La langue française

Cinabre

Définitions du mot « cinabre »

Trésor de la Langue Française informatisé

CINABRE, subst. masc.

MINÉR. Sulfure de mercure de couleur rouge, utilisé notamment pour la fabrication du vermillon. Cinabre naturel ou natif (Ac. 1835-1932) :
1. Les médailles étaient la plupart en soufre rouge (rougi par un mélange de cinabre), ce qui est beau et sérieux; ... Stendhal, Vie de Henry Brulard,t. 1, 1836, p. 224.
P. méton. Couleur rouge vermillon :
2. ... restaient donc les verts plus pâles, tels que le vert paon, les cinabres et les laques, mais alors la lumière exile leur bleu et ne détient plus que leur jaune qui ne garde, à son tour, qu'un ton faux, qu'une saveur trouble. Huysmans, À rebours,1884, p. 18.
Emploi subst. apposé :
3. On écrivait naguère, en ces temps romantiques Où les chants de Ducis étaient des émétiques, Où, sans pourpoint cinabre, on se voyait banni; ... Banville, Odes funambulesques,1859, p. 269.
Prononc. et Orth. : [sinabʀ ̥]. Attesté ds Ac. 1694-1932. Orth. cinnabre ds Littré. Fér. 1787 propose cinâbre. Cette orth. est à rapprocher de l'observation suiv. : ,,L'a est long et assez fermé [post.] dans les finales -abre et -avre : cabre, macabre, délabre, candélabre, ou sabre; havre, cadavre, ou navre; toutefois cette prononc. n'est pas absolument générale, notamment pour palabre et cinabre, ni sans doute pour glabre`` (Mart. Comment prononce 1913, p. 32). Étymol. et Hist. 1. xiiies. cenobre « sulfure rouge de mercure » (Remedes anciens, B.N. 2039, fo6 ds Gdf. Compl.), forme isolée; 1394 sinabre (Inventaire de meubles de la mairie de Dijon, 5 févr., Archives de la Côte-d'Or, ibid.); 2. 1552 « couleur rouge » (Ronsard, Amours de 1552, p. 64 ds IGLF : de son teint le cinabre vermeil); graphie concurrente cinnabre par réfection étymol. dep. 1606 (Nicot), mais plus rare. Empr. au lat. impérial cinnabaris « cinabre », lui-même empr. au gr. κ ι ν ν α ́ ϐ α ρ ι « cinabre, sang de dragon, sorte de teinture; plante tinctoriale, garance », mot d'orig. orientale, prob. persane. Fréq. abs. littér. : 36.
DÉR.
Cinabrin, ine; cinabarin, ine, adj.De la couleur du cinabre. Ses lèvres sont cinabrines (Huysmans, Marthe,1876, p. 139). Seule transcr. de cinabarin ds Littré : si-na-ba-rin, -ri-n'. 1reattest. 1553 cinabrin (Ronsard, Odes V, 13 ds Hug.) − 1611, Cotgr.; repris en 1838 sous la forme cinabarin ds Ac. Compl. 1842; de cinabre, suff. -in*; cinabarin prob. par réminiscence du gr. κ ι ν ν α ϐ α ́ ρ ι ν ο ς, id. Fréq. abs. littér. : 1.
BBG. − Sain. Lang. par. 1920, p. 446.

Wiktionnaire

Nom commun

cinabre \si.nabʁ\ masculin

  1. (Chimie) Combinaison naturelle ou artificielle de mercure et de soufre, de formule HgS, dont on fait le vermillon.
    • Mais l’étranger lui écrivit en réponse, sur un parchemin […] et avec des caractères rouges comme le cinabre. — (Ernst Theodor Amadeus Hoffmann, Le Diable à Berlin, 1820, traduit par Henry Egmont)
    • Un éventail rouge tremblait comme un papillon de cinabre dans ses doigts chargés de bagues d’argent. — (Théophile Gautier, Voyage en Espagne, 1840, édition Charpentier, 1859)
    • Ces sauvages […] étaient […] peints de la manière la plus variée et la plus fantastique. La plupart avaient la figure toute entière avec du cinabre, d’autres étaient tout à fait noirs, avec une longue raie blanche sur chaque joue. — (Gustave Aimard, Les Trappeurs de l’Arkansas, Éditions Amyot, Paris, 1858)
    • Les Chinois utilisaient le cinabre il y a 3600 ans comme encre, ou comme pigment pour les poteries.
  2. Encre pourpre fabriquée à partir du cinabre. Cette encre était utilisée par les Byzantins pour authentifier les actes impériaux issus de la chancellerie.
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)
    • (Figuré)Éclatantes blancheurs recherchées, semble-t-il, pour encore plus fortement accentuer la rutilance vermillonne des bérets à pompon et des tailloles rouges, les « zaïelles », c'est tout ce cinabre au cœur qui vous monte à la tête. — (Jean-Baptiste Giovannoli, Le frelon des Chabrands, Éditions Baudelaire, 2020)

Adjectif

cinabre \si.nabʁ\ invariable

  1. Couleur rouge vermillon. #DB1702
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

CINABRE. n. m.
T. de Chimie. Combinaison naturelle ou artificielle de mercure et de soufre dont on fait le vermillon. Cinabre naturel ou natif. Cinabre artificiel.

Littré (1872-1877)

CINABRE (si-na-br') s. m.
  • Sulfure rouge de mercure.

    Cinabre d'antimoine, le sulfure rouge de mercure provenant de la décomposition du deutochlorure de mercure par le sulfure d'antimoine. Pline et Galien appelaient cinabre le minium ou oxyde de plomb rouge.

HISTORIQUE

XIVe s. Comme au cinabre ou sublimé, Traité d'alch. 297.

XVIe s. La mauvaise vapeur et qualité du soulphre et vif-argent, dont ledit cinabre est composé, Paré, XXVI, 14.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

CINABRE, voyez Cinnabre.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « cinabre »

Cinabaris, de ϰιννάϐαρι.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Date à préciser) Du latin cinnabaris.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « cinabre »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
cinabre sinabr

Évolution historique de l’usage du mot « cinabre »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « cinabre »

  • L’identification récente de cinabre, un sulfure de mercure, sur des textiles incas, a fait s’interroger des spécialistes sur la toxicité de ce produit et l’impact sanitaire qu’il aurait pu avoir. Sciences et Avenir, Momies incas et vêtements au cinabre. Un pigment mortel ? - Sciences et Avenir
  • Ainsi, ils ont donné une origine aux traces rouges visibles sur l’idole. Il s’agit en fait d’un pigment identifié comme du sulfure de mercure, également connu sous le nom de cinabre, une espèce minérale qui se trouvait dans les Andes. La présence de cinabre indique qu’un transport d’environ 400 km a été nécessaire pour le faire parvenir sur la côte péruvienne. Actu Latino, L'idole de Pachacamac révèle ses secrets aux chercheurs | Actu Latino
  • Le site de Wanshan est à la fois l'origine et le patrimoine de la culture chinoise du cinabre, un minéral extrêmement important depuis l'Antiquité. Depuis les dynasties Qin (221-207 av. J.-C.) et Han (206 av. J.-C.-220 ap. J.-C.), il fut utilisé comme ingrédient principal de l'alchimie, ou comme pigment et médicament. , Guizhou : l’ancienne mine de mercurede Wanshan candidate au patrimoine de l'UNESCO
  • Selon Marcela Sepulveda, le cinabre apparaît comme une couleur de grande valeur. Déjà apprécié par les Incas pour des peintures faciales ou corporelles - en particulier chez les élites, comme en attestent des écrits du XVIe siècle - ce minerai qu'on fait venir de loin est donc associé à des offrandes et rites funéraires. Toutefois, la signification précise des couleurs reste à ce jour inconnue. France Inter, Archéologie : les couleurs de l'idole de Pachacamac enfin révélées
  • Malheureusement, le Conseil Général du Nord tente d’éradiquer le cinabre, comme avec cette affiche. DailyNord, Le Petit Dico Décalé du Nord - Pas-de-Calais : cinabre

Traductions du mot « cinabre »

Langue Traduction
Anglais cinnabar
Espagnol cinabrio
Italien cinabro
Allemand zinnober
Portugais cinábrio
Source : Google Translate API

Synonymes de « cinabre »

Source : synonymes de cinabre sur lebonsynonyme.fr

Cinabre

Retour au sommaire ➦

Partager