La langue française

Breton, bretonne

Définitions du mot « breton, bretonne »

Trésor de la Langue Française informatisé

BRETON, ONNE, adj. et subst.

A.− (Celui, celle) qui habite la Bretagne ou en est originaire.
Rare. Synon. de bretonnant*.La Bretagne bretonne et la française (Michelet, Journal,1831, p. 91).
B.− Qui a rapport, qui est propre à la Bretagne ancienne ou moderne ou à ses habitants. Les Bretons insulaires (Vidal de La Blache, Tabl. de la géogr. de la France,1908, p. 21);un chapeau breton; les lais bretons, les poèmes du cycle breton.
LING. Langue bretonne, le breton. Langue celtique parlée en Basse-Bretagne :
Depuis quelque temps, j'ai cessé de me parler breton... Et, ce qui me paraît singulier, c'est que je ne pense plus en breton non plus... Au commencement, je ne pensais jamais en français. Je traduisais en parlant, c'était un véritable effort. Inconsciemment, je me reproche cet oubli de « ma » langue. Gyp, Souvenirs d'une petite fille,1927, p. 32.
Rem. 1. On peut dire aussi bas breton. Accent bas breton (cf. bas1, ex. 16). 2. On rencontre dans la docum. a) Bretonnerie, subst. fém. Histoire, écrit parlant de la Bretagne, des Bretons (cf. Renan, Feuilles détachées, 1892, p. 75). b) Brezonnec, brezonneck, subst. masc. Langue bretonne; p. méton. breton bretonnant. Singuliers flâneurs, ces quatre brezonnecks, visitent Paris avec, derrière eux, les sycophantes (J. de La Varende, Cadoudal, 1952, p. 184).
PRONONC. : [bʀ ətɔ ̃], fém. [-ɔn].
ÉTYMOL. ET HIST. − Ca 1100 subst. ethnique Bretuns (Roland, éd. J. Bédier, 3702); 1160-70 ling. (M. de France, Lai de Lanval, éd. J. Rychner, 4 : En bretans l'apelent Lanval); 1732 bas breton (Trév.). Du lat. Britto, -onis, désignant en lat. class. un peuple celte établi en Angleterre, puis les habitants de la Bretagne Continentale (ixes. Ravenn. anonymus, p. 9, 6 dans TLL s.v.).
STAT. − Fréq. abs. littér. : 818. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 1 061, b) 904; xxes. : a) 2 070, b) 842.
BBG. − Brugger (E.). Über die Bedeutung von Bretagne, Breton in mittelalterlichen Texten. Z. fr. Spr. Lit. 1898, t. 20, pp. 79-162. − Gall. 1955, p. 234. − Goosse (A.). Le Pic. et le wallon, source du jargon des coquillards. Cah. Lexicol. 1970, no16, p. 110. − Gottsch. Redens. 1930, p. 433. − Rommel (A.). Die Entstehung des klassischen französischen Gartens im Spiegel der Sprache. Berlin, 1954, p. 75, 83. − Sain. Sources t. 1 1972 [1925], p. 390.

Wiktionnaire

Nom commun 1

breton \bʁə.tɔ̃\ masculin singulier

  1. (Linguistique) Langue celtique (groupe brittonique), parlée en Bretagne, et principalement dans l’ouest de la région (Basse-Bretagne).
    • Je connais quelques mots de breton.
    • Le breton fait partie de la branche celtique des langues indo-européennes.

Nom commun 2

breton \bʁə.tɔ̃\ masculin (pour la femelle on dit : bretonne)

  1. (Zoologie) Race de cheval de trait léger, originaire de Bretagne au nord-ouest de la France, dont la taille au garrot varie de 1,45 à 1,70 m : attelage, travail agricole, trait lourd.
    • Le breton a beaucoup influencé le développement du trait italien, d’où leur ressemblance. — (Judith Draper, Le Grand Guide du cheval : les races, les aptitudes, les soins, 2006)

Nom commun

bretonne \bʁə.tɔn\ féminin (pour un animal mâle, on dit breton)

  1. (Désuet) Sorte de capote.
  2. (Zootechnie) Jument ou pouliche de race bretonne (race de cheval).
  3. (Zootechnie) Variante de bretonne pie noir (race de bovin).

Forme d’adjectif

bretonne \bʁə.tɔn\

  1. Féminin singulier de breton.
    • L’Angleterre, bretonne sous Uther Pendragon, romaine sous César, saxonne sous l’heptarchie, danoise sous Harold, normande après Guillaume, devient, grâce aux lords, anglaise. — (Victor Hugo, L’Homme qui rit, 1869, édition 1907)

Forme de verbe

bretonne \bʁə.tɔn\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent de bretonner.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent de bretonner.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent de bretonner.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent de bretonner.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif présent de bretonner.

Nom commun

bretonne \bʁə.tɔn\ féminin (pour un animal mâle, on dit breton)

  1. (Désuet) Sorte de capote.
  2. (Zootechnie) Jument ou pouliche de race bretonne (race de cheval).
  3. (Zootechnie) Variante de bretonne pie noir (race de bovin).

Forme d’adjectif

bretonne \bʁə.tɔn\

  1. Féminin singulier de breton.
    • L’Angleterre, bretonne sous Uther Pendragon, romaine sous César, saxonne sous l’heptarchie, danoise sous Harold, normande après Guillaume, devient, grâce aux lords, anglaise. — (Victor Hugo, L’Homme qui rit, 1869, édition 1907)

Forme de verbe

bretonne \bʁə.tɔn\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent de bretonner.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent de bretonner.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent de bretonner.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent de bretonner.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif présent de bretonner.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

BRETON (bre-ton) s. m.
  • Nom d'un idiome néo-celtique parlé en Basse-Bretagne.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « breton »

(Date à préciser) Du latin Britto (« de, grande ou petite, Bretagne »), dont dérive aussi l’ancien français bret, du bas latin brittus.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « breton »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
breton brœtɔ̃

Évolution historique de l’usage du mot « breton »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « breton »

  • Dans un contexte pour le moins compliqué, l’équipe de Quimperlé animation tourisme (QAT) a décidé de proposer quelques animations gratuites en juillet et août. QAT donne rendez-vous le 16 juillet et le 3 août (à 15 h), au boulodrome de Kerbertrand pour une initiation à la boule bretonne avec des membres du club de la boule sportive quimperloise. Le 28 juillet (place Saint-Michel, à 20 h) et le 25 août (place Charles-de-Gaulle, à 20 h), initiation aux danses bretonnes avec les danseurs et musiciens en costume. Alain Pennec, historien de Quimperlé évoquera le 21 juillet, place Charles-de-Gaulle, la carrière d’Alexis Savary. Le 18 août (à 14 h 30), il proposera une visite guidée de la chapelle hospitalière de l’hôpital Frémeur. Le Telegramme, Conférence, visite guidée, boules et danses bretonnes cet été avec Quimperlé animation tourisme - Quimperlé - Le Télégramme
  • Les bons chiffres du chômage, la série d’accident des deux derniers jours dans les eaux bretonnes, la grogne monte contre le site de réservation Booking.com en Bretagne, une mousse jaunâtre fait son apparition à Paimpol et une toile de Marc Chagall bientôt en vente à Brest : en deux minutes et... Le Telegramme, Une master class en langue bretonne avec un réalisateur - Saint-Brieuc - Le Télégramme
  • Il était normand par sa mère et breton par un ami de son père. De Alphonse Allais / Les Pensées
  • La femme est assez proche de l'homme, comme l'épagneul breton. A ce détail près qu'il ne manque à l'épagneul breton que la parole alors qu'il ne manque à la femme que de se taire. De Pierre Desproges / Dictionnaire superflu
  • Les bons chiffres du chômage, la série d’accident des deux derniers jours dans les eaux bretonnes, la grogne monte contre le site de réservation Booking.com en Bretagne, une mousse jaunâtre fait son apparition à Paimpol et une toile de Marc Chagall bientôt en vente à Brest : en deux minutes et... Le Telegramme, Football. Mercato breton : posez vos questions sur le Stade Rennais - Football - Le Télégramme
  • Le café de la gare accueille, le dernier vendredi de chaque mois, de 17 h 30 à 19 h 30, les bretonnants, confirmés ou non, pour une causerie. Vendredi soir, à l’occasion de la reprise après quatre mois sans rencontre, ils étaient encore une douzaine. Ces causeries sont gratuites et ouvertes à tous. La parole est ouverte. On y parle de tout, du temps qu’il fait aux dernières nouvelles, des histoires parfois reçues des ancêtres. Le Telegramme, Les causeries en breton ont repris à la Gare - Guiscriff - Le Télégramme
  • J’aurais plutôt tendance à pen­ser que le tourisme breton a une belle carte à jouer. Durant cet été 2020 où il est recommandé aux Français de ne pas partir trop loin, certains vacanciers du coin, qui n’ont pas forcément cette ha­bitude, peuvent saisir l’occasion pour rester dans leur secteur et découvrir ou redécouvrir leur région. Cela peut compenser les pertes liées à la baisse des visi­teurs étrangers, d’autant que la Bretagne n’est pas forcément leur destination la plus prisée en France. Et d’après les chiffres de Brittany Ferries, les Britanniques semblent faire leur retour après une baisse de fréquentation liée au Brexit ces dernières années. , PHILIPPE GLOAGUEN: “Le tourisme breton a une belle carte à jouer”
  • L'apprentissage par le biais des stages d'été est l'une des méthodes les plus efficaces. C'est également la solution pour les personnes souhaitant découvrir ou progresser en breton... çà vous dirait d'apprendre la langue en découvrant des sites à pied ou en participant à différents ateliers ? France Bleu, Apprendre le breton... en vacances ! Le 12/06/20, 1 stage d'été en breton avec DAO à gagner en Matinale
  • En plein confinement, l'inspection d'Académie du Finistère a annoncé l’application en septembre prochain de la circulaire n°2017-072, ayant pour conséquence une mise en concurrence du breton (initiation) et de l’anglais pour les élèves du CP au CM2 des écoles publiques du Finistère. Agence Bretagne Presse, Opposition à la mise en concurrence du breton avec l’anglais
  • Le pardon de Notre-Dame-de-la-Roche aura bien lieu en cet été 2020 : telle est la décision prise par l’association organisatrice Krog E-Barzh qui, chaque année, propose une journée dédiée à la culture traditionnelle bretonne. Quelques aménagements sont toutefois apportés par rapport aux éditions précédentes. Le Telegramme, Notre-Dame-de-la-Roche célébrée en breton le 12 juillet - Saint-Thois - Le Télégramme
  • Mona Ozouf : Mon enfance se déroule de façon très claustrale. J'ai 4 ans quand mon père (Yann Sohier, instituteur, militant de la langue bretonne et fondateur du bulletin Ar Falz, ndlr) meurt. Ma mère est institutrice à Plouha et, à ce titre, nous habitons au sein de l'école. Enfant, je ne sors jamais, ou presque, de ce groupe scolaire. Excepté pour me rendre au caté­chisme le jeudi et à la messe le di­manche. Notre logement donne sur la cour d'école, laquelle est désespérément vide dès lors qu'il n'y a pas classe ou durant les va­cances. Je grandis auprès de ma mère et de ma grand-mère, deux femmes mélancoliques. La pre­mière car elle est engloutie dans le chagrin depuis la mort de son époux, la seconde parce qu'elle considère que les femmes ne sont pas venues au monde pour être heureuses. Bien heureuse­ment, dans cette maison, il y a compulsive tout ce qui me tombe sous la main. À Plouha, le livre est un moyen de franchir ces jour­nées si chagrines. , MONA OZOUF: “Le breton est une langue infiniment plus concrète, plus sensuelle que le français”
  • Privée de locaux depuis la fin du confinement, l’association quimpéroise Mervent, qui enseigne le breton, a trouvé refuge chez un grand défenseur de la culture et de la langue : à l’école de broderie de Pascal Jaouen. À toute situation inédite, il y a une solution. Ainsi, les élèves ont pu poursuivre leurs apprentissages. « Dès la première semaine du confinement, nous avons mis en place des cours à distance. Depuis début juin, les cours des formations longues ont lieu en présentiel, à raison d’une demi-journée par jour », se réjouit Yannig Menguy, le directeur de Mervent. Mais c’est temporaire. À la rentrée, le 7 septembre, Mervent réintégrera ses locaux de l’IUT, rue de l’Université. Les formations intensives de trois et six mois, à raison de 35 h par semaine, redémarrent. « Le principal public est celui des demandeurs d’emploi. Ils peuvent bénéficier d’une prise en charge intégrale du coût de la formation, par l’intermédiaire de la région Bretagne », explique-t-il. S’adressant ainsi à un public cherchant une opportunité de retour à l’emploi, Mervent confirme que dans le breton, il y a des débouchés, voire du travail. Le Telegramme, À Quimper, la langue bretonne s’ancre dans la vie professionnelle - Quimper - Le Télégramme
  • À la prochaine rentrée, l’initiation à la langue bretonne sera-t-elle mise en concurrence avec l’apprentissage de l’anglais dans l’enseignement primaire et secondaire ? C’est ce que craignent douze parlementaires bretons (*) qui, « alertés par plusieurs associations et acteurs en faveur de la défense de la langue bretonne » ont écrit une lettre ouverte à Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale. Le Telegramme, Des députés craignent une mise en concurrence du breton avec l’anglais - Bretagne - Le Télégramme
  • Les vignes bretonnes renaissent , Trente projets de vin breton
  • Consommer devient donc un acte civique, teinté de pragmatisme parfois de militantisme. Chacun place le curseur là où il peut selon ses moyens, sa disponibilité, son mode de vie. Conscient de ce nouvel enjeu et de l’importance de l’achat responsable sur l’emploi et l’environnement bretons, Le Télégramme s’engage dès aujourd’hui dans une importante démarche d’information et de soutien aux producteurs, industriels, artisans et commerçants locaux et régionaux. « J’achète breton », c’est un slogan et un logo. Mais c’est surtout une démarche de conviction du groupe régional que forment Le Télégramme, ses filiales médias, emploi et événementiel. Depuis la mi-mars, votre journal et son site internet ont mis en avant toutes les démarches de soutien aux filières de production locale et aux commerces de vos communes. Pour ces derniers, nous avons mis en place l’opération « Commerces de proximité », en lien avec notre régie publicitaire Viamédia. Dans les semaines à venir, nous allons accentuer cet effort, en vous aidant à « mieux consommer » et « consommer local ». Dans le journal comme sur notre site internet, vous n’avez qu’à suivre ce nouveau logo : « J’achète breton ». Le Telegramme, Achetons breton ! - Économie - Le Télégramme
  • En formation langue bretonne, des stagiaires de Mervent Kemperle ont eu l’idée d’orchestrer des activités en dehors du centre d’étude pour préparer leur diplôme de compétence (DCL). À Bannalec, c’est autour des billigs que le breton a été révisé. Le Telegramme, Mervent ou le breton autrement - Bannalec - Le Télégramme
  • « Nous avons continué pendant le confinement », assure Yannig Menguy, directeur de l’association Mervent qui promeut et enseigne la langue bretonne de Crozon jusqu’à Quimperlé, « en gros sur l’ensemble de la Cornouaille ». Un drive documentaire et des cours en visioconférence ont permis aux enseignants de poursuivre leur activité. Les cours ont désormais repris normalement et Yannig Menguy veut aujourd’hui mettre en avant les formations longue durée. Le Telegramme, La langue bretonne à portée de main - Quimperlé - Le Télégramme
  • Greenpeace fait son mea culpa et admet que les fermes de 1.000 vaches ne sont "pas représentatives" de l'élevage bovin en France, mais elle dénonce l'élevage industriel breton ( AFP / JEFF PACHOUD ) Boursorama, Elevage bovin: mea culpa de Greenpeace qui dénonce l'élevage industriel breton - Boursorama
  • Entre les Ormes et les sujets de sa très gracieuse Majesté, la romance dure depuis plus de quatre longues décennies. Lorsque la famille La Chesnaie, propriétaire de l’ancienne résidence d’été des évêques de Dol-de-Bretagne (35) et ses 200 hectares de terres, décide, en 1977, de transformer leur exploitation agricole en hôtellerie de plein air haut de gamme, elle s’appuie sur les Castels, une chaîne très appréciée outre-Manche. Des liens solides et durables se tissent immédiatement. L’implantation d’un golf, avec son club house, de multiples bungalows et d’un bar, qui tient plus du pub (avec 16 sortes de bières pression différentes et jeux de fléchettes !), achève de faire du lieu un petit paradis grand-breton. Le Telegramme, Pas simple l’été breton sans les Britanniques - Un été en Bretagne sans les Britanniques - Le Télégramme
  • La rencontre avec le maître distillateur Lénaïck Lemaître – qui produit un whisky breton – a été déterminante pour ce projet sorti des sentiers battus. , « Malouin's », un gin breton ancré en Côte d'Emeraude | Le Pays Malouin
  • « C’est une réunion que je qualifie d’importante, voire d’historique, car nous avons réuni dans la même salle tous ceux qui représentent la filière des produits de la mer en Bretagne ». Ce mercredi midi, c’est tout sourire que le président du conseil régional de Bretagne, Loïg Chesnais-Girard, s’avançait sur le parvis de la criée de Concarneau. En matinée, il réunissait autour de lui les concédants, propriétaires des installations portuaires (Région Bretagne, Finistère, Côtes-d’Armor, Morbihan), acteurs des activités de la mer (pêcheurs, conchyliculture, mareyeurs, etc.) et concessionnaires des ports bretons. Le Telegramme, Le « pack breton » de la filière mer veut parler d’une seule voix [Vidéo] - Économie - Le Télégramme
  • Décidément, entre la langue bretonne et le monde numérique, le courant passe plutôt bien. Deux mois après le lancement par un Costarmoricain de l’appli mobile Kwizh brezhoneg, proposant d’apprendre 2 600 mots en breton, un parent d’élève de Bruz (Ille-et-Vilaine), près de Rennes, vient de lancer l’appli Kontañ e brezhoneg, pour apprendre à compter comme en Basse-Bretagne. Le Telegramme, Une appli pour apprendre à compter en breton - LeTelegramme Soir
  • Les Ludwig l’assurent : leur métier, c’est aussi de faire respecter des règles. Depuis qu’ils se connaissent, le couple vit par et pour la nuit. En 1996, Lou et Mike investissent un club breton, qu’ils quitteront en 2003 pour le Tremplin. L’énorme club est une institution dans la région depuis plus de trente ans. Situé en rase campagne, à 35 kilomètres de Rennes, l’établissement peut accueillir 2700 personnes tous les soirs dans ses quatre salles, quatre ambiances. Du fait de sa situation géographique et de sa taille, le Tremplin était particulièrement visé par les mesures de prévention routière à l’intention des fêtards instaurées au cours des années 2000, mais aussi par l’interdiction de fumer sur les pistes de danse dès 2006. « Toutes ces mesures, on a toujours réussi à les faire respecter. Nos clients comprennent et nous, on n’a évidemment pas du tout envie qu’ils se tuent sur la route. » Et la patronne insiste sur l’aspect culturel de son activité : « Après une période de confinement très dure, les gens ont besoin de danser, de lâcher prise. La discothèque c’est aussi une culture qui fait vivre des artistes et des intermittents. » Trax Magazine, Désespéré, un patron de club breton a entamé une grève de la faim | Trax Magazine
  • Mourinio n'est pas mal dans son genre. Mais je ne savais pas qu'il était breton. ladepeche.fr, "Les 12 coups de midi" : Christian Quesada enfin détrôné par un nouveau champion breton - ladepeche.fr
  • L'émoji drapeau breton avait rempli sa campagne de promotion sur le réseau social Twitter avec succès. Mais quand pourra-t-on le voir apparaître sur nos smartphones ? France Bleu, Emoji drapeau breton : où en est-on ?
  • « Bien souvent, dans la tête des gens qui mènent un projet de développement vers un plus gros troupeau, il n’y a que deux alternatives possibles pour faire évoluer son équipement de traite en conséquence : le roto ou le robot », rapporte Jean-François Méheust, concessionnaire DeLaval situé à Lamballe (22). « Des options finalement plutôt coûteuses alors qu’une installation traditionnelle en TPA, évolutive et performante, est probablement l’une des meilleures solutions disponibles. » L’observateur du marché local va plus loin : « Le roto est-il d’ailleurs vraiment une solution adaptée aux élevages bretons ? Dans la région, les gros cheptels comprennent en moyenne entre 150 et 200 vaches. Journal Paysan Breton - Hebdomadaire technique agricole, Le roto est-il adapté aux grands troupeaux bretons ? | Journal Paysan Breton
  • On conserve plusieurs dizaines de livres d’heures bretons. La bibliothèque municipale de Rennes en possède une trentaine. Beaucoup se trouvent également aux États-Unis, particulièrement dans les librairies new-yorkaises. « Un livre d’heures breton, avec ses enluminures peut se vendre plusieurs centaines de milliers d’euros aux enchères », note Jean-Luc Deuffic. Le Telegramme, L’âge d’or des livres d’heures - Histoire - Le Télégramme
  • [email protected]breton.bzh , Les guides-conférenciers manifestent
  • L’épagneul breton est un chien d’arrêt (7ème groupe) apprécié pour sa petite taille (c’est le plus petit des chiens d’arrêt) et sa polyvalence. Résistant, ardent, pugnace, rustique et un peu « braco », il excelle dans les fourrés les plus épais pour bloquer une bécasse, en plaine derrière les perdreaux, les lièvres et les faisans, au marais à la recherche des bécassines et il est même parfois utilisé pour débusquer le grand gibier. En résumé, ce chien offre « un maximum de qualités pour un minimum de volume » (devise du Club de l’épagneul breton). Chassons.com, Connaissez-vous l'origine de l'épagneul breton? - Chassons.com
  • « J’ai commencé à apprendre le breton pendant mon service militaire à Brest en 1994 en achetant une méthode Assimil », raconte-t-il. Suffisant pour baragouiner un peu mais pas pour taper la discute pendant des heures. « Il me manquait le vocabulaire qui fait toute la richesse d’une langue », reconnaît-il. , Bretagne : Avec son Kwizh, apprendre le breton n’a jamais été aussi facile
  • Lors des séjours, les enfants découvrent un nouvel environnement, ils lient des relations d’amitié, rencontrent de nouvelles personnes, vivent des temps forts collectifs et continuent de parler et d’entendre parler breton et/ou gallo. Nous ne voulons pas que cela s’arrête du jour au lendemain. Nous aurons plus d’informations du gouvernement au sujet des séjours de vacances au début du mois de juin, notamment sur les conditions sanitaires et les protocoles à respecter pour les maintenir. En attendant, les inscriptions sont ouvertes. Vous pouvez contacter les organisateurs et inscrire vos enfants aux séjours. Les chèques d’arrhes ne seront encaissés que le premier jour du séjour. 7seizh.info, Ubapar : Les séjours en breton de cet été - 7seizh.info
  • Imaginez une voix numérique vous dire la bonne prononciation de mots en breton. C'est l'objet du travail du chercheur Damien Lolive. Il y travaille pour le compte de la région Bretagne et l'Irisa, laboratoire de recherche informatique à l'université de rennes 1. France Bleu, Plus fort que Siri, une voix synthétique en breton en préparation
  • Lundi 20 avril 2020, Depuis le début du confinement, la langue bretonne est confinée aux réseaux sociaux du service public audiovisuel, à savoir France Bleu Breizh Izel et France 3 Bretagne. Comme beaucoup de Bretonnes et de Bretons nous déplorons cette absence qui s’apparente une nouvelle fois à une discrimination. Le jeudi 16 avril le SNJ-CGT de Radio France publiait un communiqué dénonçant cette situation. Alors que les moyens techniques et humains sont à disposition, et que rien donc n’empêche la diffusion des émissions et des journaux en breton sur les ondes, la direction de la radio n’a pas apporté de réponses claires et précises pendant un mois. Elle a finalement annoncé aux employés le 17 avril que deux journaux matinaux seraient en breton à partir du 27 avril. 7seizh.info, Le breton victime du confinement dans le service public audiovisuel ? - 7seizh.info
  • « Des dangers pèsent sur le dispositif d’initiation au breton dans les écoles », s’inquiète Yannig Menguy, directeur de l’association cornouaillaise Mervent. Avec trois autres associations qui œuvrent pour la même cause, mais dans des secteurs géographiques différents du Finistère, ils ont décidé de monter au créneau pour défendre l’initiation au breton qui sera mise à mal par une nouvelle circulaire applicable à la rentrée scolaire prochaine. « Les dispositions de la circulaire du 12 avril 2017 entraînent une évolution défavorable du dispositif en vigueur jusqu’à présent. En effet pour les écoles élémentaires, le volume horaire imparti au breton serait pris sur le temps d’enseignement des langues étrangères. Il en résulte une mise en concurrence là où il y avait coexistence et il y a fort à parier que cette concurrence se fera au bénéfice de l’anglais dans l’immense majorité des cas », souligne Hervé Lautrou, coprésident de K.L.T Montroulez, dans un courrier cosigné par les trois autres, envoyé à Caroline Lombardi-Pasquier, directrice académique des services de l’Éducation nationale (Dasen) du Finistère. Le Telegramme, Initiation au breton : « Un bras de fer est engagé » - Bretagne - Le Télégramme
  • C’est le côté exotique, ou plutôt mystérieux, de la langue bretonne qui m’a séduit Le Telegramme, Kwizh Brezhoneg, l’appli gratuite et ludique pour apprendre le breton - LeTelegramme Soir
  • Parce qu’on est dans un État avec des institutions qui font que la di­versité ne peut pas s’exprimer de façon libre. Quand on est à l’UDB, on doit prouver à certains qu’on est de gauche et on doit prouver à d’autres qu’on est Bretons. Dans le milieu breton, on nous dit: “Vous pactisez avec l’ennemi”. Mais quel ennemi ? Pour moi, le monde ne se divise pas entre Bretons et Français et autres. Ce qui m’im­porte, c’est qu’on vive ensemble, et aussi qu’on reconnaisse les spé­cificités de la Bretagne, sa culture, sa langue, l’intégrité de son terri­toire, c’est important. Je suis au­tonomiste, mon adhésion à l’UDB ne vient pas uniquement du fait que c’est de gauche ou écolo ou breton, mais aussi parce qu’on veut relocaliser le pouvoir de décision. , Le Peuple Breton, un outil de réflexion sur la Bretagne
  • En cette période de confinement, le fonctionnement des médias en langue bretonne est ralenti. Difficile de continuer d’informer et de divertir comme en temps normal. Entre contraintes techniques et télétravail, il faut s’adapter. France 3 Bretagne, Coronavirus. L'info en breton au ralenti.
  • Ainsi, les établissements bilingues, collèges et lycées, sont désormais invités. Tout comme le grand public qu’il soit bretonnant à la recherche d’un emploi ou simplement désireux d’apprendre le breton. Ces derniers trouveront sur place les renseignements sur les différentes formations existantes. Le Telegramme, Le Télégramme - Landerneau - Le breton à la rencontre du monde du travail
  • Les militants bretons du XXe siècle luttaient pour un pouvoir politique (régional, autonome ou indépendant) et pour une reconnaissance internationale. Ah, s’asseoir dans le fauteuil d’un décideur politique ou d’un représentant de la Bretagne à l’ONU… Le rêve ! Arrêtons de rêver. La perspective d’une Bretagne officielle n’est plus le but ultime, comme au temps de la splendeur des États-nations. Il nous faudra aller plus loin, vers l’épanouissement d’une communauté historique. Nous allons donc devoir rester debout. La révolution numérique, qui marque le début d’une nouvelle époque, relativise les institutions et les pouvoirs politiques. Elle se moque des frontières. Elle ne parle pas en termes d’autonomie ou d’indépendance, mais d’identités et de communautés. Communautés de développeurs pour créer des logiciels libres, communautés de touristes pour trouver les meilleures destinations, communautés d’intérêts matériels ou immatériels. La petite bigoudène « A l’aise Breizh », identitaire et communautaire, détrône le BZH institutionnel. Les réseaux sociaux inventent des nouvelles manières d’être breton, sans demander d’autorisations officielles. 7seizh.info, Après les Lumières françaises, le soleil breton ? - 7seizh.info
  • Sa passion pour la langue et la culture bretonne l'a poussé à développer un système d'apprentissage gratuit, ouvert à tous et unique en son genre. Morgan Gilet, 48 ans, installé avec sa famille dans la ville médiévale de Dinan (Côtes-d'Armor), vient de lancer « Kwizh Brezhoneg », un quiz ludique qui permet à tout curieux de se familiariser avec les mots et orthographe du breton. Lancé le 4 janvier sous forme d'application (pour le moment sous Android et bientôt sous iOS), il a déjà conquis plus de 5000 utilisateurs. « J'avais déjà quelques notions de programmation », raconte cet ingénieur, spécialisé dans la fabrication de produits et matériel de laboratoire. leparisien.fr, «Kwizh Brezhoneg», l’appli ludique pour apprendre le breton - Le Parisien
  • Vendredi 22 mai 2020,C’est avec beaucoup d’inquiétude que nous avons appris le 20 mai dernier que le breton devrait être en concurrence avec l’anglais à partir de la rentrée de septembre en primaire. Alors que jusqu’ici il y avait une co-existence intelligente entre notre langue et les langues étrangères, l’Éducation nationale a pris une nouvelle circulaire qui obligera les écoles à choisir le volume horaire imparti au breton sur le temps d’enseignement des langues étrangères ou régionales et non réparti sur l’ensemble des domaines disciplinaires ce qui permettait une plus grande souplesse. La concurrence risque d’être fatale pour l’initiation au breton. Alors que plus de 8 000 élèves bénéficient de cette initiation, les quatre associations (KLT, Mervent, Sked et An Oaled) chargées de cet enseignement pensent que 2 500 ne pourront plus en bénéficier dès septembre prochain et mettre en danger tout le système. Ainsi que pour les 40 emplois concernés. 7seizh.info, L’initiation au breton à l'école en danger - 7seizh.info
  • Arru eo ar bloaz nevez, bloavezh mat d’an holl ! La nouvelle année est arrivée, bonne année à tous ! Mais avez-vous remarqué ? En breton, on distingue clairement bloaz (an) de bloavezh (année). Le préfixe -vezh indique la durée et s’utilise fréquemment : on trouve ainsi deiz (jour) et devezh (journée), noz (nuit) et nozvezh (nuitée), sizhun (semaine) et sizhunvezh… Il en va de même pour les saisons. Le Telegramme, Comment se nomment les mois de l'année en breton ? - LeTelegramme Soir
  • L’exemple parfait est celui du CAP petite enfance et langue bretonne, formation où il reste 10 places disponibles et qui se tiendra à partir du 1er septembre au CLPS dans le quartier de Cuzon à Quimper. « Nous avons réalisé une première expérimentation l’an dernier. Suite à cette expérimentation, la Région a accepté de créer, pour la première fois en Bretagne, dans le cadre d’un appel d’offres, un lot CAP petite enfance et langue bretonne, et nous avons gagné cet appel d’offres », s’enorgueillit Yannig Menguy. La formation proposée est d’une durée de 1 200 h avec 16 semaines de stage : 640 h de formation, y compris 234 d’enseignement linguistique, 73 h d’enseignement de matière professionnelle en breton et 333 h d’enseignement de matière professionnelle en français. Le niveau de langue requis pour être admis est A2 : niveau intermédiaire ou usuel. Le Telegramme, À Quimper, la langue bretonne s’ancre dans la vie professionnelle - Quimper - Le Télégramme

Images d'illustration du mot « breton »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « breton »

Langue Traduction
Anglais breton
Espagnol bretón
Italien bretone
Allemand bretonisch
Portugais bretão
Source : Google Translate API

Synonymes de « breton »

Source : synonymes de breton sur lebonsynonyme.fr

Breton

Retour au sommaire ➦

Partager