La langue française

Bourdonnet

Sommaire

  • Définitions du mot bourdonnet
  • Étymologie de « bourdonnet »
  • Phonétique de « bourdonnet »
  • Évolution historique de l’usage du mot « bourdonnet »
  • Citations contenant le mot « bourdonnet »
  • Traductions du mot « bourdonnet »
  • Synonymes de « bourdonnet »

Définitions du mot bourdonnet

Trésor de la Langue Française informatisé

BOURDONNET, subst. masc.

MÉD. (chir.). Rouleau de charpie qu'on pose sur une plaie pour absorber le pus et empêcher le recollement des bords.
Rem. Attesté dans Ac. 1798-1878, Besch. 1845, Lar. 19e, Lar. encyclop., Littré, Guérin 1892, Quillet 1965.
Prononc. : [buʀdɔnε]. Étymol. et Hist. − 1732 (Trév.). Orig. obsc. La dér. de bourdon1* étymol. 2, p. anal. avec la sorte de pomme qui termine le bâton de pèlerin (DG; EWFS2) n'est pas évidente.

Wiktionnaire

Nom commun

bourdonnet \buʁ.dɔ.nɛ\ masculin

  1. (Médecine) (Vieilli) (Désuet) Petit rouleau de charpie ou d’ouate de forme oblongue, et qui est utiliser pour tamponner une plaie.
    • La suture se fait à la périphérie de la perte de substance, par des points dermiques laissés longs qui vont permettre de réaliser un bourdonnet compressif constitué de tulle gras et de compresses stériles. — (Guy Magalon, ‎Romain Vanwijck, Guide des plaies: du pansement à la chirurgie, 2003)


Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

BOURDONNET (bour-do-nè) s. m.
  • Terme de chirurgie. Petit rouleau de charpie de forme oblongue.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

BOURDONNET, s. m. (terme de Chirurgie) c’est un petit rouleau de charpie de figure oblongue, mais plus épais que large, destiné à remplir une plaie ou un ulcere. Les premiers bourdonnets qu’on introduit dans le fond d’un ulcere profond doivent être liés, afin qu’on puisse les retirer, & qu’ils n’y séjournent point sans qu’on s’en apperçoive. Voyez fig. 8. 9. & 11. Pl. II.

L’usage des bourdonnets & de tous les dilatans peut être fort nuisible ou fort avantageux, selon la façon dont on s’en sert. Si les bourdonnets ferment un ulcere profond comme on ferme une bouteille avec son bouchon, ils s’opposent à l’écoulement des matieres purulentes, & produisent la collection du pus qui corrompt les sucs que la circulation conduit vers l’endroit où il croupit. L’obstacle que les bourdonnets font à l’issue des matieres purulentes peut en causer le reflux dans la masse du sang, où elles occasionnent, pour peu qu’elles soient atteintes de putréfaction, des colliquations fâcheuses qui détruisent la partie rouge de la masse des humeurs, & qui rendent cette masse toute séreuse ; de-là sont produites les évacuations continuelles, qui jettent le corps dans le marasme & dans une extrème foiblesse, qui est enfin suivie de la mort.

Si on remplit un ulcere de bourdonnets durs entassés les uns sur les autres, l’irritation qu’ils causeront aux vaisseaux empêchera le passage des sucs : ils s’arrêtent, s’accumulent & se condensent dans les parois de l’ulcere, & y forment des callosités qui le rendent incurable à moins qu’on n’en détruise les duretés.

Ces inconvéniens bien observés ont fait beaucoup crier contre le tamponage des plaies : M. Belloste, dans son Traité du Chirurgien d’Hôpital, s’est élevé contre l’usage des bourdonnets qu’il croit fort nuisibles ; il blâme même l’attention qu’on a de garnir exactement les plaies caverneuses avec des ' bourdonnets mollets : c’est cependant le seul moyen d’empêcher la collection & le séjour du pus, & d’exclurre l’air de leur cavité. La charpie s’imbibe des matieres purulentes, ces matieres se distribuent entre les filets qui les soûtiennent, & les empêchent de se rassembler en aucun lieu particulier. La charpie est pour ces matieres, selon l’expression de M. Quesnay, une échelle avec laquelle elles peuvent monter du fond de la plaie, jusqu’à ce qu’elles trouvent une issue pour s’évader, à peu près comme il arrive dans ces distillations qui se font par le moyen d’une languette de drap, où les liqueurs montent jusque par-dessus les bords du vase qui les contient. (Y)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « bourdonnet »

Mot à mot petit bourdon, petit bâton (voy. BOURDON 1).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Diminutif de bourdon (dans le sens de bâton).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « bourdonnet »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
bourdonnet burdɔnɛ

Évolution historique de l’usage du mot « bourdonnet »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « bourdonnet »

  • Comme femme, elle est déjà à cent coudées au-dessus des autres. En revanche, comme parti… Henri II, ingrat comme tous les rois, en veut toujours davantage et se met à lorgner maintenant pour son fils l’infante d’Espagne. De son côté, Henri VIII d’Angleterre voudrait bien Marie pour son fils, le boutonneux Édouard. Il suffit que le concurrent anglais montre ses babines pour qu’Henri II se ravise et maintienne mordicus qu’il ne veut pas d’autre bru. Il est un autre problème qu’Henri II voudrait taire. Le dauphin François a les boulettes remontées et un minuscule dard en colimaçon. Allez avec pareil organe jouer le rôle d’un prince ! C’est peine perdue. Seulement voilà, la famille des Guise, qui parie son avenir avec la jeune Marie, ne veut pas le brader pour une ridicule histoire de bourdonnet atrophié. L’ennui, c’est que la reine Médicis, Catherine aux yeux de grenouille, ne veut pas de ce mariage. Pure jalousie de femme. Elle trouve la jeunette trop éblouissante et son caractère trop fort. Elle ne pourrait la mater. Et comme Diane de Poitiers, la grande concubine, de son côté, jalouse sa beauté, les atouts de Marie s’effilochent. La Médicis croit lui porter le coup de grâce en s’adressant ainsi à son mari le roi : « Sire, la santé de François n’y résisterait pas. Marie est trop ardente… Vous le tueriez ! » Henri II songe que ce ne serait pas si grave, après tout puisqu’il lui resterait encore trois fils ! Alors va pour les épousailles… Atlantico.fr, Marie Stuart séduisait tous les hommes car elle avait tout pour plaire, mais son mari, lui, ne savait pas la satisfaire | Atlantico.fr

Traductions du mot « bourdonnet »

Langue Traduction
Anglais bolster
Source : Google Translate API

Synonymes de « bourdonnet »

Source : synonymes de bourdonnet sur lebonsynonyme.fr
Partager