La langue française

Boucheton

Sommaire

  • Définitions du mot boucheton
  • Étymologie de « boucheton »
  • Phonétique de « boucheton »
  • Évolution historique de l’usage du mot « boucheton »
  • Images d'illustration du mot « boucheton »
  • Traductions du mot « boucheton »
  • Synonymes de « boucheton »

Définitions du mot boucheton

Trésor de la Langue Française informatisé

BOUCHETON (À), loc. adv.

A.− [Le subst. déterminé, ou le suj. (ou le compl. d'obj.) du verbe déterminé, désigne une pers.] Vx ou région. La face contre terre, à plat ventre, sur le ventre. Coucher, être, tomber à boucheton.
Rem. Attesté dans Guérin 1892; A. Diot, Le Patois briard, 1930, p. 33; Ch.-L. Carabelli, [Lang. campagnarde].
B.− [Le subst. déterminé, ou le suj. (ou le compl. d'obj.) du verbe déterminé, désigne un objet creux, comportant un orifice ou « bouche »] Sens dessus dessous, l'orifice supérieur se trouvant en bas et servant de base; le pied en l'air. Poser, placer (un objet creux) à boucheton; (être) à boucheton; tomber à boucheton :
Oh! maladroit, regardez donc ce que vous faites! Vous posez le petit socle à boucheton? − À bouche-quoi? dit-il en éclatant de rire. − Sens dessus dessous. Vous ne comprenez donc rien? Colette, Claudine à Paris,1901, p. 85.
Rem. Attesté dans G. Collinet, Recueil des régionalismes de la haute-montagne, 1925; A. Diot, loc. cit.; Ch.-L. Carabelli, [op. cit.].
CÉRAM. [Le contexte suppose deux ou plusieurs pièces creuses] L'une dans l'autre, leur orifice se trouvant en bas et le cas échéant, leur pied en l'air. Poser, mettre, renverser (des pièces) à boucheton; cuire, sécher à boucheton (cf. A. Brongniart, Traité des arts céramiques, 1844, p. 29, 392 et 636).
Rem. 1. Attesté dans tous les dict. à l'except. de Ac. 1835-1932 et Dub. 2. La docum. lexicogr. atteste la loc. adv. à bouchon, vx ou région. Synon. de à boucheton (cf. Littré, Guérin 1892 et E. Molard, Le Mauvais lang. corrigé, 1810, pp. 4-5 : On ne dit pas non plus, tomber à bouchon; il faut dire, tomber sur le ventre, ou sur le visage).
PRONONC. ET ORTH. − 1. Forme phon. − Seule transcr. dans Littré : (a)-bou-che-ton. 2. Forme graph. − Habituellement inv., cette loc. se rencontre une fois avec la marque du plur. dans A. Brongniart, Traité des arts céramiques, 1844, p. 392 : ,,Pour cuire les cuviers on les met les uns sur les autres à bouchetons.`` L'alternance graph. existe dans la vieille lang.; le fr. mod. a des formes tantôt avec s (à tâtons), tantôt sans s (à califourchon).
ÉTYMOL. ET HIST. − 1. 1418 se mettre à boucheton « se mettre à plat ventre, s'appuyer des mains sur ses genoux » (Arch. JJ 170, pièce 229 dans Gdf.), encore en usage dans les dial. bourguignon et champenois (Nyrop t. 3, § 601); 2. 1852 technol. se dit des pièces de faïence creuses posées l'une sur l'autre par leurs bords (Besch. Suppl.). Dér. de la loc. adv. à bouchon(s) par intercalation de l'infixe -et- (cf. à croupetons). À bouchon(s), dér. de bouche*, suff. -on(s)*, est attesté dep. le xiiies. (Pass. S. Thomas, Richel. 818, fo176 rodans Gdf.) au sens de : « le visage, la bouche contre terre ». À boucheton est à rapprocher de l'adv. ital. boccóni qui recouvre dep. le xives. (Batt.) les 2 sens de la loc. adv. française.

Trésor de la Langue Française informatisé

BOUCHETON (À), loc. adv.

A.− [Le subst. déterminé, ou le suj. (ou le compl. d'obj.) du verbe déterminé, désigne une pers.] Vx ou région. La face contre terre, à plat ventre, sur le ventre. Coucher, être, tomber à boucheton.
Rem. Attesté dans Guérin 1892; A. Diot, Le Patois briard, 1930, p. 33; Ch.-L. Carabelli, [Lang. campagnarde].
B.− [Le subst. déterminé, ou le suj. (ou le compl. d'obj.) du verbe déterminé, désigne un objet creux, comportant un orifice ou « bouche »] Sens dessus dessous, l'orifice supérieur se trouvant en bas et servant de base; le pied en l'air. Poser, placer (un objet creux) à boucheton; (être) à boucheton; tomber à boucheton :
Oh! maladroit, regardez donc ce que vous faites! Vous posez le petit socle à boucheton? − À bouche-quoi? dit-il en éclatant de rire. − Sens dessus dessous. Vous ne comprenez donc rien? Colette, Claudine à Paris,1901, p. 85.
Rem. Attesté dans G. Collinet, Recueil des régionalismes de la haute-montagne, 1925; A. Diot, loc. cit.; Ch.-L. Carabelli, [op. cit.].
CÉRAM. [Le contexte suppose deux ou plusieurs pièces creuses] L'une dans l'autre, leur orifice se trouvant en bas et le cas échéant, leur pied en l'air. Poser, mettre, renverser (des pièces) à boucheton; cuire, sécher à boucheton (cf. A. Brongniart, Traité des arts céramiques, 1844, p. 29, 392 et 636).
Rem. 1. Attesté dans tous les dict. à l'except. de Ac. 1835-1932 et Dub. 2. La docum. lexicogr. atteste la loc. adv. à bouchon, vx ou région. Synon. de à boucheton (cf. Littré, Guérin 1892 et E. Molard, Le Mauvais lang. corrigé, 1810, pp. 4-5 : On ne dit pas non plus, tomber à bouchon; il faut dire, tomber sur le ventre, ou sur le visage).
PRONONC. ET ORTH. − 1. Forme phon. − Seule transcr. dans Littré : (a)-bou-che-ton. 2. Forme graph. − Habituellement inv., cette loc. se rencontre une fois avec la marque du plur. dans A. Brongniart, Traité des arts céramiques, 1844, p. 392 : ,,Pour cuire les cuviers on les met les uns sur les autres à bouchetons.`` L'alternance graph. existe dans la vieille lang.; le fr. mod. a des formes tantôt avec s (à tâtons), tantôt sans s (à califourchon).
ÉTYMOL. ET HIST. − 1. 1418 se mettre à boucheton « se mettre à plat ventre, s'appuyer des mains sur ses genoux » (Arch. JJ 170, pièce 229 dans Gdf.), encore en usage dans les dial. bourguignon et champenois (Nyrop t. 3, § 601); 2. 1852 technol. se dit des pièces de faïence creuses posées l'une sur l'autre par leurs bords (Besch. Suppl.). Dér. de la loc. adv. à bouchon(s) par intercalation de l'infixe -et- (cf. à croupetons). À bouchon(s), dér. de bouche*, suff. -on(s)*, est attesté dep. le xiiies. (Pass. S. Thomas, Richel. 818, fo176 rodans Gdf.) au sens de : « le visage, la bouche contre terre ». À boucheton est à rapprocher de l'adv. ital. boccóni qui recouvre dep. le xives. (Batt.) les 2 sens de la loc. adv. française.

Littré (1872-1877)

BOUCHETON (a-bou-che-ton) loc. adv.
  • Terme de métier. Quand des pièces de faïence creuses, comme les saladiers, sont placées dans le four, on les met l'une sur l'autre par leurs bords, ce qu'on appelle les poser à boucheton.

HISTORIQUE

XVe s. Icellui Pyocart regarda par une des fenestres de la chambre, et, pour ce faire, monta sur icellui Pommart, qui se mit à boucheton [les mains sur ses genoux], Du Cange, bouchellus.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « boucheton »

Bouche. Dans le langage populaire, tomber à bouchon c'est tomber sur le ventre, c'est-à-dire, au propre, sur la bouche, sur la face, ce que nos anciens disaient tomber adenz [à dents, sur les dents].

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « boucheton »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
boucheton buʃœtɔ̃

Évolution historique de l’usage du mot « boucheton »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Images d'illustration du mot « boucheton »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « boucheton »

Langue Traduction
Anglais stopper
Espagnol tapón
Italien tappo
Allemand stopper
Chinois 塞子
Arabe سدادة
Portugais rolha
Russe пробка
Japonais ストッパー
Basque tapoi
Corse tappu
Source : Google Translate API

Synonymes de « boucheton »

Source : synonymes de boucheton sur lebonsynonyme.fr
Partager