La langue française

Gland

Définitions du mot « gland »

Trésor de la Langue Française informatisé

GLAND, subst. masc.

A. − Fruit du chêne contenant une grosse graine farineuse, enveloppée à sa base dans une cupule à fines aspérités. Cochons qui se nourrissent de glands. Des glands de chêne garnis de leurs capsules (Crèvecœur, Voyage, t. 2, 1801, p. 246) :
1. Quant aux fruits qui viennent au sommet des grands arbres, ils sont, pour l'ordinaire, revêtus de coques dures et d'enveloppes molles ou élastiques, dont l'épaisseur est proportionnée à leur volume. Ainsi (...) le gland est à demi enchâssé dans un chaton, qui le préserve de toute meurtrissure parmi les rameaux d'un arbre qui s'élève dans la région des tempêtes. Bern. de St-P., Harm. nat.,1814, p. 95.
Rem. Le gland est pris qqf. comme symbole de la nourriture des premiers hommes (emploi vieilli). Les dons de Cérès, que Triptolème fit connoître au pieux Arcas, remplacent le gland dont se nourrissoient jadis les Pélasges, premiers habitants de l'Arcadie (Chateaubr., Martyrs, t. 1, 1810, p. 153).
Loc. proverbiale. ,,Ne nous remets pas au gland quand nous avons du blé.`` (Nouv. Lar. ill.) ,,Il ne faut pas faire au peuple une position pire que celle dont il jouit`` (Nouv. Lar. ill.). Quoi, même après le blé vous retournez aux glands! (Chénier, Bucoliques,1794, p. 246).
Gland doux. Gland comestible de certaines espèces de chênes. Les pauvres gens croyaient se faire du bien en buvant du café de glands doux (Barrès, Cahiers, t. 5, 1907, p. 290).Il a faim : il n'a plus dans un pli de son manteau crevé, qu'une poignée de ces glands doux dont il faisait, pareil aux pourceaux qu'il gardait, sa nourriture (Gide, Retour enf. prod.,1907, p. 476).
BLAS. Gland de chêne. Gland figuré sur l'écu, la tige vers le haut (cf. Grandm. 1852). Gland versé. Gland dont la tige est tournée vers le bas de l'écu (cf. Grandm. 1852).
P. anal., rare. Fruit qui ressemble à celui du chêne (fruit du châtaignier, du hêtre...). Un magnifique double pavot rouge accompagné de ses glands prêts à s'ouvrir (Balzac, Lys,1836, p. 121).
B. − [P. anal. de forme]
1. ANAT. Extrémité de la verge et du clitoris. Couronne, inflammation du gland. Quelques-uns [de ces peuples] se font une espèce d'infibulation, en retirant le prépuce en avant du gland de la verge, et en l'y fixant par le moyen d'une ligature (Voy. La Pérouse,t. 4, 1797, p. 14).La membrane du gland de la verge ou du clitoris (Cuvier, Anat. comp., t. 5, 1805, p. 122).
P. méton., pop. ,,Sexe de l'homme`` (Le Breton Argot 1975) :
2. Latex sortit son sexe de sa braguette : − Regarde! dit-il, et tire ton chapeau : j'en ai fait six avec. − Six quoi? − Six lards. Et des beaux, t'sais, qui pesaient à chaque coup dans les vingt livres; je sais pas qui va les nourrir à présent. Mais vous nous en ferez d'autres, dit-il, tendrement penché sur son gland. Sartre, Mort ds âme,1949, p. 108.
2. ARCHIT. ,,Sculpture ornementale ayant la forme du gland`` (Noël 1968 et Vogüé-Neufville 1971).
3. TECHNOL. Ornement de bois, de métal ou de passementerie ayant la forme d'un gland et souvent terminé par des galons pendants ou des freluches. Glands de coussins, de rideaux; gland de casquette, de sonnette; glands de perles. Les colliers de maroquin rouge, qui tombent en frange sur le poitrail, sont ornés également de glands d'argent et d'or et de touffes de perles (Lamart., Voy. Orient, t. 2, 1835, p. 226).Des cordons terminés par des glands à franges (Giraudoux, Bella,1926, p. 141).
Glands du poêle. Glands qui terminent les cordons accrochés aux coins du corbillard. Le maître de cérémonie entrait avec la liste des personnes qui devaient porter un gland (Mauriac, Nœud vip.,1932, p. 244) :
3. − Maintenant, il nous survient une grande difficulté, dit le maître des cérémonies. Nous avons les quatre glands du poêle à garnir... S'il n'y a personne, qui les tiendra?... Voici dix heures et demie, dit-il en consultant sa montre, on nous attend à l'église. Balzac, Cous. Pons,1847, p. 291.
C. − Au fig., vulg. Sot, imbécile. Excepté deux facteurs qui bouffent du saucisson dans un coin et un vieux gland qui sirote un Vittel, c'est l'heure creuse (San-Antonio, C'est mort et ça n'sait pas,p. 115 ds Cellard-Rey 1980).
REM. 1.
Glandé, adj. masc.,blas. Chêne glandé. ,,Chêne représenté sur l'eau chargé de glands d'un émail différent de celui de l'arbre`` (Ac.).
2.
Glandifère, adj.Qui porte des glands. La kagura sacrée sur son estrade, le visage encadré de la coiffe blanche, tenant dévotieusement entre ses mains la touffe d'or, le rameau glandifère (Claudel, Connaiss. Est,1907, p. 82).
3.
Glandivore, adj.Qui se nourrit de glands. Le cochon est glandivore (Lar. 19e). Emploi subst., au fig., rare. Les vieux glandivores s'étaient ventrouillés dans le purin de cette éloquence et avaient voté, haut la patte, la loi (Huysmans, Oblat, t. 2, 1903, p. 87).
Prononc. et Orth. : [glɑ ̃]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. Av. 1105 judéo-fr. glant (Gl. de Raschi, 548, p. 76 ds T.-L.); ca 1165 la glant ici, valeur coll. (G. d'Angleterre, éd. M. Wilmotte, 430); 2. 1538 anat. (J. Canappe, 14eLivre de la Méthode thérapeutique de Galien ds Fr. mod. t. 18, p. 271); 3. arg. 1901 (d'apr. Esn.). Du lat. glans, glandis, fém. « gland de chêne » et p. anal. terme d'anatomie. Fréq. abs. littér. : 390. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 956, b) 666; xxes. : a) 367, b) 263. Bbg. Gohin1903, p. 286 (s.v. glandivore). - Quem. DDL t. 2; t. 5 (s.v. glandifère).

Wiktionnaire

Nom commun 1

gland \ɡlɑ̃\ masculin

  1. Fruit du chêne, akène logé dans une cupule.
    • Pourquoi trouve-t-on à la fin de l’automne dans le trou d'un mulot assez de gland pour le nourrir jusqu'à l'été suivant ? — (Georges-Louis Leclerc de Buffon, Discours sur la nature des animaux, in Œuvres, Bibliothèque de la Pléiade, 2007, page 488.)
    • Le Chêne est un grand arbre, un des plus vigoureux arbres de nos forêts. Son bois sert à toutes sortes d’usage. On l’emploie surtout pour les ouvrages solides et qui doivent durer. Son fruit, nommé gland, est enfermé dans une capsule qu'on nomme calice ; parce qu'elle en a la forme.— (Napoléon Landais, Choix de fables de La Fontaine expliquées aux enfants, E. Picard (Paris), 1846, p.71)
    • La malédiction de saint Withold soit sur ces damnés pourceaux ! dit le porcher après avoir violemment soufflé dans sa corne pour rassembler la troupe éparse des porcs, lesquels répondirent à son appel sur des tons également mélodieux, mais ne s’empressèrent pas toutefois de quitter le banquet luxurieux de faines et de glands dont ils s’engraissaient, […]. — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • Comme l’inaction des jeudis lui paraissait un gaspillage criminel, elle avait fondé la Société du Gland, qui avait pour but le reboisement des collines de l’Estaque : une fois par semaine, elle entraînait donc à travers la garrigue un état-major de vieillardes virginales, que suivait un bataillon de jeunes filles consternées.
      Déployées en tirailleurs, et s’arrêtant au commandement, ces prisonnières grattaient le gravier, et enterraient, sous une poignée de cailloux, un gland.
      — (Marcel Pagnol, Le temps des secrets, 1960, collection Le Livre de Poche, page 32)
    • Les fruits (glands) ne sont enveloppés qu’à leur base par une cupule écailleuse. — (Bourdu Robert, Le châtaignier, 96 p., page 17, 1996, Actes Sud, Le nom de l'arbre)
    • Selon l'image connue, le gland meurt en tant que gland pour s'épanouir en tant que chêne de quinze mètres de haut, non en tant que gland de quinze mètres de diamètre. — (Arnaud Desjardins, La Paix toujours présente, La Table Ronde, Pocket spiritualité, 2011, p. 157)
  2. (Cartes à jouer) Une des quatre enseignes d’un jeu de cartes germanique ou suisse, ainsi nommée parce que les cartes de cette couleur sont marquées de glands stylisés.
  3. (Par analogie de forme)
    1. (Anatomie) Extrémité du pénis ou du clitoris.
      • Latex sortit son sexe de sa braguette : − Regarde ! dit-il, et tire ton chapeau : j'en ai fait six avec. − Six quoi ? − Six lards. Et des beaux, t'sais, qui pesaient à chaque coup dans les vingt livres ; je sais pas qui va les nourrir à présent. Mais vous nous en ferez d'autres, dit-il, tendrement penché sur son gland. — (Jean-Paul Sartre, La Mort dans l’âme, 1949)
      • Je n'ai pas le temps de continuer mon laïus : H. tombe le froc et je me retrouve à bouffer de la tarte aux poils, tandis qu'elle m’agace le gland du bout de la langue. — (Jérôme Fansten, L'amour viendra, petite ! , Flamant Noir Éditions, 2014, p. 114)
    2. Ouvrage de fil, de soie, ou d’autre matière, qui est composé d’une espèce de tête arrondie et de filets pendants, et dont on se sert pour attacher ou orner les vêtements, les tentures, etc.
      • Quand il s’entendit annoncer, […], et qu’il reçut le regard apprêté du poète qui jouait avec les glands de sa somptueuse robe de chambre, Dumay fut si complètement interdit qu’il se laissa interpeller par le grand homme. — (Honoré de Balzac, Modeste Mignon, 1844)
      • La hufa est une petite cape de laine noire, ronde, plate, piquée dans les cheveux avec des épingles, et laissant flotter sur l'épaule un long gland de soie noire étranglé dans un petit cylindre d'argent; rien de plus coquet que cette coiffure si simple. — (Jules Leclercq, La Terre de glace, Féroë, Islande, les geysers, le mont Hékla, Paris : E. Plon & Cie, 1883, page 50)
      • A la bride et au mors arabe on ajoute, aux grandes occasions, une large bande frontale ornée de franges et un gros gland pendant au cou du cheval. — (Frédéric Weisgerber, Trois mois de campagne au Maroc : étude géographique de la région parcourue, Paris : Ernest Leroux, 1904, p. 85)
      • Une plantureuse matrone se coiffe avec majesté d'un tarbouche à glands d'or, orné sur le devant d'un croissant de cuivre. — (Out-el-Kouloub, Nazira, dans Trois contes de l'Amour et de la Mort, Corrêa, 1940)
    3. (Pâtisserie) Gâteau en forme de gland de chêne, constitué de pâte à choux fourrée de crème pâtissière généralement aromatisée au kirsch, avec un glaçage fondant vert, blanc ou rose et du pailleté de chocolat sur une extrémité.
    4. Accessoire utilisé pour actionner à distance une sonnette.
      • S'il ne touchait que le vide, par suite d'un adroit mouvement de la belle, il portait ses doigts honteux vers son nez, et en tirait la pointe arrondie et rougeaude, comme on fait à un gland de sonnette. — (René Boylesve, La leçon d’amour dans un parc, Calmann-Lévy, 1920, collection Le Livre de Poche, page 116)
    5. (Histoire)(Antiquité) Projectile en plomb utilisé dans des frondes par l'armée romaine entre autres.
      • Conscients de leur force, ils gravaient parfois des messages sur des glands qu’ils envoyaient à l’ennemi, nom de leur général, formules rituelles ou menaces… Ainsi, lors du siège d’Athènes, en 86 avant J.-C., les soldats grecs au service du général romain Sylla avaient prévenu les Athéniens du sort qu’ils comptaient faire subir à leurs épouses après la victoire... — (La fronde, l'arme fatale des romains ? de Bernadette Arnaud pour Sciences et Avenir le 15 août 2015)
    6. Petit étau à main, utilisé par divers artisans dont les peigniers.
      • Le gland est une sorte d'étau de bois muni d'un long manche dans lequel est emprisonné le dos du peigne pendant toute cette phase du travail. — (Artisans de l'élégance, Éd. Réunion de musées nationaux, 1993)
  4. (Figuré) (Vulgaire) (Injurieux) Imbécile, tête de nœud.
    • C'est un gland, ce mec.
    • Excepté deux facteurs qui bouffent du saucisson dans un coin et un vieux gland qui sirote un Vittel, c'est l'heure creuse. — (San-Antonio, C'est mort et ça n'sait pas, 1980)
  5. (Argot) (Figuré) Individu inactif, qui glande.

Nom commun 2

gland \ɡlɑ̃\ masculin

  1. Sorte de tenailles en bois qui était utilisées par les parcheminiers et les fabricants de peignes
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

GLAND. n. m.
Fruit que porte le chêne. Engraisser des porcs, de la volaille avec du gland. Gland doux, Fruit comestible de plusieurs espèces de chênes. Café de gland doux. Par analogie, il désigne Ce qui rappelle la forme de ce fruit. En termes d'Histoire naturelle, Gland de terre, Sorte de tubercule en forme de gland. Gland de mer, Espèce de crustacé ou de coquille, dite aussi Tulipe et Turban. En termes d'Anatomie, Extrémité de la verge et du clitoris. Il se dit aussi, par extension, de Certain ouvrage de fil, de soie, ou d'autre matière, qui est composé d'une espèce de tête arrondie et de filets pendants, et dont on se sert pour attacher ou orner les vêtements, les tentures, etc. Des glands de rideaux, de draperies. Les glands d'un coussin. Glands de fil, de soie, d'or, d'argent, d'acier, de perles, etc. Des glands à graine d'épinards.

Littré (1872-1877)

GLAND (glan ; le d ne se lie pas ; au pluriel, l's se lie : les glan-z et les chênes) s. m.
  • 1Le fruit que porte le chêne. Sous un chêne aussitôt il va prendre son somme ; Un gland tombe : le nez du dormeur en pâtit, La Fontaine, Fabl. IX, 4. Malgré le vilain assaisonnement de tout ce régal, je ne laissai pas de manger des deux côtés à la fois, comme les cochons mangent les glands, Lesage, Guzm. d'Alfar. I, 5. Je goûte une secrète satisfaction à contempler dans un gland le germe d'où naîtra dans quelques siècles le chêne majestueux à l'ombre duquel les oiseaux de l'air et les bêtes des champs iront se réjouir, Bonnet, Consid. corps org. Œuv. t. V, p. 207, dans POUGENS. Tourmente donc la terre, appelle donc la pluie, Chasse l'avide oiseau, détruis l'ombre ennemie ; Ou bientôt, affamé près d'un riche voisin, Retourne au gland des bois pour assouvir ta faim, Delille, Géorg. I. Le Russe… Las de pain noir et de gland Veut manger notre pain blanc, Béranger, Gaulois. Et cette force qui renferme Dans un gland le germe du germe D'êtres sans nombres et sans fin, Lamartine, Harm. II, 9. Le vent chasse loin des campagnes Le gland tombé des rameaux verts, Hugo, Odes, I, 1.

    Gland doux, noms du fruit comestible de plusieurs espèces de chênes.

    Terme de botanique. Fruit qui a les caractères du fruit du chêne, uniloculaire, indéhiscent, dont le péricarpe, uni à la graine, présente toujours à son sommet les dents fort petites du calice, et est renfermé en partie ou en totalité dans une sorte d'involucre écailleux ou foliacé.

  • 2La nourriture supposée des premiers hommes. Il [J. J. Rousseau] veut réduire au gland l'Académie entière : Renoncez aux cités, venez au fond des bois, Mortels, vivez contents sans secours et sans lois, Voltaire, les Deux siècles. Quelque opinion que l'on embrasse touchant l'origine des sociétés, il est certain que, chez les peuples de l'Italie et de la Grèce, on trouve établie la croyance à un état primitif, dans lequel les hommes sans loi, sans propriété, sans établissement fixe, errent dans les bois, et, ne sachant pas encore cultiver le blé, se nourrissent de glands, Ampère, Hist. rom. à Rome, t. I, p. 76.

    Fig. Le siècle du gland est passé, vous donnerez du pain aux hommes ; quelques superstitieux regretteront encore le gland qui leur convient si bien, et le reste de la nation sera nourri par vous, Voltaire, Lett. la Chalotais, 3 nov. 1762.

  • 3Gland de terre, gland terrestre, la gesse tubéreuse (lathyrus tuberosus).

    Par l'expression gland de terre, on désigne encore le carum bulbocastanum, dit aussi terre-noix, Legoarant

  • 4 Gland de mer, nom vulgaire des différentes espèces du genre balane et principalement du balane clochette, dit aussi tulipe turban et tulipe épanouie, Legoarant Palissy a cru que les mines calcaires de Touraine étaient des mines de gland de mer, Voltaire, Colim. 3.
  • 5Nom de morceaux de métal ou de bois taillés en forme de glands, et, par extension, de petites houppes de laine, de fil ou de soie qui terminent des cordons. Des glands de rideaux, de bourse. Gland de fil d'or. Il le vit s'échauffer et se mettre en action, jusque-là que, s'adressant à lui, il le prit et le retint tout un temps par ses glands, comme on fait sans y penser quand on veut parler fortement à quelqu'un, et le convaincre de quelque chose, Pellisson, Hist. de l'Acad. t. I, p. 119, dans POUGENS. Quand les glands et les nœuds seront posés, cela sera véritablement charmant, Genlis, Th. d'éduc. la March. de modes, sc. 3.
  • 6 Terme d'anatomie. L'extrémité de la verge et celle du clitoris.
  • 7Espèce de tenaille de bois à l'usage du fabricant de peignes.

HISTORIQUE

XIIIe s. Il coilloient es bois les glandes Por pain, por char et por poissons, la Rose, 8404.

XVe s. Et vivoit de glans et de pommes sauvages et avoit le goust et l'appetit d'un pourcel, Froissart, III, IV, 29.

XVIe s. Reduire le prepuce qui seroit renversé au-dessus du glan, Paré, Introd. 2.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

GLAND, s. m. GLANDÉE, s. f. (Jard.) gland est le fruit du chêne ; glandée est la recolte du gland.

Gland, en Anatomie, signifie le bout ou le bouton de la verge de l’homme, ou cette partie qui est couverte du prépuce, & que l’on appelle en latin balanus. Voyez les Planch. anat.

Le gland n’est qu’une dilatation de l’extrémité de la substance spongieuse de l’urethre qui est formée en bosse, & rebroussée aux deux bouts coniques des corps caverneux qui aboutissent à cet endroit. Voyez Urethre, Verge, &c.

L’extrémité du prépuce est sujette à s’étrecir dans les vieillards au point de ne pouvoir contenir le gland, ce qui vient peut-être du défaut d’une fréquente érection. Voyez Prépuce & Érection.

On se sert aussi du terme de gland pour signifier le bout ou l’extrémité du clitoris, par rapport à sa ressemblance avec le gland de la verge de l’homme, l’un & l’autre ayant la même figure, & étant destinés aux mêmes fonctions. Voyez Planch. anat. Voyez aussi Clitoris.

La principale différence qu’il y a entr’eux, c’est que le gland du clitoris n’est point percé ; il est couvert aussi d’un prépuce. Chambers. (L)

Quelquefois le gland ne se montre point ouvert aux enfans nouveaux nés, soit par une membrane qui placée au bout de l’urethre ferme le passage à l’urine, soit parce que l’on n’apperçoit aucune marque d’urethre ; il y en a des exemples par-tout, dans Ronssæus, Doderic-à-Castro, Vander-Wiel, & autres ; ces deux vices de naissance demandent un prompt secours.

Quelquefois le trou de l’extrémité de l’urethre est si petit, que l’urine sort par ce trou goutte-à-goutte, & quelquefois découle en plus grande quantité par une autre partie du corps comme le périnée.

Quelquefois on rencontre cette seconde ouverture à quelqu’autre partie du pénis, outre celle du gland, ensorte que l’urine passe par deux issues ; je trouve des observations du gland ou de la verge percée de deux trous, dans Vesale, anatom. lib. V. chap. 14. Hilden, cent. j. observ. xiij. Plateri observ. lib. III. Borelli observ. medicar. cent. jv. observ. xiij. &c.

Enfin il arrive quelquefois que le gland est percé ailleurs que dans l’endroit ordinaire, comme au-dessous, au-delà du filet, au milieu de la verge, & même on a vû la perforation de l’urethre se rencontrer près du bas-ventre, ce qui rend ceux qui sont dans ce dernier cas inhabiles au mariage.

L’imperforation du gland demande d’abord qu’on s’en apperçoit la main adroite, éclairée & les instrumens de la chirurgie ; on fait avec la lancette l’ouverture nécessaire jusqu’à ce que l’urine coule, & cette ouverture est facile, lorsque l’imperforation ne consiste que dans la peau qui couvre le gland ; quand les parois de l’urethre sont adhérantes, on doit observer de faire l’ouverture plus grande que petite, & d’introduire ensuite une petite cannule de plomb dans l’incision afin de former une cicatrice plus égale.

Si l’urine coule goutte-à-goutte, parce que le trou du gland est trop petit, il faut l’élargir aux deux extrémités avec la lancette ou la pointe du bistouri, & puis introduire la petite cannule de plomb pour la même raison que nous venons d’alléguer.

Si le gland n’est point percé dans l’endroit ordinaire, mais au-dessous, au-delà du filet, & même plus loin, il est très-difficile de remédier à ces facheux défauts de conformation ; il faut en méditer long-tems la méthode curative, & rassembler toutes les lumieres de l’art pour l’enrichir par de nouveaux progrès ou par de nouveaux doutes ; car les doutes conduisent à la science. (D. J.)

Gland, en terme de Tabletier-Cornetier, est une espece de pince de bois dont les mâchoires sont plates & quarrées ; c’est avec le gland que l’on tient le peigne pour le travailler.

Gland, en terme de Marchand de modes, sont deux branches faites en demi-cercle de souci d’hanneton, de nœuds de soie, de bouclé, & que l’on met dans les garnitures aux creux ou vuides formés par les festons ; ces glands sont faits par les Rubaniers. Voyez Ruban.

Gland, (Rubanier.) est une espece de bouton couvert de perles ou de longs filets d’or, d’argent, de soie, de laine ou de fil, avec une tête ouvragée de la même matiere, & des filets pendans ; ce sont les Tissutiers-Rubaniers-Frangiers qui les fabriquent.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « gland »

(Nom commun 1) Du latin glans, glandis (« fruit du chêne »), mot féminin qui a aussi donné glande[1].
(Nom commun 2) Origine incertaine.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Génev. aglan ; Berry, lland, aillant ; norm. lian (à Saint-Lo, lion) ; Maine, guian ; provenç. glan, glant, aglan ; catal. agla ; ital. ghianda ; du latin glandem. Comp. le sanscrit galana, qui tombe, de gal, tomber.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « gland »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
gland glɑ̃

Évolution historique de l’usage du mot « gland »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « gland »

  • Un optimiste, c'est un homme qui plante deux glands et qui s'achète un hamac. De Jean de Lattre de Tassigny
  • Les mots sont comme les glands... Chacun d’eux ne donne pas un chêne, mais si vous en plantez un nombre suffisant, vous obtiendrez sûrement un chêne tôt ou tard. De William Faulkner
  • Si les impuissants savaient combien la nature fut maternelle pour eux, ils béniraient le sommeil des glandes et le vanteraient aux coins des rues. De Emil Michel Cioran / Syllogismes de l'amertume
  • La patrie d'un cochon se trouve partout où il y a du gland. François de Salignac de La Mothe-Fénelon, Dialogue des morts
  • Si les imbéciles veulent encore du gland, laisse-les en manger, mais trouve bon qu'on leur présente du pain. François Marie Arouet, dit Voltaire, Dictionnaire philosophique
  • Qui voit le chêne dans le gland voit Dieu dans le chêne. De Joseph Delteil / Le Sacré corps
  • Si les imbéciles veulent encore du gland, laisse-les en manger ; mais trouve bon qu’on leur présente du pain. De Voltaire
  • Peu avant sa mort, on lui dit : Mon cher Maître, vous êtes solide comme un chêne. Il répondit : Pour le tronc, ça va ; c'est le gland qui m'inquiète ! De Théophile Gautier
  • Avec la paille et le temps Se mûrissent les nèfles et les glands. De Proverbe français
  • Avec la paille et le temps, se murissent les nèfles et les glands. De Gabriel Meurier / Sentences notables, adages et proverbes
  • En réalité, ce qu'on entend par avoir du coeur, c'est avoir une faiblesse des glandes lacrymales en même temps qu'une légère paralysie du cervelet. De Sacha Guitry / Jusqu'à nouvel ordre
  • Je ne souffre d'aucune barrière ou censure mentales. Il y a longtemps que cette glande a brûlé. De Robin Williams / Magazine L'Événement du jeudi - 3 février 1994
  • SOCIAL Depuis quelques mois, des jeunes sèment le trouble dans trois quartiers glandois. La Municipalité lance une action de médiation. , Gland lance une permanence anti-tapage nocturne
  • Politique Les libéraux-radicaux glandois affichent la couleur: il veut propulser trois des leurs à l’exécutif, lors des élections communales de 2021. , Gland: le PLR vise un troisième siège à la Municipalité
  • Depuis quelques mois, des jeunes sèment le trouble dans trois quartiers glandois. La Municipalité lance une action de... , Gland: le Carabouquin de retour dans les quartiers de...

Images d'illustration du mot « gland »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « gland »

Langue Traduction
Anglais glans
Espagnol glande
Italien glande
Allemand eichel
Chinois 龟头
Arabe حشفة
Portugais glande
Russe коронование
Japonais 亀頭
Basque glans
Corse glans
Source : Google Translate API

Synonymes de « gland »

Source : synonymes de gland sur lebonsynonyme.fr

Gland

Retour au sommaire ➦

Partager