La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « bonnir »

Bonnir

Définitions de « bonnir »

Trésor de la Langue Française informatisé

BON(N)IR,(BONIR, BONNIR) verbe.

Arg. Raconter (de bonnes histoires) ou, p. ext., tenir un propos quelconque. Sans qu'il ait l'temps d'bonir « Amen » (Marcus, 15 fables célèbres,I,1947, p. 3);... prenaient un malin plaisir (...) à lui « bonnir » (...) des histoires extraordinaires (P. Vialar, La Mort est un commencement, Les Morts vivants, 1947, p. 111).
SYNT. Ne pas/plus en bon(n)ir une ou n'en bon(n)ir pas une (= se taire) : ... arrêtait brusquement son discours, n'en bonnissait plus une (A. Humbert, Mon bagne, 1880, p. 33), ... ne répondit pas (...) ne pouvait plus en bonnir une (A. Le Breton, Du Rififi chez les hommes, 1953, p. 45). − PARAD. (Quasi-)synon. affirmer, annoncer, assurer, dire, jacter, jaspiner, parler, pérorer, révéler.
Rem. Dans certains ex., bon(n)ir se rapproche beaucoup du sens de bonimenter : ... pour f... dedans par des moyens appropriés, en bonissant, en l'étourdissant, celui qu'ils ont en face d'eux (Barrès, Mes cahiers, t. 10, 1913, p. 110).
Orth. − Rob. Suppl. 1970 enregistre bonnir ou bonir (cf. aussi Guérin 1892). Le reste des dict. n'atteste pas le verbe.
ÉTYMOL. ET HIST. − 1811 « dire » (Chanson argot., citée par Esn.). Prob. dér. de bon1* pour « dire de bonnes histoires », dés. -ir
STAT. − Fréq. abs. littér. : 1.
BBG. − Sain. Arg. 1972 [1907], p. 121, 283. − Sain. Lang. par. 1920, p. 106, 252.

Wiktionnaire

Verbe - français

bonnir \bɔ.niʁ\ transitif 2e groupe (voir la conjugaison)

  1. (Argot) Dire, raconter.
    • Il me bonnit une histoire incroyable. — J’entrave keud à ce que tu bonnis.
    • Et puis je voulais savoir ce qu’il pensait… Mais va te faire foutre, il n’en bonnissait pas une… — (Jo Barnais [Georges Auguste Charles Guibourg, dit Georgius], Mort aux ténors, ch. IX, Série noire, Gallimard, 1956, p. 77)
    • Dis donc, P’tit-Louis, tu te souviens du vanne qu’il nous a bonni, le jour où on chahutait avec Zizi ? — (Léo Malet, Les Eaux troubles de Javel, Robert Laffont, Paris, 1957)
    • Un Cardinal vint qui voulut l’ouïr avant d’y bonnir son absolution, puis son onction. — (Georges Perec, La Disparition, Gallimard, Paris, 1969)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « bonnir »

(Date à préciser) De bon, dans le même sens que dans en raconter de bonnes [1].
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « bonnir »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
bonnir bɔnir

Évolution historique de l’usage du mot « bonnir »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « bonnir »

  • Autre illustration pour que le populo bite à quel point ça me fout une furieuse envie de leur jouer une musique du tonnerre ; y'a pas bésef de clampins qui saquent qu'on les sollicite au grelot pour leur bazarder une camelote qu'y z'ont pas envie d'avoir chez eux alors pourquoi faire à autrui ce qui les débecte ? Ramener à ses croyances les impénitents profanes, pour finir par leur bonnir que c'est triste qu'y préfèrent rester dans leur ignorance, c'est puérile et méprisant? Club de Mediapart, Faut pas jouer les mahatmas avec les ceusses qu'en ont rien à carrer... | Le Club de Mediapart

Images d'illustration du mot « bonnir »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « bonnir »

Langue Traduction
Anglais bless
Espagnol bendecir
Italien benedire
Allemand segnen
Chinois 保佑
Arabe يبارك
Portugais abençoar
Russe благословить
Japonais 祝福する
Basque bedeinkatuko
Corse benedica
Source : Google Translate API

Synonymes de « bonnir »

Source : synonymes de bonnir sur lebonsynonyme.fr

Bonnir

Retour au sommaire ➦

Partager