La langue française

Limonier

Sommaire

  • Définitions du mot limonier
  • Étymologie de « limonier »
  • Phonétique de « limonier »
  • Citations contenant le mot « limonier »
  • Traductions du mot « limonier »
  • Synonymes de « limonier »

Définitions du mot « limonier »

Trésor de la Langue Française informatisé

LIMONIER 1, subst. masc.

Cheval ou mulet placé entre les limons d'une voiture. Bon, fort limonier. Ce cheval est trop petit pour être limonier (Ac.1798-1878).Ce sont de mauvais limoniers, nourris avec de la drèche; le moindre bidet de mon écurie en ferait plus qu'eux (Balzac, Œuvres div., t. 1, 1830, p. 557).Un de ces vieux limoniers, tu sais, qui ruminent leur picotin, les naseaux bas (Genevoix, Avent. en nous,1952, p. 61).
Emploi adj. Cheval limonier (Littré).
Prononc. et Orth. : [limɔnje]. Ac. 1694-1740 : -nnier; 1762-1878 : -nier. Étymol. et Hist. Ca 1150 (Charroi Nîmes, éd. Duncan McMillan, 1278). Dér. de limon2*, suff. -ier*. Fréq. abs. littér. : 11.

LIMONIER2, subst. masc.

Variété de citronnier qui produit le limon. Le prince (...) me conduisit à un jardin en terrasse (...). On cultivait dans ce petit espace des bananiers, des palmiers nains, des limoniers et d'autres arbres de la plaine (Nerval, Voy. Orient, t. 3, 1851, p. 105).
Prononc. et Orth. : [limɔnje]. Att. ds Ac. dep. 1762. Étymol. et Hist. 1555 limonnier (J. Poleur, L'hist. naturelle et generalle des Indes [trad. de l'esp.], fo111 vod'apr. R. Arveiller ds Fr. mod. t. 17, p. 136). Dér. de limon3*; suff. -ier*. Bbg. Rommel 1954, p. 143, 152, 155.

Wiktionnaire

Nom commun 1

limonier \li.mɔ.nje\ masculin

  1. (Botanique)
    1. (Rare) Nom vulgaire du citronnier, Citrus limon.
      • On y trouve le figuier, le grenadier, l’olivier, l'oranger, le citronnier, le limonier, le cognassier, l'abricotier, le pêcher, la vigne; […]. — (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, p. 221)
    2. (Louisiane) Petit arbre originaire du nord de l’Inde, à feuilles persistantes, qui fleurit et donne des fruits pendant toute l’année, et qui est cultivé pour son fruit, Citrus limon.

Nom commun 2

limonier \li.mɔ.nje\ masculin (pour une femelle on dit : limonière)

  1. Cheval ou jument qu’on attelle entre deux limons.
    • Un tombereau traîné d’un fort limonier normand et tout enveloppé de cavalerie en livrée violette à croix blanches, venait de déboucher sur la place par la rue Saint-Pierre-aux-Bœufs. — (Victor Hugo, Notre-Dame de Paris, 1831)
    • Ce finaud faisait semblant de tirer, tandis que le limonier, un bai, et le bricolier de gauche, un alezan clair surnommé L’Assesseur, parce qu’il provenait de l’un de ces honorables fonctionnaires, y allaient de tout leur cœur : on lisait dans leurs yeux le plaisir qu’il éprouvaient. — (Nicolas Gogol, Les Âmes mortes, 1842 ; traduction de Henri Mongault, 1925, p. 57-58)

Adjectif

limonier

  1. Se dit d’un cheval qu’on attelle entre deux limons.
    • Cheval limonier.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

LIMONIER. n. m.
Variété de citronnier.

Littré (1872-1877)

LIMONIER (li-mo-nié ; l'r ne se prononce et ne se lie jamais ; au pluriel, l's se lie : des li-mo-nié-z attelés) s. m.
  • Cheval qu'on met aux limons. Le pesant chariot porte une énorme pierre ; Le limonier, suant du mors à la croupière, Tire, et le roulier fouette, Hugo, Contemplations, Melancholia.

    Adj. Cheval limonier, jument limonière, et, substantivement, un limonier, une limonière.

HISTORIQUE

XIIe s. Une charrete a fet apareillier ; D'un auferrant [cheval de guerre] fist Guiborc limonier, Bat. d'Aleschans, V. 4988.

XVe s. Cheval cheviller ou lymonnier, Du Cange, limonerius.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

LIMONIER, s. m. (Hist. nat. Bot.) limon, genre de plante dont les feuilles & les fleurs ressemblent à celles du citronier, mais dont le fruit a la forme d’un œuf & la chair moins épaisse ; il est divisé en plusieurs loges qui sont remplies de suc & de vésicules, & qui renferme des semences. Ajoûtez à ces caracteres le port du limonier qui suffit aux jardiniers pour le distinguer de l’oranger & du citronnier. Tournefort, inst. rei herb. voyez Plante.

Limonier, limon, arbre toujours verd, de moyenne grandeur, qui vient de lui-même dans les grandes Indes, & dans l’Amérique méridionale. Dans ces pays, cet arbre s’éleve à environ trente piés, sur trois ou quatre de circonférence. Il est toujours tortu, noueux, branchu & très-mal-fait, à moins qu’il ne soit dirigé dans sa jeunesse. Son écorce est brune, seche, ferme & unie. Ses feuilles sont grandes, longues & pointues, sans aucun talon ou appendice au bas. Elles sont fermes, lisses & unies, d’un verd tendre & jaunâtre très-brillant. L’arbre donne pendant l’été des fleurs blanches en dedans, purpurines en dehors ; elles sont rassemblées en bouquets, & plus grandes que celles des orangers & des citronniers. Le fruit que produit la fleur est oblong, terminé en pointe, & assez semblable pour la forme & la grosseur à celui du citronnier ; si ce n’est qu’il a des verrucités ou proéminences qui le rendent plus ou moins informe. Sous une écorce jaune, moëlleuse & épaisse, ce fruit est divisé en plusieurs cellules, rempli d’un suc aigre ou doux, selon la qualité des especes ; & ces cavités contiennent aussi la semence qui doit multiplier l’arbre. C’est principalement par la forme irréguliere de son fruit qu’on distingue le limonier du citronier ; & on fait la distinction de l’un & de l’autre d’avec l’oranger, par leurs feuilles qui n’ont point de talon ou d’appendice. Cet arbre est à-peu-près de la nature des orangers, mais son accroissement est plus prompt, ses fruits viennent plutôt à maturité ; il est un peu plus robuste, & il lui faut des arrosemens plus abondans. La feuille, la fleur, le fruit, & toutes les parties de cet arbre ont une odeur aromatique très-agréable.

Les bonnes especes de limons se multiplient par la greffe en écusson, ou en approche sur des limons venus de graine, ou sur le citronnier ; mais ces greffes viennent difficilement sur des sujets d’oranger. A cet égard le citronnier est encore ce qu’il y a de mieux, parce qu’il croît plus vîte que le limonier, & cette force de seve facilite la reprise des écussons, & les fait pousser vigoureusement. Il faut à cet arbre même culture & mêmes soins qu’aux orangers : ainsi, pour éviter les répétitions, voyez Oranger.

Les especes de limons les plus remarquables sont ;

Le limon aigre & le limon doux : ce sont les especes les plus communes.

Le limonier à feuilles dorées, & celui à feuilles argentées. Ces deux variétés sont délicates ; il leur faut quelques soins de plus qu’aux autres pour empêcher leurs feuilles de tomber.

Le limon en forme de poire ; c’est l’espece la plus rare.

Le limon impérial ; ce fruit est très-gros, très-beau, & d’une agréable odeur.

La pomme d’Adam. Cette espece étant plus délicate que les autres, demande aussi plus de soins pendant l’hiver, autrement son fruit seroit sujet à tomber dans cette saison.

Le limonier sauvage. Cet arbre est épineux ; ses feuilles sont d’un verd foncé, & joliment découpées sur ses bords.

Le limon sillonné. Ce fruit n’est pas si bon, & n’a pas tant de suc que le limon commun.

Le limon double. Cette espece est plus curieuse que bonne : ce sont deux fruits réunis, dont l’un sort de l’autre.

La lime aigre & la lime douce, sont deux especes rares & délicates, auxquelles il faut de grands soins pendant l’hiver, si on veut leur faire porter du fruit.

Le limonier à fleur double. Cette production n’est pas bien constante dans cet arbre ; il porte souvent autant de fleurs simples que de fleurs doubles.

Si l’on veut avoir de plus amples connoissances de ces especes de limons, ainsi que de beaucoup d’autres variétés que l’on cultive en Italie, on peut consulter les hespérides de Ferrarius, qui a traité complettement de ces sortes d’arbres. Article de M. d’Aubenton.

Limonier, (Maréchallerie.) on appelle ainsi un cheval de voiture attelé entre deux limons. Voyez Limon.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « limonier »

Limon 2.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Siècle à préciser) Dérivé de limon avec le suffixe -ier.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « limonier »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
limonier limɔnje

Citations contenant le mot « limonier »

  • La troïka russe est un traîneau composé de trois chevaux avançant à des allures différentes. En effet, le cheval central (appelé « limonier ») doit être le plus fort, le plus grand, et avance au trot. Les chevaux latéraux, les « bricoliers », se déplacent quant à eux au galop, « portant » donc le limonier, tout en étant moins fatigués que s’ils avançaient seuls. Un tel attelage peut parcourir de longues distances à des vitesses allant jusqu'à 45-50 kilomètres à l'heure. Autrefois, il s’agissait donc du moyen de transport le plus rapide. , Rapide comme l’éclair et symbole national: la troïka russe en dix faits - Russia Beyond FR

Traductions du mot « limonier »

Langue Traduction
Anglais limonier
Espagnol limonier
Italien limonier
Allemand limonier
Chinois limonier
Arabe ليمونير
Portugais limonier
Russe limonier
Japonais リモニエ
Basque limonier
Corse limonier
Source : Google Translate API

Synonymes de « limonier »

Source : synonymes de limonier sur lebonsynonyme.fr
Partager