La langue française

Âtre

Sommaire

  • Définitions du mot âtre
  • Étymologie de « âtre »
  • Phonétique de « âtre »
  • Évolution historique de l’usage du mot « âtre »
  • Citations contenant le mot « âtre »
  • Images d'illustration du mot « âtre »
  • Traductions du mot « âtre »
  • Synonymes de « âtre »

Définitions du mot âtre

Trésor de la Langue Française informatisé

ÂTRE1, subst. masc.

A.− Partie de la cheminée où l'on fait le feu. Les carreaux d'un âtre, ôter les cendres de l'âtre (Ac. 1798-1932), balai d'âtre (Quillet 1965) :
1. ... le souper fini, quand chacun s'était retiré (...) l'on débarrassait la grande cheminée. Plus de broches ni de chaudières; un bel âtre rouge, avec de hauts chenets. Nerval, Nouvelles et fantaisies,1855, p. 162.
2. Tout était à reconstituer aussi dans les autres pièces qui ne gardaient plus que leurs murs et de hautes cheminées à hottes, des âtres spacieux, sans landiers, encore calcinés par d'anciens feux; ... Huysmans, Là-bas,t. 1, 1891, p. 184.
3. ... des servantes vont et viennent, le teint rouge et la face allumée autour de l'âtre où tourne une broche gigantesque. Moselly, Terres lorraines,1907, p. 82.
4. Les pans du large manteau abritent aussi, dans la partie supérieure, les viandes suspendues, qu'on a mises à sécher et à fumer. C'est là, sous ce dais d'une espèce particulière, que le cuisinier ou la cuisinière ont leur siège. C'est là aussi que, de chaque côté du foyer, deux bancs, établis contre les parois latérales qui encadrent l'âtre, accueillent, aux jours froids, après les repas, les convives qui veulent se chauffer et deviser au tiède. Faral, La Vie quotidienne au temps de st Louis,1942, p. 157.
Spécialement
1. L'âtre d'un four (Lar. 19e-Lar. encyclop., DG, Ac. 1932). Partie plane d'un four au-dessous de la voûte où l'on cuit le pain.
2. Partie du foyer qui jouxte le combustible dans les fours et hauts fourneaux :
5. Le poêle [de construction] est construit sur un âtre creux composé d'une plaque de fonte supportée (...) par des tasseaux en briques, et en communication avec la ventouse assurant l'air extérieur; ... E. Robinot, Vérification, métré et pratique des travaux du bâtiment,t. 2, 1928, p. 29.
P. méton. La cheminée elle-même. S'asseoir au coin de l'âtre, sous le manteau de l'âtre (Lar. 19e, Nouv. Lar. ill.) :
6. ... on se représente les anciennes familles grossières sans doute, mais assises dans une sainte union à l'âtre domestique avec toute la simplicité de l'âge d'or. Rien de plus contraire à la vérité. Chateaubriand, Études historiques,1831, p. 418.
7. Elle aurait surpris Gérard, pensif au coin de l'âtre de la cuisine; ... Theuriet, Le Mariage de Gérard,1875, p. 167.
8. Là, (...) vivait une bonne aïeule à la voix chevrotante et qui, le long des mornes journées d'hiver, (...) racontait des légendes à deux petits enfants accroupis à ses pieds devant l'âtre... J. Lorrain, Sensations et souvenirs,1895, p. 236.
B.− Au fig. L'indispensable, l'essentiel, l'âme d'un foyer :
9. Et toi, Muskanéhong, donne-moi la main! Si jeune! Avoir perdu le père de tes enfants, le gardien de tes nuits, l'âtre de ton feu, l'appui de la wigwham, ... Crèvecœur, Voyage dans la Haute Pensylvanie,t. 1, 1801, p. 128.
Expr. proverbiales. Il n'y a rien de si froid, de plus froid que l'âtre (Ac. 1798-1878); dans cette maison il n'y a rien de plus froid que l'âtre (Besch. 1845); il n'y a rien de si froid que cet âtre (Lar. 19e, Littré, Nouv. Lar. ill.). C'est une maison où l'on fait très maigre chère (cf. Lar. 19e).
PRONONC. : [ɑ:tʀ ̥].
ÉTYMOL. ET HIST. − xiies. astre, atre « partie de la cheminée où on fait le feu » (Gloss. Tours, éd. L. Delisle, 327 ds T.-L. : ignitabulum : astre); début xiiies. (Bible, B.N. 763, fo236b ds Gdf. Compl. : Or est Joseph plus nuz que folz qui siest en astre); 1359-77 « sole d'un four » (Gace de La Buigne, Déduits ds Ménagier de Paris, éd. Soc. des bibliophiles, II, 1847 [réimpr.], p. 186 : Ou four bien à point chaut le [le pasté] met, Qui de cendre ait l'atre bien net). Mot considéré au xvies. comme partic. à la région parisienne : 1579 (H. Estienne, Precellence, p. 174 ds Hug. : On appelle en ceste ville de Paris et en quelques autres lieux circonvoisins. Un atre ce qu'ailleurs est nommé Un foyer). Du lat. vulg. astracum « dalle » puis « pavement », vies., Oribase Latin, Euporiston, éd. Molinier, Œuvres, VI, p. 409 ds Nierm. Le lat. est empr. au gr. ο ́ σ τ ρ α κ ο ν « vaisselle, vase en terre cuite » et aussi « tesson », v. ostracisme; cf. b. lat. ostracus, Isidore, 15, Orig., 8 ds Forc. Le changement o- > a- s'explique soit par agglutination suivie de déglutination à partir du plur. τ α ̀ ο ́ σ τ ρ α κ α > *τ α ́ σ τ ρ α κ α > *τ α ̀ α ́ σ τ ρ α κ α (REW3), soit par assimilation régr. Le recours (FEW, t. 7, p. 441a), à l'intermédiaire du verbe ostracare « construire en brique » (anno 955, Monumenta ad Neapolitani ducatus historiam pertinentia, 68, 20 ds F. Arnaldi, Latinitatis Italicae medii aevi Lexicon imperfectum, p. 448b, part. passé ostracatus) > *astracare, dér. du gr., ne semble pas nécessaire. La forme a. fr. aistre (T.-L. s.v. aistre, lignes 36 à 50) est prob. due à une contamination de l'a. fr. estre (lat. extera), v. aîtres.
STAT. − Fréq. abs. littér. : 453. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 323, b) 968; xxes. : a) 890, b) 595.
BBG. − Ac.-Gastr. 1962. − Bach.-Dez. 1882. − Barb.-Cad. 1963. − Chabat 1881. − Chesn. 1857. − Encyclop. méthod. Mécan. t. 1 1782. − Jossier 1881. − Le Roux 1752. − Mont. 1967. − Noël 1968. − Timm. 1892.

ÂTRE2, adj.

Rare, vx. D'un noir foncé et mat (cf. Ac. Compl. 1842, Besch. 1845, Lar. 19e, Nouv. Lar. ill.) :
1. La jusquiame y croissait aussi, avec ses couleurs âtres et ses fleurs meurtrières. Nodier (Lar. 19e1866, Nouv. Lar. ill. 1897).
Rem. Ces 2 dict. le notent comme ,,peu usité`` :
2. Et son voile brumeux Les zigzags du tonnerre Et la sombre colère Du flot atre et spumeux... A. Pommier, Océanides et fantaisies,p. 42 (Rheims 1969).
Abeille âtre. Abeille d'un beau noir dont le corselet est encadré de blanc (cf. Lar. 19e− Lar. encyclop.).
ÉTYMOL. ET HIST. − 1808 (Boiste). Empr. au lat. ater « noir » (Plaute, Poen., 1290 ds TLL s.v., 1018, 43).
BBG. − Rheims 1969.

Trésor de la Langue Française informatisé

ÂTRE1, subst. masc.

A.− Partie de la cheminée où l'on fait le feu. Les carreaux d'un âtre, ôter les cendres de l'âtre (Ac. 1798-1932), balai d'âtre (Quillet 1965) :
1. ... le souper fini, quand chacun s'était retiré (...) l'on débarrassait la grande cheminée. Plus de broches ni de chaudières; un bel âtre rouge, avec de hauts chenets. Nerval, Nouvelles et fantaisies,1855, p. 162.
2. Tout était à reconstituer aussi dans les autres pièces qui ne gardaient plus que leurs murs et de hautes cheminées à hottes, des âtres spacieux, sans landiers, encore calcinés par d'anciens feux; ... Huysmans, Là-bas,t. 1, 1891, p. 184.
3. ... des servantes vont et viennent, le teint rouge et la face allumée autour de l'âtre où tourne une broche gigantesque. Moselly, Terres lorraines,1907, p. 82.
4. Les pans du large manteau abritent aussi, dans la partie supérieure, les viandes suspendues, qu'on a mises à sécher et à fumer. C'est là, sous ce dais d'une espèce particulière, que le cuisinier ou la cuisinière ont leur siège. C'est là aussi que, de chaque côté du foyer, deux bancs, établis contre les parois latérales qui encadrent l'âtre, accueillent, aux jours froids, après les repas, les convives qui veulent se chauffer et deviser au tiède. Faral, La Vie quotidienne au temps de st Louis,1942, p. 157.
Spécialement
1. L'âtre d'un four (Lar. 19e-Lar. encyclop., DG, Ac. 1932). Partie plane d'un four au-dessous de la voûte où l'on cuit le pain.
2. Partie du foyer qui jouxte le combustible dans les fours et hauts fourneaux :
5. Le poêle [de construction] est construit sur un âtre creux composé d'une plaque de fonte supportée (...) par des tasseaux en briques, et en communication avec la ventouse assurant l'air extérieur; ... E. Robinot, Vérification, métré et pratique des travaux du bâtiment,t. 2, 1928, p. 29.
P. méton. La cheminée elle-même. S'asseoir au coin de l'âtre, sous le manteau de l'âtre (Lar. 19e, Nouv. Lar. ill.) :
6. ... on se représente les anciennes familles grossières sans doute, mais assises dans une sainte union à l'âtre domestique avec toute la simplicité de l'âge d'or. Rien de plus contraire à la vérité. Chateaubriand, Études historiques,1831, p. 418.
7. Elle aurait surpris Gérard, pensif au coin de l'âtre de la cuisine; ... Theuriet, Le Mariage de Gérard,1875, p. 167.
8. Là, (...) vivait une bonne aïeule à la voix chevrotante et qui, le long des mornes journées d'hiver, (...) racontait des légendes à deux petits enfants accroupis à ses pieds devant l'âtre... J. Lorrain, Sensations et souvenirs,1895, p. 236.
B.− Au fig. L'indispensable, l'essentiel, l'âme d'un foyer :
9. Et toi, Muskanéhong, donne-moi la main! Si jeune! Avoir perdu le père de tes enfants, le gardien de tes nuits, l'âtre de ton feu, l'appui de la wigwham, ... Crèvecœur, Voyage dans la Haute Pensylvanie,t. 1, 1801, p. 128.
Expr. proverbiales. Il n'y a rien de si froid, de plus froid que l'âtre (Ac. 1798-1878); dans cette maison il n'y a rien de plus froid que l'âtre (Besch. 1845); il n'y a rien de si froid que cet âtre (Lar. 19e, Littré, Nouv. Lar. ill.). C'est une maison où l'on fait très maigre chère (cf. Lar. 19e).
PRONONC. : [ɑ:tʀ ̥].
ÉTYMOL. ET HIST. − xiies. astre, atre « partie de la cheminée où on fait le feu » (Gloss. Tours, éd. L. Delisle, 327 ds T.-L. : ignitabulum : astre); début xiiies. (Bible, B.N. 763, fo236b ds Gdf. Compl. : Or est Joseph plus nuz que folz qui siest en astre); 1359-77 « sole d'un four » (Gace de La Buigne, Déduits ds Ménagier de Paris, éd. Soc. des bibliophiles, II, 1847 [réimpr.], p. 186 : Ou four bien à point chaut le [le pasté] met, Qui de cendre ait l'atre bien net). Mot considéré au xvies. comme partic. à la région parisienne : 1579 (H. Estienne, Precellence, p. 174 ds Hug. : On appelle en ceste ville de Paris et en quelques autres lieux circonvoisins. Un atre ce qu'ailleurs est nommé Un foyer). Du lat. vulg. astracum « dalle » puis « pavement », vies., Oribase Latin, Euporiston, éd. Molinier, Œuvres, VI, p. 409 ds Nierm. Le lat. est empr. au gr. ο ́ σ τ ρ α κ ο ν « vaisselle, vase en terre cuite » et aussi « tesson », v. ostracisme; cf. b. lat. ostracus, Isidore, 15, Orig., 8 ds Forc. Le changement o- > a- s'explique soit par agglutination suivie de déglutination à partir du plur. τ α ̀ ο ́ σ τ ρ α κ α > *τ α ́ σ τ ρ α κ α > *τ α ̀ α ́ σ τ ρ α κ α (REW3), soit par assimilation régr. Le recours (FEW, t. 7, p. 441a), à l'intermédiaire du verbe ostracare « construire en brique » (anno 955, Monumenta ad Neapolitani ducatus historiam pertinentia, 68, 20 ds F. Arnaldi, Latinitatis Italicae medii aevi Lexicon imperfectum, p. 448b, part. passé ostracatus) > *astracare, dér. du gr., ne semble pas nécessaire. La forme a. fr. aistre (T.-L. s.v. aistre, lignes 36 à 50) est prob. due à une contamination de l'a. fr. estre (lat. extera), v. aîtres.
STAT. − Fréq. abs. littér. : 453. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 323, b) 968; xxes. : a) 890, b) 595.
BBG. − Ac.-Gastr. 1962. − Bach.-Dez. 1882. − Barb.-Cad. 1963. − Chabat 1881. − Chesn. 1857. − Encyclop. méthod. Mécan. t. 1 1782. − Jossier 1881. − Le Roux 1752. − Mont. 1967. − Noël 1968. − Timm. 1892.

ÂTRE2, adj.

Rare, vx. D'un noir foncé et mat (cf. Ac. Compl. 1842, Besch. 1845, Lar. 19e, Nouv. Lar. ill.) :
1. La jusquiame y croissait aussi, avec ses couleurs âtres et ses fleurs meurtrières. Nodier (Lar. 19e1866, Nouv. Lar. ill. 1897).
Rem. Ces 2 dict. le notent comme ,,peu usité`` :
2. Et son voile brumeux Les zigzags du tonnerre Et la sombre colère Du flot atre et spumeux... A. Pommier, Océanides et fantaisies,p. 42 (Rheims 1969).
Abeille âtre. Abeille d'un beau noir dont le corselet est encadré de blanc (cf. Lar. 19e− Lar. encyclop.).
ÉTYMOL. ET HIST. − 1808 (Boiste). Empr. au lat. ater « noir » (Plaute, Poen., 1290 ds TLL s.v., 1018, 43).
BBG. − Rheims 1969.

Wiktionnaire

Adjectif

âtre \ɑtʁ\ masculin et féminin identiques

  1. (Rare) Noir foncé et mat.
    • La jusquiame y croissait aussi, avec ses couleurs âtres et ses fleurs meurtrières. — (Nodier)
    • Et son voile brumeux
      Les zigzags du tonnerre
      Et la sombre colère
      Du flot âtre et spumeux.
      — (A. Pommier, Océanides et fantaisies, p. 42)

Nom commun

âtre \ɑtʁ\ masculin

  1. Base de la cheminée où l’on fait le feu, et autour duquel se déroulait la vie du ménage.
    • Dehors, on n’entendait rien ; le feu pétillait sur l’âtre. Il faisait bien bon dans cette grande cuisine […] — (Erckmann-Chatrian, Histoire d’un conscrit de 1813, J. Hetzel, 1864)
    • Nulle main laborieuse ne relèvera les toitures enfoncées ; nulle flamme ne brûlera plus aux âtres désertés. — (Ludovic Naudeau, La France se regarde : le Problème de la natalité, Librairie Hachette, Paris, 1931)
    • La vieille mère lavait ses tabliers ; le père, infirme, sommeillait près de l’âtre. Tous deux levèrent la tête. — (Guy de Maupassant, Aux champs)
  2. (En particulier) Partie plane d’un four.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

ÂTRE (â-tr') s. m.
  • 1Partie de la cheminée où l'on fait le feu.

    Il n'y a rien de si froid que cet âtre, c'est-à-dire c'est une maison où l'on fait maigre chère. On dit plutôt au jour d'hui la cuisine y est froide.

  • 2Dans la verrerie, pièce de grès couvrant le fond des fours.

    En termes d'émailleur, pièce ou morceau de terre cuite qu'on place dans le fourneau.

HISTORIQUE

XIIIe s. Qui n'a ses enfants dont repaistre, Dont il a sept ou huit à l'aistre, Du Cange, astrum. Si com le chat qui crout [est accroupi] en l'aistre, Fabl. mss. dans SAINTE-PALAYE, Gloss.

XIVe s. Et s'ot devant lui un monceil De cendres en l'aistre del fu, Ph. Mouskes dans SAINTE-PALAYE, Gloss.

XVe s. Le suppliant trouva en ung viel aistre, où il y avoit ung four, du seigle nouveau, Du Cange, astrum. … Comme un chat qui est en l'aistre, Qui brûle son poil et qui l'art, Deschamps, dans SAINTE-PALAYE, Gloss.

XVIe s. En sa maison il n'y avoit rien plus froid que l'atre, et tous les prisonniers s'en estoient fuis de sa bourse, Despériers, Contes, CXVIII.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

ÂTRE. - ÉTYM. Ajoutez : Avant d'accepter l'étymologie par l'allem. Estrich, consultez ce qui est dit à l'étymologie de ÊTRES.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « âtre »

(Adjectif) (1808) Du latin ater (« noir, sombre »).
(Nom) (XIIe siècle) Mot donné au seizième siècle comme spécifique à la région parisienne : On appelle en ceste ville de Paris et en quelques autres lieux circonvoisins. Un atre ce qu’ailleurs est nommé un foyer. De l’ancien français astre variante de aître ; le TLFi [1] propose le latin *ostracum, *astracum → voir ostracisme et huître.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Wallon, aise ; bas-lat. astracum, astrum. Papias (XIIe s.), dans son glossaire, donne à atrium le sens de cuisine, et de là pourrait être venu le mot âtre ; mais l's, qui se trouve dans aistre, dans le wallon aise, et dans le bas-latin, rend cette étymologie difficilement acceptable. On a dans l'ancien haut allemand Astrih, allemand moderne Estrich, plancher carrelé ; c'est là qu'est l'étymologie.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « âtre »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
âtre atr

Évolution historique de l’usage du mot « âtre »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « âtre »

  • Le fils naît tourné vers l’âtre, la fille tournée vers la porte. De Proverbe chinois
  • Quand le feu dans l'âtre brille, il fait bon fêter la famille. De Dicton français
  • Je sais à quoi ressemble une pomme qui grille et grésille dans l’âtre, un soir d’hiver et je sais le réconfort qu’apporte le fait de la manger toute chaude, avec un peu de sucre et un filet de crème... De Mark Twain
  • Aujourd'hui, ce titre arrive pile-poil: "L'Ouvrir" est bel et bien le tout premier spectacle des arts vivants à retrouver scène et public en Suisse romande. Comprenez des comédiens en chair et en os devant des spectateurs tout aussi présents. Comment est-ce possible? Grâce au système D. Avec ses deux camionnettes, un chapiteau bleu ouvert aux quatre vents et une bonne dose de volonté, le T-âtre Ibonillo est hyper-réactif: prêt à plier bagage au moindre orage pandémique; prompt à reprendre a route à la moindre éclaircie sanitaire. Et puis, il y a ces mesures que tout le monde connait désormais: distance, masque au besoin et bien sûr le petit liquide à l'entrée. On va désormais au théâtre ou au magasin comme on entre dans une église catholique. C'est presque un nouveau rite. Voilà pour la forme. rts.ch, "L'Ouvrir", premier spectacle de théâtre en chair et en os - rts.ch - Spectacles
  • Atre Services, place Victor Hugo, à Tarare œuvre pour l'accès et le retour à l'emploi des personnes qui en sont le plus éloignées.  "En 30 ans, Atre Services est devenue un acteur majeur de l’insertion professionnelle. L’association s’est donnée les moyens d'agir pour répondre positivement face aux difficultés des publics", souligne un communiqué. L’économique et de l'activité sociale sont les deux piliers essentiels de cette association, "performance économique, finalité sociale" L'association fêtera ses 30 ans le vendredi 11 octobre, salle du caveau, au théâtre de Tarare. , Tarare | Insertion : l'Atre fête ses 30 ans à Tarare le 11 octobre
  •  9 Parmi vos proches, existe-t-il  un ou plusieurs locataires ? Si oui, considérez- vous la situation comme provisoire ? Ces individus présentent-ils des signes de souffrance du fait de ne pas âtre assujettis à la taxe foncière ? DIACRITIK, Cérémonie de réception à l’académie des écrivains dangereusement insoumis
  • C'est la saison des bonnes soirées devant l'âtre. Et des petites flambées qui réchauffent appartements et maisons. Mais que dit la loi par rapport à ces feux de cheminée qui, il y a quelques années, ont créé, notamment en île de France, une véritable polémique ?  Franceinfo, C'est ma maison. A-t-on (toujours) le droit de faire un feu dans sa cheminée ?
  • Au début de l’automne, Jean-Yves Clément a renforcé ses équipes avec deux embauches. « La grosse saison va commencer mais ce n’est pas notre politique d’embaucher des intérimaires pour les lâcher trois mois plus tard. Le métier de poseur est particulier car très polyvalent : il mélange les domaines du bois, de la pierre, du plâtre, de l’étanchéité de la toiture, de la fumisterie. Donc il nécessite pas mal de formation. » , Arbin | Atre & Loisirs relooke son showroom
  • La tradition s'est enracinée dans les foyers : outre la célébration de la naissance du Christ dans les églises ou chapelles, nos ancêtres étaient très attachés à faire brûler dans l'âtre la bûche sacrée, un gros morceau de bois qui devait se consumer toute la nuit et même pendant trois jours si possible. Le morceau devait provenir d'un arbre noble, en principe le chêne, ou de fruitiers, comme des pommiers, prunier ou olivier en Provence, sans doute pour assurer de généreuses cueillettes dans l'année à venir. Le Point, Pourquoi déguste-t-on une bûche à Noël ? - Le Point
  • Elle servait alors à suspendre une marmite dans l’âtre d’une cheminée pour la faire chauffer. Lorsqu’un individu acquérait ou construisait un nouveau logement, le premier repas – souvent festif – était ainsi l’occasion de placer la marmite au-dessus du feu, et donc pour cela de littéralement «pendre la crémaillère». CNEWS, D’où vient l’expression «pendre la crémaillère» ? | CNEWS
  • On n'attendait pas forcément Aurélien Patouillard dans le répertoire du théâtre jeunesse, lui qui a monté par le passé un spectacle inspiré du sulfureux Georges Bataille ("On a promis de ne pas vous toucher") ou incarné l'assassin nazi dans le film "Un juif pour l’exemple". On attendait encore moins l'excellente et très physique comédienne Marion Duval dans le rôle du hibou casanier. La dernière fois qu'elle arpentait une scène romande dans son duo de choc "Clap Trap", Marion Duval apostrophait les spectateurs seins nus ou armée d'une tronçonneuse… La voici donc installée dans la petite maison de Hulul, devenue la maison de Marion Duval, qui au final n’incarne pas le drôle de hibou, mais suit sa propre fantaisie. rts.ch, "Hulul", thé(âtre) aux larmes de rire pour les enfants - rts.ch - Spectacles
  • La 15e sahra (veillée) du mois de Ramadhan s’est harmonisée, lundi 20 mai, avec la nuit du conte où a été feuilleté, à l’oral et à la lueur de la bougie, le recueil de nos m’hadji (historiettes) du terroir par le quatuor de Perles d’eau, composé des conteuses Djazia Aït Kaki, Hanifa Hamouche, Zakia Gaouaou et Yamina Toubal. Illuminée à l’aura du “mesbah” (bougeoir) et au brasillement de l’âtre, la soirée de “timouchouha” (contes) a débuté avec le préambule ou la formule d’usage : “Amachahou, rabbi ats iselhou, ats ighzif anechth ousarou” (écoutez, que je vous conte une histoire, Dieu fasse qu’elle soit belle, longue et se déroule comme un long ruban ou film). C’est l’espiègle chérubin à peine plus haut qu’un “aaqar l’hammas” (pois chiche) qu’a conté la dame Djazia Aït Kaki féministe et fondatrice de l'association Tharwa Lalla Fadhma n'Soumer. Nantie de la pédagogie d’enseignante qu’elle était, la poétesse Djazia Aït Kaki a charmé l’auditoire à l’aide du récit d’un garnement si cruel envers ses parents qu’à la fin il s’abîmera dans l’abyssal fond de l’oreille d’un chien errant. Ainsi, tour à tour, a succédé Zakia Gaouaou, l’auteure des Contes et légendes d’El-Kantara (éd. Nait), qui a gratifié l’assistance du conte du roi lion désireux de convoler en secondes noces et qui s’est heurté au refus de la gazelle qui repoussa ses avances à cause de son haleine fétide. Déçu, le lion s’en est allé vieillir dans l’ermitage de la solitude où il médita le proverbe persan : “La flèche sort de la blessure, mais le coup de langue reste dans le cœur.” S’ensuivit l’apport poétique de la rimeuse Hanifa Hamouche, la co-auteure du recueil de poésie intitulé Paroles de symbole qu’elle a écrit de concert avec son frère, l’artiste peintre Nourredine Hamouche, ce familier du legs séculaire d’aouchem (signes et motifs) du terroir et préfacé par Nadia Ihaddadène, professeur de lettres françaises : “C’est l’histoire de l'île aux sentiments où cohabitaient l’amour aux côtés de l’exil, de la solitude, de l’avidité, de la richesse, de l’éphémère bonheur qui ne fait toujours que passer, de l’arrogance, de l’orgueil, du temps que l’on n’a plus et de la sagesse du savoir. Tout y allait pour le mieux sur l’îlot jusqu’au jour où l’existence a fini d’être ce long fleuve tranquille qui menaça d’engloutir l’île”. Alors, qui des sept passions allaient survivre ? L’amour pardi ! “Parce qu’il n’y a que le temps qui sait que la vie est intimement liée à l’amour.” Et en tomber de rideau sur la nuit du conte et le mois du patrimoine, l’auditoire a entonné la chanson d’Idir adaptée du conte Lvaz d tsekkourt (l’aigle et la perdrix) qu’a narrée à son tour Yamina Toubal, la bloggeuse de “L'atelier d'écriture destiné aux femmes algériennes”. Pour conclure, ressuscitons la formule qui clôture aussi le conte : “Hadjitek madjitek, châali chemâa ourouhi el-bitek.”  http://www.liberte-algerie.com/, La nuit du conte pour rallumer l’âtre de grand-mère: Toute l'actualité sur liberte-algerie.com
  • La cuisine de l’âtre de Coco Darrambide est de nouveau à l’honneur dans le nouveau numéro de "Sud-Ouest gourmand" de décembre. SudOuest.fr, La bonne cuisine de l’âtre de Coco Darrambide
  • Tous seront là pour fêter les 50 ans de l’association. Résidents, bénévoles, salariés, amis de l’âtre se mobilisent et invitent à les rejoindre les 20 et 21 juin. Vendredi, 60 personnes de l’Arche de Grenoble arriveront à Wambrechies en péniche, et en musiques ! Samedi 21 juin, c’est la traditionnelle journée de l’amitié de l’association. « Le rendez-vous est ouvert à tous ! », insiste Nicolas Ghesquières, président de l’Âtre. , La communauté de l'Arche, fondée par Jean Vanier, fête ses 50 ans à Wambrechies | Lille Actu

Images d'illustration du mot « âtre »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « âtre »

Langue Traduction
Anglais hearth
Espagnol hogar
Italien focolare
Allemand feuerstelle
Chinois
Arabe الموقد
Portugais lareira
Russe топка
Japonais 囲炉裏
Basque sutondo
Corse focolare
Source : Google Translate API

Synonymes de « âtre »

Source : synonymes de âtre sur lebonsynonyme.fr
Partager