La langue française

Brumaire

Définitions du mot « brumaire »

Trésor de la Langue Française informatisé

BRUMAIRE, subst. masc.

Deuxième mois du calendrier républicain, correspondant à la période comprise entre le 22 (ou 23) octobre et le 21 (22, ou 23) novembre.
Spéc., HIST. Le 18 brumaire (an VIII). Date à laquelle Bonaparte fit le coup d'État qui devait aboutir à l'instauration du Consulat :
1. ... le 18 brumaire s'accomplit; le gouvernement consulaire naît, et la liberté meurt. Alors s'opère dans le monde un changement absolu; ... Chateaubriand, Mémoires d'Outre-Tombe,t. 2, 1848, p. 367.
P. ell. Brumaire. 18 brumaire. Avant brumaire; l'homme de brumaire.
P. anal. [Surtout au xixes., dans le domaine pol. et p. ext. dans d'autres domaines : litt., etc.] Un dix-huit brumaire. Un coup d'État. Faire un (son) dix-huit brumaire :
2. Nous sommes à une époque de transition. Victor Hugo me disait : Chateaubriand et vous, vous êtes des hommes de transition. Moi, je suis un homme d'époque, je fonderai une ère. Je puis vous faire un dix-huit brumaire en littérature. Chênedollé, Journal,1830, p. 132.
1reattest. 1793, 30 oct. (Fabre d'Églantine, rapporteur de la commission chargée de la confection du calendrier, cité dans Frey, p. 214); dér. de brume*, suff. -aire*. [bʀymε:ʀ]. Fréq. abs. littér. : 150.
BBG. − Darm. 1877, p. 191.

Wiktionnaire

Nom commun

brumaire \bʁy.mɛʁ\ masculin

  1. Le second mois du calendrier républicain ; il allait du 23 octobre au 21 novembre.
    • Trois semaines plus tard, le 4 brumaire an IV (26 décembre 1795), la Convention nationale tint sa dernière séance et se sépara aux cris prolongés de Vive la République. — (Alfred Barbou, Les Trois Républiques françaises, A. Duquesne, 1879)
    • Après avoir étouffé, au 18 Brumaire les derniers vestiges des libertés que nos pères avaient conquises au prix de leur sang, investi de pouvoirs souverains comparable à l’ancienne dictature romaine, Napoléon Bonaparte n’avait poursuivi qu’un seul but: […] — (Frédéric Humbert, L’invasion de 1814 en Seine-et-Marne, 1885)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

BRUMAIRE. n. m.
Le second mois du calendrier républicain; il allait du 23 octobre au 21 novembre.

Littré (1872-1877)

BRUMAIRE (bru-mê-r') s. m.
  • Le deuxième mois du calendrier républicain, commençant trente jours après l'équinoxe d'automne (du 23 octobre au 21 novembre).

    Dix-huit brumaire, coup d'État de Bonaparte, qui fut ainsi nommé parce qu'il se fit le dix-huit brumaire, et qui eut pour résultat de renverser la République et d'y substituer le pouvoir d'un seul ; et, par extension, coup d'État de même nature, c'est-à-dire qui renverse un gouvernement de discussion et y substitue un pouvoir absolu.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « brumaire »

Bruma, solstice d'hiver, hiver (voy. BRUME).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

 Dérivé de brume avec le suffixe -aire, littéralement « mois des brumes ».
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « brumaire »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
brumaire brymɛr

Évolution historique de l’usage du mot « brumaire »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « brumaire »

  • Le 19 brumaire (10 novembre), le Conseil des Cinq-Cents, présidé par Lucien Bonaparte, est rétif à adopter le projet de Sieyes. Le général Bonaparte décide alors d'intervenir. La suite nous est racontée par notre témoin, le député Jean Adrien Bigonnet, qui condamnera ultérieurement ce coup d'État qui porte Bonaparte au pouvoir. Le Point, Petits témoins de la Grande Histoire : le coup d'État du 18 brumaire - Le Point
  • Chaque année, ce n’est pas moins de 20 000 à 40 000 visiteurs venus de régions limitrophes (Nord-pas-de Calais, Meuse, Lorraine, Belgique, Luxembourg…) qui viennent partager l’ambiance chaleureuse de cette manifestation.Si dans la Pointe des Ardennes, le 11 novembre évoque la foire aux Oignons avant même l’anniversaire de l’Armistice de la première guerre mondiale, les Givetois et habitants de la région ignorent sans doute l’origine du nom de cette manifestation d’une popularité inégalable. Une page d’histoire. C’est en janvier 1617 que les archiducs Albert et Isabelle établirent une foire réservée à leurs plus lointains sujets des marches de l’Empire.Plus près de nous, des documents d’ancien régime font état de trois foires à Givet : au printemps, le jour de la Saint-Louis et le jour de la Saint-Martin.Sous la Révolution, l’administration centrale des Ardennes de l’An VI en fixa les dates au 13 brumaire, 26 floréal et 9 fructidor. 500 têtes de bétail étaient alors « exposées » sur la foire.Mais c’est depuis l’Empire que cette foire de novembre figure sous le nom de  » Foire aux Oignons « , un nom qui fleure bon le terroir. Engagé dans la dure campagne de Pologne, Napoléon a trouvé quand même le temps de se pencher sur les affaires de la ville de Givet. De son quartier impérial à Posen, le 12 décembre 1806, huit jours avant son entrée à Varsovie, Napoléon promulgua un décret fixant les dates des foires à Givet, et plus particulièrement celle de la Saint-Martin devenue foire aux Oignons.Avec ces cinq cents têtes de bétail amenées de Belgique nonobstant les obstacles de la douane, la foire aux Oignons était la plus vivante et la plus active de toute une région. Unidivers, La foire aux oignons Givet mercredi 11 novembre 2020
  • Baron d’empire, officier de la Légion d’honneur, chevalier de Saint Louis et commandeur de l’ordre de la couronne de Fer, cet homme hors du commun se trouve aux côtés de Bonaparte et à son service dans les moments les plus décisifs de sa carrière : vendémiaire, brumaire, 1815. Mais l’habile négociateur fut toujours malhabile quand il s’agissait de sa propre cause. De 1808 à 1810, il fut envoyé en Espagne, et fut nommé Gouverneur de la vieille Castille. Il n’avait pas oublié sa terre natale pour autant. millavois.com, Le domaine de la Baume (commune de Lapanouse-de-Cernon)

Traductions du mot « brumaire »

Langue Traduction
Anglais brumaire
Espagnol brumario
Italien brumaio
Source : Google Translate API

Synonymes de « brumaire »

Source : synonymes de brumaire sur lebonsynonyme.fr

Brumaire

Retour au sommaire ➦

Partager