La langue française

Ligneul

Sommaire

  • Définitions du mot ligneul
  • Étymologie de « ligneul »
  • Phonétique de « ligneul »
  • Citations contenant le mot « ligneul »
  • Traductions du mot « ligneul »
  • Synonymes de « ligneul »

Définitions du mot « ligneul »

Trésor de la Langue Française informatisé

LIGNEUL, subst. masc.

Fil enduit de poix utilisé par les cordonniers et les bourreliers. Elle vit, à l'angle de la place, le vieux savetier (...) tirant le ligneul d'un geste éternel (France, Lys rouge,1894, p. 211).Il [le cordonnier] prend son morceau de poix. Il poisse les fils tout du long, les collant ensemble, faisant ainsi le fil à coudre du cordonnier qu'on appelle « ligneul »; il amincit les deux bouts, les roulant entre son pouce et son index comme on ferait à quelques fines longes de moustaches (Giono, Triomphe vie,1941, p. 73).
Prononc. et Orth. : [liɳ œl]. Att. ds Ac. dep. 1718. Étymol. et Hist. 1. [Fin xies. linoel « fil de lin, ficelle » (Raschi, Gl., éd. A. Darmesteter et D.S. Blondheim, t. 1, no648)]; ca 1223 lignuel « ficelle, corde » (G. de Coinci, Miracles N.D., éd. V.F. Koenig, II Mir 20, 419); 2. xiiies. linel, linol, lineul « fil poissé » (J. de Garlande, Dict., éd. A. Sheler, 297). Du lat. pop. *lineolum « ficelle », dimin. du lat. class. linea (ligne*). Bbg. Barb. Misc. 29 1944-52, pp. 426-429.

ligneul*, < lineolum (de linea : « fil de lin »)subst. masc.-

Wiktionnaire

Nom commun

ligneul \li.ɲœl\ masculin

  1. (Textile) (Cordonnerie) Fil de lin ou de chanvre, enduit de poix et de suif, dont se servent les cordonniers.
    • Elle vit, à l’angle de la place, le vieux savetier qui tirait le ligneul d’un geste éternel. — (Anatole France, Le Lys rouge, 1894, réédition Le Livre de Poche, page 207)
    • Connaissez-vous Turinaz ? me demanda […] le père Milot, le cordonnier de Longeverne, tandis que je fumais une pipe près de sa banchette en le regardant tirer le ligneul. — (Louis Pergaud, Un point d’histoire, dans Les Rustiques, nouvelles villageoises, 1921)
    • « Le point que j’ai mis à tes bottes n’a pas tenu, dit Giuseppe qui enleva ses mains de sa nuque et même se redressa. Tire-les et donne-les moi. J’avais glacé le ligneul pour pouvoir le vernir et la cire a dû manger le fil. Je ne veux pas te voir avec des bottes décousues. — (Jean Giono, Le hussard sur le toit, 1951, réédition Folio Plus, page 265)
    • Jamais de sa vie elle n’avait connu pareille émotion, et doucement, elle lui passa les doigts dans sa toison de souple ligneul. — (Robert Musil, L’Homme sans qualités, 1930-1932 ; traduction de Philippe Jaccottet, 1956, tome 1, page 427)
    • Sans doute avait-il, dans une de ses dépendances de la maison, un atelier de bourrelier-sellier, sans doute y travaillait-il et il m’arrivait souvent même de l’aider à préparer le ligneul ; sans doute fabriquait-il, avec une grande habileté, des harnais de toute espèce, de la sellerie fine pour M. le Comte aussi bien que des harnachements de trait, mais il allait et venait dans le pays, entouré d’une grande considération. — (Henri Vincenot, La Billebaude, 1978, page 17)
    • Geralt avait recousu la partie décollée de son cuir chevelu au moyen d’un ligneul. — (Andrzej Sapkowski, La Tour de l'Hirondelle, 1997)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

LIGNEUL. n. m.
Fil enduit de poix dont se servent les cordonniers.

Littré (1872-1877)

LIGNEUL (li-gneul ; les cordonniers disent toujours li-gneu) s. m.
  • 1Fil enduit de poix, dont se servent les cordonniers pour coudre les parties d'un soulier.
  • 2Fil enduit de poix avec lequel on lie les touffes de soie d'une brosse.

HISTORIQUE

XIIIe s. Cote ot d'un riche vert de gans, Cousue à lignel tout entour, la Rose, 567.

XVIe s. Je gage une musette au lieu de ton vaisseau, Que d'un ligneul ciré au genouil j'ay fait coudre, Ronsard, 746. S'il avoit poissé du ligneul, aussi faisoit ce singe, Despériers, Contes, XX.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

LIGNEUL, s. m. (Cordonnier, Bourrelier, &c.) c’est du fil de chanvre jaune, plié en plusieurs doubles & frotté de poix, dont on se sert pour coudre le cuir, & qu’on emploie aux usages les plus grossiers.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « ligneul »

(Date à préciser) Du latin linea, « fil de lin », « ligne ».
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Diminutif de ligne, à l'aide du suffixe diminutif latin olus ; génev. lignu ; Berry, lignou ; wallon, linioule.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « ligneul »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
ligneul linjœl

Citations contenant le mot « ligneul »

  • Mais sa plus belle idée fut de faire des souliers. Il passa la moitié de sa vie à poisser du ligneul et fabriquer des bottes. La vérité était dans la chaussure, le salut dans la cordonnerie. Parce qu’il pensait que, même comte, un homme doit être utile (ce qui est, bien sûr, un excellent principe), et utile de ses mains, ce qui n’est pas prouvé, car si un parfait cordonnier vaut mieux qu’un mauvais romancier, un romancier de qualité mondiale est plus utile qu’un mauvais cordonnier. Mais il tenait à son idée, battait la semelle et faisait des cadeaux de bottes. Qui, en général, n’allaient pas. Il en offrit à Soukhotine, qui les mit dans sa bibliothèque à la suite des douze premiers tomes de l’ouvre de Léon Tolstoï avec l’étiquette « Tome XIII ». On ne saurait être plus objectif. D’autant plus que Tolstoï n’était vraiment pas doué. Aussi faisait-il venir, à Moscou, un « cordonnier pensif, modeste », armé d’une immense barbe noire, pour lui donner des leçons de semelle et lui apprendre à battre les quartiers. Le cordonnier arrivait à heure fixe. Un laquais lui ouvrait la porte, ganté de blanc et en livrée. Le cordonnier rejoignait le comte à l’atelier, « la tête rentrée dans les épaules, en marchant sur la pointe des pieds et en jetant des regards obliques ». Le comte, assis sur un tabouret, suait devant son pied de fer pour planter des chevilles. Le cordonnier, qui était plein de bon sens, lui disait « Laissez-moi faire ça. » Mais Léon Nicolaïévitch, sourd à tout autre appel que celui de la cordonnerie et de la vérité par la botte, s’entêtait à planter ses clous. « J’ai l’impression, écrivait-il en conséquence, d’être le seul homme sensé dans une maison de fous. » Et sa femme. « Je m’attriste que de telles forces se dépensent à coudre des bottes. C’est peut-être parfait comme détente, non comme occupation en soi. Je me tranquillise en me disant : “Peu importe à quoi l’enfant joue à condition qu’il ne pleure pas.” » www.leveil.fr, Redécouvrir Alexandre Vialatte : Poésie et réalité, chronique du songeet de la cordonnerie - Paris (75000)

Traductions du mot « ligneul »

Langue Traduction
Anglais ligneul
Espagnol ligneul
Italien ligneul
Allemand ligneul
Chinois ligneul
Arabe ligneul
Portugais ligneul
Russe ligneul
Japonais ligneul
Basque ligneul
Corse ligneul
Source : Google Translate API

Synonymes de « ligneul »

Source : synonymes de ligneul sur lebonsynonyme.fr
Partager