La langue française

Eudiomètre

Définitions du mot « eudiomètre »

Trésor de la Langue Française informatisé

EUDIOMÈTRE, subst. masc.

PHYS., CHIM. Appareil servant à l'analyse des mélanges gazeux (volume, composition, pureté) qui se compose d'un tube de verre gradué muni d'électrodes, et permet d'observer les variations d'une colonne d'eau ou de mercure. Eudiomètre de Bunsen, de Volta. L'émanation accumulée avec d'autres gaz en présence d'une solution de 60 mg de bromure de radium était transportée avec ces gaz dans un eudiomètre F ... (MmeP. Curie, Radioactiv., t. 1,1910,p. 314).Volta, qui enseignait à Pavie et que l'électrophore et l'eudiomètre honoraient déjà, se trouvait sur le point de révéler au monde le courant électrique (Lefebvre, Révol. fr.,1963, p. 626).
P. métaph. L'âme est un gaz qui échappe à l'eudiomètre (Cocteau, Potomak,1919, p. 280).
Spéc., MÉD. Appareil servant à l'analyse des gaz de la respiration (d'apr. Méd. Biol. t. 2, 1971).
Prononc. et Orth. : [ødjɔmε:tʀ ̥], [-jo-]. Ds Ac. 1835-1932. Étymol. et Hist. 1775 (Fontana d'apr. Brunot t. 6, p. 628). Composé de eudio- (gr. ε υ ́ δ ι ο ς « serein, pur », cf. ε υ ̓ δ ι ́ α « beau temps ») et du suff. -mètre*; à l'orig. instrument considéré comme propre à mesurer la pureté de l'air. Fréq. abs. littér. : 4. Bbg. Gohin 1903, p. 288.

Wiktionnaire

Nom commun

eudiomètre \ø.djɔ.mɛtʁ\ masculin

  1. (Chimie) Instrument servant à l’analyse des gaz, constitué d’un tube garni de deux fils de platine destinés à créer une étincelle.
    • Ses travaux reposaient notamment sur des mesures de la teneur en oxygène de l’air dans des vases clos où croissaient des végétaux ; il utilisait pour cela cet appareil, l’eudiomètre, que Hassenfratz avait déjà employé lorsque, dans sa garnison de Falaise, il joignait à ses observations météorologiques des mesures de la « bonté » de l’air. — (Emmanuel Grison, L’étonnant parcours du républicain J.H. Hassenfratz (1755-1827): Du Faubourg Montmartre au Corps des Mines, 1996)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

EUDIOMÈTRE. n. m.
T. de Chimie. Instrument servant à l'analyse des gaz.

Littré (1872-1877)

EUDIOMÈTRE (eu-di-o-mè-tr') s. m.
  • Terme de chimie. Instrument consistant en un tube de verre fort épais et employé à déterminer la proportion relative des gaz qui composent l'air atmosphérique ou tout autre mélange gazeux.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « eudiomètre »

(1775) Composé du grec εὔδιος, eudios, « sérénité, calme (du temps qu’il fait, du tempérament d’une personne) » et de -mètre.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Εὐδία, beau temps (dans le sens d'atmosphère pure, parce que l'eudiomètre mesure la pureté de l'atmosphère), de εὖ, bien, et δῖος, qui appartient à Jupiter pris dans le sens de ciel, en latin dius, divin, céleste, de même racine que dies, jour (voy. DIURNE et JOUR), et mètre.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « eudiomètre »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
eudiomètre œdjɔmɛtr

Évolution historique de l’usage du mot « eudiomètre »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « eudiomètre »

  • Lorsque la séparation n’était pas installée entre art et science, entre savoirs littéraire et naturaliste du monde, le rêve d’une description en surface des choses primait : leur éclat, leur texture, leur couleur. Elles étaient saisies une à une, dans l’instant de leur apparition. Darwin, par exemple, se servait d’un nuancier établi par un minéralogiste allemand, qu’il avait en permanence avec lui. Il tenait impérativement à ce que la couleur des flots -indigo ou bleu de Berlin - soit consignée dans ses carnets. L’art de la description du monde était une pratique très équipée : Humboldt partait en expédition avec ses boussoles, ses pendules, ses eudiomètres à phosphore (pour mesurer les variations de volume des mélanges gazeux), ses cyanomètres (qui graduaient le bleu du ciel)… Cette quête magnifique et impossible de la mesure exacte du monde se lit aussi dans une anecdote rapportée à propos du peintre Louis Tinayre, qui accompagnait le prince Albert Ier de Monaco dans ses expéditions océanographiques. Pour ne pas avoir de rupture de ton du monde à la toile, Tinayre trempe son pinceau directement dans la bile d’une tortue marine à l’agonie. Quelle est la couleur parfaite des êtres, sinon celle de leur sang ? Libération.fr, Romain Bertrand : «La quête des mots justes pour décrire la nature implique de l’attention au monde» - Libération
  • Tenez la merde. Les Japonais s’en servaient pour fertiliser les champs (le paysan français, plus délicat, se contente de bouses de vache) et allaient jusqu’à poser des petits seaux sur le bord des routes pour inviter les passant à déféquer dedans. Tenez l’urine. Il n’y a pas que les héros perdus dans le désert qui, après avoir pissé dans leur gourde, vide depuis longtemps, boivent l’urine en écartant fiévreusement leurs lèvres desséchées. Madame de Sévigné, elle-même, dans une lettre, « conseille à sa fille de se rincer la bouche avec celle d’un garçon prépubère afin de s’assurer d’une bonne hygiène buccale ». Certes Madame de Sévigné est connue ; il est cependant peu probable que les manuels scolaires citent cette lettre. Mais qui connaît l’abbé Fontana qui, en 1782, inventa « l’eudiomètre », un appareil capable de mesurer les odeurs de l’air et de calculer son taux de respirabilité. Ou Brouardel, un médecin qui en 1873 mérita de passer à la postérité pour avoir dit cette phrase définitive : « Tout ce qui pue ne tue pas et tout ce qui tue ne pue pas. » Club de Mediapart, « Le Sale Discours » de David Wahl : de l’utilité de la saleté et de la puanteur | Le Club de Mediapart
  • Ce navire marchand qui à l' origine s'appelait « Le Saint-Augustin », était un Trois-mâts avec trois ponts, jaugeant 560 tonneaux, ayant un tirant d'eau lège de 11 pieds (3,67 m) et chargé de 17 pieds (5,53 m). Il était armé de seulement deux canons. Il avait été construit à Bayonne en 1783, il avait pour port d'attache Marseille et appartenait à Rabaud & Compagnie. Il avait été affrété par le Directoire pour l'expédition d'Égypte. Il avait transporté une partie du comité scientifique et du matériel que le général Caffarelli avait fait embarquer pour l'expédition. On sait en effet que cet officier avait fait embarquer pour l'Égypte des instruments de physique, une machine pneumatique, un miroir concave, une machine électrique, un eudiomètre de Volta, des instruments de topographie, des armes de chasse, des instruments médicaux, une bibliothèque, une cartothèque... Autant d'objets destinés à la partie scientifique de l'expédition. Mais à son arrivée à Alexandrie, le navire s'empale sur un rocher et coule ! Toutefois, il est fort probable qu'une partie du matériel fut récupéré après le naufrage. Caffarelli fera néanmoins preuve d'une ingéniosité incomparable pour construire lui-même, en Égypte, le matériel perdu. Il était de ces rares hommes de génie capable de fabriquer aussi bien un canon qu'un microscope... , Découverte à Alexandrie de vestiges de l’expédition de Bonaparte

Traductions du mot « eudiomètre »

Langue Traduction
Anglais eudiometer
Espagnol eudiómetro
Italien eudiometro
Allemand eudiometer
Chinois 硬度计
Arabe المغوار أنبوب
Portugais eudiômetro
Russe эвдиометр
Japonais ユージオメーター
Basque eudiometer
Corse eudiometru
Source : Google Translate API

Eudiomètre

Retour au sommaire ➦

Partager