La langue française

Giaour

Définitions du mot « giaour »

Trésor de la Langue Française informatisé

GIAOUR, subst. masc.

Terme de mépris appliqué par les Turcs aux infidèles. Je serai seul à seule (...) avec mieux ou pis qu'une femme turque! Avec une jeune fille, fille d'un iman (...). Pauvre petite! C'est très mal, ce qu'elle fait là. (...) un infidèle, un mécréant, un giaour! Mais, est-ce bien sa faute? Elle en a tant vu, des giaours, (...) partout... Et elle a vu aussi, partout, leurs femmes − des femmes sans voile, sans pudeur (Farrère, Homme qui assass.,1907, p. 252).
Prononc. et Orth. : [ʒjau:ʀ]. D'apr. Mart. Comment Prononce 1913, p. 246 on prononce [djau:ʀ]. Ds Ac. 1878. Les dict. de la 1remoitié du xixes. écrivent ghiaour (cf. Land. 1834, Gattel 1841 et Besch. 1845; noter que les 2 premiers enregistrent le mot au plur.). Étymol. et Hist. 1. 1542 Caour (A. Geuffroy, Estat de la court du Grant Turc, e i rocité par R. Arveiller ds Mél. J. Pohl, Bruxelles, 1980, p. 29); 1559 Gaour (G. Postel, De la Republique des Turcs, 62, ibid., p. 30); 2. 1622 Iaour (Pacifique de Provins, Lettre ... sur l'estrange mort du Grand Turc, 8, ibid.); 1653 Giaour (F. de La Boullaye Le Gouz, Voyages et observations, 121, ibid.); 3. 1661 Ghiaure (F. C. Le Comte et E. Carneau, trad. de l'ital. Les fameux Voyages de Pietro Della Valle, I, 181, ibid.); 1683 Ghi-aour (P. Bayle, Crit. gén. de l'Hist. du Calvinisme de M. Maimbourg, p. 628). 1 empr. au turc gâvur « non-musulman, infidèle » (l'accent circonflexe indiquant la palatalisation du g- et la longueur du -a-, et le -v- notant un [w] furtif), et celui-ci au persan class. gawr, var. de gabr (guèbre*). 2 empr. au turc par l'intermédiaire du vénitien giaur (1539). Le [g'] initial, étranger au système phonique de ce dial., a été adapté en [dž], noté gi- devant -a-, sur le modèle de la corresp. du toscan [gy] et du vénitien [dž], issus tous deux de GL- initial latin. La forme giaour s'est définitivement imposée en fr. à la suite du succès du poème de Byron, The Giaour, en 1813. 3 empr. au turc par l'intermédiaire de l'ital. Ghiauri, plur. (1615) (v. R. Arveiller, op. cit., pp. 29-34; Lok. no632; Devic; Pellegr. Arab., pp. 35-36). Fréq. abs. littér. : 13.

Wiktionnaire

Nom commun

giaour \ʒja.uʁ\ masculin

  1. (Religion) (Chez les Turcs) Infidèle ; mécréant ; non-musulman.
    • — Et n'est-ce pas la ruine du glorieux empire de Soliman et d'Amurath, que ce retard général de toutes nos institutions? Les giaours ont marché, et nous, nous voilà toujours stationnaires ! Aussi les giaours nous battent, nous refoulent. Vois : à Tchesmé, les Russes brûlent nos vaisseaux; à Aboukir, Bonaparte rejette dans la mer nos régiments; à Héliopolis, Kléber défait, avec dix mille des siens, soixante mille des nôtres ! Partout, partout des défaites, et si nous cherchons parmi les giaours le secret de leurs victoires, nous sommes des giaours, disent les imans. Non, par la barbe de Mahomet ! mous ne sommes pas des giaours. — (Scipion M., « La révolte du sérail », 1807, dans La France littéraire, tome 12, Paris, 1832, p. 73)
    • Aziyadé me regardait fixement. Devant un Turc, elle se fût cachée ; mais un giaour n’est pas un homme. — (Pierre Loti, Aziyadé, 1879)
    • Ce giaour, son Athènes natale abandonnée, vécut à Prague, à Florence, à Cologne, puis devint littérateur français à Paris. — (Jean Finot, La Revue mondiale, Volume 168, 1925)
    • Giaour. Expression farouche, d'une signification inconnue, mais on sait que ça a rapport à l'Orient. — (Gustave Flaubert, Dictionnaire des idées reçues)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

GIAOUR (ji-a-our) s. m.
  • Mot par lequel les Turcs désignent tous ceux qui ne font pas profession de l'islamisme. Le Giaour est le titre d'un poëme célèbre de lord Byron.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

GIAOUR. - ÉTYM. Ajoutez : D'après M. Devic, Dict. étym., le giaour turc représente le persan ghebr, guèbre (voy. ce mot au Dictionnaire).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « giaour »

Turc, giaour, incroyant, traduction de l'arabe kafîr.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Via le vénitien giaurro[1], du turc ottoman[1] gâvur (« infidèle ») emprunté sous la forme gaour à la Renaissance, devenu gaure.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « giaour »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
giaour ʒjaur

Évolution historique de l’usage du mot « giaour »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Traductions du mot « giaour »

Langue Traduction
Anglais giaour
Espagnol giaour
Italien giaurro
Allemand giaour
Chinois 贾古尔
Arabe جاور
Portugais giaour
Russe гяур
Japonais ジャイア
Basque giaour
Corse giaour
Source : Google Translate API

Synonymes de « giaour »

Source : synonymes de giaour sur lebonsynonyme.fr

Giaour

Retour au sommaire ➦

Partager