La langue française

Accueil > Dictionnaire > Définitions du mot « bâillement »

Bâillement

Variantes Singulier Pluriel
Masculin bâillement bâillements

Définitions de « bâillement »

Trésor de la Langue Française informatisé

BÂILLEMENT, subst. masc.

A.− Action de bâiller; résultat de cette action. Émettre, étouffer, réprimer un bâillement :
1. Alors, Magnard prend son article et rend compte de la soirée, en disant que cette soirée avait été un grand succès de bâillement, que l'ennui en était la note dominante; ... E. et J. de Goncourt, Journal,1888, p. 884.
2. Nous avons bien plus de puissance sur notre corps que sur nos pensées. Non que nous puissions faire taire le corps quand il souffre; mais nous pouvons presque toujours le disposer comme nous voulons. Il faut donc savoir s'étendre et s'allonger. L'étirement et le bâillement, qui annoncent le sommeil, nous donnent ici une sorte de modèle. Alain, Propos,1927, p. 748.
P. compar. :
3. Pour corriger le rétrécissement du larynx qui se produit naturellement en émettant ces deux notes, et en même temps pour égaliser le clavier vocal, il faut, tout en conservant l'abaissement, soulever légèrement le voile du palais, en procédant comme s'il s'agissait d'un léger bâillement. On donnera ainsi de la rondeur au son, sans pour cela le faire tomber dans le domaine de ce que l'on appelle le timbre sombre. Holtzem, Bases de l'art du chant,1865, p. 123.
Spéc., MÉD. VÉTÉR. Maladie de certains gallinacés :
4. Nous trouvons dans la trachée des faisandeaux un ver dont le mâle et la femelle sont accouplés en permanence donnant au parasite un aspect en γ, d'où son nom de ver fourchu. Ces vers fourchus se forment en paquet dans la trachée (...). Ils gênent la respiration et fatiguent les jeunes faisans. Les oiseaux bâillent pour tenter de faciliter la respiration d'où le nom de maladie du bâillement ou bâille-bec. Cette affection parasitaire entraîne une forte mortalité avec lésions pulmonaires. E. Garcin, Guide vétér.,1944, p. 107.
B.− P. anal. État de ce qui est entrouvert, béant :
5. Sa culotte, à ne rien celer, avait singulièrement pâti dans l'aventure; toute une couture avait cédé, de la ceinture à la basane, vrai entonnoir à courant d'air ouvrant sur la cuisse du soldat le bâillement d'une poche grotesque. Courteline, Le Train de 8 h 47,1888, 2epart., 5, p. 149.
6. Il pensa à remonter sa montre et la présenta non pas à la veilleuse, mais à un filet de lumière qui venait du couloir et luisait dans le bâillement vertical et doré du store. Malègue, Augustin,t. 2, 1933, p. 413.
P. métaph. :
7. − Heureusement que moi-même je suis un bon élève de M. Langlois et que je sais traiter un document. L'histoire se fait avec des documents. Car il reste un manque à expliquer. Car il reste une marge, à combler. (Mettons une lacune). Car il reste un angle, un bâillement, un défaut. Péguy, L'Argent,1913, p. 1152.
Spéc., GRAMM., vx, inus. Effet produit par la rencontre de deux voyelles. Synon. hiatus.
PRONONC. : [bɑjmɑ ̃]. Antérieurement à Passy 1914. seuls Land. 1834, Besch. 1845 et DG ne prescrivent par l mouillé.
ÉTYMOL. ET HIST. − 1reattest. ca 1120 (Ph. de Thaon, Bestiaire, éd. Walber, 1945 ds T.-L.); dér. de bâiller*, suff. -ement (-ment1*).
STAT. − Fréq. abs. littér. : 222. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 129, b) 381; xxes. : a) 466, b) 348.
BBG. − Ritter (E.). Les Quatre dict. fr. Rem. lexicogr. B. de l'Inst. nat. genevois. 1905, t. 36, p. 355.

Wiktionnaire

Nom commun - français

bâillement \bɑj.mɑ̃\ masculin

  1. Action de bâiller, par fatigue ou pour exprimer son ennui ou un état de bien-être caractérisé par le repos.
    • Faire un bâillement prolongé.
    • Être pris de bâillements.
    • Manifester son ennui par des bâillements.
    • Tout le monde a déjà subi l’épreuve des discours sans fin pendant lesquels on réprime difficilement ses bâillements. — (Saladin, Jean-Christophe, Mieux parler en public, Vuibert, Paris, 2004)
    • Écouter, avec une infinie patience, les doléances. Et réprimer parfois, vaincu par l’ennui ou la fatigue, un bâillement. — (L'Express, 14 janvier 1999)
    • C’est la musique qui viendra toutefois enrober le tout du petit je-ne-sais-quoi qui fait que ça « swigne » ou que ça provoque les bâillements. On a la recette ou on l’a pas! — (Le Devoir, 20-21 décembre 2003)
    • C’est les vacances, ma semaine ici, a-t-elle lâché entre deux bâillements et autant de sourires. — (Le Devoir, 23-24 juillet 2005)
    • […] le bâillement est contagieux, chez les chimpanzés comme chez les hommes, selon une très sérieuse étude scientifique effectuée au Japon, qui souligne cette nouvelle similitude entre les primates et leurs frères humains. — (Le Devoir, 27 juillet 2004)
  2. (Figuré) Ouverture, vide.
    • À l’envi, on montre le bâillement de la barricade, le trou fait par le manque de sacs — sacré trou, placé juste assez haut pour que la lumière naissante passe à travers, éclairant le vide d’une blancheur crue ! Par ce trou-là va s’évader tout le courage du bataillon ! — (Jules Vallès, L’Insurgé, G. Charpentier, 1908)
  3. (Vieilli) Hiatus.
    • L’abbé de Dangeau dit que pour éviter le bâillement qui se trouve entre les deux derniers mots de ce vers de Quinaut : “Ah ! J'attendrai longtemps ; la nuit est loin encore,” les musiciens ont recours à différents expédients, dont l’un est de mettre un petit g après loin, et de prononcer la nuit est loing encore. Je ne sais si cette prononciation pouvait être supportable il y a cinquante ans ; mais elle serait aujourd’hui bien ridicule. — (M***, de la société littéraire d'Arras, Remarques diverses sur la prononciation et sur l’orthographe, seconde partie, Remarques sur quelques ouvrages ; Prault libraire, Paris, 1757, pages 118-119)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

BÂILLEMENT (bâ-lle-man, ll mouillées, et non ba-ye-man ; il faut avoir bien soin de donner à l'a le son marqué par l'accent circonflexe) s. m.
  • 1Inspiration grande, forte et longue, indépendante de la volonté, avec écartement plus ou moins considérable des mâchoires, et suivie d'une expiration prolongée.
  • 2En grammaire, rencontre de deux voyelles, l'une à la fin d'un mot, l'autre au commencement du mot suivant. Nous disons plus souvent hiatus.
  • 3Maladie particulière des faucons.

HISTORIQUE

XVIe s. Un ris, un baillement, comme quand on a envie de dormir, est reprehensible, Amyot, Comm. il faut ouïr, etc. 21.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « bâillement »

Bâiller.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

 Dérivé de bâiller, avec le suffixe -ment.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « bâillement »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
bâillement baijmɑ̃

Évolution historique de l’usage du mot « bâillement »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « bâillement »

  • Au réveil, lors de la remise en route du cerveau et de l’organisme, le bâillement n’a rien à voir avec une nuit trop courte car il stimule notre vigilance et s’accompagne d’étirements, parfois même d’érections… www.pourquoidocteur.fr, Bailler n’est pas qu’un signe de sommeil
  • Un bâillement contagieux se produit lorsqu’une personne observant un individu en train de bâiller se met elle aussi à bâiller à son tour. Ce phénomène assez étrange a été relié chez les humains à l’empathie. Il a, en effet, pu être montré que plus le lien empathique entre deux individus était étroit et plus le bâillement contagieux était fréquent. The Conversation, Podcast : Le bâillement entre humain et chien est étrangement contagieux
  • Ce n’est pas une explosion de joie, ni même un cri d’effroi. Ce « Aaaaaawh ! » indomptable, irrépressible, impossible à arrêter, c’est tout simplement un bâillement. Et contagieux en plus ! Tout le monde bâille. Un bâilleur en fait bâiller un autre. Même les animaux bâillent.L’auteur et illustrateur italien Marco Viale s’amuse à suivre ce coquin de bâillement, au gré de dessins au trait délicieusement enfantin. Et le lecteur se prend au jeu de guetter une fin qui laisse bouche bée ! Le Telegramme, Une irrésistible envie de bâiller… - A lire - Le Télégramme
  • Faites l'expérience : bailler nonchalamment et vous verrez qu'il y a de fortes chances que cela provoque d'autres bâillements autour de vous. Eh bien, cet étonnant mécanisme ne fonctionne pas qu'entre humains mais aussi avec les chiens. C'est ce que montre une très sérieuse étude parue dans le dernier numéro de la revue britannique « Proceedings of Royal Society B ». leparisien.fr, Le bâillement des humains est contagieux… même chez les chiens - Le Parisien
  • C'est une image symbolique du « spectacle » proposé ce mardi par Leicester contre Brighton (0-0) : il restait un gros quart d'heure de jeu lorsque l'ancien Niçois Ricardo Pereira, présent en tribunes, a été pris par les caméras en flagrant délit de bâillement. L'Équipe, Angleterre : Leicester (encore) accroché face à Brighton - Foot - ANG - L'Équipe
  • Le fait de bailler peut être un signe d’ennui. Pourtant l’histoire des bâillements n’a rien d’ennuyeuse. Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site de la bibliothèque du Congrès des États-Unis. Ainsi y apprend-on que le fait de se décrocher parfois la mâchoire intriguait déjà en son temps Hippocrate. Le père de la médecine, pensait que le bâillement précédait la fièvre et était un moyen de supprimer l’air vicié des poumons. Une théorie remise en question depuis. lindependant.fr, Pourquoi bâille-t-on ? - lindependant.fr
  • Les chiens imitent les bâillements des humains même des inconnus, révèle une étude publiée dans la revue Proceedings of Royal Society. Sciences et Avenir, Les chiens imitent le bâillement d'un humain même inconnu - Sciences et Avenir
  • Au réveil, lors de la remise en route du cerveau et de l’organisme, le bâillement n’a rien à voir avec une nuit trop courte car il stimule notre vigilance et s’accompagne d’étirements, parfois même d’érections… www.pourquoidocteur.fr, Bailler n’est pas qu’un signe de sommeil
  • Il a, en effet, pu être montré que plus le lien empathique entre deux individus était étroit et plus le bâillement contagieux était fréquent. The Conversation, Podcast : Le bâillement entre humain et chien est étrangement contagieux
  • L’auteur et illustrateur italien Marco Viale s’amuse à suivre ce coquin de bâillement, au gré de dessins au trait délicieusement enfantin. Le Telegramme, Une irrésistible envie de bâiller… - A lire - Le Télégramme
  • Faites l'expérience : bailler nonchalamment et vous verrez qu'il y a de fortes chances que cela provoque d'autres bâillements autour de vous. leparisien.fr, Le bâillement des humains est contagieux… même chez les chiens - Le Parisien
  • C'est une image symbolique du « spectacle » proposé ce mardi par Leicester contre Brighton (0-0) : il restait un gros quart d'heure de jeu lorsque l'ancien Niçois Ricardo Pereira, présent en tribunes, a été pris par les caméras en flagrant délit de bâillement. L'Équipe, Angleterre : Leicester (encore) accroché face à Brighton - Foot - ANG - L'Équipe

Images d'illustration du mot « bâillement »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « bâillement »

Langue Traduction
Anglais yawning
Espagnol bostezando
Italien sbadigli
Allemand gähnen
Chinois 打哈欠
Arabe التثاؤب
Portugais bocejando
Russe зевающий
Japonais あくび
Basque aharrausika
Corse mandacci
Source : Google Translate API

Synonymes de « bâillement »

Source : synonymes de bâillement sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « bâillement »

Combien de points fait le mot bâillement au Scrabble ?

Nombre de points du mot bâillement au scrabble : 13 points

Bâillement

Retour au sommaire ➦

Partager