La langue française

Gorgone

Sommaire

  • Définitions du mot gorgone
  • Étymologie de « gorgone »
  • Phonétique de « gorgone »
  • Citations contenant le mot « gorgone »
  • Traductions du mot « gorgone »
  • Synonymes de « gorgone »

Définitions du mot gorgone

Trésor de la Langue Française informatisé

GORGONE, subst. fém.

A. −
1. MYTH. GR. Personnage fabuleux, de type plutôt féminin, qui se caractérise généralement par des ailes, des défenses de sanglier, une chevelure de serpents, un regard fixe, pétrifiant et qui symbolise une puissance redoutable. Les trois Gorgones : Méduse, Euryale, Sthényo. Jamais guivre, jamais gorgone (...) ne fut plus lippue, plus hideuse, plus sinistre, plus épouvantable à voir (Du Camp, Hollande,1859, p. 91).L'on ne savait trop (...) si tel monstre, comme le sphinx ou la gorgone dont triomphait Œdipe ou Bellérophon, tenait ou de l'homme ou du dieu (Gide, Thésée,1946, p. 1417).Cf. aussi capripède ex. 1.
P. méton., B.-A. Représentation de ce personnage, notamment de sa tête. Blocs taillés, où des gorgones Dardent les réseaux noirs des vipères mortelles (Verhaeren, Villes tentac.,1895, p. 135).
2. Au fig.
a) Personne qui inspire une forte répulsion par sa laideur, sa méchanceté, etc. D'après ces préséances de hideur, passait successivement (...) une série de têtes de gorgones (...) l'embryon suisse Marat (...) pérorait le premier (Chateaubr., Mém., t. 1, 1848, p. 376).Bergaillot avait encore un petit frisson quand il revoyait ses cheveux gris (...) une gorgone en tablier sale [la mère Lacombe] (Magnane, Bête à concours,1941, p. 447).
b) Chose qui rebute, effraie. On avait vu (...) la rage, la rancune, toutes les gorgones, triompher (Hugo, Quatre-vingt-treize,1874, p. 208).Cette maison (...) était, en réalité, gluante (...). La Gorgone du vomissement était accroupie dans la cuisine (Bloy, Femme pauvre,1897, p. 221).
B. − [P. anal. de forme] HIST. NAT. Animal marin (Cœlentérés), à polypier corné en ramifications arborescentes. Gorgone éventail. La bête et la fleur [marines] sont confuses. (...) éventails jaunes, lilas, moirés Des gorgones, dont les rameaux sont ajourés Comme du filigrane (Richepin, Mer,1886, p. 66).Gorgone verruqueuse. Cette espèce est un Polypier se présentant sous forme d'arbuscules très rameux (Coupin, Animaux de nos pays,1909, p. 168).Cf. aussi coralline A rem.
REM.
Gorgonien, -ienne, adj.,littér. Qui caractérise ou évoque la gorgone. Une lamentation gorgonienne emplit les montagnes et les vallées (Claudel, Tête d'or,1890, 3epart., p. 152).
Prononc. et Orth. : [gɔ ʀgɔn]. Ds Ac. dep. 1798. Étymol. et Hist. 1. Av. 1560 Gorgonne myth. (Du Bellay, Œuvres, éd. H. Chamard, II, 201); p. anal. 2. 1775 zool. subst. masc. (Valm., s.v. zoophyte). Empr. au lat. de l'époque imp.Gorgona, class. Gorgo(n), -onis, du gr. Γ ο ρ γ ω ́ de γ ο ρ γ ο ́ ς « terrible ». On trouve un lat. sc. Gorgonia (1745, Linné, Amoenitates academicae, I ds Agassiz Pol.) déjà attesté chez Pline, d'où début xvies. le fr. Gorgonia « corail » (J. Lemaire de Belges, Couronne margaritique, éd. J. Stecher, t. 4, p. 84). Fréq. abs. littér. : 22.

Wiktionnaire

Nom commun

gorgone \ɡɔʁ.ɡɔn\ féminin

  1. (Mythologie) Gorgone.
    • Et la décoration s’avère d’un raffinement inouï. Sur ses deux anses en volutes, la gorgone Méduse est représentée avec un visage effrayant, un corselet d’écailles et les jambes serpentiformes. — (Pierre Barthélémy, Des archéologues replongent dans la fabuleuse tombe celte de Vix, Le Monde. Mis en ligne le 19 septembre 2019)
  2. (Zoologie) Genre de polypiers communs en Méditerranée, ils ressemblent à des arbrisseaux.
  3. (Entomologie) Espèce de papillon diurne de la famille des nymphalidés.
  4. Femme méchante ou très laide.
  5. (Architecture) Tête décorative, vue de face, à la bouche ouverte, à chevelure de serpents.
    • On eût dit que quelque autre église avait envoyé à l’assaut de Notre-Dame ses gorgones, ses dogues, ses drées, ses démons. — (Victor Hugo, Notre-Dame de Paris, 1831)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

GORGONE. n. f.
T. d'Histoire naturelle. Genre de polypiers qui ressemblent à des arbrisseaux.

Littré (1872-1877)

GORGONE (gor-go-n') s. f.
  • 1 Terme de mythologie. Nom de trois femmes, Méduse, Euryale et Sthényo, ayant le pouvoir de pétrifier ceux qui les regardaient. Ensuite [dans un tableau] est encore Persée, qui exécute l'entreprise des Gorgones et coupe la tête à Méduse, étant à couvert du bouclier de Minerve ; mais il ne sait pas encore quelle sera la fin de l'aventure, et n'a pas vu la tête de la Gorgone placée dans le bouclier ; car il sait bien que la vue en est mortelle, Perrot D'Ablancourt, Lucien, Louange d'une maison.

    La tête de Méduse que portait l'égide ou bouclier de Minerve. C'est ainsi que Minerve, en un instant formée, Du front de Jupiter s'élance toute armée, Secouant et le glaive et le casque guerrier, Et l'horrible Gorgone à l'aspect meurtrier, Chénier, Invention.

  • 2Genre de polypiers qui ressemblent à des arbrisseaux. Une gorgone.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

GORGONE (la-) Géog. petite île inhabitée de la mer du Sud, sous le troisieme degré de latit. septentrionale ; à environ quatre lieues du continent, & à trente-huit de Capo-Corientes ; nord-quart au nord-est, & sud-quart au sud-oüest : il y pleut perpétuellement, au rapport de Dampierre, qui la nomme Gorgonia. On y trouve quantité de petits singes noirs, & quelques huîtres qui ont des perles. (D. J.)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « gorgone »

Du latin Gorgo, Gorgonis.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Γοργώ, γοργών, γοργόνη, Gorgone, de γόργος, terrible, vif.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « gorgone »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
gorgone gɔrgɔn

Citations contenant le mot « gorgone »

  • « Le problème, c’est que ces filets continuent à "pêcher" pour rien, les poissons se prennent dedans et meurent, mais ils détruisent aussi le milieu. Sur le tombant que nous avons dégagé, la surface de la roche est complètement arasée. Il n’y a presque plus rien, plus aucune gorgone [des coraux]. Il ne restait plus que quelques petites éponges plates. Et, en plus, ces filets, qui se concrétionnent au fil du temps, bouchent les nurseries à poissons », explique aussi le directeur de plongée. , Méditerranée : « Ils continuent à tuer les poissons pour rien », une association traque les filets abandonnés en mer
  • La présence d’inclusions végétales (de nombreuses fibres font la trame) ou minérales (tuf ici, gorgone là, pigments un peu partout), les traces laissées par les divers êtres dans la matière de l’œuvre et enfin toutes les matrices graphiques qui surgissent en tous sens — tout cela forme un monde qui s’égaie de l’empreinte à l’idée. , Sur Les Figures de la Terre - La Revue des Ressources
  • L’odyssée homérique s’est belle et bien déplacée au musée de l’antiquité à Alger pour nous ramener vers la mythologie grecque; un voyage prémonitoire pour nous faire découvrir la face cachée de l’incroyable masque de Gorgone. Soumise à de multiples convoitises, cette magnifique curiosité héllenique a retenti du fond des âges pour s’installer dans l’intrigue, et se faire “kidnapper” à partir de son socle. Elle fut enfin récupérée grace à la détermination de ses anges gardiens, qui n’ont lésé sur aucun moyen pour la ramener au bercail. Une affaire hitchcockienne qui se termina dans le plus grand style rocambolesque avec la disparition des baigneuses du Hamma : Malédiction des dieux de l’olympe ou encore un châtiment de poursuite contre ces magnifiques statues qui n’ont toujours pas révélé tous leurs secrets ? Histoire oblige, à l’époque pré-olympienne, il existait trois Gorgones déjà et pas des moindres. Elles étaient très laides, généralement représentées la bouche grande ouverte et les cheveux en serpents entremêlés. Mais leurs représentations sont très variées et on les retrouve sur de nombreux monuments d’époque. Dans L’Odyssée, Homère les évoque comme étant des monstres des Enfers. Hésiode affirme qu’elles sont les trois filles des divinités marines Phorcys et Céto, et les identifie ainsi : Sthéno la puissante, Euryale grand domaine et Méduse, la plus célèbre et la seule à être mortelle. D’autres auteurs grecs leur donne des filiations différentes et situent leur demeure à l’extrême ouest du monde, du côté des Hespérides, selon Hésiode, chez les Hyperboréens, au nord, selon Pindare ou, le plus souvent, à l’ouest de la Libye. Selon le mythe, leur regard figeait ceux qui voyaient leurs visages tant elles étaient laides. Au musée national des Antiquités à Alger, où le masque repose depuis son rapatriement de Tunis, la salle des cultes païens ne désempli pas avec un rush impressionnant des adeptes de ce magnifique totem. d’abord, contrairement à l’idée qu’on peut avoir en regardant les photos dans la presse nationale, notre Gorgone est grande. Elle n’a pas la taille d’une tête, elle fait un bon mètre de hauteur. Elle est pour le moins impressionnante, et son poids dépassant les 300kg est assez visible, mais elle n’a aucun effet maléfique mais plutôt un impressionnant pouvoir captivant. Majestueusement posée sur un grand socle couvert d’une étoffe noire, la Gorgone, d’un marbre blanc encore éclatant malgré les siècles, s’observe quasiment en contre-plongée. La première sensation en s’approchant : l’envie de la toucher. Aux quelques éraflures visibles, on devine qu’elle a été malmenée durant son transport. Ses grands yeux mi-clos donnent l’impression qu’elle dort paisiblement, ses cheveux, sans être des serpents entremêlés comme sa sœur Méduse. Les sœurs se retrouvent. Et même s’il manque la troisième, on ne saura pas s’il s’agit de Sthéno ou d’Euryale. Par contre, une chose est sûre, le regard de Méduse est là pour veiller sur la sœur. «Quel que soit l’endroit où vous vous tenez, le regard de Méduse semble vous suivre, comme La Mona Lisa ! N’est pas là un clin d’œil à Leonard de Vinci, où l’art florentin semblait déjà copier notre gorgone. Il y aura de tout temps une place pour d’autres chefs-d’œuvre, mystérieusement enfouies dans des sites qui demandent à être explorées pour en tirer davantage de traçabilité sur la mythologie grecque au-delà de ses frontières helléniques. Le plus ancien géographe romain, Pomponius Mela, décrit la Gorgone comme étant dérivée du catoblépas, une bête monstrueuse vivant en Afrique qui ressemble à un buffle noir dont la tête est très lourde, dotée d’une énorme crinière et dont le regard tourné vers le bas aurait le pouvoir de pétrifier ceux qu’elle regarde. Cette description —la taille de la tête, le regard baissé…— ressemble beaucoup à notre Gorgone, sauf qu’elle n’a rien de laid. C’est que sa représentation s’est modifiée avec le temps et a perdu son aspect grotesque et terrifiant. Mohamed Bentaleb   , Dans les méandres des musées : La Gorgone d’Alger

Traductions du mot « gorgone »

Langue Traduction
Anglais gorgon
Espagnol gorgona
Italien gorgone
Allemand gorgon
Chinois 戈贡
Arabe جورجون
Portugais górgona
Russe горгона
Japonais ゴルゴン
Basque gorgon
Corse gorgonu
Source : Google Translate API

Synonymes de « gorgone »

Source : synonymes de gorgone sur lebonsynonyme.fr
Partager