La langue française

Caloyer, caloyère

Définitions du mot « caloyer, caloyère »

Trésor de la Langue Française informatisé

CALOYER, ÈRE, subst.

Religieux grec de l'ordre de Saint-Basile :
Dieu, n'en déplaise au prêtre, au bonze, au caloyer, Est capable de tout, lui qui fait balayer Le bon goût, ce ruisseau, par Nisard, ce concierge, Livre au singe excessif la forêt, cette vierge, ... Hugo, L'Art d'être grand-père,1877, p. 63.
Prononc. et Orth. : [kalɔje], fém. [-jε:ʀ]. Transcr. donnée ds Pt Rob., Pt Lar. 1968, Lar. Lang. fr. ainsi que ds Littré et Fél. 1851. Pour Fouché Prononc. 1959, p. 37 et 45 ,,-oy- se prononce [-ɔj-] ds oyat, caloyer, coyau, coyer, coyot, coyote, coyoté, ayant compte``. À comparer avec les transcr. de Land. 1834 ([kaloê-ié]) et de Gattel 1841, Nod. 1844, DG et Barbeau-Rodhe 1930 ([kalwaje]) dans lesquelles la diphtongue -oy- a suivi l'évolution normale; à ce sujet cf. aboyer. Pour les hésitations de la prononc. de ce mot, cf. également Buben 1935, § 78. Ds Ac. 1762-1878. Nouv. Lar. ill., Lar. encyclop. et Quillet 1965 admettent la var. caloger. Étymol. et Hist. xives.-xves. caloier (E. Deschamps, IX, 156, A. T. ds R. Hist. litt. Fr., t. 4, p. 289); 1509 caloyer (J. Le Maire, Œuvres, III, 371, Stecher, ibid.). Empr. au gr. mod. kalogeros (g se prononçant y) proprement « bon vieillard » gr. κ α λ ο ́ ς « beau » (en gr. class.) puis « parfait » (en gr. post-class.) et γ ε ́ ρ ω ν « vieillard »; cf. le m. fr. calogere, 1418 (Caum., Voy. d'oultr., p. 45 ds Gdf. Compl.). Fréq. abs. littér. : 4.

Wiktionnaire

Nom commun

caloyer \ka.lɔ.je\ masculin (pour une femme on dit : caloyère)

  1. Religieux grec de l'ordre de saint-Basile.
    • Mais je ne me rappelle pas encore sans un sentiment pénible qu’un caloyer voulut me parler de politique et me raconter les secrets de la cour de Russie. — (François-René de Chateaubriand, Itinéraire de Paris à Jérusalem, 1811)
    • Le moine monténégrin s’habille, comme le caloyer grec, d’une longue robe de soie noire; aussi les Turcs ont-ils l'habitude de désigner le vladika du Monténégro sous ce titre : le noir Caloyer. — (Edmond Auguste Texier, Les hommes de la guerre d’Orient)
    • Avoir été presque l’égale d’une divinité, avoir vu défiler chaque jour, prosternées à ses pieds qu’elles baisaient, la foule brillante des patriciennes de la Ville gardée de Dieu, et devenir, en une heure, une misérable caloyère dans un couvent des îles ! — (Gustave Schlumberger, L’épopée byzantine à la fin du 10e siècle)

Nom commun

caloyer \kəˈlɔɪə\

  1. Caloyer.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

CALOYER (ka-lo-ié, iè-r') s. m.
  • Moine grec, religieuse grecque, de l'ordre de Saint-Basile.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « caloyer »

Du grec ancien καλόγηρος, kalógêros (« vénérable »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Du français caloyer.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Καλὸς, beau, honorable, et γέρων, vieillard (voy. GÉRONTE), le γ dans le grec moderne se prononçant à peu près comme y.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « caloyer »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
caloyer kalɔje

Évolution historique de l’usage du mot « caloyer »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « caloyer »

  • Pour se garantir de la funeste influence des broucolaques, les Grecs déterrent le corps du spectre et le brûlent, après avoir récité sur lui des prières ; alors ce corps réduit en cendres ne parait plus. Ricault, qui voyagea dans le Levant au XVIIe siècle, ajoute que la peur des broucolaques est générale aux Turcs comme aux Grecs. Il raconte un fait, qu’il tenait d’un caloyer candiot, qui lui avait assuré la chose avec serment. Un homme étant mort excommunié, pour une faute qu’il avait commise dans la Morée, fut enterré sans cérémonies dans un lieu écarté et non en terre sainte ; les habitants furent bientôt effrayés par d’horribles apparitions, qu’ils attribuèrent à ce malheureux. On ouvrit son tombeau au bout de quelques années, on y trouva son corps enflé, mais sain et bien dispos ; ses veines étaient gonflées du sang qu’il avait sucé ; on reconnut en lui un broucolaque. Après qu’on eut délibéré sur ce qu’il y avait à faire, les caloyers furent d’avis de démembrer le corps, de le mettre en pièces, et de le faire bouillir dans le vin, car c’est ainsi qu’ils en usent, de temps très ancien, envers les broucolaques. Mais les parents obtinrent, à force de prières, qu’on différât celle exécution ; ils envoyèrent en diligence à Constantinople, pour obtenir du patriarche l’absolution dont le défunt avait besoin. En attendant, le corps fut mis dans l’église, où l’on disait tous les jours des prières pour son repos. Un matin que le caloyer faisait le service divin, on entendit tout d’un coup une espèce de détonation dans le cercueil ; on l’ouvrit et l’on trouva le corps dissous, comme doit l’être celui d’une mort enterré depuis sept ans. On remarqua le moment où le bruit s’était fait entendre ; c’était précisément l’heure ou l’absolution accordée par le patriarche avait été signée. , Broucolaques ou vroucolaques (extrait du dictionnaire infernal) 1818 - La Revue des Ressources

Traductions du mot « caloyer »

Langue Traduction
Anglais hull
Espagnol cáscara
Italien scafo
Allemand rumpf
Chinois 船体
Arabe بدن
Portugais casco
Russe корпус
Japonais 船体
Basque kaskoa
Corse cascà
Source : Google Translate API

Synonymes de « caloyer »

Source : synonymes de caloyer sur lebonsynonyme.fr

Caloyer

Retour au sommaire ➦

Partager