Phébé - L'être humain, ce nécrophore qui s'ignore - Phebe | Le Point
  • Le nécrophore d’Amérique était l’un des plus spectaculaires coléoptères en raison de sa grande taille et de la présence de marques orange brillant sur son dos noir. Aucun individu de cette espèce sauvage n'existe encore au Canada. L’altération et la fragmentation de son habitat sont les principales causes de son déclin. Il a été officiellement déclaré disparu en 2011.                       Le Journal de Québec, [EN IMAGES] Neuf espèces animales en voie de disparition ou officiellement disparues entre 2010 et 2019 | JDQ
  • Dans Sciences News, l’écologue Stephen Trumbo de l’Université du Connecticut (qui n’est pas au générique de l’étude) explique que cet anaphrodisiaque est sans doute autant bénéfique aux enfants qu’aux adultes. En effet, comme le montrent les chercheurs dans Nature Communications, une mère nécrophore subit elle aussi des fluctuations hormonales qui la rendent moins fertiles lorsqu’elle nourrit ses larves. La femelle «peut envoyer au mâle le signal “maintenant on s’occupe des petits et on oublie le sexe”», résume Trumbo. Slate.fr, Pour que les coléoptères soient de bons pères, les femelles opèrent une castration chimique | Slate.fr
  • Cette coévolution inédite des organes sexuels serait due à un taux important de conflits sexuels entre mâles et femelles. En effet, le mâle nécrophore, voulant s'assurer un maximum de descendance, a tendance à augmenter le nombre d'accouplements avec la femelle, parfois de façon très agressive. La femelle, quant à elle, a un nombre limité d'œufs à faire fertiliser, donc un excès d'accouplements lui coûtent trop d'énergie. Autrement dit, alors que la femelle cherche à limiter le nombre de rapports, le mâle, lui, veut les faciliter. Résultat : en favorisant des transformations de leurs organes sexuels respectifs, mâles et femelles tentent de s'adapter au mieux à l'autre. Sciences et Avenir, Le sexe de cet insecte se déforme pour plus (ou moins) d'ébats - Sciences et Avenir
  • "Soyez très prudents et ouvrez l'oeil, des créatures étranges sont prêtes à frapper..." Attention, RMC Découverte consacre une soirée "zarbie" aux animaux hors du commun - trois documentaires américains déjà diffusés en 2010 sur National Geographic. Le premier, "les Zarbis sur Terre", déroule ses "cartes postales de l'insolite" focalisées sur l'étrangeté effrayante de certains animaux terrestres. L'aye-aye, lémurien endémique de Madagascar aux allures de chauve-souris, est doté d'un long majeur crochu, l'apparentant à une créature maléfique. Le caméléon panthère, rouge et vert vifs, a une langue gluante, preste et impitoyable, et des yeux qui peuvent pivoter indépendamment l'un de l'autre à 180 °. La veuve noire injecte des toxines puis des enzymes digestives dans sa proie pour la liquéfier avant de l'aspirer. Le pangolin est un fourmilier couvert d'écailles aux ongles-griffes redoutables. Le triton rugueux sécrète une toxine mortelle, la tétrodotoxine. La mygale de Leblond, ou araignée Goliath, est la plus grande de l'espèce (jusqu'à 30 centimètres d'envergure !). Pour se défendre, le lézard cornu projette, par le coin de l' oeil, une giclée de sang sur son prédateur. Le crocodile de Johnston, en Australie, est capable de galoper à une vitesse de 24 kilomètres/heure. Le nécrophore américain utilise le cadavre « frais » d'un rongeur comme une pouponnière, dans lequel il élève ses petits. TéléObs, Créatures insolites: les zarbis sur terre
  • Rien de plus justifié que la fière protestation de Fabulet, exclu des cérémonies de la Sorbonne en l’honneur de Kipling. Il a fallu la guerre et les crédits de la propagande officielle pour informer nos maîtres de l’enseignement supérieur, titulaires de chaires de langues vivantes, qu’il y avait des hommes vivants dans les pays qu’ils étaient chargés d’étudier et que leur tâche n’était pas uniquement besogne de nécrophore. Aujourd’hui c’est l’Américain Henry Thoreau (1817-1862) dont la leçon nous est proposée. Et ce n’est point par quelque professeur spécialiste, c’est encore par Bazalgette et Fabulet. Désobéir, que publie Bazalgette dans la collection des Prosateurs Étrangers Modernes qu’il dirige, est un recueil d’essais choisis dans toute l’œuvre de Thoreau. Fabulet donnera prochainement aux éditions de la Nouvelle Revue Française une traduction de Walden, le plus important ouvrage de Thoreau. , Sur "DÉSOBÉIR" de Henry-David Thoreau - La Revue des Ressources

Traductions du mot « nécrophore »

Langue Traduction
Anglais necrophore
Espagnol necróforo
Italien necrophore
Allemand nekrophor
Chinois 坏死团
Arabe ضريح
Portugais necróforo
Russe necrophore
Japonais ネクロフォア
Basque necrophore
Corse necrofore
Source : Google Translate API

Nécrophore

Retour au sommaire ➦

Partager