La langue française

Hoir

Définitions du mot « hoir »

Trésor de la Langue Française informatisé

HOIR, subst. masc.

Vieilli ou région. (Suisse). Synon. de héritier, spécialement en ligne directe.Si vous possédez les titres de toutes les créances dues par la maison Grandet, votre frère ou ses hoirs ne doivent rien à personne. Bien. − Bien, répéta le bonhomme (Balzac, E. Grandet, 1834, p. 139).Les hoirs F. ont vu leur parcelle située à la Croix-sur-Lutry passer de l'affectation de zone rurale (où il était possible de construire sur un dixième de la surface) en zone verte (24 heures, Lausanne, 22 mars 1978, p. 18) :
1. ... un honneur qui touche la famille, de laquelle vous êtes le représentant et hoir pour la branche Héricourt, ensuite de votre oncle, le général, chevalier de Saint-Louis, commandeur de la Légion d'honneur, mais aujourd'hui veuf et sans postérité. Adam, Enf. Aust., 1902, p. 378.
P. anal. Leurs expressions deviennent proverbes, leurs personnages fictifs se changent en personnages réels, lesquels ont hoir et lignée (Chateaubr., Mém., t. 1, 1848, p. 504).À partir de 1880, avec les symbolistes et leurs hoirs, la littérature adopte une rigueur de position qu'on ne lui avait jamais vue (Benda, Fr. byz., 1945, p. 173) :
2. Or il est bon d'apprendre aux niais de salon (...) Qu'il [Hugo] est national, d'un vrai goût de terroir, Et que Corneille en lui reconnaîtrait son hoir. Pommier, Crâneries, 1842, p. 41.
Prononc. et Orth. : [wa:ʀ]. ,,L'h est muette`` (Fér. 1768). Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. Ca 1100 heir (Roland, éd. J. Bédier, 504), n'est plus employé que dans le domaine jur. Du lat. pop. *herem pour le class. heres, heredis « héritier, légataire »; supplanté par héritier* (appuyé par héritage*/héritier*) dans la lang. courante. Fréq. abs. littér. : 16.

Wiktionnaire

Nom commun

hoir \waʁ\ masculin

  1. (Désuet) (Droit) Héritier, ordinairement en ligne directe.
    • En droit, si vous possédez les titres de toutes les créances dues par la maison Grandet, votre frère ou ses hoirs ne doivent rien à personne. — (Honoré de Balzac, Eugénie Grandet, 1834)
    • Mais lorsqu’un notaire affirme, en s’accompagnant d’une gesticulation bilatérale, que « les enfants ne demandent pas à venir au monde », cela ne peut signifier pratiquement que deux choses : ou qu’il faut renoncer à en faire, ou qu’il faut les tuer avant qu’ils naissent, dans l’intérêt des familles et dans l’intérêt bien compris des hoirs. — (Léon Bloy, Exégèse des Lieux Communs, 1902)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

HOIR. n. m.
T. de Droit. Héritier, ordinairement en ligne directe.

Littré (1872-1877)

HOIR (oir) s. m.
  • Terme de pratique. Synonyme d'héritier. Nous signâmes deux oppositions à ce que nul hoir mâle sorti du feu maréchal de Luxembourg ne fût reçu au parlement en qualité de pair de France, Saint-Simon, 26, 45. Il lui semblait que, sous les hoirs de saint Louis, un évêque marié ne serait jamais sûr de sa place, Chateaubriand, Mém. t. VI, p. 435. Recomposez un peu l'ancien fief, et que chaque portion retourne du propriétaire laboureur à ce bon seigneur adoré de ses vassaux, pour être substitué à lui et à ses hoirs, de mâle en mâle, à perpétuité ; ses hoirs ne laboureront pas, ses vassaux peu, Courier, Lett. V.

    Terme d'ancienne jurisprudence. Hoir de quenouille, fille qui hérite.

HISTORIQUE

XIe s. Et Jurfaret qu'est ses filz et ses heirs, Ch. de Rol. XXXVII.

XIIe s. Li oir qui en issirent [du mariage] furent fier et felon, Sax. III. Et jo te di devant que heirs te durrai [donnerai], Rois, p. 144.

XIIIe s. Comme droit hoir de France [ils] font Pepin couroner, Berte, III. Se, après, mes parens moroit sans hoir de son cois, Beaumanoir, VI, 20. On doit savoir que tuit cil sont loiel oir, qui sont nés et conceus en loiel mariage, Beaumanoir, XVIII, 2. Bien savés que par maulvais hoir Dechieent [déchoient] viles et manoir, Leroux de Lincy, Prov. t. II, p. 250. Ce roy Richart pourchassa tant que il donna au conte Henry de Champaigne qui estoit demouré avec li, la royne de Jerusalem, qui estoit droit her [héritière] du royaume, Joinville, 203. Dieu, qui vous meut à ce vouloir ? Pour quel cause offristes vous l'oir De paradis à mort pour homme ? J. de Meung, Trés. 386.

XVe s. Ainssy fu le commencement de celle noble nacion françoise, couronnée d'ancienne noblece, laquelle, Dieux mercis, d'hoir en hoir est continuée, Christine de Pisan, Charles V, I, 5.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « hoir »

Du latin heres (« héritier ») → voir déshérence.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Provenç. her, du latin heres, héritier. Heres, héritier, et herus, maître, sont le même mot et tiennent au radical sanscrit har, prendre.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « hoir »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
hoir war

Citations contenant le mot « hoir »

  • La donation en avance d’hoirie présente plusieurs avantages, un avantage financier ainsi qu’un avantage fiscale, le premier avantage qui l’avantage financier permet d'anticiper le paiement des droits par le biais de la donation représente un gain financier manifeste et non négligeable par la suppression de la taxation des plus values éventuellement réaliser par votre patrimoine. Juritravail, Donation avance d’hoirie

Traductions du mot « hoir »

Langue Traduction
Anglais hoir
Espagnol hoir
Italien hoir
Allemand hoir
Chinois ir
Arabe هوير
Portugais enxada
Russe hoir
Japonais 引っ掛ける
Basque hoir
Corse cazzo
Source : Google Translate API

Synonymes de « hoir »

Source : synonymes de hoir sur lebonsynonyme.fr

Hoir

Retour au sommaire ➦

Partager