La langue française

Fontange

Sommaire

  • Définitions du mot fontange
  • Étymologie de « fontange »
  • Phonétique de « fontange »
  • Évolution historique de l’usage du mot « fontange »
  • Traductions du mot « fontange »
  • Synonymes de « fontange »

Définitions du mot fontange

Trésor de la Langue Française informatisé

FONTANGE, subst. fém.

HIST. DU COST. Nœud de rubans porté aux xviieet xviiiesiècles par les femmes un peu au-dessus du front pour retenir leurs cheveux (cf. Ac. 1835-1932).
P. ext. (souvent au plur.). Coiffure à la Fontange. Coiffure faite de mousseline, de dentelle et de rubans, montés sur fil d'archal. Les beaux cheveux de la laide grisonnent sur les fontanges (Milosz, Amour. initiation,1910, p. 183).Certaines personnes (...) qui avaient autant de bon sens sous leurs fontanges, qu'avait d'esprit sous les siennes Mmede Sévigné (Mauriac, Vie J. Racine,1928, p. 189).
Prononc. et Orth. : [fɔ ̃tɑ ̃:ʒ]. Ds Ac. 1762-1932. Étymol. et Hist. 1688 (Regnard, Divorce I, 7 ds Œuvres, éd. E. Fournier, p. 299). Du nom de la duchesse de Fontanges (1661-81), maîtresse de Louis XIV (1679-80), qui lança la mode de cette coiffure en nouant, au moyen d'un ruban, ses cheveux dérangés par le vent lors d'une partie de chasse. Cette coiffure plut au roi et fut imitée par les dames de la cour. Attesté en angl. entre 1681 et 1689 (A. Behn, The Younger Brother, or the Amorous Jilt (Pièce jouée en 1696) V, 4 ds Plays, Histories and Novels, London, 1871, t. 4, p. 413 : Nature's self wants Art, nor does this Fontange suit with my Complexion). Fréq. abs. littér. : 3. Bbg. Darm. 1877, p. 42. − Schwake (H.P.). Zur Frage der Chronologie französischer Wörter. In : [Mél. Wartburg (W. von)]. Tübingen, 1968, t. 2, p. 499. − Quemada (B.). Les Termes de mode ds la Comédie des Mots à la mode de Boursault. Fr. mod. 1954, t. 22, pp. 29-37.

Wiktionnaire

Nom commun

fontange \fɔ̃.tɑ̃ʒ\ féminin

  1. (Coiffure) Nœud de rubans que les femmes portaient au XVIIIe siècle sur leur coiffure.
    • Nous voilà revenus aux hennins sous un autre nom, je veux dire sous celui de fontanges. — (Dictionnaire historique et critique de Pierre Bayle, 1820, Vol.5, page 278)
    • La présence même des deux vieilles tantes, vêtues plus bizarrement que jamais, avec de grandes fontanges. — (Ernst Theodor Amadeus Hoffmann, Contes fantastiques, traduction de Francois Adolphe Loève Veimars, t.1, GF-Flammarion, 1979, p. 70)
  2. Nœuds superposés maintenus par du fil d’archal, et d'où s'échappaient des mèches de cheveux.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

FONTANGE. n. f.
Nœud de rubans que les femmes portaient autrefois sur leur coiffure.

Littré (1872-1877)

FONTANGE (fon-tan-j') s. f.
  • Nœud de ruban que les femmes portaient sur leur coiffure.

    Cette coiffure changea de forme. La fontange devint une sorte d'édifice à plusieurs étages de fil d'archal, sur lesquels on plaçait différents morceaux de toile séparés par des rubans ornés de boucles de cheveux qui les recouvraient tout à fait, Feuillet de Conches, Caus. d'un cur. t. II, p. 216, note 3. À hausser sa fontange en coquette éventée, Hauteroche, Bourg. de qualité, I, 5. Combien n'a-t-on pas vu de belles aux yeux doux, Tout à coup se changer en bourgeoises sauvages… Et, découvrant l'orgueil de leurs rudes esprits, Sous leur fontange altière asservir leur maris, Boileau, Sat. X.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

FONTANGE, s. f. (Modes.) Ce fut dans le dix-septieme siecle, je ne dirai pas une parure, mais un édifice de dentelles, de cheveux, & de rubans à plusieurs étages, que les femmes portoient sur leurs têtes. On voyoit sur une base de fil-de-fer s’élever la duchesse, le solitaire, le chou, le mousquetaire, le croissant, le firmament, le dixieme ciel, & la souris. Aujourd’hui c’est un simple nœud de rubans qui sert d’ornement à leur coëffure : il porte le nom de celle qui a imaginé la fontange ancienne ; comme palatine, parure de cou, celui de la princesse qui en a introduit l’usage en France.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « fontange »

Par antonomase de Marie Angélique de Scorailles, duchesse de Fontanges, favorite de Louis XIV, qui en lança la mode.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Le soir, comme on se retirait [à une partie de chasse], il s'éleva un petit vent qui obligea Mlle de Fontange de quitter sa capeline ; elle fit attacher sa coiffure par un ruban dont les nœuds tombaient sur le front, et cet ajustement de tête plut si fort au roi, qu'il la pria de ne se coiffer point autrement de tout ce soir ; le lendemain toutes les dames de la cour parurent coiffées de la même manière ; voilà l'origine de ces grandes coiffures qu'on porte encore, et qui, de la cour de France, ont passé dans presque toutes les cours de l'Europe, Bussy-Rabutin, la France gal. Mlle de Fontange a été une des maîtresses de Louis XIV. La terre de Fontange est appelée en latin Fontania, de fontana, fontaine.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « fontange »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
fontange fɔ̃tɑ̃ʒ

Évolution historique de l’usage du mot « fontange »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Traductions du mot « fontange »

Langue Traduction
Anglais fontange
Espagnol fontange
Italien fontange
Allemand fontange
Chinois 丰坦格
Arabe فونتانج
Portugais fontange
Russe фонтанж
Japonais fontange
Basque fontange
Corse fontange
Source : Google Translate API

Synonymes de « fontange »

Source : synonymes de fontange sur lebonsynonyme.fr
Partager