La langue française

Fumasse

Définitions du mot « fumasse »

Trésor de la Langue Française informatisé

FUMER1, verbe.

I.− Emploi intrans.
A.− Qqc. fume
1. Dégager de la fumée.
a) [Le suj. désigne un corps en combustion] Le bois mouillé fume, les cendres fument dans le foyer. Après avoir ranimé mon feu dont les tisons fumaient encore, je m'établis à rêver (Toepffer, Nouv. genev.,1839, p. 291).L'encens fume dans le temple, la lumière brille sur l'autel (Lacord., Conf. N.-D.,1848, p. 244).
b) [Le suj. désigne le réceptable où a lieu la combustion, ou le conduit destiné à l'évacuation de la fumée] Cheminée, cassolette, bouche d'un canon, (cratère d'un) volcan qui fume. Des toits rouges luisaient, les hautes cheminées de la manutention fumaient avec lenteur (Zola, Page amour,1878, p. 851).Nuit et jour on voyait fumer légèrement le Vésuve, et la mer réfléchir ses flammes et son ombre (Maurois, Ariel,1923, p. 257).
[P. méton. du suj.] Toit, maison qui fume. Je devinais un hameau, des chaumières qui fumaient (France, Pt Pierre,1918, p. 269):
1. De Micolombe, on aperçoit Théotime au milieu des blés, comme un îlot entouré de grands arbres, où rien ne bouge, mais qui, le soir, fume doucement. Le mas Théotime fumait. Bosco, Mas Théot.,1945, p. 40.
2. En partic.
a) [Le suj. désigne une cheminée ou un appareil de chauffage] Renvoyer la fumée à l'intérieur d'une pièce en raison d'un mauvais tirage. Je n'avais pas de feu parce que ma cheminée fumait (Maupass., Contes et nouv.,t. 1, Verrou, 1882, p. 817):
2. ... le poêle n'est pas extrêmement brillant. Quand le vent souffle du sud, ce maudit poêle fume toujours. Il faudra que je fasse poser un chapeau de zinc au-dessus de la cheminée. Arland, Ordre,1929, p. 533.
b) [Le suj. désigne un moyen d'éclairage] Dégager exagérément de la fumée. Synon. filer.Le rat de cave, qui fumait plus qu'il n'éclairait (Hugo, Misér.,t. 2, 1842, p. 162).Le vent chaud, arrivant par la porte, faisait fumer le quinquet (Flaub., Éduc. sent.,t. 2, 1869, p. 145).
3. P. anal. [Le suj. désigne un corps humide plus chaud que l'air ambiant] Exhaler de la vapeur.
a) [Le suj. désigne un animé] Tout haletant, il descendit de cheval (...) Trilby (...) était couvert d'écume et (...) fumait comme une étuve (Feuillet, Camors,1867, p. 159).
Fumer de.Heureux l'homme des champs qui fume de sueur : Il est beau comme Adam à son premier labeur (Ch. Guérin, Cœur solit.,1904, p. 172).
b) [Le suj. désigne un inanimé] La mécanique, bourrée de coke, entretenait là une chaleur de baignoire; les linges fumaient, on se serait cru en plein été (Zola, Assommoir,1877, p. 453).La terre, gorgée d'eau, fume, et les ornières, pleines de pluie, reflètent un azur trouble (Mauriac, Nœud vip.,1932, p. 261).
Poét. Le sang fume encore. Le souvenir du meurtre reste vivace. Sache que le sang répandu de ta main fume encore dans cette ville. Sur la demeure de la victime planent des esprits vengeurs, qui guettent le retour du meurtrier (Nerval, Faust,1840, 2epart., p. 179).
Spécialement
[Le suj. désigne un liquide ou un aliment chaud ou p. méton. son contenant] Le dîner de midi était servi. La soupière fumait entre le rosbeef et le gigot de mouton (Verne, Enf. cap. Grant,t. 2, 1868p. 68).La soupe aux pois fumait déjà dans les assiettes (Hémon, M. Chapdelaine,1916, p. 61).
[Le suj. désigne une substance volatile] Émettre des vapeurs au contact de l'air. Neige carbonique qui fume. De la chaux qui fumait dans un trou carré (Hugo, Misér.,t. 1, 1842, p. 366).
4. Littéraire
a) S'élever comme la fumée. Les tourbillons de poussière qu'on voit fumer au loin, sur les grandes routes blanches, et qui annoncent que la bourrasque vient (Rolland, J.-Chr.,Buisson ard., 1911, p. 1272).
b) Fumer de poussière. Dégager de la poussière. Les maisons fumaient de poussière comme si elles s'écroulaient dans leurs gravats (Giono, Gd troupeau,1931, p. 14).
B.− Au fig. Qqc./qqn fume
1. Être le siège d'une excitation (provoquée par l'ivresse la colère, etc.). Le vin qu'ils avaient bu leur chauffait le sang et faisait fumer leur cerveau (France, Contes Tournebroche,1908, p. 5).
Fumer de.À cet égard du moins, il [Jean-Jacques] pouvait sans scrupule et sans crainte se montrer tel qu'il était. Sa tête fumait de projets, et ni la fièvre ni la curiosité ne lui manquaient pour devenir l'un de ces nouveaux polygraphes philosophes qui en cinquante ans allaient changer la vie (Guéhenno, Jean-Jacques,1948, p. 157).
2. Pop. Éprouver une grande colère, un violent dépit. Synon. pester, rager.Il fait les villes que nous avons déjà faites et y laisse des plumes. C'est ce qui a dû le faire fumer et l'inciter à nous tirer dans les pattes (Vialar, Zingari,1959, p. 178).
Fumer de.Oui, les voisins en fumaient! criait Coupeau. Pourquoi donc se serait-on caché? La société, lancée, n'avait plus honte de se montrer à table; au contraire, ça la flattait et l'échauffait, ce monde attroupé, béant de gourmandise (Zola, Assommoir,1877, p. 581).
3. Pop. Ça va fumer. [Pour exprimer une menace ou une appréhension] Synon. ça va barder.Mais j'attends ma revanche. Je dirai aux juges ma façon de penser. Nom de Dieu, ça va fumer (Aymé, Uranus,1948, p. 155).
II.− Emploi trans.
A.− Exposer à la fumée.
1. Exposer (un aliment) à l'action de la fumée pour le faire sécher et le conserver. Synon. boucaner, saurer.Nab employait presque tout son temps à saler ou à fumer des viandes, ce qui lui assurait des conserves excellentes (Verne, Île myst.,1874, p. 180).Ils tâchèrent, par économie, de fumer des jambons (Flaub., Bouvard,t. 1, 1880, p. 53).
Emploi pronom. à valeur passive. Toute viande grillée est de haut goût, parce qu'elle se fume en partie (Brillat-Sav., Physiol. goût,1825, p. 259).Contre le mur d'argile, sous le toit de branchage, le porc se fumait lentement au feu clair des feuilles sèches, ramassées quand arrivent les grues (Flaub., Tentation,1856, p. 625).
P. métaph. J'ai le cœur racorni et fumé par les noces, je ne suis bon à rien (Huysmans, En route,t. 1, 1895, p. 30).
2. Fumer de l'argent. Lui donner une teinte d'or en le soumettant à l'action de fumées spéciales. (Ds Ac. 1932).
3. Fumer un renard. L'enfumer dans son terrier pour l'obliger à en sortir. (Ds Ac. 1932, Rob.).
B.− [L'obj. désigne du tabac ou une autre substance]
1. [L'action est ponctuelle] Faire brûler en aspirant la fumée par la bouche. Fumer du haschisch, une cigarette, un cigare; fumer cigarette sur cigarette; fumer un paquet par jour. Synon. vx ou plais. pétuner.Elle, au-dessus de cette ménagerie, étendue langoureusement sur un divan sale, se dépite et fume des cigarettes (Taine, Notes Paris,1867, p. 244).Dieu! qu'elle avait été mauvaise cette pipe, la première fois qu'il l'avait fumée (Peisson, Parti Liverpool,1932, p. 101).
Emploi abs. Allumant leurs longues pipes, ils fumaient en silence et regardaient la fumée de leurs chibouks monter en légères colonnes bleues (Lamart., Destinées poés.,1834, p. 391).Le voilà qui tire de quoi fumer et qui commence à rouler une cigarette (Gide, Journal,1914, p. 503).
Emploi pronom. à sens passif :
3. ... un cigare qui se fume mal, vous êtes là à le travailler, à tout moment il faut porter le bras à la bouche, ça vous tracasse la main : au lieu qu'un bon cigare (...) c'est apaisant, ça vous met les nerfs en bon état... Goncourt, R. Mauperin,1864, p. 268.
2. [L'action est habituelle]
a) [Suivi d'un compl. d'obj.] Consommer habituellement (du tabac ou une autre substance, sous forme de). Fumer des blondes; fumer la cigarette, la pipe. − Tu ne fumes plus le kief? lui demandai-je sûr de sa réponse. − Non, me dit-il. À présent, je bois de l'absinthe (Gide, Si le grain,1924, p. 595).
b) Emploi abs. Fumer beaucoup, comme un pompier. Le docteur Lambrou, le médecin d'ici, m'a conseillé de moins fumer, afin de diminuer mon irritabilité nerveuse (Flaub., Corresp.,1872, p. 396).Elle n'a pas nos principes, malheureusement; par exemple, elle fume comme un sapeur (Mauriac, T. Desqueyroux,1927, p. 191).
REM. 1.
Fumailler, verbe.a) Emploi intrans. Dégager un peu de fumée. Le notaire était assis au coin d'un feu où fumaillait un restant de tison (Sue, Myst. Paris,t. 7, 1843, p. 144).b) Emploi trans. Fumer (du tabac) machinalement ou négligemment. Les vieillards désengourdis cessèrent un moment de fumailler leurs petites pipes (Richepin, Miarka,1883, p. 9).Emploi abs. Au milieu de ma toilette, je me prenais à fumailler, à ouvrir un livre. Je m'enfonçais dans un angle du canapé et je rêvassais indéfiniment (Duhamel, Confess. min.,1920, p. 83).
2.
Fumaillon, subst. masc.rare. Fumeur d'occasion, petit fumeur. Vous n'êtes qu'un fumaillon, l'abbé! (Bruant, 1901, p. 235).
3.
Fumasser, verbe,hapax. Synon. de fumailler b, en emploi abs.Nous étions là, cinq ou six devant la porte à fumasser (Genevoix, Seuil guitounes,1918, p. 188).
4.
Fumeler, verbe intrans.,hapax. Synon. de fumailler a.Vers le plat d'argent où fumèlent les tasses transparentes (Adam ds Plowert1888).
5.
Fumot(t)er,(Fumoter, Fumotter) verbe intrans.,rare. Synon. de fumailler.a) Emploi intrans. Quelques remorqueurs (...) sommeillent et fumotent, attendant leur heure (Arnoux, Rhône,1944, p. 183).b) Emploi abs. [L'éleveur] avait allumé sa petite pipe (...) et il fumottait en somnolant (Richepin, Miarka,1883, p. 260).
6.
Fumable, adj.Qui peut être fumé. (Dict. xixeet xxes.).
Prononc. et Orth. : [fyme], (il) fume [fym]. Ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. Début xiies. « dégager de la fumée, de la vapeur » (S. Brendan, 1109 ds T.-L.); 2. 1178 « laisser passer la fumée » (Renart, éd. M. Roques, 13119 : Et vit la cuisine fumer Ou il ot fait feu alumer); 3. fin xives. « s'exciter, s'irriter » [jeu de mot avec Fumée, nom d'un royaume imaginaire] (E. Deschamps, Œuvres complètes, éd. Queux de St Hilaire et G. Raynaud, t. 7, p. 333); 1456-67 se fumer « se mettre en colère » (Cent Nouvelles nouvelles, éd. F. P. Sweetser, XLI, 116, p. 281); 4. 1565 « enfumer » (Béreau, Eglogue, 2 ds Hug.); 1611 « exposer à la fumée (une denrée) » (Cotgr.); 1724 p. anal. verres fumés [pour observer l'éclipse de soleil] (Mém. de Trévoux, août ds Trév. 1752); 5. 1664 « faire brûler du tabac (ou autre matière) en aspirant la fumée » (J. de Thevenot, Relation d'un voyage au Levant ds Z. Vergl. Sprachforsch. t. 55, p. 148). Du lat. class. fumare « exhaler de la fumée, de la vapeur ». Fréq. abs. littér. : 2 888. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 2 277, b) 6 104; xxes. : a) 4 834, b) 4 160. Bbg. Mat. Louis-Philippe 1951, p. 97 (s.v. fumaillon).

FUMER2, verbe trans.

Épandre et enfouir du fumier ou un autre engrais dans un champ pour l'amender. C'était un voisin, maître Osime Favet, le maire, qui s'en allait fumer ses terres, assis, les jambes pendantes, sur le tombereau d'engrais (Maupass., Contes et nouv.,t. 1, Vieux, 1884, p. 134).Des terres si fertiles, qu'au lieu de les fumer, il fallait les épuiser par une moisson préparatoire (Zola, Terre,1887, p. 468).
Au part. passé en emploi adj. Le maïs est une plante vorace. Il demande une terre grasse abondamment fumée (Pesquidoux, Chez nous,1921, p. 190).
Prononc. et Orth. Cf. fumer1. Ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. Ca 1180 femer le fiens « (d'un animal) faire du fumier » (M. de France, Fables, 84, 13 ds T.-L.); 2. ca 1200 « répandre du fumier sur une terre » (Escoufle, 6811, ibid. : un camp femé). Du lat. vulg. *femare, dér. de femus, v. fumier; -e- > -ü- prob. par attraction des 2 consonnes labiales environnantes, v. Fouché, p. 451, 5oa; cf. lat. médiév. fimare « fumer la terre » 801-813 ds Nierm. Bbg. Gohin 1903, p. 375.

Wiktionnaire

Adjectif

fumasse \fy.mas\ masculin et féminin identiques

  1. Furieux, très en colère contre quelque chose.
    • Clémentine est fumasse ! — (site petaramesh.org)
    • Fumasse qu’il était le N’Guyen, ça lui en arrondissait l’œil, ça lui en décitronnait le teint, ça lui en… même son sourire d’asiate avait pris des ris. — (Gérard-Fernand Bianchi, Le corbillard n’avait pas de G.P.S.)

Forme de verbe 1

fumasse \fy.mas\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent du verbe fumasser.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent du verbe fumasser.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent du verbe fumasser.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent du verbe fumasser.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif du verbe fumasser.

Forme de verbe 2

fumasse \fy.mas\

  1. Première personne du singulier de l’imparfait du subjonctif du verbe fumer.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

FUMER. v. intr.
Jeter de la fumée. Le volcan fumait encore. L'encens fumait sur les autels. Ce bois n'est pas sec, il fume beaucoup. Cette cheminée fume, se dit lorsque la fumée, au lieu de sortir par le tuyau de la cheminée, se rabat et entre dans la pièce où se trouve le foyer. Empêcher une cheminée de fumer. On dit quelquefois impersonnellement Il fume dans cette chambre. Poétiq., Faire fumer les autels, Y brûler de l'encens, y offrir des sacrifices à la divinité. Il ne se dit guère qu'en parlant du Culte païen. Il signifie encore Exhaler de la vapeur, en parlant d'un Liquide bouillant, d'un mets très chaud. Un potage qui fume. Par extension, Un plat qui fume. Par analogie, Ce cheval a couru, il s'est échauffé, il fume. Fig. et dans le style relevé, Son sang fume encore, se dit de Quelqu'un qui est mort récemment d'une mort violente. Il signifie quelquefois, figurément et populairement, Avoir de la colère, du dépit, de l'impatience, etc. Il fume, mais il n'ose rien dire. Je l'ai fait fumer. Il s'emploie également comme verbe transitif, et alors il signifie Soumettre des viandes à l'action de la fumée plus ou moins longtemps, pour les sécher et les conserver. Fumer des langues, des jambons, du bœuf salé, des harengs. Fumer un renard, Le forcer dans son terrier qu'on remplit de fumée. Fumer de l'argent, Lui donner une teinte d'or en l'exposant à la fumée de certaines substances. Il signifie aussi Faire brûler du tabac ou quelque autre substance, en aspirant par la bouche. Fumer du tabac. Fumer un cigare, une cigarette. Fumer de l'opium. Absolument, Il a fumé toute la nuit. On lui permet de fumer. Défense de fumer. On dit par extension Fumer une pipe, sa pipe.

Étymologie de « fumasse »

Adjectif : de fumer (dans le sens de être furieux) (peut-être également influencé par furax ?)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « fumasse »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
fumasse fymas

Évolution historique de l’usage du mot « fumasse »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « fumasse »

  • Piëch est aussi à l’origine du rachat de feu la marque Bugatti. Selon la légende, il passait ses vacances de Pâques à Majorque quand son plus jeune fils, Gregor, lorgna une petite voiture dans un magasin de souvenirs : une Bugatti Type 57 SC Atlantic. Encore tout fumasse d’avoir dû abandonner les droits de Rolls-Royce à BMW, Piëch acheta deux exemplaires de la miniature : l’un pour Gregor, l’autre pour le conseil d’administration de Volkwagen, à qui il demanda d’étudier une éventuelle acquisition de Bugatti. TopGear, Il était une fois la Bugatti Veyron - TopGear
  • Il y est, il y reste. Une fuite dans le média spécialisé Mobilettre pronostiquait le remplacement imminent du directeur des lignes normandes par l’ex-DRH de la SNCF, Benjamin Raigneau remplacé début janvier. Las, le scénario a déraillé. Explication. En apprenant la nouvelle, Hervé Morin, fumasse, a passé quelques coups de fil qui ont conduit Jean-Pierre Farandou à rengainer son projet de mercato. De toute évidence, le nouveau patron de la SNCF a été sensible aux arguments du président de la Région qui voyait d’un mauvais œil ce départ imprévu de Jean-Philippe Dupont au lendemain de la signature de la nouvelle convention TER. Laquelle tarde un peu à montrer ses effets. www.paris-normandie.fr, SNCF : le vrai faux départ de Jean-Philippe Dupont
  • S’il est fumasse, c’est que l’élu attendait beaucoup plus de la mission Bern, qui vise à financer la rénovation des sites en péril. C’est le cas de l’église Saint-Léon de la Baussaine, datant du XVe siècle et inscrite au titre des monuments historiques. , Bretagne: Le coup de gueule d’un maire contre le Loto du patrimoine
  • Ils l’ont appelé « l’éolienne de la honte ». Située sur une ligne de crête, côté Écoust-Saint-Mein, la turbine bouche la vue des deux maisons à peine terminées, au nord du bourg de Vaulx-Vraucourt. Idir Lesage, adjoint, est fumasse. «  Pour ces jeunes couples, c’est le projet d’une vie et on leur claque une éolienne en plein milieu ! Juste à côté, on a notre chapelle art déco. Ça défigure le paysage. On arrive à un effet de saturation, on a l’impression d’être encerclé.  » La Voix du Nord, Dans le sud Artois, la colère monte face à l’effet de saturation des éoliennes

Images d'illustration du mot « fumasse »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « fumasse »

Langue Traduction
Anglais smoke
Espagnol fumar
Italien fumo
Allemand rauch
Chinois 抽烟
Arabe دخان
Portugais fumaça
Russe дым
Japonais
Basque kea
Corse fuma
Source : Google Translate API

Synonymes de « fumasse »

Source : synonymes de fumasse sur lebonsynonyme.fr

Fumasse

Retour au sommaire ➦

Partager