La langue française

Meneau

Sommaire

  • Définitions du mot meneau
  • Étymologie de « meneau »
  • Phonétique de « meneau »
  • Citations contenant le mot « meneau »
  • Images d'illustration du mot « meneau »
  • Traductions du mot « meneau »
  • Synonymes de « meneau »

Définitions du mot « meneau »

Trésor de la Langue Française informatisé

MENEAU, subst. masc.

ARCHITECTURE
A.− Montant, traverse en pierre, en bois ou en fer, qui divise l'ouverture d'une fenêtre en compartiments remplis au moyen de vitrages dormants ou de châssis ouvrants vitrés. Meneau épais; meneaux d'un vitrail; ogives à meneaux flamboyants. Les fenêtres hautes de la nef et du choeur de Notre-Dame de Reims (...) se composent d'un meneau central portant deux tiers-points avec un œil subdivisé par des redents à six lobes (Viollet1875).Une maison renaissance de Bourges, avec les fenêtres à meneaux (Zola, Œuvre, 1886, p. 294):
. Il [le style gothique] agrandit excessivement les fenêtres, et les divise par des meneaux si minces que l'œil peut à peine croire à leur solidité. Stendhal, Mém. touriste, t. 1, 1838, p. 60.
P. anal. ,,Montant intérieur d'une croisée`` (Chabat 1881).
B. − ,,Moulure qui forme une décoration à jour plus ou moins compliquée dans un gâble, une balustrade ou un fronton`` (Chabat 1881).
Prononc. et Orth.: [məno]. Att. ds Ac. dep. 1798. Au plur. des meneaux. Étymol. et Hist. 1. 1398 arch. mayneaulx «montant ou traverse de pierre qui divise la baie d'une croisée» (Comptes de la Chapelle du monastère des Célestins ds De Laborde, Notices des émaux, bijoux et objets divers, 2epart., 324); 1402 fenestre à meneau (Registre de la Cour des Comptes de Bourgogne ds Havard); p. ext. 1903 «chacune des barres transversales ou verticales d'une fenêtre» (Nouv. Lar. ill.); 2.1881 «moulure qui forme une décoration» (Chabat). Issu d'un *meienel ou *meieneau, dimin. de meien forme anc. de moyen* (cf.1409 fenestre à moyen ds Runk., p. 179), le meneau étant un montant qui divise la baie en deux. Fréq. abs. littér.: 33. Bbg. Weekley (E.). Engl. mullion, Fr. meneau. Mod. Lang. R. 1909, t.4, pp.396-397.

Wiktionnaire

Nom commun

meneau \mə.no\ masculin

  1. (Architecture) Montant ou traverse de bois, de pierre ou de fer qui partage l’ouverture d’une croisée.
    • Au XVe siècle, une fenêtre à meneaux fut ouverte dans cette abside, à travers la maçonnerie visigothe. — (Eugène Viollet-le-Duc, La Cité de Carcassonne, 1888)
    • La statue du saint est placée sur un meneau divisant en deux parties la porte du portail principal. — (Gustave Fraipont, Les Vosges, 1923)
    • A quel lamentable état de délabrement le temps et l’abandon l’avaient réduite : […] un fenestrage disloqué où se dessinaient de frêles meneaux du gothique flamboyant ; […] — (Jules Verne, Le Château des Carpathes, J. Hetzel et Compagnie, 1892, p. 166-174)
    • On remarque, à l’est, une latrine et une fenêtre tréflée avec un coussiège et un étroit petit couloir aboutissant à une meurtrière. À l’ouest, grande baie à meneaux flanquée de deux coussièges et une armoire murale. — (Raoul Deloffre & ‎Jean Bonnefous, Églises, châteaux et fortifications du Gers occidental: du Moyen Age à la Renaissance, Éditions Atlantica, 2003, p. 137)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

MENEAU. n. m.
T. d'Architecture. Montant ou traverse de bois, de pierre ou de fer qui partage l'ouverture d'une croisée. Les meneaux d'une fenêtre gothique.

Littré (1872-1877)

MENEAU (me-nô) s. m.
  • Terme d'architecture. Nom qu'on donne, dans une croisée, aux montants et aux traverses qui en partagent l'ouverture.

    Faux meneau, celui qui n'est pas assemblé avec le dormant d'une croisée, mais avec les châssis et qui s'ouvre avec eux.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

MENEAU, s. m. (Architect.) c’est la séparation des ouvertures des fenêtres ou grandes croisées. Autrefois on les défiguroit par des croisillons, comme on en voit encore au Luxembourg & autres bâtimens. Ils avoient quatre à cinq pouces d’épaisseur. On appelle faux meneaux, ceux qui ne s’assemblent pas avec le dormant de la croisée & qui s’ouvrent avec le guichet.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « meneau »

De l’ancien français meien (« moyen »), lui-même issu du latin medius (« qui est au milieu, qui divise »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Origine inconnue. Il y a dans le vieux français menel ; mais il signifie cloche moyenne.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « meneau »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
meneau mœno

Citations contenant le mot « meneau »

  • Les propriétaires du château de Septème lancent une nouvelle campagne de crowdfunding afin de pouvoir réparer les douze fenêtres à meneau de la façade nord du château. Coût de l’opération : 400 000 €. , Culture - Loisirs | Château de Septème : une campagne de financement participatif pour restaurer des fenêtres

Images d'illustration du mot « meneau »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « meneau »

Langue Traduction
Anglais mullion
Espagnol parteluz
Italien montante
Allemand pfosten
Chinois 竖框
Arabe موليون
Portugais montante
Russe средник
Japonais マリオン
Basque mullion
Corse mullion
Source : Google Translate API

Synonymes de « meneau »

Source : synonymes de meneau sur lebonsynonyme.fr
Partager