La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « nécromancie »

Nécromancie

Définitions de « nécromancie »

Trésor de la Langue Française informatisé

NÉCROMANCIE, subst. fém.

Divination par l'évocation des morts. Rien de plus terrible et de plus lugubre que ce fantôme [Samuel, dans la Pythonisse de Salvator Rosa] arraché au tombeau par les formules de la nécromancie (Gautier, Guide Louvre, 1872, p.111).Ainsi évoquées, les âmes des morts sortent en foule de la terre (...). Cette brutalité ne contribue pas peu au sentiment de rudesse répandu sur toute cette scène de nécromancie (A. France, Vie littér., 1892, p.194).
P. métaph. Tout regard habituel est une nécromancie et chaque visage qu'on aime, le miroir du passé (Proust, Guermantes 2, 1921, p.140).
REM. 1.
Nécromance, subst. fém.,forme anc. [Une attest. chez Barrès qui le prend dans un sens partic.] Il ne subsiste rien du culte des animaux [en Égypte]. À la vie future, oui, on y croit. Beaucoup de nécromances (livre des morts, soit) mais de tous les pays, de tous les temps (Cahiers, t.6, 1907, p.222).
2.
Nécromantique, adj.Qui est relatif à la nécromancie. Le magnétisme animal sort à peine de sa coque nécromantique (Proudhon, Créat. ordre, 1843, p.38).Le procédé nécromantique doit certainement être classé parmi les plus anciens modes divinatoires (Divin.1964).
Prononc. et Orth.: [nekʀ ɔmɑ ̃si]. Ac. 1694, 1718: necromance; 1740, 1762: né-; 1798, 1835: nécromance, nécromancie; dep. 1878: nécromancie. Étymol. et Hist. 1. 1546 «science occulte qui prétend évoquer les morts pour obtenir d'eux des révélations de tous ordres, particulièrement sur l'avenir» (Rabelais, Tiers livre, XXV, 161, éd.M.A. Screech, p.185); 2. 1701 «magie, en général» (Fur., s.v. nécromance). Empr. au lat. necromantia, lui-même empr. au gr. ν ε κ ρ ο μ α ν τ ε ι ́ α. On trouve plus anciennement nigromance (1119, Philippe de Thaon, Comput, 464 ds T.-L.), empr. au b. lat. nigromantia (vies. adj. ds Blaise Lat. chrét.; xie-xiies. subst. ds Nov. Gloss.), issu de necromantia sous l'infl. de niger «noir» (FEW t.7, p.80a), cf. aussi magie noire. Fréq. abs. littér.: 18. Bbg. Quem. DDL t.25 (s.v. nécromantique).

Wiktionnaire

Nom commun - français

nécromancie \ne.kʁɔ.mɑ̃.si\ féminin

  1. (Fantastique, Occultisme) Évocation des morts par la magie, pour avoir connaissance de l’avenir, ou de quelque autre chose de caché.
    • La nécromancie a été très anciennement pratiquée par les peuples de l’Orient.
    • Il [l’Inquisiteur-général Manrique de Lara] dépêcha en Biscaye l’inquisiteur de Calahorra pour qu’il y conduise une enquête minutieuse et établisse la liste des pratiques magiques et des superstitions suspectes : esprits familiers et actes sacrilèges, astrologie judiciaire, géomancie, hydromancie, pyromancie, aéromancie et nécromancie sans oublier la divination par les ongles, l’on[ych]omancie. — (Valérie Moléro, Magie et sorcellerie en Espagne au siècle des lumières : 1700–1820, Éditions L’Harmattan, 2006)
  2. (Par extension) Magie en général.
    • Cette accusation de nécromancie est trop souvent mise en usage pour ne pas couvrir de mauvais desseins contre notre race. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

NÉCROMANCIE. n. f.
Art prétendu d'évoquer les morts par la magie, pour avoir connaissance de l'avenir, ou de quelque autre chose de caché. La nécromancie a été très anciennement pratiquée par les peuples de l'Orient.

NÉCROMANCIE se dit, par extension, de la Magie en général.

Encyclopédie, 1re édition (1751)

NÉCROMANCIE, s. f. sorte de divination, par laquelle on prétendoit évoquer les morts pour les consulter sur l’avenir, par le ministere des démons qui faisoient rentrer les ames des morts dans leurs cadavres, ou faisoient apparoître à ceux qui les consultoient leur ombre ou simulacre. L’histoire de Saül si connue prouve l’existence & la réalité de la nécromancie. Elle étoit fort en usage chez les Grecs & surtout chez les Thessaliens. Ils arrosoient de sang chaud le cadavre d’un mort, & prétendoient qu’ensuite il leur donnoit des réponses certaines sur l’avenir. Ceux qui les consultoient devoient auparavant avoir fait les expiations prescrites par le magicien qui présidoit à cette cérémonie, & sur-tout avoir appaisé par quelque sacrifice les mânes du défunt qui, sans ces préparatifs, demeuroit constamment sourd à toutes les questions qu’on pouvoit lui faire. On sent assez par tous ces préliminaires combien de ressources & de subterfuges se préparoient les imposteurs qui abusoient de la crédulité du peuple.

Delrio qui a traité fort au long de cette matiere, distingue deux sortes de nécromancie. L’une qui étoit en usage chez les Thébains, & qui consistoit simplement dans un sacrifice & un charme, ou enchantement, incantatio. On en attribue l’origine à Tirésias. L’autre étoit pratiquée par les Thessaliens avec des ossemens, des cadavres, & un appareil tout-à-fait formidable. Lucain, liv. VI. en a donné une description fort étendue, dans-laquelle on compte trente-deux cérémonies requises pour l’évocation d’un mort. Les anciens ne condamnoient d’abord qu’à l’exil ceux qui exerçoient cette partie de la magie ; mais Constantin décerna contre eux peine de mort. Tertullien, dans son livre de l’ame, dit qu’il ne faut pas s’imaginer que les magiciens évoquâssent réellement les ames des morts, mais qu’ils faisoient voir à ceux qui les consultoient des spectres ou des prestiges, ce qui se faisoit par la seule invocation ; ou que les démons paroissoient sous la forme des personnes qu’on desiroit de voir, & cette sorte de nécromancie ne se faisoit point sans effusion de sang. D’autres ajoutent que ce que les magiciens & les prêtres des temples des mânes évoquoient n’étoit proprement ni le corps ni l’ame des défunts, mais quelque chose qui tenoit le milieu entre le corps & l’ame, que les Grecs appelloient εἴδωλον, les Latins simulacrum, imago, umbra tenuis. Ainsi quand Patrocle prie Achille de le faire enterrer, c’est afin que les images légeres des morts, εἴδωλα καμόντων, ne l’empêchent pas de passer le fleuve fatal. Ce n’étoient ni l’ame ni le corps qui descendoient dans les champs Elysées, mais ces idoles. Ulysse voit l’ombre d’Hercule dans les champs Elysées, pendant que ce héros est lui-même dans l’olympe avec les dieux immortels. Delrio, lib. IV. pag. 540 & 542. Mém. de l’acad. des Belles-Lettres, tom. VII. pag. 30.

Delrio remarque encore qu’on entend de la nécromancie ce passage du Psalmiste, pseaume cv. v. 28. comederunt sacrificia mortuorum. Un auteur moderne en tire l’origine de cette espece de divination. Nous transcrirons ce qu’il en dit de principal, en renvoyant pour le reste le lecteur à l’histoire du ciel, tome premier, pag. 492, 494, &c.

« Dans les anciennes cérémonies des funérailles, dit M. Pluche, on s’assembloit sur un lieu élevé & remarquable. On y faisoit une petite fosse pour consumer par le feu les entrailles des victimes. On faisoit couler le sang dans la même fosse. Une partie des chairs étoit présentée aux ministres des sacrifices. On faisoit cuire & on mangeoit le reste des chairs immolées en s’asseyant autour du foyer. Dans le paganisme, tout ce cérémonial s’augmenta, & fut surchargé d’une infinité de cérémonies dans toutes les fêtes de religion ; mais pour les assemblées mortuaires rien n’y changea. Les familles, en enterrant leurs morts, étoient accoutumées à une rubrique commune qui se perpétua. On continua dans le sacrifice des funérailles à faire une fosse, à y verser du vin, de l’huile, ou du miel, ou du lait, ou d’autres liqueurs d’usage, à y faire couler ensuite le sang des victimes, & à les manger ensemble en s’asseyant autour de la fosse, & en s’entretenant des vertus de celui qu’on regrettoit.

» La facilité étrange avec laquelle on divinisoit les moindres parties de l’univers, donne lieu de concevoir comment on prit l’habitude d’adresser des prieres, des vœux, & un culte religieux à des morts qu’on avoit aimés, dont on célébroit les louanges, & qu’on croyoit jouir des lumieres les plus pures après s’être dépouillés avec le corps des foiblesses de l’humanité. Tous les peuples, en sacrifiant soit aux dieux qu’ils s’étoient faits, soit aux morts dont la mémoire leur étoit chere, croyoient faire alliance avec eux, s’entretenir avec eux, manger avec eux familierement. Mais cette familiarité les occupoit sur-tout dans les assemblées mortuaires, où ils étoient encore pleins du souvenir des personnes qu’ils avoient tendrement aimées, & qu’ils croyoient toûjours sensibles aux intérêts de leur famille & de leur patrie.

» La persuasion où l’on étoit que par les sacrifices on consultoit les dieux, on les interrogeoit sur l’avenir, entraîna celle que dans les sacrifices des funérailles on consultoit aussi les morts. Les cérémonies de ces sacrifices mortuaires, quoiqu’elles ne fussent que la simple pratique des assemblées des premiers tems, se trouvant en tout point différentes de celles qu’on observoit dans les autres fêtes, parurent être autant de façons particulieres de converser avec les morts, & d’obtenir d’eux les connoissances qu’on desiroit. Qui pouvoit douter, par exemple, que ce ne fût pour converser familierement avec ses anciens amis, qu’on s’asseyoit autour de la fosse, où l’on avoit jetté l’huile, la farine, & le sang de la victime immolée en leur honneur ? Pouvoit-on douter que cette fosse, si différente des autels élevés vers le ciel, ne fût une cérémonie convenable & particulierement affectée aux morts ? Après le repas pris en commun & auquel on supposoit que les ames participoient, venoit l’interrogation ou l’évocation particuliere de l’ame pour qui étoit le sacrifice, & qui devoit s’expliquer : mais comment s’expliquoit-elle ?

» Les prêtres, continue le même auteur, parvinrent aisément à entendre les morts & à être leurs interpretes. Ils en firent un art dont l’article le plus nécessaire, comme le plus conforme à l’état des morts, étoient le silence & les ténebres. Ils se retiroient dans des antres profonds, ils jeûnoient & se couchoient sur des peaux des bêtes immolées, de cette maniere & de plusieurs autres, ils s’imaginoient apprendre de la bouche même des morts les choses cachées ou futures ; & ces folles pratiques répandirent par-tout cette folle persuasion qui s’entretient encore parmi le peuple, qu’on peut converser avec les morts, & qu’ils viennent souvent nous donner des avis : & de-là la nécromancie, mot tiré du grec, & formé de νεκρὸς, un mort, & de μαντεία, divination.

» C’est ainsi, conclut le même auteur, que l’opinion des hommes sur les morts & sur les réponses qu’on en peut recevoir, ne sont qu’une interprétation littérale & grossiere qu’on a donnée à des signes très-simples, & à des cérémonies encore plus simples qui tendoient à s’acquitter des derniers devoirs envers les morts ». Hist. du ciel, tome premier, pag. 492, 494, 495, 496, 498, 500 & 502. (G)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « nécromancie »

Du latin necromantia, issu du grec ancien νεκρομαντεία, nekromanteía (« divination par les morts ») → voir nécro- et mancie.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « nécromancie »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
nécromancie nekrɔmɑ̃si

Citations contenant le mot « nécromancie »

  • Mais qu'est-ce que la nécromancie dans Elder Scrolls et The Elder Scrolls Online ? Les arts occultes de Tamriel restent très… obscurs pour beaucoup et les débats et controverses à leur sujet vont bon train. The Elder Scrolls Online, The Elder Scrolls Online - Présentation du Nécromancien - The Elder Scrolls Online
  • Spécialiste du shoot them up old-school, le studio 10tons s’essaye à une nouvelle recette avec Undead Horde, un jeu de stratégie très accessible qui propose au joueur d’incarner un nécromancien et de défaire les troupes adverses aux commandes de ses hordes de morts vivants. Un concept très séduisant qui montre malheureusement assez vite ses limites… Geeko, Test - Undead Horde : quand nécromancie et stratégie font bon ménage - Geeko
  • La Scholomance Academy tire son thème de l’un des donjons les plus populaires de World of Warcraft. La Scholomance était une école de magie avec un sombre secret: la nécromancie dans les cryptes ci-dessous. C’est de là que viennent les œufs de toile d’os. Africa Daily News, Hearthstone: Carte de l’Académie de la Scholomance révélée – Oeuf en toile d’os – Africa Daily News
  • Sorti en accès anticipé ce mercredi 24 juillet 2019, Iratus : Lord of the dead nous propose d'être le méchant nécromancien envoyant ses armées contre les viles lui barrant le chemin. De visu, on pourrait crier à la réplique de Darkest Dungeon mais est-ce vraiment le cas ? Jeux-vidéo, Iratus: Lord of the Dead - Aperçu de l'accès anticipé d'Iratus : Lord of the dead - Rejoins le côté obscur - Jeux-vidéo

Images d'illustration du mot « nécromancie »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « nécromancie »

Langue Traduction
Anglais necromancy
Espagnol nigromancia
Italien negromanzia
Allemand nekromantie
Chinois 死灵法术
Arabe إستحضار الأرواح
Portugais necromancia
Russe некромантия
Japonais ネクロマンシー
Basque necromancy
Corse necromanzia
Source : Google Translate API

Synonymes de « nécromancie »

Source : synonymes de nécromancie sur lebonsynonyme.fr

Nécromancie

Retour au sommaire ➦

Partager