La langue française

Endetter

Définitions du mot « endetter »

Trésor de la Langue Française informatisé

ENDETTER, verbe trans.

A.− Emploi trans. [L'obj. désigne une pers. ou une collectivité] Charger d'une dette, de dettes. (Quasi-) synon. obérer.
1. [Sans compl. circ.] En gouvernant la maison, elle (...) put employer à ses mises [à la loterie] l'argent destiné au ménage qu'elle endetta progressivement (Balzac, Rabouill.,1842, p. 264).
2. S'endetter de + compl. circ. marquant le montant ou la nature de la dette.Vous avez endetté votre sœur et votre beau-frère de dix à douze mille francs (Balzac, Illus. perdues,1843, p. 649).
P. métaph. Imposer à quelqu'un un devoir moral, lui faire contracter une obligation envers quelqu'un (cf. dette de cœur, d'amitié, de reconnaissance).[Le bien] nous endette envers elle [la classe moyenne] d'une véritable reconnaissance (Las Cases, Mémor. Ste-Hélène,t. 1, 1823, p. 278).Avec un dévouement qui m'endette de cœur comme avec vous et avec MmeDelannoi (Balzac, Corresp.,1843, p. 587).
B.− Emploi pronom. réfl., cour. Contracter une dette, faire des dettes.
1. Emploi abs. Fait prisonnier (...) il s'était beaucoup endetté pour fournir les seize mille écus d'or de sa rançon (France, J. d'Arc,t. 1, 1908, p. 403).S'endetter, il n'y pensa même pas : la dette est comme une mauvaise graine, elle se resème toute seule... (Pesquidoux, Livre raison,1928, p. 156):
Comme il s'était endetté, sa situation finit par devenir difficile. Le vétérinaire lui consentit des avances d'argent à plusieurs reprises et, « pour éclaircir les affaires », lui racheta à bas prix la maison paternelle et les champs. Aymé, La Jument verte,1933, p. 35.
P. plaisant. [P. réf. à la loc. proverbiale Qui paie ses dettes s'enrichit] Allons, allons, ça va bien! Les impôts, les dépenses et le déficit, tout augmente d'année en année. Nous prospérons : − Plus on s'endette, plus on s'enrichit! C'est clair (Erckm.-Chatr., Hist. paysan, t. 1, 1870, p. 101).
2. S'endetter de + compl. circ. marquant le montant de la dette.Sa femme avait fait de fausses spéculations et (...) s'était endettée de vingt mille francs (Delécluze, Journal,1825, p. 184).
Prononc. et Orth. : [ɑ ̃dεte], (j')endette [ɑ ̃dεt]. Enq. : /ãdet/ (il s')endette. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. Ca 1180-90 (Alexandre de Paris, Roman d'Alexandre, IV, § 49, 913, éd. Elliott Monographs, t. 2, p. 341 : Car s'il est endetés n'avra dont il le pait). Dér. de dette*; préf. en-*; dés. -er. Fréq. abs. littér. : 38.
DÉR.
Endettement, subst. masc.Fait de s'endetter ou d'être endetté. Spéc. Endettement (public). ,,Total de tous les emprunts contractés par l'État, les collectivités publiques, les entreprises nationalisées`` (Cath. 1972). Lorsque les opérations d'endettement l'emportent sur les remboursements et que le déficit de la loi de finances n'est pas une simple apparence (Univ. écon. et soc.,1960, p. 5009).Le mot semble inus. au sens gén. (,,peu usité`` d'apr. Pt Lar. 1906 et Lar. 20e). L'emploi spéc. est signalé ds les dict. dep. Littré, repris par Guérin 1892. [ɑ ̃dεtmɑ ̃]. 1reattest. 1611 endebtement (Cotgr.); de endetter, suff. -(e)ment1*.

Wiktionnaire

Verbe

endetter \ɑ̃.de.te\ ou \ɑ̃.dɛ.te\ transitif ou pronominal 1er groupe (voir la conjugaison) (pronominal : s’endetter)

  1. Charger de dettes, engager dans des dettes.
    • Les serfs qui ne pouvaient payer les taxes exigées s’endettaient, souvent à des taux usuraires. — (Louis Dubé, La sagesse du dalaï-lama : Préceptes et pratique du bouddhisme tibétain, dans Le Québec sceptique, n°66, p.5, été 2008)
    • Alors qu'on économisait avec mesquinerie euro par euro dans l'éducation, on va maintenant endetter généreusement à coup de milliards le Trésor public. — (Pascal Lélé, Après la crise des subprimes: Banques, 2010)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ENDETTER. v. tr.
Charger de dettes, engager dans des dettes. L'achat de cette terre l'a fort endetté. Il s'est fort endetté. C'est un homme endetté. Un État endetté.

Littré (1872-1877)

ENDETTER (an-dè-té) v. a.
  • 1Charger de dettes. L'achat de cette terre l'a endetté d'une grosse somme.
  • 2S'endetter, v. réfl. Contracter des dettes. Il s'endette tous les jours.

HISTORIQUE

XIIIe s. Honniz soit qui por endeter Laira bone vie à mener ; Adès la voit on eschaper, à quel chief que doie torner, Colin Muset, dans Hist. litt. de la Fr. t. XXIII, p. 555. Si despendi largement, et ne prist pas garde à son afaire, et fu povres et endettés, Chr. de Rains, p. 224. Si comme se li meres ou li juré qui ont les besognes à gouverner, fesoient fraude ou malice, par quoy le [la] vile fust desheritée ou endetée, Beaumanoir, L, 9. S'il ot mueble, ce fut de dete ; Car qui trop despent, il s'endete, Rutebeuf, 275.

XVe s. Quant on nous aura rendu ou restitué ce en quoy le roy d'Angleterre et le royaume est par dette endetté et obligé envers nous, Froissart, II, II, 166. Suyvit tant le chevalier la pucelle, qu'il la trouva cheuz une sienne cousine, où le chevalier se endetta envers elle d'ung don, Perceforest, t. IV, f° 54.

XVIe s. Tenant son ame et volonté endebtée à sa promesse, Montaigne, I, 30. Tout le menu peuple estoit si fort endebté aux riches que…, Amyot, Solon, 20. En peu de temps il l'endebta d'une grosse somme de deniers, Amyot, Anton. 2.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

ENDETTER une compagnie, verb. act. (Comm.) une société ; c’est contracter en leur nom des dettes considérables. Les directeurs d’une compagnie sont souvent plus propres à l’endetter & à la ruiner, qu’à l’enrichir.

Endetter, (s’) c’est faire des dettes en son propre & privé nom. (G)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « endetter »

En 1, et dette ; provenç. endeptar, endeutar ; espagn. endeudar ; portug. endividar ; ital. indebitare.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

 Dérivé de dette avec le préfixe en- et le suffixe -er.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « endetter »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
endetter ɑ̃dete

Évolution historique de l’usage du mot « endetter »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « endetter »

  • Vivre, c'est s'endetter envers l'avenir. De Massa Makan Diabaté / Comme une piqûre de guêpes
  • Jusqu’où s’endetter ? Tout dépend de la Banque centrale européenne (BCE). En période de récession, la BCE laisse la main libre aux États pour faire ce qui est nécessaire.Tant que la BCE continue d’acheter la dette que nous émettons, il n’y a pas de problème de déficits publics et l’État peut, en situation de crise,continuer à dépenser sans se soucier de rembourser immédiatement. Le plus probable est que la Banque centrale continue cette politique aussi longtemps que cela sera nécessaire en 2021 et 2022. Franceinfo, Le brief éco. Jusqu’où la France peut s’endetter ?
  • En contrepartie, «chaque État membre, sans exception va devoir s'endetter afin de préserver l'intégrité du marché intérieur», souligne Thierry Breton, commissaire européen au Marché intérieur. En compagnie de son collègue Nicolas Schmit, commissaire à l'Emploi et aux Droits sociaux, le Français a présenté ce lundi à la Chambre les détails de ce plan. Wort.lu, «Chaque État membre va devoir s'endetter»
  • Pour une fois, l’Allemagne n’hésite pas à s’endetter pour surmonter une crise. Elle adopte un deuxième supplément au budget, qui porte l’emprunt de l’État dû au coronavirus à un total de 218,5 milliards d’euros. Un article d’Euractiv Allemagne. www.euractiv.fr, Le ministre allemand des Finances prône l’endettement pour favoriser la relance économique – EURACTIV.fr
  • Résultat de ces nombreuses mesures de soutien prise par le gouvernement pour amortir le violent choc de la crise de Covid-19 sur l’économie hexagonale, la dette française sera “sans doute” supérieure à 120% du PIB à la fin de l’année 2020, selon le ministre de l’Action et des Comptes publics, Gérald Darmanin. Dès lors, la France peut-elle encore s’endetter sans risque ? Pour répondre et nous aider à mieux saisir tous les enjeux de la supportabilité de la dette publique française, le Débat Capital a reçu Christophe Ramaux, chercheur au Centre d'Economie de la Sorbonne et membre des “économistes atterrés", et Marc Touati, économiste et président du cabinet ACDEFI. Capital.fr, Crise sanitaire : la France peut-elle encore s’endetter ? - Capital.fr
  • Pendant la crise du Covid-19, les entreprises ont continué à s’endetter, soit sous forme de prêt bancaire ou en émettant des Le Figaro.fr, L’endettement des entreprises françaises au plus haut
  • Les entreprises françaises ont continué à s'endetter après 2008. Ce phénomène s'explique par la faible rentabilité des entreprises et leur volonté de disposer d'un matelas de cash de précaution. Mais surtout, les multinationales, nombreuses en France, s'endettent pour financer des acquisitions à l'étranger. Les Echos, Pourquoi les entreprises françaises sont plus endettées que les autres | Les Echos
  • Il y a d’abord une réalité politique. Emmanuel Macron et toute l’équipe de Bercy, dirigée par Bruno Le Maire le ministre de l’économie, n’ont pas hésité à signer des chèques pour éviter le pire et à s’endetter. « Quoi qu’il en coute » selon l’expression du président, son équipe n’avait pas d’autre choix pour éviter la catastrophe ou en limiter les dégâts. Parce que s’il avait fallu ajouter à la crise sanitaire une crise de liquidité et surtout une catastrophe sociale, on risquait d’aller tout droit vers la guerre civile et pas seulement en France. Tous les pays européens ont tiré sur le crédit. Atlantico.fr, Le débat sur l’endettement de la France est un faux débat. La vraie question est celle de la capacité à redresser l’activité | Atlantico.fr
  • Les emprunts, en soi, ne sont donc pas mauvais. S’endetter est même nécessaire pour des pays comme la Suisse, guetté par le vieillissement de la population et dont la croissance potentielle est faible: «L’augmentation de la croissance en Suisse ces dernières années avait résulté de la hausse de la population. Or cette dernière, qui compensait la productivité faible, est stabilisée. Donc pour que le soufflé ne retombe pas, il faudrait investir dans les infrastructures et encourager l’investissement privé», reprend Mathilde Lemoine. Le Temps, La dette explose. Et alors? - Le Temps

Traductions du mot « endetter »

Langue Traduction
Anglais indebted
Espagnol endeudado
Italien indebitato
Allemand verschuldet
Chinois 负债累累
Arabe مديون
Portugais endividado
Russe обязанный
Japonais お世話になりました
Basque zorretan
Corse indettati
Source : Google Translate API

Synonymes de « endetter »

Source : synonymes de endetter sur lebonsynonyme.fr

Endetter

Retour au sommaire ➦

Partager