La langue française

Hem, hum

Sommaire

  • Définitions du mot hem, hum
  • Étymologie de « hem »
  • Phonétique de « hem »
  • Citations contenant le mot « hem »
  • Images d'illustration du mot « hem »
  • Traductions du mot « hem »

Définitions du mot hem, hum

Trésor de la Langue Française informatisé

HEM, HUM, mot inv.

A. − [Gén. répété; s'emploie pour attirer l'attention ou signaler discrètement sa présence à qqn] Hem, hem venez par ici (Ac.1935).− Hum! Hum! Rascasse n'écoute pas. − Hum! Hum! − Rascasse : Ah! c'est vous? − Auguste : Ben... oui... n'est-ce pas? J'avais deux mots à vous dire (Achard, Voulez-vous jouer?1924, II, 6, p. 168).
Faire hum hum. Silence troublé par une discrète petite toux c'est le veilleur de nuit qui fait hum... hum... histoire de montrer qu'il est là (Prévert, Paroles,1946, p. 154).
Emploi subst. masc. Le général était écarlate; il (...) promena autour de lui des regards foudroyants, et poussa un hem! qui fut répété en écho par les cordes basses du piano (Feuillet, Camors,1867, p. 81).− Parfaitement clair, dit Lahrier. − À merveille, fit le chef; vous voilà prévenu. Et vous savez, n'ayez pas l'air de vouloir faire le malin, ou ça va... Il s'interrompit, averti par un « hum » discret, d'une présence insoupçonnée (Courteline, Ronds-de-cuir,1893, 1ertabl., II, p. 37).
B. − [Marque que le locuteur prend une distance par rapport à (la parole de) l'interlocuteur parce qu'il ne partage pas entièrement l'opinion exprimée]
[Employé seul] − Geneviève : Malgré tout, je crois en la victoire finale. − Coulange : Hum! − Geneviève : Il faut toujours croire. − Philippe : Croyons, croyons, croyons (Montherl., Exil, 1929, I, 2, p. 29). Elle s'est levée une nuit; elle a été ouvrir le robinet du gaz sans que je m'en doute, et puis elle s'est recouchée près de moi. Voilà. − Garcin : Hum! − Inès : Quoi? − Garcin : Rien. Ça n'est pas propre (Sartre, Huis clos,1944, 5, p. 144).
[Employé avec une phrase explicitant ce qui motive la réticence du locuteur] − Monsieur, observa le voisin, est-ce que vous ne trouvez pas que maître Jacques Charmolue a l'air très doux? − Hum! répondit Gringoire. Je me méfie d'une douceur qui a les narines pincées et les lèvres minces (Hugo, N.-D. Paris,1832, p. 352).− Avons-nous quelque chance de nous en tirer, Monsieur Cyrus? demanda le marin. − Oui, Pencroff. − Hum! Six contre cinquante! (Verne, Île myst.,1874, p. 437).Jusserand n'est pas sans excuses. − Il n'y a pas d'excuses. − Hum! Il ne faut pas s'emballer. D'abord, il a parlé de passion. La passion, c'est quelque chose d'éminemment respectable (Duhamel, Désert Bièvres,1937, p. 224).
En partic.
1. [Employé avec une phrase rectifiant les propos de l'interlocuteur] − Trembler!... Vous tremblez toujours. Ah! les Turcs ont raison : Allah a fait le lièvre et l'Arménien... − Hum! Vous connaissez mal le proverbe, ou vous le citez trop poliment... Les Turcs disent : « Allah a fait le lièvre, le serpent et l'Arménien... » (Farrère, Homme qui assass.,1907, p. 209).
2. [Suivi d'un discours que le locuteur s'adresse à lui-même] − Une indiscrétion de votre part, acheva le groom à mi-voix, serait peut-être l'arrêt de mort d'un homme. − Hum! pensa le baron, prenant place dans le char, je croyais aller à un duel, et voici que j'entre en plein roman... Oh! les femmes... (Ponson du Terr., Rocambole, t. 3, 1859, p. 395).
C. − [Marque que le locuteur éprouve de la gêne à expliciter sa pensée à l'interlocuteur]
[Employé seul] − Gosta s'est levé inquiet, il va vers eux : Qu'est-ce que vous vouliez me dire au sujet de la petite? − Tarde : Hé bien, voilà... Hum! − MmeTarde : Oh! rien de grave, tu sais... (Anouilh, Sauvage,1938, I, p. 134).
[Employé avec une phrase explicitant la pensée du locuteur] − Encore un peu de patience, Messieurs. Vous, Monsieur Bénin, veuillez formuler clairement votre question. − Hum! Voilà. Nous voulons nous venger (Romains, Copains,1913, p. 59).
En partic. [Employé dans une réponse] − As-tu vu comme ils étoient armés? − Oui; mais que penses-tu de ces gens-là? − Hum!... Ils n'ont pas bonne mine... Ce sont peut-être les brûleurs de la prison... (Balzac, Annette, t. 4, 1824, p. 135).Vous connaissez Gohier? − Je crois bien. Quel talent! Je le disais hier à... − Très bien. Vous savez qu'il a un procès. − Hum! oui... Je crois que j'ai lu ça (Clemenceau, Vers réparation,1899, p. 507).
D. − [S'emploie pour marquer que le locuteur veut reprendre le fil du discours après une digression ou une interruption malgré la gêne qu'il sent que cela entraîne pour l'interlocteur] − Je sors si peu, reprit-elle pour s'excuser. Il y eut une seconde de gêne. André, à tout hasard, saisit la conversation là où elle était restée gisante : − Hum... oui, en effet, nous nous rencontrons bien rarement... (Martin du G., Devenir,1909, p. 171).
Rem. La graphie hem n'est pas attestée ds la docum. pour les emplois B, C, D.
REM. 1.
Hm, mot inv.,synon. supra C.Pas de distinguos, pas de dialectique, rien de tout cela. Je veux du solide. J'écoute. − Hm hm, fit Onésiphore. Je ne puis répondre aux trois questions simultanément : mon discours est linéaire, comme tout discours humain. − Où veux-tu en venir? (Queneau, Les Fleurs bleues, Paris, Gallimard, 1965, p. 40).
2.
Hmm, mot inv.a) [Marque que le locuteur prend une distance par rapport à (la parole de) l'interlocuteur (bien qu'il puisse en apprécier le contenu)] − Mais il n'est pas étranger. C'est un Français. − Il semble assez excentrique. − Hmm! Il y a là une modulation parfaite, qui traduit à la fois la flatteuse opinion qu'on a du client, bien sûr, − celle, non moins flatteuse, qu'on a de votre discernement − la certitude que cette excentricité, manifestée par un habitant de l'hôtel, ne saurait être que du meilleur aloi, − et pour finir, et pour résumer tout cela, − une gêne évidente (Gracq, Beau tén.,1945, p. 109).Camerino : Le Saint-Père nous offre Spolète et Foligno! Malatesta : Pas moins que cela! − Contre quoi? Camerino : Contre rien. Malatesta : Hmm... Spolète et Foligno, ces perles! Est-ce qu'on se mettrait à reconnaître mes services? (Montherl., Malatesta,1946, I, 6, p. 448).b) [Marque l'appréciation positive de qqc.] Hmm, comme c'est bon!
Prononc. et Orth. : hum [œm] init. asp. Transcr. [ɔm] init. asp. comme hom ds Littré. Hum est majoritaire ds la docum. mais n'est pas attesté ds Ac. Il exprime le plus souvent le doute, la méfiance comme hom [ɔm] init. asp. qui est attesté ds Ac. 1935. Var. hmm! (rem. 2). Hem [εm] init. asp. sert à appeler, à attirer l'attention sur sa présence ou la présence de qqn. Il est attesté ds Ac. dep. 1694. Il y a interférence entre les deux sens et les trois formes graph. Ainsi Ac. 1694-1878 traite, s.v. hem, le sens de « appel »; Ac. 1935 y ajoute celui de « doute ». La docum. donne des ex. de hum au sens de « appel » (v. Courteline, loc. cit.). Étymol. et Hist. Av. 1544 hem (Marot, Second colloque d'Erasme, éd. P. Jannet, t. 4, p. 29); 1611 Humhum (Cotgr.); 1680 hom! (Hauteroche, Crispin médecin, II, 37 ds DG). Onomatopée; hem servant à attirer l'attention est déjà attesté en latin. Fréq. abs. littér. : 23. Bbg. Quem. DDL t. 7.

Wiktionnaire

Nom commun

hem (h aspiré)\ɛm\ masculin

  1. (Médecine) Sensation d’embarras qui, se faisant sentir dans l’arrière-gorge, porte à faire une expiration courte et rauque, et qui est un des symptômes fréquents de l’angine glanduleuse.

Nom commun

hum \hʌm\

  1. Fredon.

Verbe

hum \hʌm\

  1. Ronronner, vrombir (machine).
  2. Fredonner (personne)
  3. Bourdonner (insecte).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

HEM. (H est aspirée.) Interjection
dont on se sert pour appeler. Hem, hem, venez ici. Elle exprime aussi le doute, l'hésitation, la défiance.

Littré (1872-1877)

HEM (hèm') interj.
  • 1On s'en sert pour appeler. Hem, hem, venez çà.
  • 2On s'en sert aussi pour interroger. As-tu l'effronterie de m'assurer que tu n'as rien vu ? hem ! réponds, parle, Hauteroche, le Coch. 3. Beau-père, ainsi je crois que je suis gentilhomme ; Hem ? Th. Corneille, Comt. d'Orgueil, II, 1. On me parlait, je n'entendais pas : hem ! quoi, que voulez-vous ? voilà tout ce qu'on pouvait tirer de moi, Marivaux, Marianne, 6e part.
  • 3On l'emploie pour se débarrasser la gorge. La, la… hem, hem, écoute avec soin, je te prie, Molière, Fâch. I, 5. Damis : Hem, hem, hem. - Lavigne : Voilà une mauvaise espèce de rhume, Dancourt, la Parisienne, sc. 1.

    S. m. Sa façon de tousser, son hem, j'attrape tout, Hauteroche, Bourg. de qualité, II, 2.

  • 4Hem, hem, se dit quelquefois pour faire comprendre, sans l'exprimer, une pensée, et surtout une pensée défavorable. Cette Raimond est assurément hem, hem, avec cette coiffe que vous connaissez, Sévigné, 5 nov. 1676.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

HEM, s. m. (Chimie.) les fourneaux dans lesquels le lapis calaminaris ou la calamine est cuite, ont un foyer dressé d’un côté d’un fourneau, & séparé du fourneau même par une division ouverte par en haut, par où la flamme passe, chauffant ainsi & cuisant la calamine. Cette séparation est appellée le hem.

On se sert aussi de ce fourneau pour faire le cuivre jaune. Voyez les art. Cuivre & Léton.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « hem »

Du latin hem (« hé »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « hem »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
hem ɛm

Citations contenant le mot « hem »

  • LES NOUVEAUX MAIRES. Près de 30 communes (sur 89) de l’Audomarois ont un ou une nouvelle maire cette année. Tous les jours, nous vous présentons un de ces nouveaux élus. Voici, Jean-Paul Vasseur, nouveau maire de Tournehem-sur-la-Hem. La Voix du Nord, Tournehem-sur-la-Hem: stationnement et voûte, les premiers dossiers de Jean-Paul Vasseur
  • La parole, les mots, la langue sont fixés par une convention et un accord humains. De David Hume
  • La coutume, ainsi, est le grand guide de la vie humaine. De David Hume
  • L'amour est un mot trop faible pour décrire ce que je ressens pour toi. Je te âme, je te hume, je totem, je t’intime ! De Woody Allen / Annie Hall
  • Un livre, cela se dévore et se hume, c’est un parfum qui est une nourriture, une odeur qui est un incendie. De Hubert Juin / Le Double et la doublure
  • L'euro est à l'Europe ce que l'huma est à l'Humanité. De Jean Cardonnel
  • Après la trentaine, les humais sombrent dans l'horreur. De Witold Gombrowicz / Ferdydurke
  • La raison bonus (avec humour) est que cela crée des emplois de scientifiques. Atlantico.fr, Hum hum : et le mystère des sons entendus sur la planète s’éclaircit enfin | Atlantico.fr

Images d'illustration du mot « hem »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « hem »

Langue Traduction
Anglais hem
Espagnol dobladillo
Italien orlare
Allemand saum
Chinois 下摆
Arabe هدب
Portugais bainha
Russe гм
Japonais
Basque hem
Corse orlo
Source : Google Translate API
Partager