La langue française

Mancheron

Sommaire

  • Définitions du mot mancheron
  • Étymologie de « mancheron »
  • Phonétique de « mancheron »
  • Citations contenant le mot « mancheron »
  • Images d'illustration du mot « mancheron »
  • Traductions du mot « mancheron »
  • Synonymes de « mancheron »

Définitions du mot « mancheron »

Trésor de la Langue Française informatisé

Mancheron, subst. masc.,agric., gén. au plur., vieilli. L'une des pièces de bois ou de fer munies de poignées et placées à l'arrière d'une charrue ou d'une machine agricole, qui servent à la diriger. Synon. manche1.Tenir les mancherons. Ils ne peuvent pas se défaire du balancement pris aux mancherons de la charrue (Pesquidoux, Livre raison, 1928, p. 260).La conduite des semoirs peut être faite de trois façons différentes: soit par une chaîne de traction et mancherons à l'arrière (Ballu, Mach. agric.,1933, p. 22).Je baissai la tête en avant pour appuyer de tout mon poids sur les deux mancherons de chêne, et l'énorme attelage s'ébranla (Bosco, Mas Théot., 1945, p. 298). [mɑ ̃ ʃ ʀ ɔ ̃]. 1reattest. xives. [ms.] (Jean de Meung, Rose, ms. Corsini, fo130c ds Gdf.); de manche1, suff. -eron (v. -on). On rencontre la forme manchereau (1275, Rose, éd. F. Lecoy, 19680).

Mancheron, subst. masc.,mode et industr. vestimentaire, vieilli. a) Garniture située sur le haut de la manche d'une robe de femme. (Dict. xixeet xxes.). b) Petite manche couvrant le haut du bras. Robe à petits mancherons kimono (Jardins des modes,mars 1951, p. 50).Elle a supprimé les mancherons pour dégager les bras (Elle,23 juill. 1951, p. 17)Notre préféré. Un ensemble, robe et manteau, éblouissant d'élégance stricte et de couleur. À noter : les mancherons très courts du manteau en lainage (Écho de la mode,16 févr. 1967, p. 47).− [mɑ ̃ ʃ ʀ ɔ ̃]. − 1resattest. a) xiiies. « manche courte » manceron (Chevalier au Barisel, éd. F. Lecoy, 561), b) 1551 « ornement de robes de femmes garnissant le haut des manches » (Blason des couleurs en armes, fo39 rods Gdf.), de manche2, suff. -eron, v. -on1.

Wiktionnaire

Nom commun 1

mancheron \mɑ̃ʃ.ʁɔ̃\ masculin

  1. (Agriculture) L'une des pièces de bois ou de fer munies de poignées et placées à l'arrière d'une charrue ou d'une machine agricole, qui servent à la diriger.
    • Ils ne peuvent pas se défaire du balancement pris aux mancherons de la charrue.
    • La conduite des semoirs peut être faite de trois façons différentes : soit par une chaîne de traction et mancherons à l'arrière.
    • Je baissai la tête en avant pour appuyer de tout mon poids sur les deux mancherons de chêne, et l'énorme attelage s'ébranla.

Nom commun 2

mancheron \mɑ̃ʃ.ʁɔ̃\ masculin

  1. Manche très courte recouvrant seulement l'épaule et dévoilant le biceps.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

MANCHERON (man-che-ron) s. m.
  • Mancheron de charrue, voy. MANCHE 1, n° 3. La charrue ordinaire a deux mancherons ; la charrue belge ou brabant n'en a qu'un seul.

HISTORIQUE

XIIIe s. Levés à deus mains toutes nues Les mancherons de vos charrues, la Rose, 19910.

XVIe s. Les manchereaux de la charrue, Cotgrave … Appuyé sur le machon de sa charrue, Baïf, Œuv. p. 40, dans LACURNE.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

1. MANCHERON. Ajoutez :
2Celui qui tient le mancheron de la charrue. Il [Gousset, cardinal archevêque de Reims] avait commencé par être mancheron, travailleur de ferme, Monit. univ. du 30 nov. 1867, p. 1483, 4e col.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « mancheron »

(Nom commun 1)Depuis le XIVe siècle, de manche (sens 2), avec le suffixe -eron.
(Nom commun 2)De manche (sens 1), avec le suffixe -eron.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dérivé de manche 1.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « mancheron »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
mancheron mɑ̃ʃrɔ̃

Citations contenant le mot « mancheron »

  • Bin seur qu’en n’laissiot mie chés abes monter pus heut qu’i n’faulot, cha dégarnichot élch bas, alorse, en copot pis cha fasot itou du bos éd cauffache, dés mancherons por chés outieux, dés pérques por atayer chés branques éd chés frutchiers, dés jouquoirs por chés glain-nes et pis, galmites, en povot és mucher par drière, chés bracon-nieux surquaint chés coulotes éd lapans por y tin-ne quites cravates, équ dés fos qu’cha n’étot pos jean-not grin-nes éralles qui s’y fasot prin-ne. L'Aisne nouvelle, Parlons Picard : Hayure, haisette, épin-ne
  • Les imposants chevaux des races traits du Nord et boulonnais seront réunis pour des démonstrations de travaux dans les champs à l’ancienne. Attelés à des charrues d’époque, ils vont présenter au public, qui pourra observer et admirer de près, la séquence des travaux de labour des champs réalisée par un homme et son cheval. Cette activité de labour qui consistait pour nos aïeux à retourner la terre avec une charrue double réversible (brabant) ou la charrue à mancheron afin de la préparer pour les semis, demande à la fois une obéissance parfaite aux ordres (guide, cordeau, voix) mais également une capacité pour le cheval... La Voix du Nord, Boeschepe La fête du cheval tiré au cordeau, une journée pour que vive la tradition
  • Ici, quatre jeunes filles, Mlles Le Ludec, restées seules à la ferme, la maintiennent depuis deux ans en état de culture; là, un vieux paysan, M. Frier, plus qu'octogénaire, reprend le mancheron de la charrue pour assurer lu culture de la ferme en l'absence de son fils mobilisé. Le Figaro.fr, L'autre tranchée, hommage aux paysannes (1916)
  • Sidi Rihane est un saint vénéré et craint par les kabyles de la région du Cap Aokas (Oued-Marsa). Sa kouba, reconstruite en 1922, est comme enfouie sous des oliviers millénaires (l’un d’eux à 24 m de circonférence) que respecte la hache du bûcheron. Cette mosquée, édifiée sur un monticule qui n’a pas plus de 10 m de large en certains endroits, à une cinquantaine de mètres de la route nationale N9 (Bougie- Sétif), domine celle-ci ainsi que la ferme Ferrouillat (aujourd’hui Aubertier). A quelques mètres, court un Oued qui porte son nom, rivière qui ne tarit jamais et qui prend sa source au col de Kefrida (l’opidum aquae frigidae) des romains « la forteresse de l’eau fraîche ». Depuis le 1er Août, cette  » eau fraîche » alimente abondamment le centre du Cap Aokas et cela grâce à l’heureuse initiative de M. Dejean, administrateur de la commune mixte de L’Oued-Marsa. Cette eau est tellement glacée à sa source que les kabyles disent :  » Nul n’est capable d’en retirer sept cailloux l’un après l’autres ». Plusieurs légendes courent sur le marabout de Sidi Rihan, en voici une: Sidi Rihane, dont on ignore le véritable nom et l’origine, s’est, dit-on, présenté couvert de haillons, chez les Aït Larbi qui habitaient Andriech (ferme actuelle de M. Aubertier) le magnum agrarium romain (le dépôt de céréales). L’ancêtre des Aït Larbi qui, à ce moment là ignorait tout de Sidi Rihane engagea celui-ci comme domestique. Au moment des semailles, il le chargea d’aller labourer. Sidi Rihane se rendit aux champs. Là il ordonna aux bœufs de s’accoupler, plaça sa calotte sur le mancheron de la charrue et laissa ainsi l’attelage accomplir seul sa besogne. Quant à lui, il se retira sur une éminence d’où il dominerait le champ. Pendant ce temps, des oiseaux de toutes sortes l’entouraient, tandis que des perdrix lui épouillaient la tête. Quelques temps après, des voisins, témoins cachés de ce prodige, s’empressèrent d’en faire part au patron de Sidi Rihane. Tout d’abord incrédule à ce qu’on lui racontait, il voulut s’en rendre compte par lui même. Convaincu à son tour de la réalité du miracle de Sidi Rihane, il lui témoigna son respect et sa vénération en l’exemptant de tout travail. Mais son épouse ne l’entendait pas ainsi. Un jour, elle dit à Sidi Rihane :  » Au lieu de rester sans rien faire, va nous chercher du bois ». Sidi Rihane ne répondit rien. Il se rendit à la forêt voisine, chargea sur le dos d’une panthère un gros fagot de bois et l’attacha avec des serpents, puis s’en retourna à la maison. En arrivant, il dit à sa patronne  » O lalla (madame), vas décharger le bois qui est à la porte). Celle-ci croyant trouver un chargement ordinaire, mourut de frayeur à la vue de la panthère et des serpents. Depuis ce jour-la, Sidi Rihane fut respecté par les kabyles de la région, qui voulaient tous le servir. Il resta chez les Aït Larbi jusqu’à sa mort. Il faisait ses dévotions et passait la nuit sous un myrte (Tarihant). Avant de mourir, il demanda à être enterré sous cet arbrisseau. C’est pour cela que les kabyles l’appellent Sidi Rihan « le seigneur du myrte ». D’aucuns prétendent qu’il n’est autre que Sidi Abdelhaq, mort et enterré au camp inférieur à Bougie et qui aurait ainsi deux tombeaux. Sidi Rihane n’a pas laissé d’enfants. Les descendants de ceux qui l’avaient accueilli et qui devinrent ses serviteurs religieux bénéficient encore des offrandes apportées à ce saint marabout. La Dépêche de Kabylie, Aokas / Le saint sidi Rihane ressuscité - La Dépêche de Kabylie
  • 8. La manche capsule (ou mancheron) - une manche très courte qui ne couvre que l'épaule La Presse, Mariée des Tropiques
  • Je suis d’accord pour le départ de arda et Mathieu mais pas pour javier mancheron!moi je trouve qu’il est encore utile pour la défense barcelonais SeneNews.com, Mercato: Ces trois joueurs qui vont devoir quitter le Fc Barcelone !

Images d'illustration du mot « mancheron »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « mancheron »

Langue Traduction
Anglais handlebar
Espagnol manillar
Italien manubrio
Allemand lenker
Chinois 车把
Arabe المقود
Portugais guidão
Russe руль
Japonais ハンドルバー
Basque eskutokian
Corse manubri
Source : Google Translate API

Synonymes de « mancheron »

Source : synonymes de mancheron sur lebonsynonyme.fr
Partager