La langue française

Émondes

Définitions du mot « émondes »

Trésor de la Langue Française informatisé

ÉMONDE, subst. fém.

SYLVIC. Enlèvement des branches mortes ou inutiles d'un arbre. Synon. émondage.En travaux champêtres, en plantations, en émondes, en tailles d'arbres, etc. (Chênedollé, Journal,1833, p. 147):
Exploité par émondes dans les endroits humides et les pâtis [l'aune] donne du rondin et des ramilles pour chauffage. Baudrillart, Nouv. manuel forestier,1808, p. 171.
Arbre d'émonde. Arbre ayant subi l'émondage, et dont on ne conserve qu'un bouquet de pousses latérales à la cime. Elle se trouvait isolée dans cette morne bâtisse de Bellecour prise entre ses petits champs trop sages, ses arbres d'émonde (La Varende, Man' d'Arc,1939, p. 54).
P. méton., gén. au plur. Branche coupée au cours de l'émondage. On fait des fagots avec les émondes (Ac.1798-1932).
Prononc. et Orth. : [emɔ ̃:d]. Ds Ac. 1762-1932 au pluriel. Étymol. et Hist. 1. [1214 lat. médiév. Alençon esmunda « branche émondée » ds Du Cange t. 3, p. 259b]; 1557 esmonde (Poppe, p. 201); 2. [esmont Cotgr. 1611] 1690 « fiente d'oiseau » (Fur.). Déverbal de émonder*. Fréq. abs. littér. : 1.

ÉMONDER, verbe trans.

A.− SYLVIC. [Le compl. désigne un arbre ou un arbuste] Débarrasser de rameaux morts ou inutiles, de branches qui déséquilibrent la croissance, des plantes parasites. Émonder un chêne, un peuplier. Synon. ébrancher élaguer, tailler.Sous la puissante action du printemps, des arbustes non émondés jetaient leurs baguettes au hasard (Gozlan, Notaire,1836, p. 215).Je trouvais ordinairement l'abbé Dumont occupé à émonder ses treilles, à sarcler ses laitues ou à écheniller ses arbres (Lamart., Confid.,1849, p. 348).Les branches non émondées des orangers et des hibiscus (Loti, Mariage,1882, p. 258).Il fallait émonder l'arbre, ne lui laisser que les maîtresses branches (Genevoix, Raboliot,1925, p. 138):
1. Point de parterres, rien que des arbustes ou des bouquets au feuillage plutôt sombre, mais tous bien émondés, déployés ça et là en charmilles. J. de Lacretelle, Les Hauts ponts,t. 4, 1935, p. 111.
Emploi pronom. Les épicéas s'émondent d'eux mêmes et très à propos, en se dépouillant de leurs branches inférieures (Baudrillart, Nouv. manuel forest.,1808, p. 423).
P. ext.
1. Soigner une plante. Une petite-maîtresse polit et émonde avec moins de soin les géraniums, les cactus et les rhododendrons (A. Dumas, père, Monte-Cristo,t. 2, 1846, p. 33).Savez-vous soigner les chrysanthèmes? On émonde cinq, six boutons qui ont une tare (Barrès, Cahiers, t. 9, 1911-12, p. 136).
2. Tailler (une pierre). Les blocs ainsi obtenus ont les dimensions de deux pavés, ils sont alors repris par le recoupeur qui (...) les sépare en deux puis les émonde (Bourde, Trav. publ.,t. 2, 1929, p. 72).
Spéc., terme de cuisine. Retirer l'enveloppe d'un aliment. Émonder une cervelle de mouton, des graines. On émonde les amandes en les jetant dans l'eau bouillante pour attendrir leur peau, que l'on enlève avec les doigts (Audot, Cuisin. campagne et ville,1896, p. 112).
B.− P. anal. [Le compl. désigne une pers. ou un produit de l'activité humaine]
1. [Le compl. désigne des caractères physiques (poils, cheveux)] Tondre, peler. Interrogez (...) le coiffeur qui vous émonde à fleur de peau l'occiput (Genevoix, Match à Vancouver,1942, p. 196).
2. [Le compl. désigne des caractères moraux, psychologiques] Enlever, supprimer. Vous avez émondé tout ce qui a pu être greffé sur vous, et vous vous êtes fait petit (Karr, Sous tilleuls,1832, p. 276).[Le compl. désigne une pers.] Voilà certes, une jolie personne pour émonder ce célibataire (Bloy, Journal,1904, p. 18).
Emploi pronom. On ne gagne rien à faire des concessions, à s'émonder, à se dulcifier, à vouloir plaire en un mot (Flaub., Corresp.,1865, p. 433).
3. Débarrasser du superflu, dépouiller. Émonder un texte, une doctrine, une science. Demander la révision de la constitution fédérale pour en émonder, pour en retrancher tout ce qui blesse l'omnipotence intérieure des cantons (Gobineau, Corresp.[avec Tocqueville], 1859, p. 111).Il faut [pour le dictateur] que les idées des autres soient émondées, élaborées, unifiées (Valéry, Regards sur monde,1931, p. 83):
2. ... il est rare que le procès-verbal d'un interrogatoire judiciaire reproduise littéralement les paroles prononcées; le greffier, presque spontanément, ordonne, clarifie, rétablit la syntaxe, émonde les mots jugés trop vulgaires. M. Bloch, Apologie pour l'hist.,1944, p. 84.
Prononc. et Orth. : [emɔ ̃de], (j')émonde [emɔ ̃:d]. Enq. : /emõd/ (il) émonde. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. Fin xiies. « purifier, nettoyer » (Clémence Barking, Ste Catherine, éd. W. Macbain, 851) − début xviies. ds Gdf. Compl.; 2. ca 1230 « enlever les petites branches d'un arbre » (Eustache le Moine, 1343 ds T.-L.). Empr. au lat. impérialemundare « nettoyer, purifier ». Fréq. abs. littér. : 97. Bbg. Gebhardt (K.). Les Francoprovençalismes de la lang. fr. R. Ling. rom. 1974, t. 38, p. 189. − Gir. 1834, p. 36.

ÉMONDÉ, ÉE, part. passé et adj.

I.− Part. passé de émonder*.
II.− Emploi adj., au fig. [En parlant d'une pers., d'un produit de l'esprit humain] Dépouillé, épuré.
A.− [En parlant d'une pers.] :
Cet acte [la confession] lui parut si naturel, si juste, dans sa nécessaire humiliation, qu'il eût voulu l'accomplir tout de suite et pouvoir se représenter dans cette chapelle, émondé, lavé, devenu au moins un peu plus semblable aux autres. Huysmans, En route,t. 2, 1895, p. 85.
B.− [En parlant d'un texte, d'une doctrine] C'est de toutes les mathématiques qu'il faut dire qu'elles sont « une physique émondée » (Ruyer, Esq. philos. struct.,1930, p. 247).

Wiktionnaire

Nom commun

émondes \e.mɔ̃d\ féminin pluriel

  1. (Arboriculture) branches superflues qu’on retranche des arbres.
    • On fait des fagots avec les émondes.

Forme de verbe

émondes \e.mɔ̃d\

  1. Deuxième personne du singulier de l’indicatif présent du verbe émonder.
  2. Deuxième personne du singulier du subjonctif présent du verbe émonder.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ÉMONDER. v. tr.
T. d'Arboriculture. Débarrasser des branches nuisibles ou inutiles. On émonde les arbres chaque année. Fig., Dans ce discours il y a beaucoup à émonder, Il y a beaucoup de choses à retrancher ou à corriger.

Littré (1872-1877)

ÉMONDES (é-mon-d') s. f. plur.
  • Branches retranchées des arbres.

    Fagots faits avec les émondes.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

ÉMONDES. Ajoutez :
2 Au sing. Nom, dans l'Avranchin, des têtards qu'on exploite en les émondant, pour en tirer des perches, des cercles, etc.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « émondes »

Voy. ÉMONDER.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « émondes »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
émondes emɔ̃d

Évolution historique de l’usage du mot « émondes »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « émondes »

  • Suivre la route jusqu’à la ferme du Pâtis. Traverser la route et prendre le chemin en face bordé de ragolles (ces arbres d’émondes de la tradition bocagère bretonne, émondés tous les 9 ans) et d’arbres de hautes tiges. , Ercé-près-Liffré. Marcher sur les Rotes dans les pas des Huguenots - Rennes.maville.com

Traductions du mot « émondes »

Langue Traduction
Anglais prunings
Espagnol podas
Italien potature
Allemand schnitt
Chinois 修剪
Arabe تقليم
Portugais podas
Russe обрезки
Japonais 剪定
Basque prunings
Corse poda
Source : Google Translate API

Antonymes de « émondes »

Émondes

Retour au sommaire ➦

Partager