La langue française

Annonciade

Définitions du mot « annonciade »

Trésor de la Langue Française informatisé

ANNONCIADE, subst. fém.

RELIG. ,,Nom de certains ordres religieux créés en l'honneur de l'annonciation de l'ange Gabriel à la Vierge`` (Ac. 1835-1878). ,,Religieux, religieuse de l'ordre de l'Annonciade`` (Ac. 1835-1878).
P. méton. Religieuse appartenant à un couvent de l'Annonciade :
... elle erra au hasard des monastères, cherchant abri, tantôt chez les annonciades de Turin et chez les capucines du Piémont, tantôt chez les trappistines de la Suisse et chez les sœurs de la Visitation de Vienne, tantôt encore chez les bénédictines de la Lithuanie et de la Pologne. Huysmans, En route,t. 1, 1895, p. 195.
PRONONC. : [anɔ ̃sjad]. Passy 1914 : anɔ ̃ ˑsjaˑd, avec [ɔ ̃ ˑ] et [aˑ] mi-longs.
ÉTYMOL. ET HIST. − 1. a) 1516 anunciade « représentation de la scène de l'Annonciation » (Arch. Nord, B 3507, no123 904, fo1 ds IGLF : Ung autre grant tableaul de Nostre Dame a deux feulletz, pardeans escript ung oraison et pardehors une anunciade de blanc et de noir); b) 1560 Annonciade « fête de l'Annonciation » (Pasquier, Rech., Liv. III, p. 198 ds La Curne), attest. isolées; 2. a) ca 1590 annunciade « Ordre de chevalerie institué en 1362 par Amédée VI sous le nom de Ordre du lacs d'amour (Tomm.-Bell.), appelé en 1494 de l'Annonciade par Amédée VIII devenu pape sous le nom de Félix V (Brantome, Cap. Fr., t. 3, p. 310 ds La Curne) »; b) 1690 Annonciades célestes ou Filles bleues « ordre de religieuses, fondé en 1602, à Gênes, par Vittoria Fornari (1562-1617) [d'apr. A. Baudrillart, Dict. d'hist. et de géogr. éccl., éd. Letouzey, Paris, 1924, p. 3] » (Fur.); 1732 Annonciades de Bourges « congrégation religieuse fondée à Bourges en 1500 par Jeanne de Valois [d'apr. A. Baudrillart, ibid.] » (Trév.); 1752 Annonciades de Lombardie « 1erordre religieux de ce nom, fondé en 1408 à Pavie [d'apr. A. Baudrillart, ibid.] » (Trév.). Empr. à l'ital. annunziata (part. passé substantivé de l'ital. annunziare « annoncer ») attesté dep. le xives. au sens 1 a de « La Vierge à laquelle a été faite l'annonce de l'Incarnation (représentée en un tableau) » (Vasari [1511-1574], III, 656 ds Batt. t. 1 1961); le sens 1 b est mentionné ds Tomm.-Bell. 1929, sans attest.; 2 a attesté seulement dep. le xixes. (Imbriani [1840-1886], 2-76, loc. cit.), 2 b mentionné comme nom d'ordre relig. ds Tomm.-Bell. et Batt. sans attest.; l'empr. par le fr. s'est prob. fait par l'intermédiaire d'une forme dial. annunziada (Kohlm. 1901, p. 28); voir aussi Wind 1928, p. 138; Sar. 1920, p. 49.
STAT. − Fréq. abs. littér. : 9.
BBG. − Foi t. 1 1968. − Marcel 1938. − Pissot 1803. − Sar. 1920, p. 49.

Wiktionnaire

Nom commun

annonciade \a.nɔ̃.sjad\ féminin

  1. Religieuse d’un couvent de l’Annonciade.


Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Littré (1872-1877)

ANNONCIADE (a-non-si-a-d') s. f.
  • 1Ordre de religieuses fondé par Jeanne, reine de France, fille de Louis XI. L'ordre de l'annonciade.
  • 2 S. f. Une annonciade, une religieuse d'un couvent de l'annonciade.
  • 3 S. m. Les Annonciades, ordre de chevaliers militaires institué sous le nom d'ordre du collier par Amédée VI, comte de Savoie, en 1362.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Encyclopédie, 1re édition (1751)

ANNONCIADE, (Hist. mod.) nom commun à plusieurs ordres ; les uns Religieux, les autres Militaires, institués avec une vûe, un rapport à l’Annonciation. Voyez Ordre & Annonciation.

Le premier ordre Religieux de cette espece fut établi en 1232, par sept marchands Florentins, & c’est l’ordre des Servites ou serviteurs de la Vierge. Voyez Servites.

Le second fut fondé à bourges par Jeanne Reine de France, fille de Louis XI. & femme de Louis XII. qui la répudia de son consentement, & avec dispense du Pape Alexandre VI. La regle de ces Religieuses est établie sur 12 articles, qui regardent 12 vertus de la Ste Vierge, & approuvée par Jules II. & Leon X.

Le troisieme, qu’on appelle des Annonciades célestes, fut fondé vers l’an 1600, par une pieuse veuve de Genes, nommée Marie-Victoire Fornaro, qui mourut en 1617. Cet ordre a été approuvé par le saint Siége, & il y en a quelques maisons en France. Leur regle est beaucoup plus austere que celle des Annonciades fondées par la Reine Jeanne. (G)

Annonciade, s. f. (Hist. mod.) Société fondée à Rome dans l’Eglise de Notre-Dame de la Minerve, l’an 1460, par le Cardinal Jean de Turrecremata, pour marier de pauvres filles. Elle a été depuis érigée en Archi-Confraternité, & est devenue si riche par les grandes aumônes & legs qu’on y a faits, que tous les ans le 25 de Mars, fête de l’Annonciation de la sainte Vierge, elle donne des dots de 60 écus Romains chacune à plus de 400 filles, une robe de serge blanche, & un florin pour des pantoufles. Les Papes ont fait tant d’estime de cette œuvre de piété, qu’ils vont en cavalcade, accompagnés des Cardinaux & de la Noblesse de Rome, distribuer les cédules de ces dots à celles qui doivent les recevoir. Celles qui veulent être Religieuses ont le double des autres, & sont distinguées par une couronne de fleurs qu’elles portent sur la tête. L’Abbé Piazza, Ritratto di Roma moderna. (G)

Annonciade, s. f. (Hist. mod.) Ordre de Chevalerie, institué en 1362 par Amedée VI. Comte de Savoie, dit le Verd, auquel on dit qu’une Dame présenta un brasselet de ses cheveux tressés en lacs d’amour ; ce qui lui donna lieu d’instituer un ordre Militaire qu’il appella du lacs d’amour, & dont il fit la premiere cérémonie le jour de la fête de S. Maurice, Patron de Savoie, le 22 Septembre 1355. D’autres donnent une origine plus sainte à cet ordre, & disent qu’Amedée l’institua en mémoire des 15 Mysteres de Jesus-Christ & de la sainte Vierge, & aussi en mémoire des actions glorieuses de son ayeul Amedée V. Il créa quinze Chevaliers, & ordonna que les Comtes (aujourd’hui Ducs) de Savoie, seroient les chefs de cet ordre. Le collier étoit composé de roses d’or, émaillées de rouge & de blanc, jointes par des lacs d’amour, sur lesquels étoient entrelacées ces quatre lettres FERT, qui signifient selon quelques-uns : fortitudo ejus Rhodum tenuit, c’est-à-dire, sa valeur a maintenu Rhodes, pour marquer la belle action d’Amedée-le-Grand, qui fit lever aux Sarrasins le siége de Rhodes en 1310. Selon Guichenon, ces quatre lettres signifient : frappez, entrez, rompez tout. Au bout du collier pendoit une ovale d’or émaillée de rouge & de blanc, au-dedans de laquelle étoit l’image de S. Maurice. Amedée VIII. premier Duc de Savoie, qui fut élû Pape au Concile de Bâle, & prit le nom de Felix V. voulut en 1434 que cet ordre du lacs d’amour fût dorénavant appellé l’ordre de l’Annonciade, & fit mettre au bout du collier une Vierge, au lieu de S. Maurice, changeant aussi les lacs d’amour en cordelieres. A l’égard du manteau des Chevaliers, il éprouva aussi des changemens. Il étoit rouge cramoisi, frangé & bordé de lacs d’amour de fin or sous Charles-le-Bon, vers l’an 1330. Il fut ensuite bleu, doublé de taffetas blanc sous Emmanuel Philibert, environ l’an 1560. puis de couleur d’amarante, doublé d’une toile d’argent à fond bleu sous Charles Emmanuel en 1627. Le grand collier de l’ordre que les Chevaliers portent aux fêtes solennelles, est du poids de 250 écus d’or ; & dans l’ovale clechée en lacs d’amour, sont les paroles de la salutation Angélique. Le petit collier est comme un hausse-col de deux doigts de large, du poids de cent écus d’or. Suivant l’institution, les chapitres où les assemblées de cet ordre devoient se tenir dans le Bugey : mais cette coûtume, aussi-bien que celle d’y enterrer les Chevaliers, a cessé par l’échange de la Bresse & du Bugey pour le Marquisat de Saluces. Alors le chapitre fut transféré dans l’église de S. Dominique de Montmélian ; & en 1627 le Duc Charles-Emmanuel transféra la chapelle de l’ordre dans l’hermitage de Camaldoli sur la montagne de Turin : depuis son institution en 1362 par Amedée VI. jusqu’au Roi de Sardaigne aujourd’hui régnant, cet ordre a eu dix-huit chefs ou Grands-Maîtres, & un très-grand nombre de Chevaliers d’une noblesse très-distinguée. (G)

Wikisource - licence Creative Commons attribution partage dans les mêmes conditions 3.0

Étymologie de « annonciade »

Ainsi dit de l'annonciation de l'ange Gabriel à la Vierge (voy. ANNONCER).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Ainsi dit de l’annonciation de l’ange Gabriel à la Vierge (→ voir annoncer).
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « annonciade »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
annonciade ɑ̃nɔ̃sjad

Évolution historique de l’usage du mot « annonciade »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « annonciade »

  • Après leur fondation en 1502 et leur exil suite aux lois anticléricales françaises en 1904, les annonciades reprennent vie doucement et s’installent notamment au monastère de Thiais en 1926. Divine Box vous fait découvrir cette communauté des annonciades de Thiais (94) : leur fondation, leur histoire, et même celle de leurs délicieux produits artisanaux ! ParisVox, Monastère de Thiais (94) : l’histoire de la communauté des annonciades de 1502 à aujourd’hui ! - ParisVox

Traductions du mot « annonciade »

Langue Traduction
Anglais annunciation
Espagnol anunciación
Italien annunziata
Source : Google Translate API

Synonymes de « annonciade »

Source : synonymes de annonciade sur lebonsynonyme.fr

Annonciade

Retour au sommaire ➦

Partager