La langue française

Brelan

Sommaire

  • Définitions du mot brelan
  • Étymologie de « brelan »
  • Phonétique de « brelan »
  • Évolution historique de l’usage du mot « brelan »
  • Citations contenant le mot « brelan »
  • Traductions du mot « brelan »

Définitions du mot brelan

Trésor de la Langue Française informatisé

BRELAN, subst. masc.

JEUX
A.− Vx. Jeu de hasard où l'on distribuait trois cartes à chaque joueur.
P. méton., usuel, péj. Maison de jeu, tripot :
1. − Robespierre, Danton, [dit Marat] le danger est dans ce tas de cafés, dans ce tas de brelans, dans ce tas de clubs, club des Fédérés, club des Dames... Hugo, Quatre-vingt-treize,1874, p. 143.
B.− Réunion dans la main d'un joueur de trois cartes semblables (coup qui peut faire gagner dans différents jeux de cartes). Brelan d'as, de rois.
P. métaph. :
2. Les événements allaient y assurer à la Grande-Bretagne un tel brelan d'atouts, politiques, militaires et économiques, qu'elle ne s'empêcherait sûrement pas de les jouer pour son compte. De Gaulle, Mémoires de guerre,1954, p. 158.
Spéc. Brelan carré ou quatrième. Brelan de cartes semblables à la retourne.
PRONONC. ET ORTH. : [bʀ əlɑ ̃]. Fér. Crit. t. 1 1787 enregistre brelan ou berlan en soulignant cependant : ,,On ne dit plus que le 1er.`` Gattel 1841 : ,,Brelan et non pas berlan.`` Ac. Compl. 1842 enregistre en plus de brelan la forme berlanc (,,v. lang.``). L'anc. forme berlan est mentionnée encore dans Besch. 1845 (qui cite aussi berlens), dans Littré, Lar. 19eet DG. Pour les formes brelen, breleng, berlenc, bellent, cf. Nouv. Lar. ill. et Lar. 20e.
ÉTYMOL. ET HIST. − 1. [Ca 1165 brelenc « table de jeu » (G. d'Arras, Eracle d'apr. Delboulle Rec. dans DG); il n'a pas été possible de localiser le passage dans l'éd. E. Löseth]; xiiies. brelenc « id. » (Du Prestre qu'on porte (Fabliau) éd. Montaiglon et Raynaud, IV, 27, 785) − 1409 (Archives, JJ 163, pièce 295 dans Gdf.); 2. 1309 a. flam. beelenghe « lieu où l'on joue, maison de jeu » (Archives, JJ 45, fo34 ro, ibid. : les beelenghes de Flandres); 1364 brelens « id. » (Coutumes Lille, éd. Roisin, Lille, 1842, p. 167, § 26); 3. a) ca 1500 berlant « jeu de hasard » (D'Auton, Chron., Richel. 5081, fo51 rodans Gdf.); b) av. 1615 « jeu de cartes » (E. Pasquier, Recherches de la France, p. 725 dans IGLF Litt. : jeux de dez et de berlans); c) 1690 (Fur. : Berlan se dit aussi quand on a trois cartes de même façon, comme trois Rois, trois as). Empr. à l'a. h. all. *Bretling littéralement « petite planche », dimin. de l'a. h. all. bret « planche » et aussi « table de jeu », Karg-Frings (hyp. de Diez5, p. 533; REW3, no1288; Hopfg., p. 37; FEW t. 15, 1, p. 272); à l'appui de cet étymon, l'arg. all. Brettling « table », REW3, loc. cit.; v. aussi Kluge20, s.v. Brett; l'ital. berlengo « table (où l'on prend les repas) » v. berlingot et l'esp. mod. berlinga « jeu de hasard » sont empr. au fr. Un étymon. a.b.frq. *brëdling « table de jeu » (Gam. Rom.2t. 1, p. 333; EWFS2), *bridling « petite planche » (Hubschmied dans Mél. Duraffour, 1939, p. 259) est moins satisfaisant, car il est improbable qu'un terme de jeu ait été introduit par les Francs.
STAT. − Fréq. abs. littér. : 28.
BBG. − Cassagnau (M.). Notes d'un lexicographe amateur. Vie Lang. 1970, pp. 260-262. − Goug. Lang. pop. 1929, p. 52. − Sain. Sources t. 3 1972 [1930], p. 39.

Wiktionnaire

Nom commun

brelan \bʁə.lɑ̃\ masculin

  1. (Cartes à jouer) Jeu de cartes où l’on ne donne que trois cartes à chaque joueur.
    • Jouer au brelan. — Caver au brelan.
  2. (Par extension) Trois cartes semblables détenues par un joueur dans certains jeux de cartes.
    • Si deux joueurs abattent un brelan, celui de la valeur la plus haute l'emporte. Celui toutefois, qui a la chance d'obtenir un brelan de Valets, dénommé le favori, l'emporte sur tous les autres brelans, même ceux des As, des Rois ou des Dames. — (Frans Gerver, Le guide Marabout de Tous les Jeux de Cartes, Verviers : Gérard & C°, 1966, p.89)
  3. (Vieilli) Lieu où l’on joue habituellement, table à jeu.
    • La charge du Roi des Ribauds devient très lucrative, « tant à cause des amendes criminelles que des redevances qu'il prélevait sur les brelans, les tavernes et les filles publiques ». — (Henry Buisson, La Police, son histoire, 1949)
    • Je ne m'étonne pas qu'il y ait des brelans publics, comme autant de pièges tendus à l'avarice des hommes, comme des gouffres où l'argent des particuliers tombe et se précipite sans retour. — (Jean de La Bruyère, Des biens de fortune, dans Les Caractères)
    • Tenir brelan, donner à jouer chez soi.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

BRELAN. n. m.
Sorte de jeu qui se joue à trois, à quatre ou à cinq avec des cartes de piquet et où l'on ne donne que trois cartes à chaque joueur. Jouer au brelan. Caver au brelan. Avoir brelan, Avoir trois cartes de même figure ou de même point. Avoir brelan d'as. Avoir brelan de rois. Brelan favori, Brelan qu'on est convenu de payer double. Brelan quatrième ou carré, Celui que le joueur a dans la main lorsque la carte qui retourne est d'égal rang que les trois qui forment son brelan. Il se dit, par extension et en mauvaise part, d'un Lieu, d'une réunion où l'on joue habituellement. Un brelan public. Tenir brelan. Fréquenter, hanter, courir les brelans.

Littré (1872-1877)

BRELAN (bre-lan ; il y a une mauvaise prononciation, berlan, qui, d'après Chifflet, était admise à côté de l'autre dans le courant du XVIIe siècle) s. m.
  • 1Jeu qui se joue avec trois cartes, à trois, ou à quatre, ou à cinq. Qu'il garde sa main droite pour jouer au brelan, Sévigné, 72.

    Avoir brelan, avoir trois cartes de même figure ou de même point.

    Brelan carré ou quatrième, brelan formé des mêmes cartes que celle qui retourne.

    Brelan favori, brelan qu'on est convenu de payer double.

    Brelan mignon, combinaison qui se présente à la bouillotte, quand, un joueur ayant deux as et un roi dans la main, l'as de retourne est de la couleur de son roi.

  • 2 Par extension, maison de jeu, tripot ; il se prend en mauvaise part. Courir le bal la nuit et le jour les brelans, Racine, Plaid. I, 4. Je ne m'étonne pas qu'il y ait des brelans publics, La Bruyère, 6. L'un en titre d'office exerçait un brelan, Régnier, Sat. X. Nous la verrons hanter les plus honteux brelans, Boileau, Sat. X. D'écoliers… une troupe… Va tenir quelquefois un brelan défendu, Boileau, Lutr. III.

    Fig. Le monde est un brelan où tout est confondu, Tel pense avoir gagné qui souvent a perdu, Régnier, Sat. III.

HISTORIQUE

XIIIe s. Un berlenc aporte et trois dez, Fabliaux, édit. BARBAZAN, III, p. 286. Trois dez et un brelenc, ib. IV, p. 44.

XIVe s. Comme icellui exposant se fust en battuz à un jeu ou bellent en la ville de Douay…, Du Cange, belencus. L'un met sus le berlens son gage, Et l'autre met argent encontre, Du Cange, berlenghum.

XVe s. Le roi des ribauds doit avoir une table et breleng à par lui sur un des fiefs du palais, ou en tel place que au bailli plaira ordonner, Du Cange, ib. Plusieurs compaignons jouant aux dez sur une table ou brelenc, Du Cange, ib.

XVIe s. Tout son estude adonnoyt à observer les miseres d'aultruy ; ce pendant sa femme tenoyt le berland, Rabelais, Pant. III, 25. Il tint long temps le berlan [il eut longtemps l'avantage], et par son astuce et force en jetta cinq ou six par terre, Paré, III, p. 693.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « brelan »

Picard, berlan ; espagn. berlanga, jeu de hasard ; bas-lat. berlenghum, belencus ; de l'allem. Bretlîn ou plutôt Bretling, petite planche, le sens propre étant la planche, la table sur laquelle on joue.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

(Vers 1165) L’ancien français brelenc [1] a le sens de « table de jeu » ; (Vers 1500) berlant prend le sens de « jeu de hasard » ; (Avant 1615) un brelan est un « jeu de cartes » ; (1690) il prend le sens restreint de « trois cartes semblables ».
Du vieux haut allemand, diminutif de bret (« planche », « table de jeu » → voir Brett en allemand), l’argot allemand a Brettling au sens de « table » et Brettspiel signifie « jeu de plateau », l’italien berlengo (« table à manger » → voir berlingot) et l’espagnol berlinga (« jeu de hasard ») sont apparentés à l’ancien français berlanc. Voyez bredouille.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « brelan »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
brelan brǝlɑ̃

Évolution historique de l’usage du mot « brelan »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « brelan »

  • Le monde est un brelan où tout est confondu : Tel pense avoir gagné qui souvent a perdu. De Mathurin Régnier / Satires
  • Dans cette comédie noire, Pascale Dietrich s’amuse à déconstruire la logique machiste avec un brelan de dames SudOuest.fr, Prix du polar Lire en poche – "Sud Ouest" : "Les Mafieuses", embrouilles en famille
  • En tête à l'entame du Final Day, Jan-Peter Jachtmann était toujours au sommet à la fin des inscriptions. Vainqueur d'un bracelet PLO, Jachtmann va prendre un mauvais coup face à Roger Hairabedian. Le brelan du tricolore de Marrakech va lui permettre de lancer son tournoi. , Déconfinement et trophée pour Roger Hairabedian (40.401€) | PokerNews
  • Pour savoir qui gagne une bataille, on reprend un peu le principe du poker. La suite de même couleur est la plus forte. Elle est suivie du brelan, de trois cartes de même couleur, d’une suite dépareillée et de la somme des cartes en place. Le Journal de Montréal, Jeux: des idées pour les vacances | Le Journal de Montréal
  • Comment faire disparaître ce trio, un "brelan" de malheur ? A nous de faire "poker" !Trêve de jeu de mots, nous devons ensemble, chercher et trouver les bonnes combinaisons de cartes ou pions (selon le jeu) et les appliquer rapidement : ayons un but tout en déversant nos frustrations dans le forum. En me rendant à Bohol, je ressentais planer encore, l’ histoire de Lapu Lapu, vaillant chef de Mactan, Philippines, qui en 1521 a osé tuer Magellan, ce portugais à la solde du roi d’Espagne : un exemple à prendre ou autres héros d’ailleurs, même si l’histoire écrite par les visages pâles, omet bizarrement de les citer !N’oublions pas que le "Fanorona" est aussi un jeu de stratégie, joué également par certains philippiens et aussi le "Katro" (autre nom en Afrique son pays, d’origine ) Madagascar-Tribune.com, Andry Rajoelina salue ses prédécesseurs et prône la solidarité - Madagascar-Tribune.com

Traductions du mot « brelan »

Langue Traduction
Anglais three of a kind
Espagnol trío
Italien tris
Allemand drilling
Portugais trio
Source : Google Translate API
Partager