La langue française

Calenture

Définitions du mot « calenture »

Trésor de la Langue Française informatisé

CALENTURE, subst. fém.

MÉD. Délire furieux observé chez les marins au moment de la traversée des zones tropicales et s'accompagnant d'un désir irrésistible de se jeter à la mer. L'épouvantable, l'effroyable Calenture (F. Liszt, Correspondance de Liszt et de la comtesse d'Agoult,1833-64, p. 37):
« Parfois, mes goûts naturels se réveillaient comme un incendie longtemps couvé. Par une sorte de mirage ou de calenture, moi, veuf de toutes les femmes que je désirais, dénué de tout et logé dans une mansarde d'artiste, je me voyais alors entouré de maîtresses ravissantes!... » Balzac, La Peau de chagrin,1831, p. 104.
Prononc. et Orth. : [kalɑ ̃ty:ʀ]. Ds Ac. 1762-1878. Étymol. et Hist. [1700 calentura « fièvre ardente » mot esp. cité (B. Martin, Voyages faits en divers temps en Espagne, en Portugal, en France et ailleurs, p. 117, d'apr. Reinh., p. 368)]; 1750 calenture (Prévost, Manuel Lexique ds Quem.); 1751 « sorte de fièvre tropicale » (Encyclop. t. 2). Empr. à l'esp. calentura, attesté au sens de « chaleur » dep. 1220-50, Berceo d'apr. Cor.; au sens de « fièvre » dep. 1340, Crón. de Fernando IV, ibid., dér. de calentar « chauffer » lui-même dér. de caliente « chaud », du lat. calens, -entis, part. prés. de calere « être chaud ». Fréq. abs. littér. : 1.

Wiktionnaire

Nom commun

calenture \ka.lɑ̃.tyʁ\ féminin

  1. (Médecine) (Vieilli) (Désuet) Sorte de délire auquel les navigateurs sont sujet, sous la zone tropicale.
    • Comme deux anges que torture
      Une implacable calenture,
      Dans le bleu cristal du matin
      Suivons le mirage lointain !
      — (Charles Baudelaire, Le Vin des amants dans « Les Fleurs du mal »)
    • Dans cette détresse, nous eûmes, outre la terreur de la tempête, un de nos hommes mort de la calenture, et un matelot et le domestique emportés par une lame. — (Daniel Defoe, Robinson Crusoé)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

CALENTURE (ka-lan-tu-r') s. f.
  • Terme de médecine. Espèce de délire furieux auquel les navigateurs sont sujets sous la zone torride.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

CALENTURE, s. f. (Medecine.) espece de fievre accompagnée d’un délire subit, commune à ceux qui font des voyages de long cours dans des climats chauds, & surtout à ceux qui passent sous la ligne.

L’histoire suivante donnera une idée de cette maladie, & de la maniere de la traiter.

Un matelot âgé de trente à quarante ans, assez grand, mais fluet, fut attaqué d’une calenture si violente, que quatre de ses camarades suffisoient à peine pour le retenir : il s’écrioit de tems en tems qu’il vouloit aller dans les champs ; il avoit la vûe égarée, furieuse ; son corps étoit dans une chaleur brûlante, & son pouls fort déréglé, sans aucune vibration distincte. Le Chirurgien du vaisseau tâcha de le saigner : mais quoique la veine du bras fut assez ouverte, il n’en pût jamais tirer une once de sang ; on lui ouvrit la veine du front avec aussi peu de succès ; on passa à la jugulaire, il en sortit deux onces de sang fleuri, après quoi il cessa de couler, quoique l’ouverture fût assez large ; on répéta les saignées, on en tiroit de trois ouvertures à la fois ; le sang couloit plus librement à mesure que les vaisseaux se vuidoient. Après une évacuation considérable, la fievre diminua de même que l’agitation ; le malade avoit la vûe moins égarée, il ne crioit plus ; le pouls devint plus régulier, la chaleur se modéra, & la fureur se rallentit, de façon qu’un seul homme suffisoit pour le contenir. On lui tira environ cinquante onces de sang par les trois ouvertures dont on a parlé : l’ayant fait coucher, on lui donna une once de sirop de diacode dans un verre d’eau d’orge ; après quoi il dormit fort tranquillement pendant quelques heures, & ne sentit en s’éveillant qu’une foiblesse qui venoit du sang qu’on lui avoit tiré, & un malaise par tout le corps produit apparemment par la violence des convulsions qu’il avoit eûes, & des efforts qu’il avoit faits pour s’échapper.

Il est vraissemblable que quand les matelots sont attaqués de cette chaleur violente & de cette maladie, ce qui leur arrive ordinairement pendant la nuit, ils se levent, s’en vont sur le bord, & se jettent dans la mer, croyant aller dans les prés ; ce qui rend cette conjecture d’autant plus vraissemblable, c’est que dans la mer Méditerranée, il arrive souvent en été & dans des tems chauds, que des gens de mer disparoissent sans qu’on sache ce qu’ils sont devenus ; ceux qui restent dans le bâtiment, pensent que tous ceux qui disparoissent ainsi se sont sauvés sans qu’on s’en soit apperçu. Quant à celui dont il est parlé ci-dessus, le Medecin apprit d’un de ses camarades, qu’ayant soupçonné son dessein, il l’avoit saisi, comme il étoit sur le point de s’élancer dans l’eau, & qu’on l’avoit conservé par ce moyen. Si les calentures sont plus fréquentes pendant la nuit que pendant le jour, c’est qu’alors les bâtimens sont plus fermés & reçoivent moins d’air. Philosoph. transact. abr. vol. IV. par le docteur Olivier.

Le docteur Shaw veut qu’on traite cette maladie de la maniere suivante.

Il faut tâcher de procurer du repos : on donnera de l’eau d’orge avec du vin blanc ; on proscrira la biere, & toute liqueur spiritueuse, & on prescrira un régime foible & liquide. Le premier pas qu’on ait à faire dans la cure, c’est de saigner ; il arrive assez souvent que les vaisseaux sont pleins d’un sang si épais, qu’on est obligé d’en ouvrir plusieurs pour évacuer assez de sang ; la veine jugulaire est préférable à celle du bras. Huit ou dix heures après la saignée, on donnera l’émétique, on appliquera au cou un large épispastique, on reviendra à la saignée aussi-tôt qu’on le pourra ; le soir lorsque le malade sera prêt à reposer, on lui donnera un parégorique.

Si la maladie est suffisamment calmée, on ordonnera le purgatif doux qui suit.

Prenez feuilles de séné deux gros & demi, rhubarbe un demi-gros, sel de tartre un demi-scrupule, graine de coriandre broyée un scrupule ; faites infuser le tout dans suffisante quantité d’eau de fontaine ; & sur deux onces & demie de la liqueur passée, ajoûtez sirop solutif de roses six gros ; sirop de corne de cerf deux gros ; esprit de nitre dulcifié, sel volatil huileux, de chacun trente gouttes. Faites-en une potion que le malade prendra deux ou trois fois, selon que la maladie l’exigera, & en gardant un régime exact.

Voilà la maniere ordinaire de traiter la calenture. (N)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « calenture »

De l’espagnol calentura (« fièvre »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Espagn. calentura, fièvre, de calere, être chaud (voy. CHAUD).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « calenture »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
calenture kalɑ̃tyr

Évolution historique de l’usage du mot « calenture »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « calenture »

  • Cette calenture hivernale sur l’île de beauté ne représente que la traduction locale d’un phénomène global. L’année 2019 constitue en effet la deuxième année la plus chaude jamais mesurée dans le monde – le record de chaleur étant détenu à ce jour par l’année 2016. Ce palmarès ne constitue que la partie émergée de l’iceberg, expression qui, du reste, appartiendra peut-être un jour au passé. L’année 2019 conclut en effet la décennie la plus chaude enregistrée depuis que la métrologie météorologique existe. Et ce n’est vraisemblablement qu’un début, tant l’hiver doux-amer que nous traversons augure de températures extrêmes dans quelques mois.→ LES FAITS. En Islande, une plaque pour commémorer un glacier disparu La Croix, La nostalgie du froid ou l’éco-anxiété

Traductions du mot « calenture »

Langue Traduction
Anglais calenture
Source : Google Translate API

Synonymes de « calenture »

Source : synonymes de calenture sur lebonsynonyme.fr

Calenture

Retour au sommaire ➦

Partager