Matelasser : définition de matelasser


Matelasser : définition du Trésor de la Langue Française informatisé

MATELASSER, verbe trans.

A. − [Correspond à matelas A]
1. Garnir d'un/de matelas pour se garantir des projectiles. [Dans un cont. métaph.] Y a-t-il donc des âmes (...) condamnées à marcher à la mort et à la gloire à travers leurs propres ruines? (...) Vainement elles (...) matelasseront les fenêtres contre les projectiles du hasard (Baudel.,Hist. extr., 1856, p.viii).
2. Garnir un meuble, un siège d'un/de matelas. Matelasser un fauteuil. Deux litières (...) fermées, grillées, matelassées et couvertes (Lamart.,Corresp., 1832, p.300).D'immenses sièges naturels étaient taillés à même le rocher central, d'où s'épandait la murmurante et ténébreuse fontaine. Ils étaient matelassés par de soyeux coussins (Benoit,Atlant., 1919, p.157).
B. − [Correspond à matelas B] Rembourrer à la manière d'un matelas; recouvrir d'une couche épaisse.
1. [Pour donner du volume ou une impression de volume] Les billets, qu'il [le Milord] avait reçus contre son or, lui matelassaient agréablement la poitrine (Carco,Innoc., 1916, p.112).Ils exposaient des carrures qui ne m'impressionnaient plus, depuis qu'un tailleur bulgare avait voulu avantager ma vareuse en la matelassant de ouate à la poitrine et aux épaules (Vercel,Cap. Conan, 1934, p.167).
Arg. et fam.
Emploi pronom. ,,Se rembourrer, remplacer les charmes et les appas absents par des postiches`` (France 1907; ds Delvau 1883). Au passif. Être riche, abondamment pourvu. Tu te considères donc toi, matelassé de billets de banque, pétant d'or, de graisse et de suffisance, comme un opprimé (Arnoux,Solde, 1958, p.141).
P. métaph. ou au fig. Ils dominaient un immense paysage, des distances de champs, de bois, de collines pauvres; mais le gris du jour matelassait l'horizon (La Varende,Heureux les humbles, Pèlerins d'Argentan, 1942, p.36):
1. ... avec moi politesse, courtoisie et voiles ne sont trop souvent là que pour rembourrer et comme matelasser la netteté d'intention elle-même... Du Bos,Journal, 1928, p.104.
2. [Pour protéger des chocs, des vibrations, des variations thermiques, pour augmenter le confort] Matelasser les murs d'une cellule; matelasser de laine, d'ouate, de sacs de sable, de toile. On matelasse les meubles pour qu'en se frappant contre eux, les enfants ou les personnes malades ne se blessent point (Havard t.3 1889, p.682).Le pardessus d'un étrange vert bouteille qui, lui aussi, tournait au roux, bruissant, à chaque geste du vieux, du froissement des journaux qui le matelassaient (Genevoix,Raboliot, 1925, p.14).Les doubles portes donnant sur l'escalier étaient matelassées (Triolet,Prem. accroc, 1945, p.280):
2. Il leur céda le premier étage de la maison, les obligea à porter d'épais chaussons de feutre, fit placer des tambours le long des portes bien huilées et matelasser leur plancher de profonds tapis de manière à ne jamais entendre le bruit de leurs pas, au-dessus de sa tête. Huysmans,À rebours, 1884, p.24.
Emploi pronom., fam. [Sans compl. prép.] S'habiller chaudement. (Dict. xixeet xxes.).
CHAUSSURE. Matelasser une première. ,,Intercaler une couche de matière plus ou moins élastique entre la première et son enrobage afin de donner du confort au pied`` (Chauss. 1969). Matelasser une tige. ,,Renforcer et agrémenter une partie d'une tige, en intercalant une couche plastique entre dessus et doublure, et en reliant le tout par des piqûres encadrant les reliefs réguliers ainsi formés`` (Chauss. 1969).
P. métaph. ou au fig. V. abstracteur ex. 15.
Prononc. et Orth.: [matlase], [-lɑ-], (il) matelasse [matlas], [-ɑ:s]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1678 «garnir de coussins, de matelas», ici au part. passé (doc. ds R. de Lespinasse, Les Métiers et Corporations de la ville de Paris, t.3, p.466 d'apr. M. Höfler ds Cah. Lexicol. 1965, p.96); 2. 1752 «rembourrer de laine, de soie, de coton» (Trév.); 3. 1876 part. passé «habillé chaudement» (Zola, L'Assommoir ds Le Bien public, 4 juin, col. 1 ds Quem. DDL t.16). Dér. de matelas*; dés. -er.
DÉR. 1.
Matelassage, subst. masc.a) Action de garnir d'une épaisse couche; résultat de cette action. Ils [les concurrents aux courses de motocyclettes] sont beaux à voir avec leur casque de cuir à bourrelet d'acier (...), lourds de leurs jambières, de leur matelassage noir, de leur corset de couleurs vives qui porte un numéro peint sur le dos, pareils à des scaphandriers prêts à plonger dans les profondeurs de la vitesse (Morand,Londres, 1933, p.145).Si nous connaissons encore des bourreliers et des selliers, rappelons-nous qu'aux temps féodaux, une bonne partie du pays vivait de la confection des brides, du polissage des mors, du matelassage des selles, de leur dorure et de leur peinture (P. Rousseau,Hist. transp., 1961, p.85).b) P. méton., chauss. Poste de travail. (Ds Chauss. 1969, Rama 1973). c) Ch. de fer. Déformation des parois et du ciel de foyer des locomotives à vapeur qui se produit lorsque ceux-ci sont portés à une température trop élevée en raison de la présence de tartre sur la face interne, et qui affecte une forme semblable à la surface d'un matelas (d'apr. Lar. encyclop.). Les bombements des parois du foyer, les matelassages des plaques, les fuites permanentes à la plaque tubulaire n'ont pas d'autre origine [que le tartre ou les incrustations] (Herdner,Constr. et conduite locomot., t.2, 1887, p.80). [matlasa:ʒ]. 1reattest. 1868 (Goncourt, Journal, p.444); de matelasser, suff. -age*.
2.
Matelassure, subst. fém.Tout ce qui sert à garnir un matelas, à rembourrer. Fracture de la pointe de la hanche, − fréquente et banale, elle est presque toujours produite par le choc de cet os saillant du bassin contre le montant d'une porte d'écurie ou d'étable; d'où la nécessité et la précaution de garnir ces ouvertures de rouleaux de bois ou de matelassures (Garcin,Guide vétér., 1944, p.152).P. méton., mégiss. ,,Région interne et rembourrée de la selle qui repose sur le dos du cheval`` (Cass.-Moir. 1979). Au fig. Trois millions de petits bourgeois rouges, sans Dieu ni maître (...) et pourtant citoyens dociles, contribuables ingénus (...). Protégée par cette épaisse matelassure, la République peut gouverner, c'est-à-dire poursuivre le cycle de ses expériences démagogiques (Bernanos,Gde peur, 1931, p.256). [matlasy:ʀ]. 1reattest. 1867 «ce qui sert à renforcer» (Bertrand ds Journ. des sav., juin, p.343 ds Littré); de matelasser, suff. -ure1*.
BBG. Quem. DDL t.20 (s.v. matelassage).

Matelasser : définition du Wiktionnaire

Verbe

matelasser \mat.la.se\ transitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. Garnir de coussins rembourrés et piqués, en façon de matelas.
    • Matelasser des chaises. - Une porte matelassée.
    • Bien gantés, ils exposaient des carrures qui ne m’impressionnaient plus, depuis qu’un tailleur bulgare avait voulu avantager ma vareuse en la matelassant de ouate à la poitrine et aux épaules, en la renforçant, à la taille, d’une armature de baleines. Je savais que pour 500 levas on pouvait s’offrir des thorax aussi rebondis, des pectoraux aussi herculéens. — (Roger Vercel, Capitaine Conan, Albin Michel, 1934, collection Le Livre de Poche, page 166.)
    • (Figuré) On l’avait envoyé dans la Transoxane engager une nation qui avait fui à l’ouest devant les Hioung-Nou, et par sa fuite avait dégarni les frontières de la Chine, qu’elle matelassait, pour ainsi dire, contre l’ennemi commun, à reprendre son poste, pour défendre l’empire chinois. — (Jean-Jacques Ampère, La Chine et les travaux d’Abel Rémusat, Revue des Deux Mondes, 1832, tome 8)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Matelasser : définition du Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

MATELASSER. v. tr.
Garnir de coussins rembourrés et piqués, en façon de matelas. Matelasser des chaises. Une porte matelassée.

Matelasser : définition du Littré (1872-1877)

MATELASSER (ma-te-la-sé) v. a.
  • Garnir de coussins en forme de matelas. Matelasser des chaises. Matelasser une chambre pour un fou furieux.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Matelasser : définition du Encyclopédie, 1re édition (1751)

MATELASSER, v. act. (Gram.) c’est rembourer de laine, de soie & de coton, & pour ainsi dire garnir de petits matelas.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « matelasser »

Étymologie de matelasser - Wiktionnaire

→ voir matelas
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de matelasser - Littré

Matelas.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « matelasser »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
matelasser matlase play_arrow

Conjugaison du verbe « matelasser »

→ Voir les tables de conjugaisons du verbe matelasser

Images d'illustration du mot « matelasser »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « matelasser »

Langue Traduction
Corse quilt
Basque quilt
Japonais キルト
Russe одеяло
Portugais colcha
Arabe لحاف
Chinois 被子
Allemand decke
Italien trapunta
Espagnol edredón
Anglais quilt
Source : Google Translate API

Synonymes de « matelasser »

Source : synonymes de matelasser sur lebonsynonyme.fr

Mots similaires