La langue française

Finitude

Définitions du mot « finitude »

Trésor de la Langue Française informatisé

FINITUDE, subst. fém.

PHILOS. Fait d'être fini, limité. Finitude humaine, de l'homme, de la nature. Anton. infinitude.On ne saurait davantage tirer des spéculations mathématiques un argument quelconque en faveur de la finitude ou de l'infinitude de notre univers (Borel, Paradoxes infini,1946, p. 8):
Pour le philosophe du régime, Léon Brunschvicg, qui assimila, unifia, intégra toute sa vie durant et qui forma trois générations, le mal et l'erreur n'étaient que des faux-semblants, fruits de la séparation, de la limitation, de la finitude... Sartre, Sit. II,1948, p. 245.
Prononc. : [finityd]. Étymol. et Hist. 1920 (Théol. cath., t. 4, 1, p. 1131). Dér. de fini part. passé substantivé de finir*; suff. -itude* avec peut-être infl. de l'angl. finitude (1644 ds NED), dér. à l'aide de la finale -tude de l'adj. finite « déterminé, limité » (1493 ds NED), correspondant au fr. fini, du lat. finitus formé sur le supin de finire, v. finir. Fréq. abs. littér. : 60.

Wiktionnaire

Nom commun

finitude \fi.ni.tyd\ féminin

  1. (Philosophie) Caractère de ce qui n'est pas éternel, notamment en parlant de l'être humain.
    • Alors que le romancier, riche de son don d'ubiquité, peut se dédoubler en autant de personnages que son humeur daigne susciter au fil des pages, le poète reste fixé à la finitude de son expérience, à la racine de son cri. — (Jean-Pol Madou, Édouard Glissant : de mémoire d'arbres, 1996, p. 16)
    • Aventureuse, prête aux expériences limites, elle se verrait bien propulsée « en vrai » dans le ciel vide où rouille la mémoire des hommes qui ambitionnaient de conquérir les étoiles quand ils se contentent, désormais, de crawler dans la boue de leur finitude acceptée. — (Luc Le Vaillant, « Conquête de son espace », Libération, nº 10091, 23 octobre 2013, p. 32)
    • Tu es appelé, comme nous tous, à faire face à ta propre finitude humaine, puis à cheminer, autant que faire ce peut, vers son acceptation. C'est dans le contexte de cette impermanence de ton propre être que tu es convié à réaffirmer, jour après jour, le sens que tu donnes à ton existence. — (Jean Proulx, Grandir en humanité, Fides, 2018, p. 82)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « finitude »

(1920) Composé de fini et -tude.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « finitude »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
finitude fɛ̃ityd

Évolution historique de l’usage du mot « finitude »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « finitude »

  • La chanson est expansion dans le passé, la photo finitude. La chanson est le sentiment heureux du temps, la photo son tragique. J’ai souvent pensé qu’on pourrait raconter toute sa vie seulement avec des chansons et des photos. De Annie Ernaux / L’usage de la photo
  • La Galerie Templon à Paris expose cet été une série de nouvelles sculptures ; celles-ci explorent “l’univers intérieur” que certains interpréterons comme l’esprit, comme la conscience qui transcende le corps, reliant les êtres les uns aux autres. Avec “Inner Universe”, l’exposition nous invite au voyage poétique et examine les liens secrets entre la finitude de l’existence et l’éternité. Artistikrezo, Chiharu Shiota : "Inner Universe examine les liens entre la finitude de l'existence et l'éternité" - Artistikrezo
  • La notion de mémoire est essentielle pour Albert Camus. Selon lui, elle est indispensable à l’homme révolté. Elle lui fait prendre conscience de sa finitude. France Culture, La Chute de Camus, ou l'envers et l'endroit du langage
  • Dès les premières semaines de confinement en Allemagne, Prohaska prend contact avec l’ensemble baroque berlinois Lautten. La crise que l’humanité semble sur le point de traverser confère au projet un caractère d’urgence quasi vitale. Quel compositeur a mieux mis en musique les interrogations de l’homme face à sa propre finitude que Jean-Sébastien Bach ? Qu’elles soient d’inspiration sacrée (pour la plupart) ou profanes, ses cantates sont pour beaucoup de véritables traités spirituels ou philosophiques. Alors que philosophes et sociologues s’interrogent sur le Le Figaro.fr, Bach chanté par Anna Prohaska, une lumière dans l’obscurité
  • A côté de la vision libérale de la métropole fondée sur des critères de compétitivité exclusifs et la non prise en compte de la finitude des ressources et celle de « clochemerle » de Martine Vassal, une autre vision s’impose : la défense d’une éco-métropole, espace territorial adéquat pour mener à bien la transition écologique sur l’un des territoires les plus pollué d’Europe, les plus impacté face au bouleversement climatique et les plus en déclin économiquement. Gomet, [Tribune] L’éco-métropole face à la métropole guichet - Gomet'
  • De tout temps, la survenue du fléau épidémique constitue un événement c’est-à-dire un fait qui se signale - à l’opposé d’autres faits banals - par son retentissement durable sur la vie individuelle et collective. Cet événement est tragique parce qu’il met l’homme face à ses multiples fragilités et, d’abord, parce qu’il le confronte de manière particulièrement insistante à sa finitude. Mais l’épidémie est aussi un événement dans le sens où elle incite à la réflexion et pousse à la création (Prestini, 2006). Le colloque « L’épidémie. Regards croisés sur l’homme » entend montrer l’épidémie comme une parenthèse dans le temps humain pendant laquelle tout ce qui concerne l’homme est nécessairement reconsidéré à l’aune de sa survie ou de sa mort. , L'épidémie. Regards croisés sur l'homme (Tunis)
  • L’Évangile arrive toujours aux hommes par une culture. C’est pourquoi les débats culturels ne doivent pas omettre d’explorer le fait que la culture, dans le contexte de l’évangélisation, n’est en réalité qu’un support nécessaire qui ne se ferme jamais sur lui-même. Mais un support au-delà duquel la graine de l’Évangile est identifiable comme un levain destiné à ensemencer la même vérité dans toutes les cultures. L’entrée dans l’existence chrétienne exige la découverte simultanée de notre finitude et de notre soif d’infini auxquelles aucune culture ne peut donner de réponses satisfaisantes. La Croix Africa, Christianisme africanisé ou Africanité christianisée ? (suite et fin) - La Croix Africa
  • Parmi les 330 notices, plusieurs thèmes sont au cœur des débats contemporains (biodiversité, changement climatique…), d’autres se réfèrent à des courants de pensée (écoféminisme, transhumanisme…). Les concepts mobilisés abordent des questions politiques (capitalocène, justice environnementale…), philosophiques (catastrophes, Gaïa…), ou épistémologiques (finitude, population…). Des notions classiques sont réinterrogées (nature, ressource…), tandis que des concepts sont précisés (biosphère, écosystème…). , Dictionnaire critique de l’anthropocène
  • Les édifices demeurent terrestres parce que la gravité nous campe là, presque atrocement! Mais elles sont aussi terrestres car elle sont mélange de sang, de boue et de l’atterrissement des siècles. Je crois que les œuvres sont belles lorsqu’elles témoignent de la recherche d’une élévation jusqu’à la délivrance et qu’elles révèlent ainsi toute la finitude de l’homme dans le combat qu’il livre sans relâche à la matière. Par exemple, la flèche est arrimée au navire, mais nous devons bien admettre qu’elle cherche à dépasser les nuées. Ce n’est pas rien que de s’élancer vers le ciel. L’édifice qui cherche à s’arracher à la terre est beau. L’architecture, œuvre des hommes, est du fini, de l’habit, de l’abri et du bâti, dans l’infini, à la poursuite de l’éternité. Le Figaro.fr, Reconstruction de la flèche de Notre-Dame: «Nous n’avons pas le droit d’être pressés»
  • Pour Olivier Aranda c'est « un ministère pour ne pas insulter l'avenir ». Car les fonds marins abritent ce qui pourrait être les ressources du futur : minerais, métaux rares, mais aussi énergies renouvelables (éolien offshore, hydroliennes). « C'est autant de possibilités qui viennent nuancer la finitude de nos ressources », ajoute-il. La mer pourrait donc devenir le nouveau « front pionnier » de la France. Un investissement pour l'avenir qui pourrait s'avérer payant puisque la France est le seul pays au monde possédant des territoires sur les cinq continents et sur onze fuseaux horaires. Le Point, Le grand retour du ministère de la Mer - Le Point
  • Cette nouvelle approche du groupe s’inscrit dans la lignée de l’initiative « Science Based Targets » (objectifs fondés sur la science). Elle se traduit par trois approches : la préservation de la biodiversité, l’utilisation durable de l’eau et la gestion circulaire des ressources. L’objectif principal de cette démarche est de respecter la finitude des ressources de la planète. Ainsi, d’ici à 2025, l’ensemble des sites dont dispose L’Oréal vont devenir neutre en carbone. Cela passera par une amélioration de leur efficacité énergétique et l’utilisation de 100 % d’énergies renouvelables. Aujourd’hui, 35 sites affichent une neutralité carbone, dont quatorze usines. emballagesmagazine.com, D’ici à 2030, L’Oréal n’utilisera plus de plastique vierge
  • Bien sûr, Romain Gary a, lui, vécu ces circonstances dans sa chair. Il arrive que les hommes désarmés, même non dupes face à la rhétorique martiale, prennent les armes. Et quand ils croient pouvoir les déposer, après ce qu’il est convenu d’appeler la fin des hostilités, quand le massacre est consommé, quand on évacue les monceaux de cadavres pour les soustraire aux yeux des vivants qui ne supportent pas cette image de leur finitude, de leur impuissance ou de leur complicité, ils s’aperçoivent que rien n’est fini. Tout va recommencer ; en moins sanglant, mais tout aussi tuant, sous les espèces du dérisoire et de la mesquinerie. DIACRITIK, EN ARMES
  • Quand on pense à des grands acteurs, on pense à leurs personnages ; le monstre c’est celui qui n’imite pas, pour employer des catégories philosophiques qui sont celles d’Emmanuel Kant, c’est l’opposition entre le talent et le génie : le génie n’est pas imitable, on ne peut pas le transmettre parce que le génie lui-même serait incapable d’en donner les règles, c’est du côté du sublime plutôt que du beau, tout cela est la forme même du génie de Michel Piccoli. Il est surhumain, et en même temps il est l’humanité, la finitude même, cette difficulté à dire, ce rapport au secret très fort…       Hélène Frappat France Culture, Le Mépris de Jean-Luc Godard ou l'art de jouer sans en avoir l'air - Ép. 1/4 - Michel Piccoli, le jeu qui pense
  • En Suisse, 90% des personnes décédées sont incinérées, les autres sont enterrées. Mais existe-t-il des alternatives à la crémation et à l’inhumation ? Quels sont les enjeux autour des dépouilles mortelles ? Aujourd’hui de nouvelles questions se posent, elles sont économiques, écologiques, identitaires. Comment s’expriment-elles ? Que dit de nous ce corps qui reste après la mort ? L’embaumer, le léguer à la science, le transformer en humus ou le cryogéniser pour l’éternité sont-ils des moyens de donner du sens à la finitude ? rts.ch, Que faire du corps après la mort ? - rts.ch - La 1ère
  • Les scientifiques pourront certainement dater plus précisément ce moment d’ici à quelques années, mais mon sentiment est un effet que nous sommes à l’aube d’un basculement. L’idée de la finitude du lac et de ses ressources n’est plus une pure fiction. Le Monde.fr, Frédéric Noy : « L’idée de la finitude du lac Victoria n’est plus une pure fiction »
  • Nés au tournant des années 2000, ces jeunes ont connu la jonction des crises économiques et environnementales, et portent un rapport au temps particulier : ils ressentent fortement la finitude du monde. Ils ont grandi dans une forme d’incertitude radicale. J’ai pu voir monter et se diffuser, au fil de mes recherches sur la colère sociale, ce sentiment d’urgence vis-à-vis des questions écologiques. En 2012, la colère des jeunes diplômés était principalement structurée par les thématiques sociales et économiques. Aujourd’hui, le malaise est plus existentiel, plus global. Il porte davantage sur la question de la marche du monde et de l’humanité menacée. Le Monde.fr, « Cette génération de jeunes ressent la finitude du monde »
  • L’angoisse qui se répand et se transmet, la hantise qui s’empare de tout un peuple, de toute une nation, de toute une humanité, ne traduisent-elles pas aussi, si nous y réfléchissons, cette redécouverte brutale de notre finitude, cette nouvelle révélation qu’il y a des limites au-delà desquelles l’homme n’a plus accès, qu’il le veuille ou non, que l’éternité n’est pas une option. LPH INFO, Contagion Et brusquement l’humanité prend de nouveau conscience de sa finitude Et fait « Chabbat » - LPH INFO
  • L'expression « maison commune » utilisée par le pape François dans son encyclique sur l'écologie est juste et parlante. Nous savons aujourd'hui que nous ne coloniserons pas d'autres planètes : l'expérience des vols spatiaux confirme que le fonctionnement du corps humain est organiquement lié à l'écosystème terrestre. Nous vivons ce que l'on pourrait appeler le « choc de la finitude », moment historique à n'en pas douter, dont l'une des conséquences est que l'humanité est désormais obligée, sous peine de disparaître, de se penser comme une communauté de destin et de se donner les moyens politiques et spirituels d'assumer cette situation. Les Echos, L'humanité face au « choc de la finitude » | Les Echos
  • On peut considérer ce non-accomplissement comme de l’impuissance, créative et humaine. Et c’en est sans doute, ou certainement aussi. Mais cette impuissance révèle aussi la finitude de l’homme et la conscience de cette finitude par rapport à ce qui le dépasse et l’englobe, que ce soit le divin ou des lois qu’il ne maîtrise, sinon ne comprend pas. DIACRITIK, Provocation du silence : André Schwarz-Bart
  • Nous avons montré que la conscience n’est pas démontrable mais qu’elle est le réceptacle du moi et donc du libre arbitre. Une intelligence artificielle qui posséderait une conscience de soi devrait donc posséder un libre arbitre et ainsi une forme de morale. Mais la morale n’a de place que dans la finitude de l’être humain. Forbes France, L'Intelligence Artificielle Sera T-Elle Un jour Consciente ? | Forbes France
  • Ce dictionnaire, coordonné par le groupe Cynorhodon comptant 16 géographes, s’appuie sur le concept récent d’« anthropocène », qui a le mérite, qu’on l’approuve ou non, de relancer la réflexion sur les rapports entre nature et société. Procédant de façon critique, cette vaste entreprise éditoriale se fonde sur une pratique de terrain, attentive aux détails et méfiante à l’égard des discours pré-établis. Parmi les 330 notices, plusieurs thèmes sont au cœur des débats contemporains (biodiversité, changement climatique…), d’autres se réfèrent à des courants de pensée (écoféminisme, transhumanisme…). Les concepts mobilisés abordent des questions politiques (capitalocène, justice environnementale…), philosophiques (catastrophes, Gaïa…), ou épistémologiques (finitude, population…). D’autres offrent un regard original sur l’anthropocène, sa faune (chien, ours…), ses mutations socio-économiques, institutionnelles ou politiques (biopiraterie, ZAD…). Un dictionnaire de référence sur un concept devenu incontournable. , [La librairie Carenews] 8 livres publiés en juin pour penser l’engagement | Carenews
  • Pourtant la catastrophe n’est pas là où nous le pensons, semble confier Jean-Luc Nancy. Elle n’est pas dans ce monde imprévisible qui nous rappelle notre finitude. « Il n’y a rien de catastrophiste ni d’apocalyptique à penser que l’existence comme telle peut être portée devant sa propre fugacité et finitude. C’est même là qu’elle prend sa valeur infinie, unique et insubstituable », relève-t-il. La Croix, « La Peau fragile du monde », un présent à fleur de peau
  • Notre humanité se mesure-t-elle à l’affirmation de nos pouvoirs sur la vie et la nature ou sommes-nous appelés à redéfinir les liens qui nous unissent à la finitude de notre condition ? , Apprivoiser la peur dans la relation de soin | Ethique et finitude
  • OPINION. La reconnaissance de la finitude ne doit pas pour autant nous empêcher de demander des comptes à nos gouvernants et, le cas échéant, de les poursuivre pour irresponsabilité, affirme Matthieu Creson, enseignant à l’IESA et au Stanford Center de Paris Le Temps, Crise du Covid-19: revenir à l’éthique de la responsabilité individuelle - Le Temps
  • Pour ce médecin britannique, la crise actuelle ne doit pas être considérée comme un événement exceptionnel. Cette pandémie nous renvoie à notre finitude et doit nous pousser à réfléchir, en tant qu’individus et en tant que société, à notre façon de mourir. Courrier international, La pandémie va-t-elle changer notre rapport à la mort  ?
  • "Rappelle-toi que tu es mortel !" Dans la lignée spirituelle des Vanités du XVIIe siècle, c’est à travers deux exemples symboliques de finitude que Jean Christophe Alix a choisi de capter le caractère transitoire et fragile de la vie à travers une installation nommée Mémento mori, à la médiathèque. midilibre.fr, La finitude, ou fragilité de la vie, de Jean-Christophe Alix, s’expose - midilibre.fr
  • La pénurie de masques, de respirateurs, de tests et de composants pharmaceutiques actifs (principes actifs et autres), mise en lumière par la crise sanitaire liée à la pandémie Covid-19, a brusquement révélé à l’opinion publique l’énorme dépendance cachée de l’Europe envers la Chine dans le secteur de la santé et des médicaments ‒ 90 % de la pénicilline (ce principe actif qui permet de fabriquer les antibiotiques) et près de la moitié de l’aspirine, par exemple, sont produites en Chine. Cette dépendance de nos chaînes d’approvisionnements créée par la course à la globalisation, à la délocalisation et au recours massif à la sous-traitance n’est pas la seule vulnérabilité que dévoile la crise sanitaire actuelle. Elle met en évidence d’autres vulnérabilités toutes aussi importantes : celle d’une société basée sur la course effrénée au profit, celle de la finitude de nos ressources, de notre environnement, de notre mode de vie consumériste et surtout notre vulnérabilité commune comme êtres mortels. Nous souhaitons nous arrêter un instant sur cette vulnérabilité humaine et la réponse à y apporter. Témoignages.RE - https://www.temoignages.re, Le Covid-19, une leçon de vulnérabilité - Di sak na pou di - Infos La Réunion
  • OPINION. La faillite du modèle capitaliste à intégrer la finitude des  ressources s’ajoute à celle du communisme au siècle passé. Nous en sommes réduits à spéculer sur le premier élément qui déclenchera l’effondrement: la finance, l’immigration climatique, les conflits… ou la faim? Le Temps, A quand un modèle économique pour sauver la planète? - Le Temps
  • "On plonge trop rapidement l'homme dans un bain de consolation, dans une espèce de proclamation de la Résurrestion qui nierait quelque peu sa condition humaine." Avant de se réjouir de la Bonne nouvelle au cœur de la foi chrétienne, le P. Jean-François Noël propose de prendre un instant pour écouter l'homme, son cri, sa finitude. Prêtre et psychanalyste, il est constamment à l'écoute de ce que vivent ses patients et ses paroissiens. Dans son ouvrage "Où es-tu? Présence à soi, présence de Dieu" (éd. Salvator), il montre comment le Christ libère l'homme de ses peurs: peur de sa vulnérabilité, peur de la mort.   , Quand Dieu nous aide à vivre notre finitude
  • Soyons honnêtes, et venons-en au fait pour exhumer les questions existentielles que beaucoup d'entre nous se posent à juste titre. A quoi sert votre vie, à quoi passez-vous vos journées exactement, vous qui faites des tableaux Excel et rédigez des rapports que personne ne lira ? Êtes-vous brisé, votre existence vous semble-t-elle foncièrement absurde et inutile ? Avez-vous un bullshit job, comme les appelle David Graeber ? Êtes-vous un cocheur de cases ? Un laquais moderne, un démarcheur téléphonique pour courtier véreux ? Un petit chef dont l'activité consiste à se rehausser en assignant des tâches inutiles aux autres ? Un consultant chargé de faire des études de marché pour une multinationale du fast-food qui rend obèse ou l'une de celles qui exploitent des enfants en Chine parce que c'est rentable ? Où sont passés vos rêves et vos espoirs, vous qui vous reconnaissez dans des mèmes ? L'innocent en vous réclame son dû, car on le leurre depuis trop longtemps avec des films de super-héros en lui imposant un quotidien répugnant. Avec le confinement, il nous faut repenser trois choses : l'utilité de nos métiers, notre finitude, et nos conséquences directes ou indirectes sur la nature, que l'on voit se régénérer partout sans la pollution des voitures et les flots de touristes. Marianne, Le confinement, idéal pour se confronter à l'absurdité de nos existences | Marianne
  • Nous devons rompre avec l’obsession de la croissance qui est incompatible avec le principe de finitude propre à la vie. Cette idéologie économique nous conduit vers un avenir mortifère Alternatives Economiques, Valérie Cabanes : « Respecter les limites planétaires, c’est protéger nos droits fondamentaux » | Alternatives Economiques
  • La fin de vie est un moment particulièrement difficile à vivre. Elle éveille la conscience de la finitude et suscite des questions relatives au non-sens et à la vulnérabilité. Bien souvent, le rappel de la finitude et le sentiment d’impuissance qu’il génère vient heurter notre besoin de sécurité et notre volonté de tout contrôler. Comment habiter notre condition humaine - vieillissement, dépendance et fin de vie - à l’heure où les avancées technoscientifiques permettent de lutter contre les effets du temps et où l’usure du corps et de l’esprit s’envisage de moins en moins comme un processus naturel, au profit de l’idéal d’une éternelle jeunesse ? Le progrès de la biomédecine et la liberté individuelle posée comme seul critère éthique pour orienter les débats contemporains sur la vie et la mort, nous dégagent-ils pour autant du sceau de la finitude et de la vulnérabilité qui marquent la condition humaine ? , Travailler avec des patients en fin de vie, c'est découvrir, dans leurs corps vulnérables, les traits d’une vie dense et belle - La Libre
  • La singularité profonde de l’être humain est à la fois d’avoir une vie finie et de le savoir. Mais tout en le sachant, il pense à autre chose. Il pose cette idée sous le tapis. Montaigne et d’autres philosophes ne cessent de nous rappeler qu’il faut avoir cette idée de notre propre finitude en tête. Montaigne a cette formule : "Il faut avoir le goût de la mort en bouche" pour mieux apprécier le goût des choses, de la vie. Il ne s’agit pas de macérer dans une sorte de mortification désolée. Mais cette présence renouvelée du danger de notre mort peut nous permettre de saisir notre finitude, notre fragilité, et, du coup, non seulement de renforcer nos systèmes sanitaires, nos hôpitaux, mais aussi, philosophiquement, de nous replacer dans le présent vivant, tout en sachant que ce présent vivant est destiné à se terminer. France Culture, Roger-Pol Droit : "Le confinement est une expérience philosophique gigantesque"
  • Et c'est un tout petit virus, infiniment petit face à notre infiniment grande démesure, qui vient mettre un coup d'arrêt à notre fuite en avant, nous rappelant à notre oubliée finitude. Plus de production (sauf essentielle), plus de transports (sauf essentiel), plus de consommation (sauf essentielle). Un petit virus nous rappelant à l'essentiel : notre interdépendance, l’infinie  valeur de la solidarité, l'exemplarité de ceux qui se vouent corps et âme aux soins des autres, ces médecins, ces hôpitaux qu'on regardera peut-être d'un œil moins comptable et plus humain demain. Qui l'eut cru ?  Un cygne noir qui vient tout remettre en question...Un cygne noir qui cueille les marchés financiers au sortir d’un rêve somnambule de croissance éternelle. Un grain de sable qui pourrait bien faire dérailler le TGV de la dette mondiale, moteur principal de l’accélération économique. , Confinement : le mode d’emploi d’un expert pour passer en mode slow
  • En égrenant les chiffres quotidiens des décès, la communication gouvernementale a entretenu une peur mais surement, sans le vouloir, elle a aussi ouvert une opportunité de conscience face à notre propre finitude. Cette conscience a pris plusieurs formes, la vertu du télétravail, l’absurdité des temps de transports dans les métropoles, le lien social authentique face aux liens artificiels des discours corporate sur le capital humain…  Entreprendre.fr, « Adieu les 35 heures, bonjour le temps choisi »
  • Oui, car cette crise fait effraction dans notre illusion d’invulnérabilité. Le coronavirus nous met face à notre fragilité d’être humain, nous fait prendre conscience de notre propre finitude, alors que la mort est refoulée dans notre société. , Coronavirus : « Certains vont ressentir une impression de vide », selon le psychiatre Christian Navarre
  • L'une des grandes pianistes françaises sera, dimanche, sur scène avec son frère écrivain Yann. Musique, beauté, finitude, émerveillement... elle s'est confiée, en délicatesse et humilité. La Vie.fr, Anne Queffélec : “Dieu a dû être bluffé par Bach !”
  • Le lâcher prise est une démarche difficile car elle nous confronte au sentiment de finitude. En effet, cette attitude consiste à décider d’arrêter de vouloir tout contrôler. Lâcher prise ne veut pas dire renoncer mais se libérer de contraintes excessives. Il ne s’agit pas d’une faiblesse mais au contraire d’une confiance en sa capacité à faire face et à s’ajuster en temps réel. Techniques de l'Ingénieur, Expérience#10: « Lâcher prise et finitude » | Techniques de l'Ingénieur
  • Quelques optimistes imaginent que nous pourrons échapper à cette finitude en allant nous installer sur une autre planète. Mais nous connaissons bien celles du système solaire, aucune ne pourrait abriter durablement l’humanité ; quant à celles qui gravitent autour d’autres étoiles, elles sont si éloignées que l’aller-retour d’un explorateur exigerait plusieurs siècles. La sagesse est d’admettre que nous sommes définitivement assignés à résidence sur la Terre. Il faut nous organiser en tenant compte des contraintes que cela nous impose. Certes, il sera possible de faire à nouveau quelques pas sur la Lune ou de parcourir Mars, mais il s’agira d’une exploration, non d’une conquête. Le Monde diplomatique, Finitude de notre domaine, par Albert Jacquard (Le Monde diplomatique, mai 2004)
  • Un participant décrypte : « Emmanuel Macron trouve que cette période montre que les Français sont un grand peuple, capable de solidarité et de discipline, et ça il faudra le conserver dans le monde d'après ». Un peu plus tard, le chef de l'Etat a eu cette autre phrase, sombre : « Nos sociétés réapprennent à vivre avec leur finitude ». Mais les échanges ont aussi porté sur l'espérance. Le grand rabbin de France, Haim Korsia conclut : « C'était beau de voir tout le monde espérer ensemble ». leparisien.fr, Confinement : Macron prévient que les lieux de culte ne rouvriront pas avant juin - Le Parisien

Traductions du mot « finitude »

Langue Traduction
Anglais finitude
Espagnol finitud
Italien finitezza
Allemand endlichkeit
Chinois 有限度
Arabe محدودية
Portugais finitude
Russe конечность
Japonais 有限
Basque finitutasunaren
Corse finitudine
Source : Google Translate API

Synonymes de « finitude »

Source : synonymes de finitude sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « finitude »

Finitude

Retour au sommaire ➦

Partager