La langue française

Bonde

Définitions du mot « bonde »

Trésor de la Langue Française informatisé

BONDE, subst. fém.

A.− TECHNOLOGIE
1. Ouverture à la partie basse d'un étang, d'un réservoir par où l'eau s'écoule quand on retire la pièce de bois qui la bouche.
P. métaph. Les bondes du ciel sont ouvertes :
1. Nous ne démouillons pas et le nuage qui nous enveloppe se fond sans s'épuiser. Il fait noir comme dans un four et les bondes du ciel semblent ouvertes. Amiel, Journal intime,1866, p. 395.
2. P. méton. Pièce de bois utilisée pour la fermeture de la bonde. Lâcher, lever, hausser la bonde :
2. Et vous avez touché vers un ancien barrage, Du temps qu'il était plein des eaux tumultueuses. C'était un vieil étang tout plein de scabieuses, Un manteau tout drapé des fleurs du premier âge. Et les ondes coulaient dessus le déversoir Et par dessus l'écluse et par dessus la bonde. Péguy, Ève,Les Tapisseries, 1913, p. 788.
P. métaph. Lever, lâcher les bondes de. Ne plus opposer d'obstacle à. Je lâchai la bonde à toutes les vérités qui m'étouffaient (About, Le Roi des montagnes,1857, p. 233):
3. Il avait mis à l'air une robe de MmeDuveyrier, qu'il décrottait, et il la retrouvait éclaboussée de bouillon aigre. Alors, les bonnes, du haut en bas, parurent aux fenêtres, se disculpèrent violemment. La bonde était levée, un flot de mots abominables dégorgeait du cloaque. Zola, Pot-Bouille,1882, p. 384.
Spéc. Bonde siphoïde. Fermeture hydraulique employée pour les éviers qui ne sont pas siphonés.
B.− TONNELLERIE. Trou rond pratiqué au milieu d'une douve de tonneau servant à remplir ou à vider celui-ci; p. méton., la pièce de bois qui sert à obturer ce trou :
4. La bouche ouverte, il exhalait cette odeur d'alcool des vieux tonneaux d'eau-de-vie, dont on a enlevé la bonde. Zola, L'Assommoir,1877, p. 527.
5. À l'extrême bord du trottoir, plusieurs tonneaux coupés en deux, juste au milieu de la bonde, abritaient un fusain en chacune de leurs moitiés, constituant, comme leurs homologues, les tonnelles de banlieue, une retraite d'intimité avinée, un coin de campagne pour buveurs. Malègue, Augustin,t. 2, 1933, p. 239.
Bonde hydraulique ou mécanique. Système de fermeture qui permet au gaz carbonique produit par un liquide en fermentation de s'échapper sans entrée d'air.
Prononc. : [bɔ ̃:d]. Étymol. et Hist. 1. 1332 « bouchon de tonneau » (Delisle, Actes norm., p. 40 dans IGLF Techn.); 1347 bonde d'un étang (Longnon, Doc. relatifs au comté de Champagne et de Brie, t. 2, p. 450, ibid.); 2. 1880 « bondon, fromage de Neufchâtel [Seine-Maritime] » (d'apr. Esn.); d'où 1872 arg. « maison centrale », le bondon étant le fromage réglementaire dans les prisons (Ibid.). Orig. obsc. L'hyp. généralement reçue est celle d'un étymon gaul. *bunda, fém. de *bundos, base bien attestée dans la topon. de l'Italie du Nord et de la Suisse romande (Jud, Les noms des poissons du lac Léman dans Bull. du Glossaire des patois de la Suisse romande, t. 11, 1912, pp. 19-20) et à laquelle correspondent le m. irl. bond, bonn « plante du pied, base, support », le cymrique bond « fond » qui semblent se rattacher à l'i.-e. *bhundhos « sol » (IEW t. 1, p. 174; v. aussi Dottin, p. 235), cf. aussi le prov. mod. bondo « terrain marécageux » (Mistral); l'évolution sém. de « base, sol » à « bouchon de tonneau, ouverture d'un étang » s'expliquerait par le fait que les bondes sont situées à la partie intérieure de ce qu'elles obturent. − L'hyp. d'un étymon germ. (a. h. all., m. h. all. bunde, Diez5, p. 528; Rew3, no1394) est peu vraisemblable étant donné que la terminol. vinicole a, au contraire, été en grande partie fournie par le lat. aux peuples germ. (v. les exemples fournis par Jud dans Arch. St. n. Spr., t. 127, 1911, p. 435), et paraît peu compatible avec la localisation du mot dans l'aire germ. (dial. de Suisse alémanique et souabe, alsacien), où un empr. aux lang. rom. est plus vraisemblable (Jud, loc. cit., pp. 435-436). Fréq. abs. littér. : 66.
BBG. − Rommel (A.). Die Entstehung des klassischen französischen Gartens im Spiegel der Sprache. Berlin, 1954, p. 173, 184. − Sain. Lang. par. 1920, p. 215. − Sain. Sources t. 1 1972 [1925], p. 125; t. 2 1972 [1925], p. 15, 294.

Wiktionnaire

Nom commun

bonde \bɔ̃d\ féminin

  1. Ouverture destinée à faire écouler l’eau d’un étang, d’un tonneau.
    • C'est alors que la fermentation s'opère ; elle s'achève dans des tonneaux dont on laisse les bondes ouvertes. — (Edmond Nivoit, Notions élémentaires sur l’industrie dans le département des Ardennes, E. Jolly, Charleville, 1869, page 140)
    • Je vidais le contenu de la cruche par le trou de bonde du baril. — (Edgar Poe, Aventure sans pareille d’un certain Hans Pfaall, traduction de Charles Baudelaire, 1869)
  2. Tampon ou pièce de bois ou silicone qui bouche cette ouverture. Quand il s’agit d’un tonneau de vin, on dit aussi bondon.
    • Lever, hausser la bonde.
    • Normands, tous que nous sommes, nous avons quelque peu de cidre dans les veines ; c’est une boisson aigre et fermentée et qui quelquefois fait sauter la bonde. — (Gustave Flaubert, Correspondance, lettre à Louise Colet, 26-27 juin 1852)
    • […] tout le monde se mit à parler à la fois et à se bousculer autour de lui, pendant que sonnaient les coups sourds qu’on frappait sur la bonde du bassin pour la faire sauter. — (Jean Giono, Le hussard sur le toit, 1951, réédition Folio Plus, page 119)
  3. (Plomberie) Pièce en métal à l’orifice des lavabos ou des éviers.

Forme de verbe

bonde \bɔ̃d\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent du verbe bonder.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent du verbe bonder.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent du verbe bonder.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent du verbe bonder.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif du verbe bonder.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

BONDE (bon-d') s. f.
  • 1Large ouverture de fond, destinée à laisser écouler toute l'eau de l'étang quand on retire le tampon qui la bouche ordinairement.

    Par extension, la pièce de bois qui sert à boucher la bonde.

  • 2Trou rond par lequel on remplit un tonneau.

    Le morceau de bois qui sert à boucher la bonde d'un tonneau. On dit plus souvent bondon.

    Fig. Notre amante Lâche la bonde aux pleurs cette fois-là, La Fontaine, Court. En levant les bondes des digues, Bossuet, Haine, 2. Je lâche la bonde à mes larmes, Rousseau, Conf. IV. À son cours violent je veux ouvrir la bonde, Tristan, Panthée, V, 7.

  • 3Pièce de cuivre garnie d'un rebord et qu'on soude sur la faïence d'une cuvette de garde-robe.

REMARQUE

Dans l'emploi figuré, quand on dit lâcher, ouvrir la bonde, on considère l'ouverture. Quand on dit lever la bonde, on considère le tampon. La remarque de ceux qui condamnent lever la bonde n'est donc pas admissible.

HISTORIQUE

XIIIe s. Et je otroie que li abes [abbé] et li convens devant dit fassent fossez entour leur bos, de bonde en bonde [borne] toutes les fois que il vourront, Du Cange, bondula. Tant que de son corps soit desvorce L'ame à qui donna si grant bonde [limite] Charité qui en lui habonde Que jusqu'au ciel monter l'efforce, J. de Meung, Tr. 1162.

XVe s. Avoient rapporté les Normands que cette armée [anglaise] se mettoit sus à l'encontre des bondes [frontières] de Normandie, Froissart, II, II, 22. C'est grant peine que de vivre en ce monde, Encore est ce plus peine de mourir ; Si convient-il, en vivant, mal souffrir, Et, au derrain, de mort passer la bonde [borne], Orléans, Rond. 45. Prince, monstrez à ces jeunes enfans Que leurs cuidiers ne les soit decevans ; Car tost verront de vieillesce la bonde, Et mort qui fiert les petiz et les grans, Deschamps, Les err. de la jeunesse. [Le déluge] mortifia toute creature vivant en la terre, et en deffermant les bondes des abismes, aglouty les haultesses des mons, meismes les oiseaulx de l'air en la geulle des fons, Chastelain, Chron. du D. Philippe. Proesme.

XVIe s. Il espie ceux de qui la maison s'en est allée par les fenestres, comme quand l'estang sort par la bonde, et sont demeurés à sec, D'Aubigné, Conf. I, 9. Poissons qui sont en estangs, après trois ans, ou la bonde estant levée, ou mis en huches, sauvouers ou reservouers, sont meubles, Loysel, 215.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

BONDE, s. f. est une longue piece de charpente équarrie par un bout, & faite en forme de cone tronqué, que l’on pose dans un trou de la rigole pratiquée à l’endroit le plus creux d’un étang, pour le pouvoir vuider à fond quand on le veut pêcher. Cette bonde est soûtenue par un chassis de charpente avec un chapeau. (K)

* Bonde, (Hist. nat.) arbre d’une grandeur & grosseur prodigieuse qui se trouve au royaume de Quoya ; il a plus de six ou sept brasses d’épaisseur ; son écorce est toute hérissée d’épines ; son bois est huileux : on en fait plusieurs ustenciles de ménage, aussi bien que des canots : ses cendres lessivées sont propres à faire de fort bon savon, en les mêlant avec de la vieille huile de dattes.

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « bonde »

Du gaulois *bunda conjecturé d'après le moyen irlandais bonn, bond (« fond, base, plante de pied »).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Du norvégien nynorsk bóndi.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

D'après Diez, de l'allemand : suisse, punt ; souabe, bunte ; ancien haut-all. s-punt ; angl. bung. Étymologie très vraisemblable, mais qui rencontre une difficulté dans l'historique où bonde signifie borne (angl. bound). Que de bone, ancienne forme de borne, on ait fait bonde, c'est ce qui se peut très bien, par l'attraction de l'n pour le d, comme rendre de reddere ; qu'on ait passé du sens de borne, soit en raison de l'usage, soit en raison d'une assimilation de forme, au sens de bonde ; cela se conçoit aussi ; et dès lors, vu l'historique, il semble qu'on ne peut séparer bonde de bone ou borne (voy. BORNE).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « bonde »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
bonde bɔ̃d

Traductions du mot « bonde »

Langue Traduction
Anglais crowded
Espagnol lleno de gente
Italien affollato
Allemand überfüllt
Chinois
Arabe مزدحما
Portugais lotado
Russe переполненный
Japonais 混雑
Basque jendez gainezka
Corse affullatu
Source : Google Translate API

Synonymes de « bonde »

Source : synonymes de bonde sur lebonsynonyme.fr

Bonde

Retour au sommaire ➦

Partager