La langue française

Libraire

Définitions du mot « libraire »

Trésor de la Langue Française informatisé

LIBRAIRE, subst.

A. − Masc., HIST. DU LIVRE
1. [Avant l'imprimerie]
a) Copiste de manuscrits (Dict. xixes. excepté Ac.).
b) Libraire (juré). Marchand chargé de vendre les copies des manuscrits originaux sous la surveillance de l'Université, devant laquelle il a prêté serment. Les Universités se font leurs propres éditeurs, (...) déléguant leurs pouvoirs pour la vente à leurs libraires jurés (Civilis. écr.,1939, p. 14-5).
2. [Depuis l'imprimerie] Personne qui imprime et vend des livres. Libraires hollandais. Je donne mes griffonnages classiques aux libraires qui les impriment à leurs périls et fortunes (Courier, Lettres Fr. et Ital.,1809, p. 810).Je n'ai pas gagné cette somme depuis vingt ans que je suis libraire. On ne fait donc pas fortune au métier d'imprimer des romans (Balzac, Illus. perdues,1839, p. 223):
1. ... le libraire Ribou, ayant réussi à se faire communiquer le texte des Précieuses ridicules, publia cette pièce sans l'aveu de Molière et obtint même un privilège qui interdisait juridiquement à l'auteur d'imprimer cette œuvre à son tour. L. Febvre, H.-J. Martin, L'Apparition du livre, Paris, Albin Michel, 1971 [1958], p. 237.
B. − Masc. ou fém. Personne qui fait le commerce des livres (et qui parfois les édite). Libraire d'occasion. Je jouai à la libraire (...) et j'arrangeai de savants étalages. Je ne savais trop si je souhaitais plus tard écrire des livres ou en vendre (Beauvoir, Mém. j. fille,1958, p. 54):
2. ... Chadenat n'était pas un libraire comme les autres, il lisait ses livres et je me suis toujours demandé s'il ne tenait pas boutique pour acheter les livres plutôt que pour les vendre... Cendrars, Bourlinguer,1948, p. 329.
En appos. avec une valeur adj. Commis libraire. Commis employé dans une librairie. Ce Vintras, cet enfant naturel, élevé par charité à l'hôpital de Bayeux, successivement commis libraire à Paris, ouvrier tailleur à Gif et à Chevreuse (Barrès, Colline insp.,1913, p. 122).Rare. Marchand libraire (Ac. 1798-1878; Littré, Rob.).
En partic. Libraire d'assortiment. Intermédiaire qui se charge d'acheter et d'acheminer des livres pour le compte de revendeurs. (Dict. xixes. excepté Ac.).
REM. 1.
Libraire-brocanteur, subst. masc.,hapax. Ne pouvant plus compléter même les exemplaires dépareillés de sa Flore qu'il possédait encore, il avait cédé à vil prix à un libraire-brocanteur planches et texte (Hugo, Misér., t. 2, 1862, p. 261).
2.
Libraire(-)commissionnaire,(Libraire commissionnaire, Libraire-commissionnaire) subst. masc.Synon. de libraire d'assortiment.Aurons-nous placé dans un an cinq cents exemplaires de Léonide? répondit le libraire-commissionnaire à l'éditeur de Victor Ducange (Balzac, Illus. perdues,1839, p. 216).
3.
Libraire-éditeur, subst. masc.Libraire qui met en vente des livres publiés par ses soins. Je compte sur toi pour que ce libraire-éditeur donne réellement de l'argent (Villiers de L'I.-A., Corresp.,1884, p. 52).Madame Caumont, la femme du libraire-éditeur (France, Pt Pierre,1918, p. 82).
4.
Libraire-imprimeur, imprimeur-libraire, subst. masc.Personne qui cumule les fonctions d'imprimeur et de libraire. On ne lit plus, ô mon cher imprimeur-libraire! on ne lit plus que les journaux (Musset, ds Le Temps,1831, p. 70).M. Léon Bellé, libraire-imprimeur à Lagny (Bloy, Journal,1905, p. 259).
5.
Libraire-papetier, subst. masc.Commerçant qui exploite une librairie-papeterie. Le libraire-papetier (...) s'avisa de se transformer. Il adopta (...) le nom de Modern' Library (Malègue, Augustin, t. 1, 1933, p. 56).
Prononc. et Orth. : [libʀ ε:ʀ]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1284 « auteur de livre » (Jean de Meun, Art. de chevalerie, éd. W. Robert, p. 48); 2. a) 1491 « celui qui fait le commerce des livres » (Doc. ds A. Gouron et O. Terrin, Bibliographie des coutumes de France, p. 26, § 205 : Coustumier (...) imprimé par Jehan Alexandre, libraire général et garde de la librairie de l'université d'Angers); b) 1538 imprimeur libraire (Doc., ibid., p. 267, § 2146 : Coustumes (...) imprimées à Paris par Jacques Nyverd, imprimeur libraire); c) 1813 libraire-éditeur (Jouy, Hermite, t. 4, p. 1). Empr. au lat.librarius, substantivation de l'adj. librarius « relatif aux livres », signifiant « copiste » (sens également attesté aux xiveet xves., en fr.; cf. Gdf. et T.-L.) et « libraire » à l'époque impériale. Fréq. abs. littér. : 1 045. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 2 621, b) 1 484; xxes. : a) 1 024, b) 795.

Wiktionnaire

Nom commun

libraire \li.bʁɛʁ\ masculin et féminin identiques

  1. Celui ou celle qui fait le commerce des livres.
    • Vient ensuite la tomaison, qui se lie moins étroitement encore au frontispice que le nom de l'auteur, puis le nom et l'adresse du libraire. — (A. Frey, Nouveau manuel complet de Typographie, nouvelle édition revue, corrigée & augmentée par M.E. Bouchez, Manuels-Roret, 1857, part.1, page 206)
    • Le libraire avait les bras chargés de quatre lourds in-octavo qu'il déposa sur une tablette. Tout souriant, le client s'approcha, posa une série de questions, nota sur un carnet la date de l'édition, le prix des volumes […]. — (Maurice Toesca, Le libraire amoureux, Jean-Jacques Pauvert éditeur, 1975, chap. 46)
    • En mars 1978 apparaissait chez les libraires le premier reprint qui, s'il livrait enfin à de nombreux chercheurs le texte intégral, n'en respectait ni la pagination, ni le format. — (Philippe Schrauben, « Intoduction », avril 1984, dans La vraie langue celtique et Le Cromleck de Rennes-les-Bains, éd. originale : Carcassonne : chez François Pomiès, 1886, réédition : Nice : Éditions Belisane, 1984.)
    • Mais non, tu ne me dois rien, je ne suis qu'une libraire, une − vendeuse de livres, comme d'autres vendent des chapeaux ou du fromage ! Je n'ai aucun droit sur toi, et je suis bien contente ainsi. — (Eric De Kermel, La libraire de la place aux herbes: Dis moi ce que tu lis, je te dirai qui tu es, Éditions Eyrolles, 2017, page 37)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

LIBRAIRE. n. m.
Celui qui fait le commerce des livres. Boutique de libraire. L'étalage d'un libraire. Mon libraire m'envoie toutes les nouveautés intéressantes. Commis de libraire, ou Commis libraire. Imprimeur-libraire. Libraire-éditeur, Celui qui non seulement fait le commerce des livres, mais se charge de publier les manuscrits des auteurs et de les faire imprimer pour les vendre.

Littré (1872-1877)

LIBRAIRE (li-brê-r') s. m.
  • 1Au moyen âge, religieux qui, dans les monastères, était chargé de transcrire et de garder les livres (copiste de livres est le sens propre dans le latin).
  • 2 Par extension, celui qui fait le commerce des livres. Un libraire, imprimant les essais de ma plume, Donna, pour mon malheur, un trop heureux volume, Boileau, Épit. VI. Un pauvre savant qui avait travaillé dix ans pour les libraires à Amsterdam, Voltaire, Candide, 19. Les libraires hollandais gagnent un million par an, parce que les Français ont eu de l'esprit, Voltaire, Mél. littér. À un premier commis. On ne goûtait plus que ce qui venait de ce pays [l'Angleterre], ou qui passait pour en venir ; les libraires, qui sont des marchands de modes, vendaient des romans anglais comme on vend des rubans et des dentelles de point, sous le nom d'Angleterre, Voltaire, ib. À l'Acad. fr. À la honte aguerris, ces forbans littéraires Ont mis leur conscience aux gages des libraires, Chénier M. J. la Calomnie.

    Au féminin. On dit une libraire, et aussi une marchande libraire.

    Libraire-éditeur, celui qui achète des manuscrits et fait imprimer des livres à ses frais.

    Libraire d'assortiment ou commissionnaire, celui qui, moyennant un droit de commission, s'occupe du placement et de l'expédition des ouvrages fabriqués par les éditeurs.

    Imprimeur-libraire, imprimeur qui est en même temps libraire.

    Commis libraire, ou commis de librairie, commis dans une librairie.

    Libraire juré, libraire qui prêtait un serment rédigé par l'université de Paris et contenant l'obligation d'observer les règlements.

  • 3Se dit aussi des personnes qui louent des livres, qui tiennent un cabinet de lecture.

HISTORIQUE

XVe s. Et la loy faut escripre à un libraire [il faut qu'un copiste écrive la loi], Deschamps, Poésies mss. f° 219.

XVIe s. De là m'en iray aux libraires, pour chercher quelque chose de nouveau à Pallas, Despériers, Cymb. 76.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

LIBRAIRE, s. m. & f. marchand qui vend des livres & qui en imprime, si il est du nombre des imprimeurs, typographus, bibliopola, librarius.

On peut dire encore qu’un libraire est un négociant censé lettré, ou doit l’être. Ce que j’avance par rapport aux lettres ne doit pas paroître étrange, si l’on considere que c’est aux Plantins, aux Vitrés, aux Robert, Charles & Henri Etienne, qu’on doit tant de belles éditions greques & latines recommandables sur-tout par leur exactitude, & à quelques-uns de ceux du dernier siecle, nombre de belles éditions, parmi lesquels priment les Rigaud-Anisson, Mabre-Cramoisy, P. le Petit, & autres.

Le nombre des Libraires de Paris n’est pas fixé, mais celui des Imprimeurs l’est à trente-six.

Avant d’être reçu, on subit un examen sur le fait de la Librairie, suivant les ordonnances de plusieurs de nos Rois, confirmées par Louis XIV. & Louis XV.

Il faut que le candidat ait été préalablement examiné par le recteur, qui lui donne un certificat comme il est congru en langues latine & grecque.

Il parut il y a quelques années à Léipsick, une dissertation qui a pour titre, de Librariis & Bibliopolis antiquorum. Ces Bibliopoles des anciens étoient ce que nous appellons maintenant Libraires ; c’est-à-dire, marchands de livres ; & ceux que les anciens nommoient Libraires, Librarii, étoient ceux qui écrivoient les livres pour le public ; & pour les Bibliopoles, c’étoient les copistes.

A Francfort, au tems des foires, il y a des magasins ouverts, sur lesquels sont les titres des plus fameux libraires : officina Elzeviriana, Frobeniana, Morelliana, Jansoniana, &c.

Libraire. Il y avoit autrefois dans quelques églises cathédrales une dignité qui donnoit le nom de libraire à celui qui en étoit revêtu, librarius. Il y en a qui croient que le libraire étoit ce que nous appellons aujourd’hui chantre ou grand-chantre.

Libraire, terme d’Antiquité. On appelloit autrefois en latin notaires ceux qui savoient l’art d’écrire en notes abrégées, dont chacune valoit un mot ; & on nommoit libraires ou antiquaires, ceux qui transcrivoient en beaux caracteres, ou du-moins lisibles, ce qui avoit été écrit en note. On appelle aujourd’hui, en termes de palais, l’un la minute, & l’autre la grosse. Librarius. Plus de sept notaires étoient toujours prêts à écrire ce qu’il dictoit, & se soulageoient en se succédant tour-à-tour. Il n’avoit pas moins de libraires pour mettre les notes au net. Fleury.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « libraire »

Du latin librarius.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Provenç. librari ; espagn. librero ; portug. livreiro ; ital. libraio ; du lat. librarius, de liber, livre.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « libraire »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
libraire librɛr

Citations contenant le mot « libraire »

  • La boutique d'un libraire : le cimetière des vivants et des morts. De Antoine Baudeau de Somaize / Dictionnaire des précieuses
  • Pour produire un livre, seuls l'auteur et le libraire sont nécessaires. Sans parasites intermédiaires. De George Bernard Shaw
  • Ancien libraire, ancien boucher, ancien coiffeur, ça veut rien dire : être un ancien quelque chose, c’est forcément devenir un nouveau quelqu’un ! De Daniel Pennac / La Fée carabine
  • Un auteur a une fonction sociale qui consiste à aller voir des libraires, à participer à des animations culturelles, à se rendre dans des écooles. De Serge Joncour / Figaro Littéraire 2 octobre 2014
  • Il met un an pour étudier le montage du projet de librairie indépendante à vélo-cargo, tout en gardant la boutique. David Blouët s'est aussi rapproché de l'association Les Boîtes à Vélo, un réseau national de 260 entrepreneurs cyclistes. Ils ne sont que cinq libraires à vélo en France. David Blouët est le seul auvergnat.  France Bleu, La relance éco : un libraire indépendant auvergnat livre ses ouvrages à vélo-cargo
  • « Cette année, avec le Covid, on ne pourra certainement pas faire plus de dédicaces. Mais l’an prochain, elles seront plus nombreuses et régulières, commente encore le jeune libraire. Nous voulons être présents culturellement ici à l’année. Nous avons compris qu’il y a un vrai manque. » Var-Matin, Scarlett, une librairie vient de s’installer au cœur de Saint-Tropez - Var-Matin
  • On est à la limite du document. Catherine Ganz-Muller s’est inspirée du témoignage de Hans Schmitt, libraire à Cologne pendant la terreur nazie, et nombre de ses personnages sont proches de personnes réelles. Tous les événements relatés sont historiquement exacts. Et le texte, formellement très classique, vise la précision, la simplicité, sans effet ni fioriture. Télérama, Livre pour ados : “Le Libraire de Cologne”, le poignant combat d’un jeune homme pendant la terreur nazie

Images d'illustration du mot « libraire »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « libraire »

Langue Traduction
Anglais bookseller
Espagnol librero
Italien libraio
Allemand buchhändler
Chinois 书商
Arabe بائع كتب
Portugais livreiro
Russe продавец книг
Japonais 書店
Basque librero
Corse libreria
Source : Google Translate API

Libraire

Retour au sommaire ➦

Partager