La langue française

Lumpenprolétariat

Sommaire

  • Définitions du mot lumpenprolétariat
  • Étymologie de « lumpenprolétariat »
  • Phonétique de « lumpenprolétariat »
  • Citations contenant le mot « lumpenprolétariat »
  • Images d'illustration du mot « lumpenprolétariat »
  • Traductions du mot « lumpenprolétariat »
  • Synonymes de « lumpenprolétariat »

Définitions du mot lumpenprolétariat

Wiktionnaire

Nom commun

lumpenprolétariat \lum.pən.pʁɔ.le.ta.ʁja\ masculin

  1. Pour les marxistes, frange du prolétariat trop misérable pour acquérir une conscience de classe et se rallier à la révolution prolétarienne.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « lumpenprolétariat »

De l'allemand Lumpenproletariat, composé de Lumpen (« lambeau », « loque ») et de Proletariat, dérivé du latin "proletarius".
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « lumpenprolétariat »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
lumpenprolétariat lympɑ̃prɔletarja

Citations contenant le mot « lumpenprolétariat »

  • L’impunité de ce nouveau «lumpenprolétariat» fait d’ailleurs écho à l’impunité des plus puissants de notre société qui se délite par ses deux bouts. Il y a dans notre République des zones de non-droit et il faudra un jour prendre le taureau par les cornes avant que cela ne dégénère totalement – par le bas et par le haut. RT en Français, Bayonne : les catégories populaires, victimes de l'impunité du lumpenprolétariat ? — RT en français
  • En 1995, Corbeil-Essonnes, municipalité communiste depuis 1959 et ville populaire, élisait Serge Dassault comme maire dans le cadre d’une alliance nouvelle entre le « lumpenprolétariat », au sens où l'entendait Karl Marx, des cités et une nouvelle petite-bourgeoisie réactionnaire habitant dans les zones pavillonnaires. Site Internet du P.C.F., Analyser et combattre la systématisation des campagnes électorales mafieuses - Site Internet du P.C.F.
  • Sindelar est né en Moravie. Sa famille immigre en 1908 à Vienne. S’installe à Favoriten, le quartier des juifs et d’un lumpenprolétariat dont Sindelar, piloté par l’instituteur Karl Weimann, sera l’emblème. Dans l’élan, il devient très vite le héros des poètes, physiciens et artistes, la liste est célèbre, de Vienne la rouge. Le Monde.fr, « L’Homme qui n’est jamais mort », d’Olivier Margot : le footballeur qui défia les nazis
  • Je pense qu'il faut vraiment le revoir très vite et y intégrer aussi l'univers de la librairie, comme je l'ai fait depuis six ans. Mais je crois d'abord, aussi, qu'il faut que les aides soient différentes d'aujourd'hui. Je pense qu'il faut que les messageries soient gérées normalement et ne soient pas opaques dans leur gestion. Pourquoi Presstalis en est là ? C'est que pour la gestion, nous, les petits éditeurs, on n'avait pas voix au chapitre sur quels étaient les tarifs, quels étaient les tarifs préférentiels appliqués à certains éditeurs. Donc, on nous demande d'être solidaires pour payer les pots cassés, mais pas du tout pour gérer. Moi, je pense qu'il faut d'abord que la gestion soit vraiment transparente et non pas opaque et qu'un rapport de confiance s'établisse. Deuxièmement, il faut aussi que les points de vente en France soient beaucoup mieux mis en valeur, de telle manière que les lieux où on achète des journaux ne soient pas fragilisés. C'est quasiment un "lumpenprolétariat" (prolétariat en haillons) qui travaille dans les kiosques, il faut le savoir. Franceinfo, Reprise de Presstalis : Eric Fottorino dénonce une gestion "depuis 10 ans frauduleuse" du distributeur de presse
  • Entre Arthur Fleck et le Joker, on nous raconte le récit d’une précarisation mentale. Celle d’un clown qui perdra son emploi et qui commettra par la suite une série de meurtres qui seront interprétés comme un mouvement de révolte contre les mieux nantis. La trame narrative du film place le protagoniste dans cette classe sociale un peu fourre-tout que Karl Marx (1818-1883) nommait le « lumpenprolétariat ». Loin d’être une thématique secondaire dans le registre marxiste, la place du lumpenprolétariat comme sujet révolutionnaire s’inscrit dans une querelle en bonne et due forme entre Marx et ses héritiers. Doit-on encourager le lumpenprolétariat, cette classe sociale composée entre autres de criminels, de mendiants et de parias, à recourir à la violence afin de provoquer une rupture sauvage avec le système capitaliste ? Plus spécifiquement, qui inciterait Arthur Fleck, victime du capitalisme américain, à rompre avec le système qui l’opprime en devenant le Joker ? Pour bien répondre à cette question, un détour par l’histoire sociale des États-Unis s’impose. Le Devoir, «Joker» comme une perversion de l’idéal révolutionnaire | Le Devoir
  • Nous notons de ce raisonnement deux types de conflits qui accompagnent toujours l’Homme. Le premier est son agressivité primaire et instinctive que le Droit et la Morale ont du mal à prévenir et à combattre, mais cela relève de la psychiatrie, de la psychanalyse et de l’éducation spécialisée. Le second naît d’une double cause, à savoir, les conflits interpersonnels qui sont ceux des intérêts antagoniques entre membres d’une même société que le Droit essaie de régler à travers l’arsenal juridique pénal et des frustrations sociales du fait du manque du plein emploi tant rêvé par les économistes les plus zélés. Cela génère plus que des conflits, mais des violences dites d’en bas. Ces violences d’en bas, nous les retrouvons dans la stratification sociale au niveau des couches sociales défavorisées, plus précisément dans ce que Karl Marx a appelé le « lumpenprolétariat ».Dans le contexte congolais, la démocratie se veut une démarche expérimentale de participation politique réelle des citoyens à la chose publique, sans occulter sa vocation de science, son parcours est un long processus. C’est ce que la classe politique congolaise doit comprendre. Certes, il y a eu des élections en 2006, 2011 et 2018, à chaque fois, le Président de la République est élu pour un mandat de cinq ans, mais il reste toujours à faire, notamment dans la compréhension et l’assimilation du fonctionnement des institutions comme la Cour de Cassation, le Conseil d’Etat, le Conseil Economique et Social, la mise en place des 26 provinces aujourd’hui quasi-ingouvernables pour la plupart dans le cadre de la décentralisation,…Et que dire des élections urbaines municipales et locales dont les dates, aujourd’hui sont dépassées mais qui doivent être encore tenues ?A l’observation, qu’aucun Congolais ne se trompe, le parcours démocratique est véritablement long pour refonder l’Etat de droit. Généralement, la démocratie réussit plus ou moins bien dans les pays à économie prospère. Un seul mandat de cinq ans pourra-t-il suffire pour un pays à refaire politiquement et économiquement, quel que soit le Parti au pouvoir ? Il est bien à noter que sans la refondation de l’Etat – ce qui ressort de la logique – aucune action économique allant dans le sens de la reconstruction et du développement du pays ne peut se faire facilement, et que déjà, les générations futures seraient tout simplement sacrifiées si le pays ne disparaît pas lui-même à l’échéance d’un demi-siècle au moins. Politico.cd, RDC: « Oui à la coalition responsable : pour que la bonne gouvernance soit préférable à une démocratie de l’embuscade » | Politico.cd
  • La suprématie du numérique va-t-elle mettre fin au travail humain ? Non, selon le sociologue Antonio Casilli. Pour l’auteur de “En attendant les robots. Enquête sur le travail du clic”, cette économie génère même un nouveau lumpenprolétariat. Télérama, Avec le clic, le Net génère le lumpenprolétariat du XXIe siècle
  • Bien sur que « nos sociétés » modernes sont en grande partie responsables de cet ensauvagement des « damnés de la plèbe ». Lorsque j’ai écrit « pourquoi l’oligarchie favorise-t-elle autant l’émergence du lumpenproletariat ? » c’est bien ce que je voulais dire. Toutes les conditions nécessaires à son émergence sont réunies. Mais il n’était pas dans cet article question d’excuser une énième fois les comportements délinquants par « ils ont beaucoup souffert » et autres « c’est la faute de la société » mais de signifier que ce lumpenprolétariat n’est pas un allié dans la lutte qui oppose la majorité de la population à ses élites. Aussi, il est vrai qu’un certain prophète a dit « Aime tes ennemis » ou « tends l’autre joue » alors on peut choisir de tendre perpétuellement l’autre joue, mais il n’en demeure pas moins que celui qui nous gifle n’est pas notre allié. AgoraVox, Le lumpenproletariat ou l'armée du capitalisme - AgoraVox le média citoyen
  • Mon ami Kôrô Yamyélé, avec le respect que je te dois, je te dis ici d’arrêter tes dénigrements contre le monde dit Le lumpenprolétariat que les petits bourgeois comme les fonctionnaires et l’état produisent a la longueur de la journée, des mois, des années et même depuis notre indépendance. Les fonctionnaires par obligation doivent acquitter de leurs impôts, car, ils ont une assurance que l’état qui est le plus grand employeur du pays va les versé obligatoirement leurs asilaire par mois. , Manifestations contre l’IUTS sur les primes et indemnités au Public : Bassolma Bazié et la lettre du ministre Laurence Ilboudo/Marshall - leFaso.net, l'actualité au Burkina Faso
  • Vous citez Andreas Malm. Je ne crois pas que le fait de substituer le «capitalocène» à «l’anthropocène» change grand-chose à cette histoire, au contraire: s’il n’y a que des vilains capitalistes qui veulent la mort de la planète, on ne peut pas comprendre ce qui porte électoralement le carbofascisme, sa base «sociologique», pour reprendre votre mot. Un autre aspect des choses qui justifie qu’on compare la situation actuelle avec celle décrite par Trotski, c’est que le carbofascisme incarne, comme le nazisme jadis, l’espoir paradoxal de toute une partie de la population qui a été exclue de la mondialisation – la petite bourgeoisie déclassée et le lumpenprolétariat, pour reprendre la terminologie marxiste – de tenir sa revanche sur ses bénéficiaires. Presque la moitié des citoyens des nations industrialisées ne rêvent que d’une chose: réduire cette civilisation en cendres. Et le changement climatique est le moyen que le carbofascisme leur offre d’y parvenir. , Géographies en mouvement - "Notre espèce a besoin d'espoir" - Libération.fr
  • «Ses propos sont caractéristiques de la gauche contre-culturelle, à la fois postmoderne et identitaire. Cette contre-culture est non seulement épuisée, mais elle aussi embourgeoisée. On le voit à la fascination exprimée pour le lumpenprolétariat, caractéristique de la gauche postmoderne. C’est une morale à géométrie variable selon que vous apparteniez ou non à un groupe fétichisé. On sanctifie Ladj Ly. Mais on lynche Polanski. La rage de Despentes permet à chacun de voir midi à sa porte car son texte est un miroir de nos frustrations. Il agrège tous les ressentiments atomisés de l’époque. Là encore, les césars étaient une photographie parfaite de cette fragmentation. Et le bouc émissaire est la conséquence de cette atomisation sociale, comme l’ont montré Arendt ou Canetti. La tribune de Despentes est un vecteur de ce double phénomène : elle atomise d’un côté, et elle agrège des ressentiments de l’autre. C’est selon moi la raison de son succès.» Libération.fr, Tribune de Despentes : «Un académisme transgressif et puritain» - Libération
  • Quels sont les soutiens au sein de la société ? Ce ne sont ni les bourgeois capitalistes « avides » ou prétendument tels, ni des intellectuels épris de liberté, ni des ouvriers craignant pour leur emploi. Non c’est le lumpenprolétariat*, les vendeurs ambulants en tête. Pourtant, la ville de Rio leur offre une aide, certes insuffisante, mais qui couvre les besoins vitaux. Ils ne réclament pas plus de solidarité, dont ils pourraient bénéficier, ils revendiquent le droit de revenir à la rue. Au-delà du jeu politique brésilien, cela met à nu une vraie fracture. Il réclame un coup d’Etat pour rétablir l’ordre qui lui convient celui du chacun pour soi et la mort pour tous. Challenge.ma, Le virus de la fragmentation sociale | Challenge.ma
  • En premier lieu, la destruction d’emplois industriels, avec notamment le passage à la voiture électrique, le recul du besoin d’équipements industriels (et nous ajouterions la perte de compétitivité manufacturière face aux équipements chinois), vont encore plus accentuer la bipolarisation du marché du travail ; ce phénomène se déroule sous nos yeux, alors que notre industrie s’effondre, notre base manufacturière disparaît, et que les start-up technologiques, en dépit de levée de fonds records, ne prennent pas le relais en matière de créations d’emplois. Les bons emplois industriels sont remplacés par des emplois dans les services peu sophistiqués ou services domestiques: la France des métropoles devient un lumpenprolétariat des métiers de la technologie et de la finance, avec un pouvoir d’achat déclinant. Le Figaro.fr, Quand explosera la prochaine crise sociale en France?
  • « C'est une façon de changer la population. Le lumpenprolétariat logé dans les 40 % de logements sociaux et les petits bourgeois de Paris qui n'arrivent plus à se loger vont occuper les 60 % d'accession à la propriété. » leparisien.fr, Municipales à Meaux : sans LREM ni le RN, Jean-François Copé vise la passe de cinq - Le Parisien
  • Pas vraiment étonnant dès lors de retrouver parmi ces anciens membres du lumpenprolétariat de nombreux problèmes de santé : « Ils veillissent mal et ont besoin de nous pour les accompagner», reprend Dominique Canut. Et, pour ne rien arranger, on retrouve pas mal d’entre eux logés dans des conditions souvent indécentes. www.lamarseillaise.fr, Les droits des chibanis à nouveau fragilisés
  • L’équipe algérienne de Davide Rebellin était logée par l’organisateur dans un hôtel cafardeux de la banlieue de Draguignan. Leur van était garé le long de la clôture et les vélos bricolés à côté des poubelles. Leurs voisins de chambrée, une équipe basque de deuxième division, avaient des airs de grands bourgeois avec leur petit camion-atelier et ses tuyaux d’arrosage pour faire propre. Rebellin, vainqueur de Liège-Bastogne-Liège et Paris-Nice, trois fois sacré sur la Flèche wallonne, incarne désormais le lumpenprolétariat cycliste. Il a les rides au front et dit sans fard: «Ce n’est pas digne.» Le Temps, Les derniers jours de Davide Rebellin - Le Temps
  • Régis de Castelnau : Il ne serait pas sérieux de nier qu’il existe dans la police des problèmes de racisme. Mais pour différentes raisons, prétendre que ces problèmes font système n’est pas conforme à la réalité. Le problème est que le pouvoir actuel, est d’abord très perméable à l’idéologie communautariste, car il est plus facile de mater un peuple divisé en poussant les communautés les unes contre les autres. Ensuite, la tentation est grande pour des raisons budgétaires d’abandonner la gestion des quartiers difficiles répartis sur tout le territoire à une forme de lumpenprolétariat, alliance des mafias et d’intégristes religieux. Il était assez impressionnant d’entendre sur les vidéos des violences de Dijon fuser les « Allah Akbar ». Il y a donc me semble-t-il un enjeu de pouvoir, que ces mafias ont parfaitement identifié. L’objectif étant de chasser la police d’un certain nombre de territoires. Ce qui explique en grande partie les affrontements, même si les forces de l’ordre ne sont pas exemptes de comportements condamnables comme l’a montré la répression des luttes sociales. Donc la question est d’abord et avant tout politique. Est-ce que la république doit abandonner les populations des quartiers difficiles à un lumpenprolétariat mafieux ? Atlantico.fr, Affrontements à Dijon : radioscopie de ce à quoi sont confrontées cette police et cette gendarmerie que certains souhaiteraient désarmer | Atlantico.fr
  • Le roman est le récit, à la première personne, d’un combat, d’une «insurrection» contre une famille (celle de l’auteur), une classe sociale (la sienne, le lumpenprolétariat du Nord de la France) et son racisme (anti-Arabes et anti-homosexuels). Le Temps, Un homme en colère - Le Temps
  • Bien sûr d’accord, hélas, avec cette analyse et attéré par le comportement bestial de membres de la police. La question se pose de la politisation de nos concitoyens qui subissent ces discriminations sociales, politiques, raciales,...ainsi que la violence du lumpenprolétariat qui profite des turpitudes de la société pour prospérer dans l’ombre et pourrit la vie de nombre de quartiers défavorisés. Marx haïssait cette "racaille" autant que les mafias bourgeoises au pouvoir. Quelle position de classe pour ces laissés pour compte ? Pour avoir milité en 2017 en faveur de LFI dans des cités j’ai constaté l’éclatement des positions individuelles qui me semble-t-il s’est exacerbé depuis la défaite de Mélenchon qui portait les espoirs de beaucoup. Qui est en capacité d’expliquer politiquement que les actes de violence font le bonheur du pouvoir en place et exaspèrent les habitants qui en sont victimes ? Qui leur explique que les provocations sexistes, religieuses ou "musicales", les isolent des autres victimes sociales du système ? Qu’ils ne soient pas nos adversaires c’est évident pour moi. Ma position de classe est une constante. Mais qu’ils nous tirent une balle dans le pied à chaque acte non politiquement réfléchi cela me paraît également vrai. Lutter contre l’islamophobie entendue comme discrimination envers les pratiquant.es de cette religion ok. Mais avoir de la complaisance politique pour toute forme d’obscurantisme sous prétexte de ségrégation sociale non. C’est politiquement faire des concessions à des adversaires de classe. regards.fr, TRIBUNE. La colère des quartiers populaires est légitime - regards.fr
  • Devant tous ces représentants du lumpenprolétariat mondial, Christine Lagarde a eu droit à une corbeille d’éloges. Les uns et les autres ont tenu à souligner « son humanité, sa tolérance ». En guise de remerciement, Christine Lagarde leur a lancé : « Vous avez tous touché ma vie ». Les peuples des pays où sont passés les experts du FMI, toujours prêts à sortir le sabre pour couper les crédits qui dépassent, n’en diront pas autant. Marianne, FMI : le somptueux pot de départ de Dame Christine Lagarde et de ses courtisans
  • Hélas, je pense qu’on n’est jamais bien loin de glisser dans ce genre de sombre modèle de société. Nous devons rester vigilants quant au rôle des femmes et à leur place dans la société. Il me semble que tout ce qui tourne autour de la surveillance peut faire également écho à notre monde. Pareil pour les « éconofemmes » qui font partie du lumpenprolétariat (sous-prolétariat, NDLR). , INTERVIEW. Julie Depardieu lit « La servante écarlate » au festival Le goût des autres, au Havre | 76actu
  • Le sentiment général, ça n'a rien à voir avec les urbains qui applaudissent aux fenetres depuis 2 mois... Ça, c'est du décorum, du symbolique lié à la crise, et tant mieux si les soignants font leur boulot et même plus. Mais à part ça, je ne connais que des mécontents, et non, je ne suis pas du néo-lumpenprolétariat incapable de comprendre un avis médical (d'ailleurs, ce serait bien que les soignants prennent un peu moins les patients pour des débiles). Je persiste: dès qu'on aborde le sujet de l'hôpital public, il n'y a que des témoignages sidérante. Et de la propre expérience, de la maltraitance, des infirmières qui claquent la porte quand on leur demande quelque chose, une volonté générale de minimiser les symptômes (j'ai dû faire 3 hôpitaux pour que les symptômes de ma fille ne soient pas pris à la légère, et elle a finalement été hospitalisée 10 jours pour une surinfection liée à un virus qu'ils ont pas été en mesure d'identifier...) L'Obs, Véran veut « augmenter les rémunérations » à l’hôpital (mais aussi revoir les 35 heures)
  • C'est la grande "révélation" de l'étude. Non seulement les enseignants (recrutés désormais à bac + 5, je le rappelle) sont des parias, mais les instituteurs constituent une sous-classe, un lumpenprolétariat à l'intérieur même du corps enseignant. 30 % de moins, ce n'est pas rien, et c'est intolérable, souligne L'Express - autre organe de l'extrême gauche survoltée. Le Point, Brighelli : trop payés, les profs ? - Le Point
  • Cette « loi »de circonstance serait-elle une amorce de protection contre un « lumpenprolétariat « émergeant ?.Le lumpenprolétariat (prolétariat en haillons) est abordé dans le « 18-Brumaire de Louis Napoléon. » de Karl Marx, qui avance que Louis Napoléon a pu conquérir le pouvoir en s’appuyant sur la partie de la population des plus pauvres, diffuse et inorganisée constituant ce Lumpenprolétariat» résultant de la dissolution de tous les liens communautaires, la dislocation du monde paysan et le reflux dans les villes d’individus qui végètent aux frontières du système économique et social. .D’après Marx, la classe marginalisée du lumpenprolétariat finit par vaincre la domination de la bourgeoisie et du prolétariat en se structurant à l'intérieur du système économique, puis revendique la prise en main de la société toute entière. .Ce milieu flottant du lumpenprolétariat, ambigu, inorganisé, sans travail, où règne la précarité et l’absence de revenu fixe, ne saurait engendrer une conscience révolutionnaire. .Il fournit, en revanche, un terrain privilégié aux aventuriers qui s'emparent de l'appareil d'État par la violence, quand la domination bourgeoise ne peut plus s'exercer par des moyens dits démocratiques..Le concept de lumpenprolétariat a été utilisé pour justifier l'avènement du nazisme et du fascisme, suite au développement de cette couche sociétale générée par la paupérisation des classes moyennes et populaires au lendemain de la Première Guerre mondiale. Le Figaro.fr, Loi anticasseurs : l'Assemblée nationale valide les interdictions de manifester
  • Pauvre petite chose du lumpenprolétariat qui brasse l'air de ses petites ailes ... pour notre plus grand plaisir. mohedano. midilibre.fr, Interpellations à Alès :" l'idée, c'est de taper fort et vite" - midilibre.fr
  • Le lumpenprolétariat macronien dans toute sa splendeur...... Lyonmag.com, Lyon : une pharmacie qui continue à vendre des masques dans le viseur des autorités (Màj)

Images d'illustration du mot « lumpenprolétariat »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « lumpenprolétariat »

Langue Traduction
Anglais lumpenproletariat
Espagnol lumpenproletariado
Italien sottoproletariato
Allemand lumpenproletariat
Chinois 无产阶级
Arabe lumpenproletariat
Portugais lumpemproletariado
Russe люмпен
Japonais lumpenproletariat
Basque lumpenproletariat
Corse lumpenproletariatu
Source : Google Translate API

Synonymes de « lumpenprolétariat »

Source : synonymes de lumpenprolétariat sur lebonsynonyme.fr
Partager