La langue française

Magistrature

Sommaire

  • Définitions du mot magistrature
  • Étymologie de « magistrature »
  • Phonétique de « magistrature »
  • Citations contenant le mot « magistrature »
  • Traductions du mot « magistrature »
  • Synonymes de « magistrature »

Définitions du mot « magistrature »

Trésor de la Langue Française informatisé

MAGISTRATURE, subst. fém.

A. − Charge, fonction de magistrat (v. magistrat A). Exercer une magistrature; une haute magistrature; la magistrature suprême. Un petit nombre d'intrigans qui se partageront toutes les magistratures, et donneront à la France des juges, des administrateurs, des législateurs (Robesp.,Discours, Marc d'argent, t. 7, 1791, p. 171).On ne devrait pas laisser les hommes sans instruction parvenir aux magistratures de l'État (Duhamel,Maîtres,1937, p. 98):
.... puis arrivait la lettre de Barras, qui donnait sa démission de directeur. Ce misérable disait: «Citoyens représentants, Engagé dans les affaires publiques uniquement par ma passion pour la liberté, je n'ai consenti à accepter la première magistrature de l'État, que pour la soutenir dans le péril, etc. (...)» Erckm.-Chatr.,Hist. paysan, t. 2, 1870, p. 515.
Au fig. Il [Goethe] exerce une sorte de suprême fonction, une magistrature de l'esprit européen, plus vénérée encore, et plus pompeuse que celle de Voltaire (Valéry,Variété IV,1938, p. 125).
En partic. Fonction, carrière des magistrats de l'ordre judiciaire (v. magistrat B). Se destiner à la magistrature. Il avait fait son droit à Caen et n'était entré qu'assez tard dans la magistrature, où son origine paysanne, aggravée par une faillite de son père, avait rendu son avancement difficile. Substitut à Bernay, à Dieppe, au Havre, il avait mis dix ans pour devenir procureur impérial (Zola,Bête hum.,1890, p. 72).
B. − P. méton.
1. Ensemble de magistrats. Ils [les évêques] exerçaient la plupart des prérogatives de l'ancienne magistrature municipale (Thierry,Récits mérov., t. 1, 1840, p. 327).
En partic. Corps des magistrats de l'ordre judiciaire. Gringoire (...) n'aimait pas la magistrature. Ce qui tenait peut-être à la rancune qu'il gardait au Palais de Justice depuis sa mésaventure dramatique (Hugo,N.-D. Paris,1832, p. 351).
Magistrature assise ou magistrature du siège. Corps des magistrats chargés de rendre la justice, les juges. Magistrature debout ou magistrature du parquet. Corps des magistrats chargés de requérir la justice au nom de l'État, les procureurs et les avocats généraux. Synon. parquet, ministère public.Les magistrats (ceux du Parquet exceptés) sont nommés par le président de la République sur présentation du Conseil supérieur de la Magistrature. Les magistrats du siège sont inamovibles. Le Conseil supérieur de la Magistrature est chargé d'assurer la discipline et l'indépendance de la profession; il assure également l'administration des tribunaux (Lidderdale,Parlement fr.,1954, p. 69).
2. Durée des fonctions d'un magistrat. Le fait a eu lieu durant sa magistrature (Ac.1935).
Prononc. et Orth.: [maʒistʀaty:ʀ]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1472 «dignité que confère le gouvernement municipal» (Les Clabault, famille municipale amiénoise, par Auguste Janvier, 107 ds Bartzsch, 37); 2. 1636 «temps pendant lequel un magistrat exerce ses fonctions» (Monet); 3. 1681 «corps des membres de l'ordre judiciaire» (Patru, Plaidoié 9 ds Rich. t. 2); 1830 magistrature du parquet (Balzac, Double fam., p. 205); 1839 magistrature assise (Id., Une Fille d'Ève, ch. I ds Quem. DDL t. 16); 1839 magistrature debout (Id., Cabinet ant., p. 136). Dér. de magistrat*; suff. -ure1*. Fréq. abs. littér.: 398. Fréq. rel. littér.: xixes.: a) 807, b) 825; xxes.: a) 685, b) 148. Bbg. Quem. DDL t. 16.

Wiktionnaire

Nom commun

magistrature \ma.ʒis.tʁa.tyʁ\ féminin

  1. Dignité, charge de magistrat.
    • … il est nécessaire de dire quelques mots de deux magistratures qui, bien moins importantes, quant à l’étendue réelle de leurs attributions, le sont cependant beaucoup par l’influence et la considération qu’elles donnent à ceux qui en sont revêtus. (Anonyme, Angleterre. - Administration locale, Revue des Deux Mondes, 1829, tome 1)
    • Vieilli dans la magistrature, où il avait pris une roideur et une sévérité de profession, il donna sa démission de président de chambre, en 1851. — (Émile Zola, La Curée, 1871)
  2. Corps entier des magistrats de l’ordre judiciaire.
    • Cet homme fait honneur à la magistrature. - Entrer dans la magistrature.
  3. Temps durant lequel un magistrat exerce ses fonctions.
    • Le fait a eu lieu durant sa magistrature.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

MAGISTRATURE. n. f.
Dignité, charge de magistrat. Exercer une magistrature. Il se dit aussi du Corps entier des magistrats de l'ordre judiciaire. Cet homme fait honneur à la magistrature. Entrer dans la magistrature. Magistrature assise, Les juges et conseillers. Magistrature debout, Les membres du parquet. Magistrature suprême se dit particulièrement des Fonctions du président de la République.

MAGISTRATURE signifie aussi le Temps durant lequel un magistrat exerce ses fonctions. Le fait a eu lieu durant sa magistrature.

Littré (1872-1877)

MAGISTRATURE (ma-ji-stra-tu-r') s. f.
  • 1La dignité, la charge du magistrat qui rend la justice. Vieilli dans la magistrature avec éclat, Patru, Plaid. 9, dans RICHELET. On y vit tout l'esprit et les maximes d'un juge qui, attaché à la règle, ne porte pas dans le tribunal ses propres pensées, ni des adoucissements ou des rigueurs arbitraires, et qui veut que les lois gouvernent, et non pas les hommes ; telle est l'idée qu'il avait de la magistrature, Bossuet, le Tellier. Qui est-ce qui s'est acquitté plus dignement de cette suprême magistrature [la charge de chancelier] que M. le Tellier ? Fléchier, le Tellier. Rien de si court en robe que les Chauvelins, qui étaient des va-nu-pieds, sans magistrature, quand la fortune du chancelier le Tellier les débourba, Saint-Simon, 417, 62.

    Les charges de magistrature s'achetaient sous l'ancienne monarchie. La magistrature n'est que trop souvent un titre d'oisiveté qu'on n'achète que par honneur, et qu'on n'exerce que par bienséance, Fléchier, Panég. St Louis. Et je voulus après cette aventure Me retourner vers la magistrature, Voltaire, le Pauvre diable.

  • 2Le corps entier des magistrats. Il était né dans le sein même de la magistrature, Fléchier, le Tellier. La magistrature est encore parmi nous l'ordre de la société où les mœurs sont les plus sévères, Marmontel, Élém. hist. Œuv. t. VII, p. 152, dans POUGENS.

    La magistrature assise, les juges ; la magistrature debout, le parquet, c'est-à-dire les procureurs et avocats généraux, les procureurs impériaux et leurs substituts.

  • 3Le temps durant lequel un magistrat exerce ses fonctions. Cela est arrivé pendant sa magistrature.
  • 4En général, toute haute dignité qui confère le gouvernement de l'État. À Rome, le consulat était une magistrature annuelle. Médon, fils de Codrus, fut le premier qui exerça cette magistrature [d'archonte], et elle demeura longtemps dans sa famille, Bossuet, Hist. I, 5. Dans toute magistrature, il faut compenser la grandeur de la puissance par la brièveté de la durée, Montesquieu, Esp. II, 3. Les magistratures à vie s'exercent toujours avec une sorte de nonchalance peu favorable au bien public, Condillac, Ét. hist. II, 6.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

MAGISTRATURE, (Politique.) ce mot signifie l’exercice d’une des plus nobles fonctions de l’humanité : rendre la justice à ses semblables, & maintenir ses lois, le fondement & le lien de la société, c’est sans doute un état dont rien n’égale l’importance, si ce n’est l’exactitude scrupuleuse avec laquelle on en doit remplir les obligations.

On peut aussi entendre par ce mot magistrature, le corps des magistrats d’un état ; il signifiera en France cette partie des citoyens, qui divisée en différens tribunaux, veille au dépôt des lois & à leur exécution, semblables à ces mages dont les fonctions étoient de garder & d’entretenir le feu sacré dans la Perse.

Si l’on peut dire avec assûrance, qu’un état n’est heureux qu’autant que par sa constitution toutes les parties qui le composent tendent au bien général comme à un centre commun, il s’ensuit que le bonheur de celui dans lequel différens tribunaux sont dépositaires de la volonté du prince, dépend de l’harmonie & du parfait accord de tous ces tribunaux, sans lequel l’ordre politique ne pourroit subsister. Il en est des différens corps de magistrature dans un état, comme des astres dans le système du monde, qui par le rapport qu’ils ont entre eux & une attraction mutuelle, se contiennent l’un l’autre dans la place qui leur a été assignée par le Créateur, & qui suivent, quoique renfermés chacun dans un tourbillon différent, le mouvement d’impulsion générale de toute la machine céleste. Voyez l’article Magistrat.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « magistrature »

Magistrat. Le XVIe siècle disait magistrat pour magistrature, qui paraît s'être introduit au commencement du XVIIe.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Du latin magistratus (« magistrat », « magistrature », « charge », « fonction publique »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « magistrature »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
magistrature maʒistratyr

Citations contenant le mot « magistrature »

  • Il y a la magistrature debout et la magistrature assise. Il y a aussi la magistrature à plat ventre. De Jules Jouy
  • Dans toute magistrature, il faut compenser la grandeur de la puissance par la brièveté de sa durée. De Montesquieu / De l'esprit des lois
  • Soyez chacal, ou soyez loup, Les juges sont plus forts que vous. Ecoutez-moi (la chose est sûre), Méfiez-vous d’la magistrature. De Alphonse Allais
  • Mais les magistrats ne risquent pas grand-chose. Seul le Conseil supérieur de la magistrature peut les sanctionner en cas de faute et ce conseil a un tempérament corporatiste. L’an dernier, lorsque le procureur de Nice a avoué avoir menti pour ne pas déplaire au président de la République au sujet du comportement de la police face aux gilets jaunes, il a été simplement muté et pas radié alors qu’il avait accompli un acte de forfaiture désastreux pour la réputation de la justice. RTL.fr, Affaire des "écoutes" : les "magistrats ont outrepassé le droit," pour Mazerolle
  • Enfin, alors que certains magistrats sont compromis au début des années 2000, c’est vers Jean Cabannes que se tourne le ministre de la Justice, Dominique Perben, pour le nommer président de la commission d’éthique de la magistrature. Le Figaro.fr, Qui est le magistrat Casamayor, qu’aime citer Éric Dupond-Moretti?
  • Le principal syndicat de la magistrature s’indigne de la nomination au poste de garde des sceaux de l’avocat Eric Dupond-Moretti, « une personnalité clivante ». Le Monde.fr, « Une déclaration de guerre à la magistrature », un « gouvernement libéral banal »… Les réactions au nouveau gouvernement
  • D’emblée, le nouveau ministre de la Justice aurait fait savoir à ces hauts magistrats que, sans renier tout le mal qu’il pense de l’École nationale de la magistrature (ENM), il n’entendait pas mettre sens dessus dessous cette institution à laquelle les magistrats sont extrêmement attachés. Faute de temps pour le faire, certes, mais il n’empêche: cela sonne tout de même comme un acte de pacification. Pour les mêmes raisons de temps, il n’entendrait pas revenir sur le statut des magistrats et notamment sur la scission de corps entre ceux du siège et du parquet. En revanche, il entend porter jusqu’au bout la réforme qui octroierait au Conseil supérieur de la magistrature (CSM) l’avis conforme pour la nomination des procureurs et permettrait l’alignement des procédures disciplinaires. «Nous lui en serions très reconnaissants car nous attendons cela depuis de longues années», sourit Marie-Suzanne Le Quéau. Il n’aurait pas non plus caché à l’une des conférences sa volonté d’approfondir une autre question qui lui tient à cœur, celle de «la responsabilité disciplinaire des magistrats». Le Figaro.fr, Dupond-Moretti livre sa feuille de route aux magistrats
  • Mixité, parité, égalité, parfois considérés à tort comme des synonymes, ces trois concepts ne représentent pas la même réalité. Pour comprendre la place des femmes dans la magistrature et l’engagement de Femmes de Justice, il faut avant tout définir ces termes. Widoobiz, Femmes de Justice : penser la question du féminin au sein de la magistrature - Widoobiz
  • LA QUESTION. Avant d'être nommé garde des Sceaux, lundi, l'avocat Éric Dupond-Moretti a souvent critiqué la magistrature dans son ensemble et son fonctionnement «endogame» selon lui, en prenant soin de saluer la hauteur de vue et l'indépendance des «grands magistrats» qu'il a croisés pendant sa carrière de plaideur. En juin dernier, loin de se douter qu'il entrerait place Vendôme, il déclarait sur LCI que s'il était ministre de la Justice, il instaurerait «un système de responsabilité des juges, parce que les juges ne sont pas responsables de ce qu'ils font aujourd'hui. Ce sont les seuls dans notre société à ne pas être responsables». Le Figaro.fr, Les magistrats sont-ils «irresponsables»?
  • Après les déclarations de l’ancien procureur national financier sur les conditions dans lesquelles le parquet général de Paris serait intervenu dans le cours de l’enquête visant François Fillon, le président de la République a pris la décision, sans précédent depuis quinze ans, de saisir le Conseil supérieur de la magistrature (CSM) pour lui demander de vérifier si le parquet national financier a pu agir en toute indépendance et impartialité, sans pression et dans le cadre d’un dialogue normal avec le parquet général. Est à nouveau posée, à l’ère du soupçon et de l’apparence, la lancinante question du lien qui unit le parquet au pouvoir exécutif. Le Figaro.fr, «Le Conseil supérieur de la magistrature doit avoir le dernier mot sur le choix des procureurs»
  • Bertrand Mathieu : Les magistrats du siège et du parquet sont, pour l’essentiel, recrutés parmi ceux qui ont suivi les enseignements de l’École nationale de la magistrature. Pour le premier concours d’entrée à l’École, destiné aux étudiants titulaires au moins d’un master 1 (4 ans après le bac), la limite d’âge est de 31 ans, pour les fonctionnaires en poste depuis au moins 4 ans, un second concours est organisé pour lequel la limite d’âge est de 48 ans, un troisième concours est ouvert aux personnes ayant au moins 8 ans d’activité dans le secteur privé et âgés au plus de 40 ans. Un recrutement hors concours est organisé pour des personnes justifiant d’activités juridiques ou titulaires du doctorat en droit, la limite d’âge est alors de 40 ans. Il existe également des possibilités de détachement et d’intégration directe dans les plus hauts grades, notamment la Cour de cassation, par exemple pour les professeurs de droit et, sous certaines conditions, les avocats. Cette présentation simplifiée des modes d’accès aux fonctions peut donner l’impression d’une grande diversité. En réalité ce n’est pas le cas. En 2018, 70% des auditeurs de justice sont issus du premier concours, seuls 1, 71% sont issus du troisième concours. incidemment on relèvera que 87% des auditeurs sont des femmes. L’âge moyen de la promotion, tous concours confondus, est de 28 ans.  Atlantico.fr, La justice serait-elle plus efficace et plus équilibrée en acceptant de recruter des magistrats plus âgés ? | Atlantico.fr

Traductions du mot « magistrature »

Langue Traduction
Anglais magistracy
Espagnol magistratura
Italien magistratura
Allemand magistratur
Chinois 裁判法院
Arabe القضاء
Portugais magistratura
Russe магистратура
Japonais 政権
Basque magistratura
Corse magistratura
Source : Google Translate API

Synonymes de « magistrature »

Source : synonymes de magistrature sur lebonsynonyme.fr
Partager