La langue française

Bacchante

Définitions du mot « bacchante »

Trésor de la Langue Française informatisé

BACCHANTE, subst. fém.

A.− ANTIQ. (souvent au plur.). Prêtresse de Bacchus; femme qui célébrait les bacchanales* :
1. Comme autrefois une bacchante que l'esprit du dieu avoit saisie, couroit échevelée sur les montagnes qu'elle faisoit retentir de ses hurlements, la jalouse mère du jeune soleil se sent transportée de fureur à ces paroles d'Ondouré : ... Chateaubriand, Les Natchez,1826, p. 139.
2. ... non, ces femmes en proie au dieu, les bacchantes, ne se livraient point à de honteuses débauches, « ivres du vin, du son des flûtes et poursuivant Kypris dans les bois solitaires »; mais, couronnées de smilax et de lierre, elles dormaient sous les feuillages des sapins et des chênes, « la tête modestement reposée contre terre », ou « dansaient en rondes harmonieuses ». La roche brute, frappée par leur thyrse, laissait jaillir en abondance le miel, le vin et le lait. Gide, Journal,1940, p. 49.
SYNT. Bacchantes enivrées, échevelées, en délire; les chœurs, le cortège, la troupe des satyres et des bacchantes.
P. méton., B.-A. Femme(s) représentée(s) en peinture et en sculpture ou décrites en poésie, caractérisée(s) essentiellement par son (leur) costume, sa (leur) coiffure, ses (leurs) attributs :
3. ... les bacchantes et les ménades [de Poussin] ont la chasteté de l'art même quand elles sont nues, et leur ivresse pourrait folâtrer autour d'un sarcophage antique. T. Gautier, Guide de l'amateur au Musée du Louvre,1872, p. 174.
P. anal. Femme travestie en bacchante antique :
4. Un petit berger Watteau, azur et argent comme un clair de lune, choquait sa houlette contre le thyrse d'une bacchante, couronnée de raisins, une peau de léopard sur le flanc gauche et des cothurnes à rubans d'or. Flaubert, L'Éducation sentimentale,t. 1, 1869, p. 147.
B.− P. ext. [Avec parfois allus. aux bacchantes antiques] :
1. Femme en proie à un certain délire sensuel ou spirituel :
5. ... Dégoûté de ces valses qui doivent être exécutées par des bacchantes et non par des femmes qui pensent à ne pas montrer leur jarretière. Barbey d'Aurevilly, 2eMemorandum,1839, p. 397.
6. Mailloche en l'air, on aperçoit la corybante qui s'apprête à trépigner sur ses tonneaux et à éveiller dans la grêle précipitée de ses coups, le profond écho des présences souterraines. Le tambour se met à rouler, la peau d'âne en plein exercice asservit tout l'orchestre à sa pulsation irrésistible. Mais on sent bien que l'événement, la fulguration définitive, est encore à venir, elle est aux mains de cette bacchante masculine qui, au fond de la scène, se dresse tout à coup; ... Claudel, Un Poète regarde la Croix,1938, p. 188.
P. plaisant. :
7. Je vous écris sur un tonneau, entouré de tant de bruit et si obsédé de mes bacchantes (c'est ainsi que j'appelle mes vendangeuses un peu crottées) qu'il faut que je vous quitte malgré moi; j'aurai l'honneur, une autre fois, de vous écrire moins succinctement, si je reçois de vos nouvelles, comme je l'espère. Courier, Lettres de France et d'Italie,1801, p. 672.
Emploi adj. :
8. la duchesse. − Silence, je te contemple, Gwynplaine, je suis l'immaculée effrénée. Je suis la vestale bacchante. Aucun homme ne m'a connue... Hugo, L'Homme qui rit,t. 3, 1869, p. 96.
9. Il est entre le monde et le « désert » un accord de tous les instincts, des possibilités nombreuses de don de soi irraisonné, une vitalité de danse. L'idée d'être le rêve de l'inconnu (de Dieu, de l'univers) est, semble-t-il, le point extrême où Nietzsche atteignit. En elle se jouent le bonheur d'être, d'affirmer, le refus d'être tout, la cruauté, la fécondité naturelles : l'homme un philosophe bacchante. G. Bataille, L'Expérience intérieure,1943, p. 53.
2. Péjoratif
a) Femme sans pudeur, dévergondée :
10. Je me borne à citer la nymphomanie, maladie étonnante par la simplicité de sa cause, qui pour l'ordinaire est l'inflammation lente des ovaires et de la matrice; maladie dégradante par ses effets, qui transforment la fille la plus timide en une bacchante, et la pudeur la plus délicate en une audace furieuse, dont n'approche même pas l'effronterie de la prostitution. Cabanis, Rapports du physique et du moral de l'homme, t. 1, 1808, p. 416.
11. Dans vos colères de tigresse, Vous m'avez fait des nuits d'ivresse Où le plaisir, sous la caresse, Pleure le râle de la mort, Où toute pudeur se profane, Où l'ange le plus diaphane Se fait bacchante et courtisane Et grince des dents, et vous mord! Banville, Les Cariatides,Amours d'Élise, 1842, p. 81.
P. métaph. :
12. ... cette bacchante qu'on appelle révolution française... est une fille née du commerce impie de la noblesse française avec le philosophisme dans le dix-huitième siècle. J. de Maistre, Du Pape,1819, p. 318.
b) Femme avinée, grossière, bruyante :
13. ... au milieu d'une horde de tout âge et de tout sexe, marchaient à pied les gardes-du-corps, ayant changé de chapeaux, d'épées et de baudriers avec les gardes nationaux : chacun de leurs chevaux portait deux ou trois poissardes, sales bacchantes ivres et débraillées. Chateaubriand, Mémoires d'Outre-Tombe,t. 1, 1848, p. 223.
14. Une femme, en robe havane, dansait. Un caractère de bestialité échauffée, une sorte de chèvre canaille; une tignasse en désordre, de grands yeux écartés, un nez en pied de marmite, une grande bouche, dont la lèvre supérieure remontée laisse voir le rire des dents, un rire de bacchante à la salpêtrière. E. et J. de Goncourt, Journal,1865, p. 142.
PRONONC. ET ORTH. : [bakɑ ̃:t]. Pour [kk] géminées, cf. bacchanal. Pour la prononc. du groupe cch et pour la rem. de Fér. 1768, cf. bacchanale. Cf. aussi Nyrop Phonét. 1951, p. 160, § 191.
ÉTYMOL. ET HIST. − 1. 1596 mythol. « prêtresse de Bacchus » (Vigenère, Philostrate, 414, éd. 1611 ds R. Hist. litt. Fr., t. 4, p. 131 : Dyonisus ... luy met en la fantaisie de prendre un habit de bacchante); 1699 « id. » (Fén., Tél., 6 ds DG); 2. 1682, 23 janv., fig. « femme qui se livre sans retenue à l'ivresse, à la débauche » (Sév., 891 ds Rob. : Voudrait-il d'une furie, d'une bacchante, quand même il la pourrait ravoir?). Empr. au part. prés. subst. bacchans, antis de bacchari « avoir le délire inspiré par Bacchus » dep. Plaute (Amph., 703 ds TLL s.v., 1663, 37); d'où (à rapprocher de 2) « être dans les transports sous l'effet d'une passion violente » (Cicéron, Cat., 1, 26, ibid., 1663, 60); Bacchantes au sens 1 (Ovide, Met., 7, 257, ibid., 1664, 63).
STAT. − Fréq. abs. littér. : 196.
BBG. − Lavedan 1964. − Le Roux 1752. − Migliorini (B.). Dal nome proprio al nome comune. Firenze, 1968 [1927], p. 141. − Mont. 1967. − Quem. 2es. t. 1 1970, p. 7.

Wiktionnaire

Nom commun 1

bacchante \ba.kɑ̃t\ féminin

  1. (Antiquité) Prêtresse de Bacchus célébrant la fête des bacchanales.
    • Comme autrefois une bacchante que l’esprit du dieu avoit saisie, couroit échevelée sur les montagnes qu’elle faisoit retentir de ses hurlements, la jalouse mère du jeune soleil se sent transportée de fureur. — (Chateaubriand, Les Natchez, 1826, p. 139)
  2. (Par extension) Représentation artistique d’une telle prêtresse.
    • Les bacchantes et les ménades ont la chasteté de l’art même quand elles sont nues. — (Théophile Gauthier, parlant de Nicolas Poussin en son Guide de l’amateur au Musée du Louvre)
    • Deux candélabres, formés par une bacchante debout, portant un thyrse qui se divise en trois branches torses portant des binets, reliées par des feuilles de lierre. — (Exposition universelle de 1867 à Paris, Catalogue général publié par la Commission Impériale : Histoire du travail et monuments historiques, 1868, vol. 2, p. 516)
  3. (Figuré) Femme sans retenue, sans pudeur ; dévergondée.
    • Nombreux, de petits enfants du quartier jouent tranquillement sous l’œil indifférent de ces bacchantes. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • (Figuré) Cette bacchante qu’on appelle Révolution française… est une fille née du commerce impie de la noblesse française avec le philosophisme dans le dix-huitième siècle. — (J. de Maistre, Du Pape, 1819, p. 318)
    • Bacchantes et garçonnes de nos jours font gémir le prote, mais publie-t-on beaucoup de livres de jeune fille, de vraie jeune fille ? Celui-ci en est un. — (Henry de Montherlant, préface à L’Âge où l’on croit aux îles de Jeanne Sandelion, Renaissance du livre, Paris, 1930, p. 8)
  4. (Entomologie) Papillon européen marron aux ocelles noirs cerclés de jaune (Lopinga achine).
    • Autrefois, il y a soixante ou soixante-dix ans, la Bachante (autrefois appelée la Djénanine) se rencontrait encore dans de nombreuses forêts d'Ile-de-France. — (Yves Doux et Christian Gibeaux, Les Papillons de jour d'Ile-de-France et de l'Oise, Novembre 2007)
  5. (Botanique) Nom vulgaire du Baccharis halimifolia (bacchante de Virginie), arbuste de la famille des astéracées et natif de la côte Est des États-Unis.
    • Les marcottes et les boutures de la bacchante de Virginie se font au printemps. — (Cours complet d’agriculture, d’économie rurale et de médecine vétérinaire, volume 2, à Paris au bureau du Cours complet d’agriculture, 1846, page 98)

Nom commun 2

bacchante \ba.kɑ̃t\ fémininNote : rare au singulier.

  1. (Barbe) Moustache.
    • Les bacchantes de Brassens sont immortelles.
    • Depuis que j’allais en classe, mon père s’intéressait à mes succès, à mes progrès et il comptait davantage dans ma vie. Il me semblait d’une espèce plus rare que le reste des hommes. En cette époque de barbes et de bacchantes, son visage glabre, aux mimiques expressives, étonnait. — (Simone de Beauvoir, Mémoires d'une jeune fille rangée, 1958, p. 28)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

BACCHANTE (ba-kkan-t') s. f.
  • 1Prêtresse de Bacchus célébrant les bacchanales.
  • 2 Fig. C'est une bacchante, une vraie bacchante, se dit d'une femme sans modestie et sans retenue. Une mode qui éloigne les cheveux du visage, bien qu'ils ne croissent que pour l'accompagner, qui les relève et les hérisse à la manière des bacchantes…, La Bruyère, 13.
  • 3Joli papillon de France qui vole par saccades.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « bacchante »

(Nom commun 1) (1596) Du latin bacchans, participe présent substantivé de bacchari (« délirer »), de Bacchus.
(Nom commun 2) (1875) Peut-être[1] le même mot que le précédent, par allusion facétieuse à la chevelure flottante des bacchantes, l’allemand Backe (« joue »), a été proposé comme étymon, ce qui est recevable du point de vue sémantique mais pose difficulté du point de vue de la construction.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Bacchari, célébrer les orgies (voy. BACCHUS).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « bacchante »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
bacchante bakɑ̃t

Évolution historique de l’usage du mot « bacchante »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « bacchante »

  • Quand la bacchante sort du bois après avoir sacrifié à Bacchus, le satyre n’est pas loin et la bacchanale peut advenir ! Le sujet n’a pas effrayé le musée de Bordeaux. Connaissance des Arts, La bacchante honorée à Bordeaux | Connaissance des Arts
  • « Il est une contrée où la France est bacchante/Où la liqueur de feu mûrit au grand soleil/Où des volcans éteints frémit la cendre ardente/Où l’esprit des vins purs aux laves est pareil ». Ce panorama en vers d’Alfred de Vigny, c’est celui de la Charente, au sud d’Angoulême. Là où le poète… SudOuest.fr, Charente : un tournage dans les pas d’Alfred de Vigny
  • Pour obtenir plus d’information, il suffit de se rendre sur le site Internet www.vignesdesbacchantes.com ou de consulter la page Facebook Les Vignes des Bacchantes. Coup d’œil, Hemmingford: une première cuvée pour Les vignes des Bacchantes - Coup d’œil
  • 8La deuxième partie, intitulée « la mise en scène de la passion », examine en premier lieu la perversité de Salomé dans la pièce homonyme d’Oscar Wilde. Le personnage symbolise la femme-tentation éternelle, bacchante par excellence, qui réclame le sang pour assouvir sa passion. Dans Les Bonnes de Jean Genet, la mise en scène de la domination est représentée par les deux bonnes et dissimulée derrière le masque du jeu scénique. Par la suite dans Quartett de Heiner Müller, Merteuil et Valmont, metteurs en scène et protagonistes d’un spectacle morbide et dionysiaque, ne cachent pas leur pulsion catastrophique. Pour clore cette partie, l’auteure analyse le Jardin des délices de Fernando Arrabal qui crée la Femme, Laïs, initiatrice d’un voyage vers la connaissance. , Bacchantes diachroniques (Acta Fabula)
  • La très belle statue de femme au bout du vallon du Salut en est un parfait exemple. Cette bacchante nue en marbre de Carrare est l'œuvre du sculpteur berrichon réputé François-Emile Poupineau. La statue a été inaugurée en 1930. ladepeche.fr, La Bigorre à travers ses sculptures : la dame endormie - ladepeche.fr

Traductions du mot « bacchante »

Langue Traduction
Anglais bacchante
Espagnol bacante
Italien baccante
Allemand bacchante
Chinois 酒神
Arabe باشانت
Portugais bacante
Russe вакханка
Japonais バッカンテ
Basque bakutarra
Corse bacchante
Source : Google Translate API

Synonymes de « bacchante »

Source : synonymes de bacchante sur lebonsynonyme.fr

Bacchante

Retour au sommaire ➦

Partager