La langue française

Landier

Définitions du mot « landier »

Trésor de la Langue Française informatisé

LANDIER, subst. masc.

Grand chenet que l'on peut trouver aujourd'hui dans les cheminées d'agrément et qui autrefois, dans les grandes cheminées de cuisine, supportait des broches à rôtir et permettait de maintenir à la chaleur du charbon de bois des aliments dans les corbeilles de fer les surmontant. La lumière, entrant par les vitres, chauffait la pièce, miroitait sur les landiers de fer, accroupis au fond de l'âtre (Moselly, Terres lorr.,1907, p. 41).On lui réchauffa les pieds contre des landiers brûlants (Queffélec, Recteur,1944, p. 135):
Sous le manteau de la cheminée, deux landiers supportent les bûches, dont la flamme lèche les flancs de la marmite, suspendue à l'un des crans de la crémaillère. Leurs montants, qui s'avancent, reçoivent, dans les corbeilles de fer qui les couronnent, les plats à tenir au chaud... Faral, Vie temps st Louis,1942, p. 157.
Prononc. et Orth. : [lɑ ̃dje]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. Dernier tiers du xiiies. [date du ms. A 4] (Charroi Nîmes, éd. D. Mc Millan, 777, var.). Issu, par agglutination de l'art. déf., de l'a. fr. andier (xiiies. ds T.-L.), lui-même issu du gaul. *andéros « jeune taureau » (cf. irl. ainder « jeune femme »; gallois anner « génisse »), les landiers étant souvent ornés de têtes d'animaux à leurs extrémités. FEW t. 1, p. 94a. Fréq. abs. littér. : 21. Bbg. Benoît (P.). Die Bezeichnungen für Feuerbock und Feuerkette im Französischen... Z. rom. Philol. 1924, t. 44, pp. 391-395.

Landier, subst. masc.,région. (Ouest). Ajonc. Qu'à votre chaperon passiez blanches coquilles, Jaunes fleurs de landier, ou bien quelques bluets (Brizeux, Marie,1840, p. 81).

Wiktionnaire

Nom commun

landier \lɑ̃.dje\ masculin

  1. Chenet de fer dont on se servait dans les cuisines.
    • La méthode de tiser le feu , en se servant de landiers, procure une infinité d'avantages dont voici les principaux. — (Abbé Rozier, Observations sur la physique, sur l'histoire naturelle et sur les arts, tome 20, Paris : au bureau du Journal de Physique, 1782, page 187)
    • Et il secoua rudement le vieillard, qui chancela et faillit tomber la tête contre le landier de fer de la cheminée. — (Octave Mirbeau, Le Calvaire , 1886)
    • La grande cheminée n’avait plus sa crémaillère, ni ses hauts landiers ; il ne restait dans la salle que les épaisses rondelles de bois qui avaient servi de sièges aux enfants de Jean le Rouge. — (Marguerite Audoux, Marie-Claire, Grasset, 1910, Les Cahiers Rouges, page 170.)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

LANDIER. n. m.
Gros chenet de fer dont on se servait dans les anciennes cuisines.

Littré (1872-1877)

LANDIER (lan-dié ; l'r ne se lie jamais ; au pluriel, l's se lie : des lan-dié-z en fer) s. m.
  • Gros chenet de fer servant à la cuisine.

HISTORIQUE

XIIe s. Preoz et pailles, chauderons et trepiez, Et cros aguz, tenailles et landiers, li Charrois de Nymes, V. 777.

XIIIe s. Un endier de fer, Tailliar, Recueil, p. 475.

XVe s. Une payelle, ung andier, chascune piece doit un denier, Du Cange, anderius.

XVIe s. Si bien qu'ils furent contraincts de se lever de table et aller à la cuisine où ils ne trouverent ame vivante et le feu tout mort et les landiers froids comme ceux d'une confrerie, Brantôme, Capit. estrang. t. II, p. 266, dans LACURNE. Deux landiers en fer à troys chenetz, - deux landiers de fer, sans chauferetes, ayans chacun troys chenetz, Archives roy. de Chenonceau, publiées par l'abbé CHEVALIER, Paris, 1864, p. 131.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

LANDIER, s. m. (Gramm. & Cuisine.) grand chenet de cuisine. On ne sait d’où vient le proverbe, froid comme un landier, si ce n’est que cet épais instrument, quoique toujours dans le feu, n’est presque point échauffé.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « landier »

(XIIe siècle) Par agglutination de l’ et de l’ancien français andier, du gaulois *andero (« jeune taureau, bouvillon »), ornement ancien des landiers.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Wallon, andi ; bas-lat. anderius, andena ; ancien anglais, aundyern, dans PALSGRAVE, p. 196 ; d'un radical inconnu ; angl. moderne, andiron, que les étymologistes anglais regardent comme une corruption de l'anglo-saxon brandiron, chenet, de brand, tison, feu, et iron, fer. Tous les textes montrent que la forme primitive est andier, et que l'article s'y est agglutiné comme dans lendemain, sauf le texte du Charroi de Nymes, qui porte landier, s'il n'y a pas faute d'impression. Comme le chenet est proprement un petit chien et que les textes parlent de landiers à chenets, il faut sans doute entendre que le landier est la partie essentielle, et le chenet une tête ou des têtes de petit chien ornant le landier.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « landier »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
landier lɑ̃dje

Traductions du mot « landier »

Langue Traduction
Anglais landier
Espagnol más terrateniente
Italien landier
Allemand landier
Chinois 兰迪耶
Arabe لاندير
Portugais landier
Russe landier
Japonais ランディエ
Basque landier
Corse più landier
Source : Google Translate API

Synonymes de « landier »

Source : synonymes de landier sur lebonsynonyme.fr

Landier

Retour au sommaire ➦

Partager