La langue française

Ceinturier, ceinturière

Définitions du mot « ceinturier, ceinturière »

Trésor de la Langue Française informatisé

Ceinturier, ière, subst.Celui, celle qui fabrique des ceintures, des ceinturons, des baudriers. Synon. plus usuel ceinturonnier.Le mot sert surtout à désigner le ceinturonnier médiéval.Il n'y a plus une dame de la ville qui n'ait donné sa clientèle à la parfaite brodeuse et ceinturière (Faral, La Vie quotidienne au temps de St Louis,1942p. 141).En partic. Ceinturier orthopédiste. ,,Ouvrier procédant au façonnage sur mesures de toutes ceintures à caractère orthopédique`` (Mét. 1955). [sε ̃tyʀje]. Ds Ac. 1694-1878. 1resattest. ca 1200-02 çainturiere (Escoufle, 5919 ds T.-L.); 1417-35 ceinturier (Clément de Fauquembergue, Journal, Paris, éd. A. Tuetey, t. 2, p. 361); de ceinture, suff. -ier*, -ière*. Fréq. abs. littér. : 1.

Wiktionnaire

Nom commun

ceinturier \sɛ̃.ty.ʁje\ masculin

  1. (Vieilli) (Désuet) Artisan qui fabrique et vend de ceintures, ceinturons, baudriers, etc.
    • Quant à leur fils Jean, il naquit en 1515 et mourut en 1582 ; il était ceinturier, métier aussi nécessaire alors, étant donné le costume masculin ou féminin du temps, que le sont aujourd’hui le cordonnier, le gantier, le chapelier. — (Société académique d’agriculture, des sciences, arts et belles-lettres du département de l’Aube, Mémoires de la Société académique d’agriculture, des sciences, arts et belles-lettres du département de l’Aube, Volume 78, 1914)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

CEINTURIER (sin-tu-rié) s. m.
  • Faiseur ou marchand de ceintures, ceinturons ou baudriers.

    Adjectivement. Marchand ceinturier.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

CEINTURIER, s. m. (Art méchanique.) on appelle ainsi celui qui fait ou qui vend des ceintures.

La communauté des marchands Ceinturiers de la ville de Paris est d’un très-ancien établissement, & étoit autrefois une des plus considérables de cette capitale.

Le nom de Ceinturiers que les maîtres prennent aujourd’hui, est assez moderne. Avant le milieu du xv. siecle, ils se nommoient maîtres Courroyers, du mot courroie ; parce qu’on faisoit alors les ceintures avec du cuir, à la reserve de ceux de mouton & de bazane, qu’il étoit défendu d’y employer.

Cette communauté s’est soûtenue tant que les robbes & les habillemens longs ont été en usage en France : mais la mode des habits courts que les hommes prirent après le regne de Henri III. ne la fit pas pourtant tout-à-fait tomber. Cet étalage assez bisarre de demi-ceints chargés de tant de bourses, demis, & d’autres bagatelles, dont les femmes, sur-tout parmi la bourgeoisie, se sont parées jusque assez avant dans le xvi. siecle, suffit assez long-tems pour occuper près de deux cents maîtres de cette communauté.

Toutes ces modes étant à la fin passées, les baudriers & les ceinturons de toutes sortes, soit de velours ou d’autres étoffes, soit de diverses especes de cuirs piqués d’or, d’argent, & de soie, les ceintures & gibecieres pour les grenadiers, les porte-carabines pour la cavalerie, les fournimens & les pendans à bayonnette pour l’infanterie, enfin les ceintures d’étoffe ou de cuir brodées, sont restés le partage des maîtres de cette communauté.

Chaque maître ne peut avoir qu’une boutique & qu’un apprenti, obligé au moins pour quatre ans.

Les enfans de maîtres font apprentissage chez leur pere, & ne tiennent point lieu d’apprentis.

Aucun n’est reçû à la maîtrise qu’il n’ait fait chef d’œuvre, qui anciennement étoit une ceinture de velours à deux pendans, à huit boucles par le bas des pendans ; la ferrure de fer à crochet, limée & percée à jour, à feuillages encloüés, & reparée dessus & dessous, les clous avec leur contre-rivet, le tout bien poli. Mais depuis que ces ceintures ne sont plus d’usage, le chef-d’œuvre est de quelqu’un des ouvrages que font les Ceinturiers modernes. Voyez le Dict. du Commerce.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « ceinturier »

 Dérivé de ceinture avec le suffixe -ier.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Ceinture.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « ceinturier »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
ceinturier sɛ̃tyrie

Évolution historique de l’usage du mot « ceinturier »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « ceinturier »

  • Les différents métiers exercés : bouchers, boulangers, couteliers, ceinturiers, charpentiers, argentiers, maçons, manouvriers, couturiers, forgerons, orfèvres, émailleurs, juponiers, coiffeurs, fromagers, drapiers, cordonniers, cubertiers, valets… et puis les clercs, les chanoines, les notaires, écrivains publics et même, à la fin du Moyen Âge, un imprimeur, Jean Berton. Parmi la production locale des tisserands : la limogiature – une étoffe de luxe rayée soit d’or soit de rouge, vendue en partie à l’extérieur du Limousin. Il y avait tous les petits marchands, aussi, comme Mariota Ourissona, vendeuse de châtaignes. Dans cette ville, les pauvres assistés s’occupaient de l’entretien des vergers. www.lepopulaire.fr, Sur les traces des ancêtres médiévaux de Limoges - Limoges (87000)
  • Le parapluie de 1770 était constitué d’ « un manche en deux pièces réunies par une vis, dont les branches se repliaient au moyen de brisures ». Mais bien vite, c’est le conflit dans les corporations entre les tourneurs qui fabriquaient les manches et les boursiers qui assemblaient et vendaient les instruments, puis les boisseliers (ouvriers du bois travaillant à la confection du manche) et les boursiers voulant chacun s’attribuer le droit de créer et vendre les parapluies. Finalement le Parlement décrète en septembre 1773 que les boisseliers doivent se contenter de fournir aux boursiers le manche des parasols. Puis en 1776, les boursiers furent réunis aux ceinturiers et aux gantiers avec des statuts où ils avaient « aussi le droit de fabriquer et faire toutes sortes de parapluies et parasols, les garnir… ». , Histoire de la mode : du parasol au parapluie

Images d'illustration du mot « ceinturier »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « ceinturier »

Langue Traduction
Anglais belt
Espagnol cinturón
Italien cintura
Allemand gürtel
Chinois
Arabe حزام
Portugais cinto
Russe ремень
Japonais ベルト
Basque gerriko
Corse cinturione
Source : Google Translate API

Synonymes de « ceinturier »

Source : synonymes de ceinturier sur lebonsynonyme.fr

Ceinturier

Retour au sommaire ➦

Partager