La langue française

Hiérophante

Sommaire

  • Définitions du mot hiérophante
  • Étymologie de « hiérophante »
  • Phonétique de « hiérophante »
  • Traductions du mot « hiérophante »

Définitions du mot hiérophante

Trésor de la Langue Française informatisé

HIÉROPHANTE, subst. masc.

A. − ANTIQ. GR. Prêtre qui, dans les religions à mystères, notamment à Éleusis, instruisait les futurs initiés en leur montrant solennellement les objets sacrés. Aristote fut accusé d'impiété par l'hiérophante Eurymédon, pour avoir sacrifié aux manes de sa femme, suivant le rite usité dans le culte de Cérès (Dupuis, Abr. orig. cultes,1796, p. 480).Les hiérophantes ne sont plus là, pour ouvrir la porte de bronze du Grand Sphinx au postulant (Péladan, Vice supr.,1884, p. 123) :
Le piédestal sacré s'ouvrait par derrière, d'une façon que les prêtres seuls, et le sculpteur, connaissaient. C'était là que se tenait l'hiérophante pour dicter à une jeune fille dont la voix était claire et haute les discours miraculeux qui venaient de la statue le troisième jour de la fête. Louÿs, Aphrodite,1896, p. 101.
B. − P. métaph. ou au fig., fam. Synon. prêtre, pontife.Zéphyrin Delumière, le fameux hiérophante romancier, promu récemment à d'obscures dignités dans les conciles interlopes de l'occultisme (Bloy, Femme pauvre,1897, p. 46).
REM.
Hiérophantique, adj.,hapax. À dater de ce moment, nous commençons à comprendre l'existence de cette famille hiérophantique, conservée à travers les siècles (Nerval, Illuminés,1852, p. 431).
Prononc. et Orth. : [jeʀ ɔfɑ ̃:t]. Att. ds Ac. dep. 1762. Étymol. et Hist. 1535 Theodore le Hiérophante (G. de Selve, Vies de Plut., 147 vo, édit. 1547 ds Delb. Rec.). Empr. au gr. ι ̔ ε ρ ο φ α ́ ν τ η ς « prêtre qui initiait aux mystères » (cf. le lat. chrét. hierophanta « id. »). Fréq. abs. littér. : 29.

Wiktionnaire

Nom commun

hiérophante \je.ʁɔ.fɑ̃t\ masculin (pour une femme on dit : hiérophantide)

  1. (Antiquité) Prêtre qui présidait aux mystères d’Éleusis et instruisait les initiés.
  2. (Par extension) Prêtre qui explique les mystères du sacré.
    • puis c’est toute l’histoire primitive, acceptée jusque-là avec une grossière littéralité, qui trouve d’ingénieux interprètes, hiérophantes rationalistes, qui lèvent le voile des vieux mystères. — (Ernest Renan, L’Avenir de la science, pensées de 1848, Édition C. Lévy, 1890, chapitre iii, page 46.)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

HIÉROPHANTE. n. m.
T. d'Antiquité. Titre du prêtre qui présidait aux mystères d'Éleusis et de quelques autres temples de la Grèce, et qui enseignait les choses sacrées aux initiés.

Littré (1872-1877)

HIÉROPHANTE (i-é-ro-fan-t') s. m.
  • Terme d'antiquité. Titre du prêtre qui présidait aux mystères d'Éleusis, et qui enseignait les choses sacrées aux initiés. Celui qui présidait à la cérémonie s'appelait hiérophante, et il était revêtu d'un habit singulier ; il ne lui était point permis de se marier, Rollin, Hist. anc. Œuv. t. V, p. 18, dans POUGENS. Je vois du temple saint l'auguste hiérophante, Voltaire, Olymp. V, 2. L'hiérophante leur apprenait [aux initiés] qu'au lieu d'adorer Cérès, il fallait adorer le dieu qui nourrit les hommes, Voltaire, Mœurs, Myst.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

HIÉROPHANTE, s. m. (Antiq.) ἱεροφάντης, sacrorum antistes, souverain prêtre de Cérès chez les Athéniens.

L’hiérophante étoit à Athènes un prêtre d’un ordre très-distingué ; car il étoit préposé pour enseigner les choses sacrées & les mysteres de Cérès, à ceux qui vouloient y être initiés ; & c’est de-là qu’il prenoit son nom. On lui donnoit aussi le titre de prophete ; il faisoit les sacrifices de Cérès, ou uniquement par rapport à elle ; il étoit encore le maître d’orner les statues des autres dieux, & de les porter dans les cérémonies religieuses. Il avoit sous lui plusieurs officiers qui l’aidoient dans son ministere, & qu’on nommoit exégetes, c’est-à-dire, explicateurs des choses sacrées.

Eumolpe fut le premier hiérophante que Cérès se choisit elle-même pour la célébration de ses mysteres, c’est-à-dire, que ce fut lui qui le premier y présida & les enseigna. Cet Eumolpe, selon Athénée, fut le chef d’une des plus célebres familles d’Athènes, qui seule eut la gloire de donner sans discontinuation un hiérophante aux Eleusiniens, tant que le temple de Cérès subsista parmi eux. La durée de ce sacerdoce a été de douze cens ans ; & ce qui le rend encore plus mémorable dans la seule famille des Eumolpides, c’est que celui qui étoit une fois revêtu de la dignité d’hiérophante, étoit obligé de passer toute sa vie dans le célibat, comme nous l’apprenons de Pausanias dans les Corinthiaques, de l’ancien Scholiaste de Perse sur la cinquieme satyre de ce poëte, & finalement de S. Jérome.

Ce mot hiérophante, est composé de ἱερὸς, sacré, & de φαίνω, je montre, je mets en lumiere. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « hiérophante »

Du latin hierophanta (« id. »), emprunté au grec ancien ἱεροφάντης, hierophantês (« prêtre qui initie aux mystères »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Ἱεροφάντης, de ἱερὸς, sacré, et φαίνειν, montrer (voy. PHÉNOMÈNE) : celui qui montre les choses sacrées.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « hiérophante »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
hiérophante ierɔfɑ̃t

Traductions du mot « hiérophante »

Langue Traduction
Anglais hierophant
Espagnol hierofante
Italien hierophant
Allemand hierophant
Chinois 高贵的
Arabe هيروفانت
Portugais hierofante
Russe верховный жрец
Japonais ヒエロファント
Basque hierofantea
Corse hierofante
Source : Google Translate API
Partager