La langue française

Daron, daronne

Définitions du mot « daron, daronne »

Trésor de la Langue Française informatisé

DARON, ONNE, subst.

Argot
A.− Vx. Patron, patronne.
Spécialement
1. Tenancier de cabaret. [À peine étions-nous attablés au cabaret] nous étions servis. « Tu vois me dit-il, le daron sait l'ordonnance » (Vidocq, Mém.,t. 3, 1828-29, p. 88).
2. Tenancier de maison close.
Rem. Noté par Esn. 1966 comme usité en 1939, mentionné également par Carabelli, [Lang. de la pègre] et Lacassagne, Arg. « milieu », 1928.
3. Daron de la raille ou de la rousse. Préfet de police (cf. Vidocq, Voleurs, t. 1, 1836, p. 93).
B.− En partic. et usuel. Parent (père ou mère).
1. Au masc.
a) Sing. ou plur. Père. Retrouver sur la table, toutes les conneries de mon daron, étalées là, noir sur blanc (...) C'était encore plus triste écrit (Céline, Mort à crédit,1936, p. 285).Combien de voyous en cavale n'avaient pu assister à l'enterrement de leurs darons, de leurs vieilles, de leurs mômes (Le Breton, Rififi,1953, p. 138).
b) Seulement au plur. Père et mère, parents. Six externes qu'ont mis les bouts dès la fin d'avril, et quatre pensionnaires, leurs darons sont venus les reprendre (Céline, Mort à crédit,1936p. 305).
2. Au fém. Mère. Il me parlait souvent de sa daronne, mais jamais il me la montrait (Céline, Mort à crédit,1936p. 425).
Prononc. : [daʀ ɔ ̃], fém. [-ɔn]. Étymol. et Hist. [Ca 1250 le Daron petite forteresse, nom de lieu (Assises de Jérusalem ds Historiens des Croisades, éd. Beugnot, t. 1, p. 107, note)]; 1680 « le maître de maison » (Poète anonyme ds Rich.); 1725 daron « maître, père » (Granval, Le Vice puni ou Cartouche ds Sain. Sources Arg. t. 1, p. 331); 1808 « sobriquet que les ouvriers donnent à leurs bourgeois : ce mot signifiait dans le vieux langage un vieillard fin et rusé » (Hautel); 1836 daron de la raille, de la rousse « préfet de police » (Vidocq, supra A 3). Étymol. obsc.; à rattacher d'apr. Esn. à l'a. fr. daru « fort » (Théâtre fr. du Moy. Âge, éd. L. J. N. Monmerqué et Fr. Michel, Un miracle de Saint Ignace, p. 271), cf. FEW t. 3, p. 17 b; plus prob., croisement de baron1* avec l'a. fr. dam « seigneur, maître » (du lat. dominus, cf. dom), cf. FEW t. 15, 1, p. 69 a. Fréq. abs. littér. : 38. Bbg. Bugge (S.). Étymol. rom. Romania. 1875, t. 4, pp. 353-354. − Sain. Arg. 1972 [1907], p. 226; Lang. par. 1920, p. 504.

Wiktionnaire

Nom commun

daron \da.ʁɔ̃\ masculin (pour la mère, pour une femme, on dit daronne)

  1. (Argot) Père.
    • J’en avais un écœurement qu’était même plus racontable de retrouver, sur la table, toutes les conneries de mon daron, étalées là, noir sur blanc. — (Louis-Ferdinand Céline, Mort à crédit, éd. Denoël, 1936)
    • […] de convaincre un ami qui « a la rage » d’« écouter les mères et les darons » — (Simon Piel, « C’est une histoire de regard qui a viré à la barbarie », Le Monde, 4 octobre 2012, page 2)
  2. (Argot) Patron, supérieur hiérarchique.
    • Derrière son burlingue, le daron est impavide. — (San-Antonio, Y a bon, San-Antonio, n° 45, Fleuve Noir, 1961).
    • Ça le passionnait ce vieux daron... Il voulait se faire une idée. — (Louis-Ferdinand Céline, Mort à crédit, FOLIO 2010, page 27.)
  3. (Jeux) Au jeu des osselets, un des cinq osselets identifié par une couleur différente.
    • Un jeu d’osselets comporte, habituellement, cinq osselets, dont un peut être identifié, par exemple par une couleur différente. On appelle cet osselet « le daron ».— (Osselets (jeu), site Wikipédia).

Nom commun

daronne \da.ʁɔn\ féminin (pour le père, on dit daron)

  1. (Argot) Mère.
    • Le mec, c’était un petit nougat blanc tout bridé de la tronche avec une voix de vieille daronne, tout futé, menu, il portait aussi une robe de soie à ramages, et des babouches sur planchettes, enfin le véritable magot, sauf le chapeau mou… — (Louis-Ferdinand Céline [Louis Ferdinand Destouches], Mort à crédit, Denoël, 1936, page 669)
    • Remember le gratin de chou-fleur à la béchamel de la daronne ou du lycée. — (Jacky Durand, « La recette du week-end : votez chou-fleur », Libération, 22 avril 2017)
    • Et vos daronnes ils boivent du Sprite sa mère — (René La cité des musiciens, Les Mureaux, « On sait enfin pourquoi ce gamin a inventé l’insulte "Et vos daronnes ils boivent du Sprite sa mère" », Huffingtonpost, 31 janvier 2017)
  2. (Argot) Patronne ou épouse du daron, patron.
    • C’est une fille qui arrive de Paris, où elle sert chez un avocat, frère de nos daronnes, Mme Minon et Mme Parangon. — (Nicolas Rétif de la Bretonne, Monsieur Nicolas, 1796, bibliothèque de la Pléiade, tome 1, p. 554)

Nom commun

daronne \da.ʁɔn\ féminin (pour le père, on dit daron)

  1. (Argot) Mère.
    • Le mec, c’était un petit nougat blanc tout bridé de la tronche avec une voix de vieille daronne, tout futé, menu, il portait aussi une robe de soie à ramages, et des babouches sur planchettes, enfin le véritable magot, sauf le chapeau mou… — (Louis-Ferdinand Céline [Louis Ferdinand Destouches], Mort à crédit, Denoël, 1936, page 669)
    • Remember le gratin de chou-fleur à la béchamel de la daronne ou du lycée. — (Jacky Durand, « La recette du week-end : votez chou-fleur », Libération, 22 avril 2017)
    • Et vos daronnes ils boivent du Sprite sa mère — (René La cité des musiciens, Les Mureaux, « On sait enfin pourquoi ce gamin a inventé l’insulte "Et vos daronnes ils boivent du Sprite sa mère" », Huffingtonpost, 31 janvier 2017)
  2. (Argot) Patronne ou épouse du daron, patron.
    • C’est une fille qui arrive de Paris, où elle sert chez un avocat, frère de nos daronnes, Mme Minon et Mme Parangon. — (Nicolas Rétif de la Bretonne, Monsieur Nicolas, 1796, bibliothèque de la Pléiade, tome 1, p. 554)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

DARON (da-ron) s. m.
  • Le maître de la maison. Le daron à pas lents parcourt du même jour La ville, les faubourgs et jardins tour à tour, Poëte anonyme, dans RICHELET.

    Mot vieilli qui est resté dans l'argot.

HISTORIQUE

XIIIe s. Othe vint avant qui estoit fils de Pierre et requist la saisine du daron [manoir seigneurial] comme le plus droit heir apparant de Pierre qui fu signor dou daron, et derainement en fu saisi et tenant com de son fié, Ass de Jérus. p. 53, dans LACURNE.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

DARON. - HIST. XIIIe s. Ajoutez : Ce n'est pas un manoir seigneurial en général, c'est la transcription du mot daroum, désignant une localité bien connue, située à une petite distance au midi de Gaza (voy. QUATREMÈRE, Hist. des sultans mamlouks, I, 2e part. p. 238).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « daron »

(Ca 1250) Le Daron, petite forteresse, nom de lieu (Assises de Jérusalem ds Historiens des Croisades, éd. Beugnot, t. 1, p. 107); 1680 : « le maître de maison » ; 1725 : « maître, père »[1]. Peut-être croisement de baron avec l'ancien français dam « seigneur, maître » (du lat. dominus, cf. dom), cf. FEW t. 15, 1, p. 69 a»[2].
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « daron »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
daron darɔ̃

Évolution historique de l’usage du mot « daron »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « daron »

  • “Armand. J’ai une dernière offre pour toi, explique l’interprète de “Validée” au volant de sa voiture. [...] T’es cuit frérot, t’es cuit. Ton album, c’est sûr. Il ne va pas marcher. Il n’y a que ton daron qui peut t’aider, c’est-à-dire moi. Je te propose boxe thaï, U Arena, Bercy.” Le HuffPost, Booba provoque Kaaris et lui propose (encore) un combat de boxe | Le HuffPost
  • Oust les vieux! Du balai les ancêtres, du vent les paternels. Bien plus populaire que ces surnoms mais bien moins mignon que «papa» ou «maman», le «daron» s'est peu à peu imposé dans nos conversations... pour se voir remplacer par des équivalents tout aussi argotiques tels «yeuv» (verlan de vieux), «reup» (verlan de père) ou «dab» (père, anciennement «patron, roi, dieu»), un mot issu du latin dabo, «je donnerai». Mais d'où vient cet étrange daron? Le Figaro revient sur son histoire grâce au livre Les mots du bitume (Le Robert) d'Aurore Vincenti. Le Figaro.fr, D'où viennent les «darons» ?
  • in dans la daronne - pseudo = trezeguet359 Club Poker, Club Poker on Twitch : les tournois privés du CP - Page 20 - La communauté NoLife - Club Poker
  • Elle a beau être née à Neuilly-sur-Seine, Hannelore Cayre est une communarde. Après le succès de "La daronne", Prix du polar européen et Grand prix de littérature policière, "Richesse oblige" vient à point nommé éclairer de manière aussi cinglante qu'imparable nos sociétés de plus en plus inégalitaires. Est-ce l'écœurement de voir l'impunité trop souvent récompenser les gros fraudeurs quand les lampistes et les petites frappes paient toujours leurs égarements, qui fait écrire Hannelore Cayre, avocate pénaliste, avec un bâton de dynamite trempé dans la nitroglycérine? L'Echo, "Richesse oblige", d'Hannelore Cayre, est immoral et jubilatoire | L'Echo

Traductions du mot « daron »

Langue Traduction
Anglais daron
Espagnol daron
Italien daron
Allemand daron
Chinois 达伦
Arabe دارون
Portugais daron
Russe дарон
Japonais ダロン
Basque daron
Corse donone
Source : Google Translate API

Synonymes de « daron »

Source : synonymes de daron sur lebonsynonyme.fr

Daron

Retour au sommaire ➦

Partager