La langue française

Apocrisiaire

Définitions du mot « apocrisiaire »

Trésor de la Langue Française informatisé

APOCRISIAIRE, subst. masc.

HIST. (Antiq. et Moy. Âge)
A.− [Chez les Grecs du Bas-Empire] Messager des empereurs.
B.− Légat du pape ou d'un patriarche auprès de l'empereur de Constantinople :
1. ... Grégoire le Grand longtemps « apocrisiaire » pontifical près du Basileus byzantin, devait (...) inaugurer à Rome [la division des Scholas] ... A. Gastoué, La Vie musicale de l'Église,1929, p. 14.
C.− [En France, sous les Carolingiens] Dignitaire du palais remplissant les fonctions de garde des sceaux :
2. Sous la seconde race, des cours d'assises furent régulièrement établies. Des envoyés royaux, missi dominici, missi regii, furent chargés par Charlemagne de l'administration de la justice amovible. Le chef du domaine royal, major villae, devint juge; le comte du palais, comes palatii, fut le président de la justice du prince pour les laïques, et l'apocrissaire pour les ecclésiastiques. Ces officiers étaient amovibles : ils délibéraient en présence de Charlemagne, magistrat inamovible, qui, au rapport d'Hincmar et d'Éginard, rendoit si admirablement la justice dans son palais d'Hérystal : lite cognitâ, sententiam dicebat. Chateaubriand, Discours et opinions,1826, p. 42.
PRONONC. ET ORTH. − Dernière transcription ds DG : à-pò-kri-zyèr. Land. 1834 est le seul dict. à transcrire [s] : a-po-kri-sière. Besch. 1845 écrit : apocrissaire (cf. ex. 2) ou apocrisaire.
ÉTYMOL. ET HIST. − [1569 J. Eckius, Manuel des lieux communs, 103, a ds Fr. mod., t. 5, p. 70 apocrisiaire (sans ex.); 1626 cont. peu clair (Laurens Bouchel, Somma beneficiale, 105 ds R. Hist. litt. Fr., t. 2, p. 116 : L'advis du conseil de l'apocrisiaire du confesseur du roi)]; 1. 1704 (Trév. : Apocrisiaire ou Apocrisaire. Envoyé; Agent; qui portait les réponses d'un Prince. Il fut ensuite Chancelier du Prince et gardoit le sceau); 2. 1704 (ibid. : On trouve encore que du temps de Charle-Magne on appelloit Apocrisiaire, le Grand Aumônier de France); 3. 1704 (ibid. : Apocrisiaire ou Apocrissaire : On trouve encore que l'Apocrisiaire étoit un Officier dans les Monastères; c'étoit comme le garde du Trésor). Empr. au lat. apocrisiarius ou apocrisarius au sens de « mandataire », iers. Julian, Epist., 6, 26 ds Gaffiot au sens 1, avec l'emploi part. de « légat, envoyé du pape », Greg.-M., Ep. 6, 61, p. 410, 12 ds Blaise; au sens de « chancelier du prince »; xiiies. Jo. De Janua ds Du Cange s.v. apocrisiarius 1; au sens 2, Justinien (vies.) Novell., 6, 2 ds Blaise; au sens 3 1018-1095, Udalrico, lib. 3, Consuetud. Cluniacens.; le lat. est lui-même empr. au gr. tardif α ̓ π ο κ ρ ι σ ι α ́ ρ ι ο ς « envoyé, légat » (Gloss. Basilic, ibid., s.v. apocrisiarius 1) « réponse » (Théognis, 1167 ds Bailly) mot hybride composé du gr. α ̓ π ο κ ρ ι ́ σ- (<α ̓ π ο κ ρ ι ́ σ ι ς, « choix, réponse ») et du suff. lat. -arius (-aire*); voir Cabrol et Leclercq, Dict. d'archéol. chrét. et de liturg., I, col. 2537 à 2555.
BBG. − Archéol. chrét. 1924. − Bouillet 1859. − Rheims 1969.

Wiktionnaire

Nom commun

apocrisiaire \a.pɔ.kʁi.zjɛʁ\ masculin

  1. (Histoire) Envoyé, agent d'un prince ou d'un monastère.
    • Le pape romain Pélage II (579-590), au début même de son pontificat, décida d'attacher Grégoire à son service. Il l'ordonna diacre, non pas pour le service des régions ecclésiastiques de Rome, mais pour l'envoyer comme apocrisiaire à Constantinople. (Saint Grégoire Le Grand, pape et docteur de l'Eglise.)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

APOCRISIAIRE (a-po-kri-zi-ê-r') s. m.
  • 1 Terme d'histoire. Chez les Grecs du Bas-Empire, officier primitivement chargé de porter les réponses des empereurs, et plus tard dignitaire chargé de l'expédition des édits et des actes.
  • 2Ancienne fonction ecclésiastique. Député d'une église pour quelque commission. Les apocrisiaires dans les monastères étaient chargés du soin des affaires temporelles. C'était encore un titre d'office à Cluny, peu de temps avant la Révolution.
  • 3Sous Charlemagne, le grand aumônier.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

APOCRISIAIRE, s. m. dans l’Histoire ancienne, c’étoit un officier établi pour porter & faire les messages, intimer les ordres ou déclarer les réponses d’un Prince ou d’un Empereur.

Ce mot est formé du Grec ἀποκρίσις, responsum, réponse, d’où vient qu’il s’appelle souvent en Latin responsalis, porteur de réponses.

Cet officier devint ensuite Chancelier de l’Empereur & garda les sceaux. Nous trouvons quelquefois dans un Latin barbare Asecreta, Secrétaire, pour Apocrisiarius. Zozime le définit un Secrétaire des affaires étrangeres. C’est ce que Vopiscus, dans la vie d’Aurélien, appelle Notarius secretorum. Voyez Secrétaire, &c.

Les Patriarches donnerent ensuite ce nom aux Diacres qu’ils députoient pour les intérêts de leurs églises, & aux Ecclésiastiques qui étoient envoyés de Rome pour traiter des affaires du saint Siége : car outre les Soûdiacres & les défenseurs que les Papes envoyoient de tems en tems dans les provinces pour y exécuter leurs ordres, ils avoient quelquefois un Nonce ordinaire résident à la Cour Impériale, que les Grecs appelloient Apocrisiaire, & les Latins Responsalis ; parce que son emploi n’étoit autre que d’exposer au Prince les intentions du Pape, & au Pape les volontés de l’Empereur, & les réponses réciproques de l’un & de l’autre sur ce qu’il avoit à négocier : de sorte que ces Apocrisiaires étoient, à proprement parler, ce que sont les Ambassadeurs ordinaires des Souverains & les Nonces du Pape auprès des Princes. Saint Grégoire le grand avoit exercé cet emploi avant que d’être Pape, & plusieurs autres l’ont aussi exercé avant leur pontificat. Les Apocrisiaires n’avoient aucune jurisdiction à Constantinople, (non plus que les Nonces n’en ont point en France) si ce n’étoit qu’ils fussent aussi délégués du Pape pour le jugement de quelques causes d’importance. Quoiqu’ils fussent Nonces du Pape, ils cédoient néanmoins aux Evêques, comme il parut au concile de Constantinople en 536, où Pélage, Apocrisiaire du pape Agapet, & le premier de ses Nonces apostoliques qu’on trouve dans l’histoire, souscrivit après les Evêques. Ces Apocrisiaires étoient toûjours des Diacres, & jamais des Evêques ; car ceux-ci n’étoient employés qu’aux Ambassades extraordinaires, ou aux légations. Nous avons remarqué que les Patriarches en Orient avoient leur Apocrisiaire. Ainsi dans le synode tenu à Constantinople l’an 439, Dioscore, Apocrisiaire de l’église d’Alexandrie, soûtint la primatie de son Prélat contre celui d’Antioche. On trouve aussi des exemples d’Apocrisiaires que les Papes ont envoyés aux Patriarches d’Orient. On a encore donné le nom d’Apocrisiaire aux Chanceliers, que l’on appelloit aussi Référendaires. Ainsi Saint Oüen est appellé Apocrisiaire du Roi ; & Aimoin dit, qu’il étoit Référendaire. Voyez Légat. Ducange, Glossarium latinit. Thomass. Discipl. ecclésiast.

Bingham dans ses Antiquités ecclésiastiques, observe que la fonction d’Apocrisiaire des Papes peut avoir commencé vers le tems de Constantin, ou peu après la conversion des Empereurs, qui dut nécessairement établir des correspondances entre eux & les souverains Pontifes : mais on n’en voit guere le nom que vers le regne de Justinien, qui en fait mention dans sa Novelle VI. ch. ij. par laquelle il paroît que tous les Evêques avoient de semblables officiers. A leur imitation les monasteres eurent aussi dans la suite des Apocrisiaires, qui ne résidoient pourtant pas perpétuellement dans la ville Impériale ou à la Cour, comme ceux du Pape ; mais qu’on déléguoit dans le besoin pour les affaires que le monastere, ou quelqu’un des moines, pouvoit avoir au-dehors ou devant l’Evêque. Dans ces cas Justinien, dans sa Novelle LXXIX, veut que les ascetes & les vierges consacrées à Dieu comparoissent & répondent par leurs Apocrisiaires. Ils étoient quelquefois clercs, comme il paroît par les actes du V. concile général, où Théonas se nomme Prêtre & Apocrisiaire du monastere du mont Sinaï. C’étoit à peu près ce que sont aujourd’hui les Procureurs dans les monasteres, ou même les Procureurs généraux des ordres religieux. Suicer ajoûte, que les Empereurs de Constantinople ont aussi donné quelquefois à leurs Ambassadeurs ou Envoyés le titre d’Apocrisaire ou Apocrisiaire. Bingham, Orig. eccles. lib. III. c. xiij. §. 6.

L’hérésie des Monothélites & celle des Iconoclastes qui la suivit, abrogerent l’usage où la Cour de Rome étoit d’avoir un Apocrisiaire à Constantinople. (G)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « apocrisiaire »

Du latin apocrisiarius.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Bas grec, ἀποϰρισιάριος, du grec ἀπόϰρισις, réponse, celui qui fait réponse ; de ἀπὸ, indiquant émission, et ϰρίσις, jugement (voy. CRISE) ; mot à mot, émission de jugement, réponse.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « apocrisiaire »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
apocrisiaire apɔkrisjɛr

Évolution historique de l’usage du mot « apocrisiaire »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « apocrisiaire »

  • Grégoire était un haut fonctionnaire romain, préfet de la ville de Rome. A 35 ans, il abandonne honneurs et richesses pour entrer dans un monastère qu’il a fondé quelques années auparavant. Il ne veut plus que prier et obéir. Un homme de sa valeur morale et intellectuelle est trop utile à l’Église, surtout en cette période troublée par les invasions, c’est pourquoi le pape l’ordonne diacre et, puisqu’il connaît le grec, il l’envoie à Constantinople comme apocrisiaire (ambassadeur permanent). A son retour, il reprend la vie monastique. Pas pour longtemps. En 590, le pape étant mort de la peste, on choisit Grégoire pour lui succéder; malgré ses protestations. Il se dévoue auprès des pestiférés et des misérables. En même temps, il réorganise l’Église romaine, défendant les prérogatives du siège de Pierre et de Paul. Il fixe la liturgie, réforme la discipline ecclésiastique, propage l’ordre bénédictin, envoie des missionnaires en Angleterre. Devant l’affaiblissement de l’empire d’Orient, il prend en main la défense de l’empire contre les Lombards, puis il décide de faire la paix avec eux, s’attirant l’hostilité de l’empereur. « J’attends plus de la miséricorde de Jésus, de qui vient la justice, que de votre piété. » écrit-il à l’empereur Maurice. Le pape se tourne alors résolument vers les royaumes barbares de l’Occident, rompant le lien entre christianisme et romanité. Il se consacre simultanément à l’enseignement. On lui doit de nombreuses œuvres spirituelles dont les Dialogues, principale source sur la vie de saint Benoît. Il mena toujours une vie austère. Il finit ses jours dans la souffrance, avec de fréquents accès de mélancolie. Aleteia, Saint Grégoire le Grand - Lundi 3 Septembre

Traductions du mot « apocrisiaire »

Langue Traduction
Anglais apocrisial
Espagnol apocrisial
Italien apocrisial
Allemand apokrisisch
Chinois 启示的
Arabe مفترق
Portugais apocrisial
Russe apocrisial
Japonais 黙示録的
Basque apocrisial
Corse apocrisiale
Source : Google Translate API

Synonymes de « apocrisiaire »

Source : synonymes de apocrisiaire sur lebonsynonyme.fr

Apocrisiaire

Retour au sommaire ➦

Partager