La langue française

Jaculation

Définitions du mot « jaculation »

Trésor de la Langue Française informatisé

JACULATION, subst. fém.

Littér., rare. Élan d'enthousiasme, de ferveur; effusion exaltée. Ils [les quatre cents invités] s'exclamèrent en jaculations admiratives. (...) les journalistes invités traitèrent la pièce de chef-d'œuvre, l'actrice de divine (Péladan, Vice supr.,1884, p. 160).Il était projeté par l'une de ces impulsions qu'on ne peut traduire, par une de ces jaculations où il semble que le cœur enfle et va s'ouvrir (Huysmans, En route, t. 2, 1895, p. 44).
Prononc. : [ʒakylasjɔ ̃]. Étymol. et Hist. 1. 1530 « action de lancer une arme de jet » (Bourgoing, Bat. jud., III, 13, ds Gdf.), rare; répertorié comme terme de l'Antiq. par la lexicogr. du xixes. (cf. Boiste 1832); 2. 1884 fig. « élan d'enthousiasme » (Péladan, loc. cit.) Empr. au lat. de l'époque impérialejaculatio « action de lancer, de décocher (spéc. les armes de jet) »; cf. éjaculation.

Wiktionnaire

Nom commun

jaculation féminin

  1. Élan d’enthousiasme.
    • Et cependant, il était projeté par l’une de ces impulsions qu’on ne peut traduire, par une de ces jaculations où il semble que le cœur enfle et va s’ouvrir. — (Joris-Karl Huysmans, En route, 1895)
    • « Laissez-moi partir » ; « Je vous aime tous » : ces jaculations qui émanaient en répons de son corps souffrant, nous saisissaient d’effroi. — (Lionel Labosse, M&mnoux, Publibook, 2018, page 516).
  2. (Antiquité) Lancer de javelot.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

JACULATION (ja-ku-la-sion) s. m.
  • Terme d'antiquité. Exercice qui consistait à lancer un javelot avec la main, et par suite un trait avec un arc ou une baliste. De la jaculation équestre, titre d'un livre perdu de Pline l'Ancien.

    Par extension. Quelques-uns d'entre eux disent avoir eux-mêmes été blessés de cette espèce de jaculation, Buffon, Quadr. t. VI, p. 5.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « jaculation »

(Siècle à préciser) Du latin jaculatio (« action de lancer »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Lat. jaculationem, de jaculari (voy. JACULATEUR).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « jaculation »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
jaculation ʒakylasjɔ̃

Citations contenant le mot « jaculation »

  • Rapport global Traitement éjaculation précoce marché 2020 a brève analyse et proposition complète à léchelle du segment de marché, la taille, laction, lanalyse transversale, et les prévisions de revenus pour 2023. Le fait de rapport sur les aspects essentiels du marché Traitement éjaculation précoce sur les échelles mondiales et régionales. Il présente une analyse des facteurs de marché, les tendances de lindustrie, la dynamique du marché, les principaux acteurs et leurs limites. Par ailleurs, le marché Traitement éjaculation précoce comprend des canaux de vente, les distributeurs, les négociants, les résultats de la recherche, la conclusion, lannexe et source de données. , Traitement éjaculation précoce marché 2020 Analyse par la taille des entreprises, actions, stratégies, opportunités dinvestissement, lattente du revenu, les tendances futures, joueurs de premier plan, limpact de lindustrie et de prévision globale jusquà 2023 – JustFamous
  • Rapport global Traitement éjaculation précoce marché 2020 a brève analyse et proposition complète à léchelle du segment de marché, la taille, laction, lanalyse transversale, et les prévisions de revenus pour 2026. Le fait de rapport sur les aspects essentiels du marché Traitement éjaculation précoce sur les échelles mondiales et régionales. Il présente une analyse des facteurs de marché, les tendances de lindustrie, la dynamique du marché, les principaux acteurs et leurs limites. Par ailleurs, le marché Traitement éjaculation précoce comprend des canaux de vente, les distributeurs, les négociants, les résultats de la recherche, la conclusion, lannexe et source de données. , Impact de Covid-19 sur Traitement éjaculation précoce Industrie: Taille du marché mondial, la croissance, action, offre, demande, segments et prévisions 2020-2026 – JustFamous
  • SEXE - Rien ne sert de courir, il faut partir à point. L’Ifop publie mardi 8 octobre une enquête sur l’éjaculation précoce, menée par sondage auprès de 1957 hommes. Le Huffington Post, Près d'un tiers des hommes disent souffrir d'éjaculation précoce | Le Huffington Post LIFE
  • En effet, la justice semble avoir manifesté une jaculation précoce. L'Obs, Vidéos de Benjamin Griveaux : Alexandra de Taddeo mise en examen
  • D’où le chant, sous ses formes variées de jaculation : du port de voix le plus direct & « naturel » à la déclamation, en passant par la modulation et la psalmodie. Ce qui pose le problème de la traduction sur un plan où le poète prend le relais de l’ethnologue : « Une anthologie telle que celle-ci est destinée par nature à offrir un assemblage de versions. » L’altération phonétique, par exemple, ne peut qu’être notée qu’avec de pauvres moyens. Les significations qui se greffent, par résonance interne au chant, sur le noyau de sens, comment les faire apparaître ? Le mouvement de la parole appliquée à épuiser ces implications multiples, comment le rendre ? Qu’est-ce qu’un « vers » ? Une « strophe » ? Très vite, se superpose le problème de l’unité de l’objet verbal qu’on nomme poème. Rothenberg distingue un premier facteur dans la présence de clés, de « constantes » à l’aune desquelles se mesure la pertinence d’un ensemble : son, rythme, noms, verbes, images prégnantes... Mais surtout, un ensemble séquentiel trouve son unité dans une conception de la réalité où les transformations des données opère. On voit ainsi que l’entreprise de Rothenberg n’est pas de l’ordre du catalogue de curiosités qu’on feuillette, mais engage une réflexion sur les voies & moyens, et les fins de toute parole poétique. L’idée du « transfert d’énergie » de l’auteur (avec toutes les réserves que cette notion nécessite, ou le « poète », ou le faiseur de « charme » -, comme on voudra, en se rappelant l’étymologie, toujours), on la trouve très exactement chez Olson, et elle est reprise, sous une modalité adaptée à un autre type de pratique, dans les préfaces de Denis Roche à ses Récits complets et à Éros énergumène. Ce transfert, c’est celui qu’opère le performer, du chaman, du conteur de théogonie, ou du pourvoyeur de sens, à l’auditeur, car il faut se mettre ici dans la peau de qui écoute pour voir, et non de qui lit pour entendre, et seulement comprendre. , Les Techniciens du sacré, anthologie par Jerome Rothenberg - La Revue des Ressources
  • N’étant pas spécialiste en électrodes, j’ignore ce qu’il faudrait lui planter dans le cervelet pour qu’il cesse de décréter son importance, de montrer ses fesses comme la schtroumpfette hystérique, de rouler les mécaniques qu’il n’a pas, n’a jamais eu, car c’est un homme, il le répète assez, qui n’a rien, n’a jamais rien eu, n’aura jamais rien. Le spectacle de la politique est déjà lugubre : pourquoi surajouter cet amorphe pantin, incapable d’aligner non seulement une phrase audible mais d’écrire un mot lisible, à la jaculation publique ? C’est une énigme, sauf à croire que la misère est saine à voir, plaisante à contempler – je me hais de ne pas intervenir, de ne pas venir physiquement lui demander de retourner dans sa chambrette, entouré de livres qu’il ne comprend pas et de souvenirs qui ne veulent plus de lui. Mélenschtroumpf, à égalité parfaite avec la duègne Le Pen Marine (impropre à toute consommation), est un danger moche. Une sorte de mort à chaussures, une petite serpillère pour tribunes excessives, un torchon à débats, rempli de morgue, de suicide, de contrepèteries intellectuelles, d’amalgames vicieux, de rapprochements sordides, de décisions moisies, de programmes nauséabonds. Je me hais et, dans le même temps, je hais gentiment Jean-Luc Mélenschtroumpf (Mitterrand le méprisait déjà) : ministre pathétique, tribun calamiteux, débatteur sans étincelle, il n’est là, dans notre champ de vision, que comme ce chardon qui pousse, imbécile et laid, au milieu de la cour, parmi les tessons de bouteille, les mottes de terre et les pneus oubliés. Il est venu poser de la laideur sur la scène politique, et cette scène était déjà terriblement laide, abîmée, charognée. Ses petits emportements, à Jean-Luc, ses petites crises de nerf, ses petites prises de position à rebrousse-faux-poil : destinés à faire jouir un ego laminé par les complexes, tous les complexes, et destinés aussi à s’achever dans les poubelles de l’Histoire, dans la décharge publique des curiosités politiques. Tout ça pue la charentaise et le cercueil. La maroual et la pierre tombale. La Règle du Jeu, Yann Moix, Mélenschtroumpf - La Règle du Jeu - Littérature, Philosophie, Politique, Arts
  • Le nom " Judas " est empoisonné, il est attaché à l'espion de la porte de prison, au ver à soie sans soie qui pend, mort, d'un arbre, l'animal dépecé par le chasseur comme appât et la chaise à clous utilisée pour infliger des tortures sexuelles aux hérétiques, c'est un libelle politique, une accusation chantée par un chanteur populaire qui trahit ses racines, une malédiction collée à un ami qui retourne sa veste. Personne, aujourd'hui, c'est certain, ne souhaiterait appeler son enfant Judas. Susan Gubar vient de publier une "bio graphie" qui porte ce nom. Ce n'est pas une tentative quichotesque pour écrire la vie d'un homme que le nouveau testament n'évoque que douze fois. Ce n'est pas l'étude de sa vie mais de son appréciation, dans l'art, la littérature et l'histoire de l' Ouest. L' histoire de 2.000 ans de nombreux Judas, apôtre anomale, traître et paria, l'embrasseur homophilique du Christ, le Zélote irritant et l'homme tombé sans joie pour la rédemption. De manière plus dérangeante ; c'est l'histoire d'un Judas au nez crochu, roux, jaune qui hante tant de peintures de la dernière cène, assis de l'autre coté de la table dans un isolement torturé. C'est la représentation du totem antisémite monstrueux incarné dans le Judas-Juif. Il n'avait pas commencé carrière comme monstre. Les écrits bibliques les plus anciens ne font même pas allusion à son nom, d'ailleurs, ils ne parlent pas de la résurrection non plus. Paul ne semble pas en avoir entendu parler, notant simplement : "Jésus fut trahi" La question n'intéresse guère Marc qui ne fait que s'indigner sur son gaspillage de l'huile sainte déjà si chère qui donne à Jésus son baiser infâme et disparaît de l'histoire. Pendant toute la durée du premier siècle, les relations entre les chrétiens et les Juifs se détériorèrent, Les évangiles commençaient à rendre responsable de la crucifixion, les prêtres et les pharisiens plutôt que les Romains et leur nécessaire agent double. Judas devint "l'apôtre juif" solitaire avant que l'apparition de Jésus et ses siens. D'autres générations allèrent plus loin et les historiens nazis sont aller jusqu'à écrire que Jésus, venait, en réalité d'une tribu galiléenne non juive. en résumé Judas grandit en danger et en importance. le Judas de Matthieu est un intrigant déguisé, mais il se pend de remord. Le judas satanique, possédé, de Luc n'arrive pas à donner le baiser à Jésus car il est écarté et finit ses jours prosaïquement de telle manière qu'il s'ouvrit du milieu et que ses tripes en sautèrent A l'époque ou Jean rédigea son évangile, Judas étais devenu le trésor de guerre des apôtres et un démon sous forme humaine de plein droit. Gubar souligne laborieusement que la nature de Judas a subsisté au travers de nombreuses périodes l'histoire. Mais elle indique aussi une large progression de la disgrâce à la dignité. La première fut profonde. Dans l'art médiéval Judas devient le démon lycanthrope qui mord autant qu'il embrasse, caricature boursouflée, aux taches de sang, exécrable avec une bourse qu'il traîne comme un utérus distendu suivi d'avatars aussi divers que Shiloh ou le Dracula de Bram Stocker. Son ascension finit par atteindre un affreuse apothéose antisémite dans l'extraordinaire jaculation de Martin Luther. Comme le tripes de judas commence à danser, Luther imagine les juifs attendre au pied de la potence avec des vases d'or et d'argent afin d'attraper l'explosion. Et luther ajoute : qu'ils prirent aussi son urine la mélangèrent aux excréments, qu'ils partagèrent ce repas en buvant, raison pour laquelle ils développèrent un regard si perçant. La Renaissance essaya encore un peu plus loin. Les artistes se focalisèrent sur le baiser de Judas avec une telle attention aimante, qu'il fit moins peur. Comptes-rendus tourmentés, sophistiqués et même érotiques en lisant la virtuosité de Carracci, Caravage et les autres, Gubar nous convainc que Judas peut aussi apparaître comme une silhouette sexuelle trahissant son ami et pris dans les bras de la loi et non ceux de son amant, finalement bannie des cieux. L'auteur est très douée dans ce type de relecture de l'art et de la littérature et a passé au moins la moitié de ses livres à fureter les poèmes, les pièces, les films représentant Judas qu'elle utilise pour calligraphier son contrepoint. Sa démonstration nous explique comment la sympathie pour Judas s'est accrue pendant les Lumières et comment les écrivains commencèrent à remettre en question le justice divine qui demandait tant de souffrances non seulement de Jésus mais aussi de Judas. L' essayiste opiomane Thomas De Quincey dit que c'était son coeur brisé qui se répandit et le Méthodiste Charles Wesley remercie son Seigneur de libérer non seulement le juste mais aussi "Judas, Esau, Cain, et moi". Susan D. Gubar couvre un terrain qui coupe le souffle, de Dryden à Thomas Hardy en passant par la propagande nazie et " La Dernière Tentation du Christ" de Nikos Kazantzakis’s en 1960 qui fait de Judas l'homme de paille du plan divin. Elle privilégie l'art et non la théologie ou l'histoire des idées, ce qui rend ses écrits un peu glissant sur la surface. Le chapitre final, néanmoins récollection de l'ouvrage, n'en est pas moins magnifique parce que Judas compte aujourd'hui et chaque réinvention de son personnage reconfigure Jésus puis il n'est pas L'antéchrist mais une figure spéculaire, par qu'il évoque l'évolution de l'attitude du christianisme à l'égard du judaïsme et qu'il nous réfléchit. Il incarne notre nature la plus sombre, notre capacité pour la misère, le désespoir et l'égoïsme. Il n'est pas seulement le négatif ultime mais aussi l'ennemi intérieur. AgoraVox, Une biographie de Judas - AgoraVox le média citoyen

Traductions du mot « jaculation »

Langue Traduction
Anglais jaculation
Espagnol jaculación
Italien jaculation
Allemand jaculation
Chinois 射精
Arabe النشوة
Portugais jaculação
Russe jaculation
Japonais 射精
Basque jaculation
Corse jaculation
Source : Google Translate API

Synonymes de « jaculation »

Source : synonymes de jaculation sur lebonsynonyme.fr

Jaculation

Retour au sommaire ➦

Partager