La langue française

Colliquation

Définitions du mot « colliquation »

Trésor de la Langue Française informatisé

COLLIQUATION, subst. fém.

MÉD. ANC. Décomposition des parties solides avec d'abondantes excrétions liquides. Colliquation putride de quelques organes essentiels (Cabanis, Rapports du physique et du moral de l'homme, t. 1, 1808, p. 455).
P. métaph. Des sociétés en déliquescence, engluées pêle-mêle avec leur vainqueur dans les puantes colliquations de l'irrémédiable décrépitude (Bloy, Le Salut par les Juifs,1892, p. 194).
Prononc. et Orth. Dernière transcr. ds DG : kòl'-li-kwà-syon. Pour [ll] double cf. colliquatif. Admis ds Ac. 1762-1878. Étymol. et Hist. 1546 (Ch. Estienne, Disc. des parties du corps, 172, 41 ds Quem.). Dér. du rad. du part. passé du lat. médiév. colliquare « se liquéfier » (Mittellat. W. s.v., 858, 19 [lat. class. colliquesco]); suff. -(a)tion*. Fréq. abs. littér. : 3.

Wiktionnaire

Nom commun

colliquation \kɔ.li.kwa.sjɔ̃\ féminin

  1. (Médecine)(Désuet)(Rare) Fonte des parties solides avec excrétions abondantes soit de selles, soit d’urine, soit de pus, soit de sueurs.
    • L’auscultation révèle à gauche des râles crépitants nombreux au centre, muqueux en dessous, gros et gargouillants au bas. À droite des râles crépitants fins dans la moitié inférieure. Jusqu’ici les mouvements respiratoires ont été normaux. Je diagnostique avec assurance une bronchite double sans miliaires et sans hépatisation ; l’expectoration abondante est visqueuse et muqueuse. — Le 14, la malade crache toujours plus ; mais le bas du poumon gauche devient mat, et ses râles consonnants avec résonnance de la voix. Le soir un second frisson. Le 15, la bronchorrhée est purulente et les crachats gros et nummulaires. Abondante transpiration. Dès ce moment, la bronchite entre dans une période de résolution apparente et il se fait un temps d’arrêt. Vers le 26, la fièvre se relève plus vive encore, et la colliquation commence avec les sueurs, la diarrhée et le marasme rapide. — (« Société vaudoise de médecine : Séance du 4 novembre 1869 », in Bulletin de la Société médicale de la Suisse romande, troisième année, Librairie Rouge et Dubois, Éditeurs, Lausanne, 1869)
    • Et notamment, les cellules cylindriques de la blastula, dans leurs moitiés supérieures, subissent un processus de colliquation brusque et rapide. — (Comptes rendus des séances de la Société de biologie et de ses filiales et associées, volume 108, 1931)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

COLLIQUATION (kol-li-koua-sion) s. f.
  • Terme de médecine. Fonte des parties solides avec excrétions abondantes soit de selles, soit d'urine, soit de pus, soit de sueurs.

HISTORIQUE

XVIe s. Es autres la colliquation estoit telle, qu'un mois après leur fluoit la bouche, Paré, XVI, 11.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

COLLIQUATION, s. f. ἔϰτηξις, colliquatio, (Medecine.) ce terme est employé pour signifier l’espece d’intempérie des humeurs animales, qui consiste dans une grande dissolution & une décomposition presque totale de leurs parties intégrantes ; ensorte que la masse qu’elles composent, paroît avoir entierement perdu la consistance & la tenacité qui lui est nécessaire, pour être retenue dans le corps, & n’être mise en mouvement que conformément aux lois de l’œconomie de la vie saine.

La colliquation est différente, selon la différente nature du vice dominant des humeurs qui tombent en fonte : ainsi on appelle colliquation acide, celle dans laquelle il se fait un mêlange informe de quelques grumeaux de sang, avec une lymphe devenue aqueuse & acescente : on nomme colliquation alkalescente putride, celle qui est le produit de certaines fievres malignes ; colliquation âcre, muriatique, celle qui s’observe dans l’hydropisie, le scorbut ; colliquation âcre, huileuse, bilieuse, celle qui résulte des fievres ardentes, &c.

Les causes diverses de la colliquation des humeurs sont, 1° le mouvement animal excessif, les exercices violens, qui ne sont pas immédiatement suivis de sueurs : 2°. l’effet trop long tems continué des remedes apéritifs, fondans ; tels que les martiaux, les mercuriels : 3°. les poisons qui ont une qualité puissamment dissolvante ; tels que la morsure du serpent des Indes appellé hæmorrous, le virus scorbutique, la putréfaction produite par le sphacele, & par certaines maladies malignes, pestilentielles. Sauvage, pathologia methodica.

La colliquation des humeurs produit les effets suivans. Si les forces de la vie sont encore assez considérables, elle rend très-abondante & excessive l’excrétion de la transpiration de la sueur, des urines, & de tous les excrémens liquides ; d’où suivent la foiblesse, la soif, la sécheresse de tout le corps, la maigreur, le marasme : si les forces de la vie sont considérablement diminuées dans le tems que se fait la fonte des humeurs, toutes ces évacuations ne peuvent pas avoir lieu ; la matiere reste dans le corps, il s’en forme des amas, des extravasations, des hydropisies de toutes les especes. Ainsi la colliquation peut être suivie de cachexie seche & de cachexie humide.

La consomption si commune parmi les Anglois, dit M. Vanswieten, est l’effet d’une véritable colliquation causée par la nature de l’air & des alimens dont ils usent, & par le tempérament ; d’où résultent des humeurs trop fluides, dissoutes, susceptibles de sortir aisément de leurs conduits ; des corps rendus délicats, foibles, qui, s’ils ne s’affermissent pas par l’exercice, se fondent entierement en sueurs nocturnes sur-tout, ou se résolvent en salivation & en crachats. Ces malades ne peuvent pas être guéris, que leur sang ne soit condensé ; ce qui ne peut être fait que par le mouvement du corps, c’est-à-dire par l’exercice reglé ; sans ce moyen, l’usage du lait, la diete blanche incrassante, ne produisent aucun bon effet : mais c’est le comble de l’erreur que d’employer dans ce cas des remedes dissolvans.

Lorsqu’il se filtre une grande quantité de bile qui est portée & se mêle dans le sang, ou qu’elle y reflue du foie, comme dans la jaunisse, si la maladie dure long-tems, il en résulte une dissolution totale, une vraie colliquation des humeurs par l’effet de ce récrément, qui en est le dissolvant naturel & nécessaire, en tant qu’il s’oppose seulement à leur cohésion par sa qualité pénétrante ; mais qui divise & dissout leurs molécules, les dispose à la putréfaction, comme un poison, dès qu’il est trop abondant ou qu’il devient trop actif : l’ictere est presque toûjours suivi de l’hydropisie.

Dans le scorbut putride, le sang est aussi tellement dissous par l’effet de l’acrimonie muriatique dominante, qu’il ne peut pas être retenu dans les vaisseaux qui lui sont propres ; ensorte qu’il s’extravase aisément, passe dans d’autres vaisseaux d’un genre différent, produit des taches, des ecchymoses, ou des hémorrhagies considérables.

Le sang de ceux qui étoient infectés de la peste qui regnoit dans la ville de Breda, pendant qu’elle étoit assiégée, paroissoit livide, étoit de mauvaise odeur, & n’avoit point de consistance. Vandermye, de morbis Bredanis. La dissolution du sang étoit aussi très-marquée dans la peste de Marseille, par les évacuations fréquentes & abondantes qui se faisoient de ce fluide, par toutes les voies naturelles, & par l’ouverture des bubons, &c. que l’on avoit peine à arrêter. Recueil de mémoires sur cette peste, imprimé en 1744 ; à la tête duquel est un savant discours de M. Senac, premier medecin du Roi.

Voyez sur la colliquation, ses différentes especes, leurs signes diagnostics & prognostics, & leurs caracteres ; le nouveau traité des fievres continues de M. Quesnay, premier medecin ordinaire du Roi en survivance. Voyez Humeur, Sang, Bile, Fievre hectique, colliquative, maligne, Peste, Diarrhée, Sueur, Diabetes, Consomption, &c. Ces deux articles sont de M. d’Aumont.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « colliquation »

Colliquare, de cum, avec, et liquare, fondre (voy. LIQUEUR).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

latin colliquare, de cum, « avec », et liquare, « fondre » (→ voir liqueur) .
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « colliquation »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
colliquation kɔlikasjɔ̃

Évolution historique de l’usage du mot « colliquation »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Images d'illustration du mot « colliquation »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « colliquation »

Langue Traduction
Anglais snack
Espagnol bocadillo
Italien spuntino
Allemand snack
Chinois 小吃
Arabe وجبة خفيفة
Portugais lanche
Russe закуска
Japonais スナック
Basque mokadu
Corse snack
Source : Google Translate API

Synonymes de « colliquation »

Source : synonymes de colliquation sur lebonsynonyme.fr

Colliquation

Retour au sommaire ➦

Partager