La langue française

Amphitryon

Sommaire

  • Définitions du mot amphitryon
  • Étymologie de « amphitryon »
  • Phonétique de « amphitryon »
  • Évolution historique de l’usage du mot « amphitryon »
  • Citations contenant le mot « amphitryon »
  • Traductions du mot « amphitryon »
  • Synonymes de « amphitryon »
  • Antonymes de « amphitryon »

Définitions du mot « amphitryon »

Trésor de la Langue Française informatisé

AMPHITRYON, subst. masc.

Fam. [P. allus. à deux vers de l'Amphitryon de Molière] Personne chez laquelle ou aux frais de laquelle on dîne. Voilà l'amphitryon, notre amphitryon nous a bien régalés (Ac. 1835-1932) :
1. ... Il [le président Hénault] continua sa carrière fort avant dans le dix-huitième siècle ... fut l'ami intime et le familier de tous les gens en place, le patron ou l'amphitryon des gens de lettres... Ch.-A. Sainte-Beuve, Causeries du lundi,t. 11, 1863-1869, p. 215.
2. Mon parrain découpait lui-même les grosses pièces et servait en faisant parvenir les parts à ses invités, vieil usage, suivi autrefois dans les meilleures maisons. Le prince de Talleyrand, réputé pour le plus accompli des amphitryons, en usait de la sorte. Il découpait lui-même les viandes et en faisait passer une part à chacun en mesurant la civilité de l'offre au rang des convives. A. France, La Vie en fleur,1922, p. 487.
Fam. et p. iron. Amphitryon femelle, amphitryonne :
3. − Après le dîner fait trois visites. − Trouvé tout mon monde. − Passé la soirée chez mon amphitryon femelle. − Soupé. − Causé longtemps après souper. J. Barbey d'Aurevilly, Premier Memorandum,1836, p. 88.
4. Ma nièce m'a écrit qu'elle avait fait chez vous un dîner fort aimable. Parbleu! je le crois bien! Il n'y a pas de maison gentille comme la vôtre. La nourriture y est parfaite et l'amphytrionne si alléchante! Mais tout cela ne me dit pas ce que devient le dedans de la chère amie. G. Flaubert, Correspondance,1876, p. 257.
Rem. 1. Lar. 19eprécise : ,,Ce mot est toujours masculin; cependant un écrivain contemporain lui a donné la forme féminine : Une autre amphitryonne promit à la société l'exhibition d'un jeune sauvage (Ph. Busoni).`` Usage qualifié de barbare par Quillet 1965, qui ne semble pas avoir saisi l'emploi fam. de ce néol. d'auteurs. 2. Amphitryon affable, caustique, civil, délicat, fâcheux, gracieux, joyeux, maussade (Besch. 1845); amphitryon somptueux (Lar. 19e).
Au fig., poét. [En parlant du destin] :
5. Le sombre amphitryon [le Destin] ne veut pas de plats vides, Et la profusion lasse les plus avides [convives] ... V. Hugo, Les Chants du crépuscule,1835, p. 42.
DÉR.
Amphitryon(n)er,(Amphitryoner, Amphitryonner) verbe trans.,néol. 1. Présider ou offrir un repas; ,,Hier, 22 janvier, l'anniversaire de la naissance de lord Byron, dîné avec G. Guérin et Scudo. − J'amphitryonais. − Il a eu de part et d'autre moins de verve que je n'aurais cru.`` (J. Barbey d'Aurevilly, Premier Memorandum,1837, p. 110)2. Plais. [En parlant d'une pers. et par réf. au personnage de Molière] Se conduire à la manière d'Amphitryon; synon. tromper, comme Jupiter trompa Amphitryon;,,J'avais autour de moi, à l'orchestre, quelques ménages littéraires dont les maris ont été amphitryonnés autant que le mari d'Alcmène...`` (P. Léautaud, Le Théâtre de Maurice Boissard,t. 2,1943, p. 221)
Prononc. : [ɑ ̃fitʀijɔ ̃] ou [-tʀiɔ ̃]. Harrap's 1963, Pt Rob., Pt Lar. 1968 et Warn. 1968 transcrivent pour ce mot la finale -yon par [-ijɔ ̃]. Passy 1914 transcrit [-iɔ ̃] (cf. aussi Fouché Prononc. 1959, p. 390, qui note [-iɔ ̃] pour amphitryon et [-ijɔ ̃] pour amphictyon). Barbeau-Rodhe 1930 reçoit les 2 prononciations.
Étymol. ET HIST. − 1752 (Trév. : Ce mot, qui est le nom d'un Roi de Mycènes et de Thèbes, est devenu François d'une manière proverbiale, pour exprimer celui qui donne à manger ou qui paye pour plusieurs une certaine dépense. C'est Molière qui, sans y penser, a été l'Auteur de ce mot : car depuis qu'il a fait dire à Sosie que le véritable Amphitryon [des deux intervenant dans la pièce] est celui chez qui l'on dîne, on demande qui est-ce qui est l'Amphitryon? Ou bien on dit : C'est Mr un tel qui est l'Amphitryon, pour dire que c'est lui qui traite ou qui paye). Du nom propre Amphitryon empr. au gr. Α μ φ ι τ ρ υ ́ ω ν, chef thébain, père mortel d'Héraclès (Iliade, 5, 392 ds Bailly), p. allus. à la pièce de Molière Amphitryon (cf. supra). Amphitryonner, 1837, supra.
BBG. − Ac. Gastr. 1962. − Bailly (R.) 1969 [1946]. − Bél. 1957. − Bénac 1956. − Boiss.8. − Darm. Vie 1932, p. 48, 95. − Goug. Mots t. 1 1962, p. 37, 38; t. 2 1966, p. 175. − Hanse 1949. − Lavedan 1964. − Mont. 1967. − Thomas 1956.

Wiktionnaire

Nom commun

amphitryon \ɑ̃.fi.tʁi.jɔ̃\ masculin (pour une femme on dit : amphitryonne)

  1. (Soutenu) Hôte chez qui l’on est invité à manger.
    • […] après qu’il eut avec grand-peine accompli la mastication d’une bouchée de pois secs, il lui fallut absolument supplier son pieux amphitryon de lui fournir un breuvage quelconque […] — (Walter Scott, Ivanhoé, traduit de l’anglais par Alexandre Dumas, 1820)
    • Holà ! Une bouteille, Iakov, apporte une bouteille ! Cria du milieu de la bande l’amphitryon en personne… — (Léon Tolstoï, La Guerre et la Paix, livre premier, chapitre 9, 1865)
    • […] aussi je pris très-tranquillement place à la droite de mon amphitryon, et, doué d’un excellent appétit, je fis honneur à toute cette bonne chair. — (Edgar Poe, « Le Système du docteur Goudron et du professeur Plume », dans Histoires grotesques et sérieuses, traduction de Charles Baudelaire, Michel Lévy frères, 1871)
    • Chacun baissa les yeux, ne voulant point […] laisser éprouver à l’amphitryon et à sa femme l’impression du profond mépris que l’on ressentait pour eux. — (Auguste de Villiers de L’Isle-Adam, « Le Plus Beau Dîner du monde » in Contes cruels, Calmann Lévy, 1893)
    • Jusqu’à minuit, les deux amphitryons, sous la tonnelle, exhalèrent leur ressentiment. — (Gustave Flaubert, Bouvard et Pécuchet, chapitre II, 1881, édition de 1910)
    • On se serait cru chez un grand seigneur d’autrefois, n’eussent été l’allure vulgaire et les éclats de voix canailles qui attestent chez notre amphitryon un muflisme inégalable. — (Octave Mirbeau, « Le Gamin qui cueillait les ceps », dans La Vache tachetée, 1918)
    • D’ailleurs, une force d’attraction irrésistible s’exerçait entre ces astres divers et à chaque table les dîneurs n’avaient d’yeux que pour les tables où ils n’étaient pas, exception faite pour quelque riche amphitryon, lequel, ayant réussi à amener un écrivain célèbre, s’évertuait à tirer de lui, grâce aux vertus de la table tournante, des propos insignifiants dont les dames s’émerveillaient. — (Marcel Proust, La Recherche du Temps Perdu, tome 2, À l’ombre des jeunes filles en fleurs, Gallimard, 1919)
    • On dégusta ensuite un baume, au nom d’autant plus difficile à retenir que l’amphitryon lui en donna plusieurs. — (Nicolas Gogol, Les Âmes mortes, 1842, traduction de Henri Mongault, 1949)
    • À propos de la bière de manioc offerte par son hôte Achuar (Jivaro), Philippe Descola notait en 1991 qu’« il est inconcevable de refuser la coupe offerte par une femme : un tel geste serait interprété comme un signe de défiance grave envers l’amphitryon, soupçonné ainsi d’avoir empoisonné le breuvage ». — (Laure Noualhat, « «Chacun veut se réapproprier le contenu de son assiette» », Libération, 3 janvier 2014)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

AMPHITRYON. n. m.
Celui qui donne à dîner, par allusion à un vers de l'Amphitryon de Molière. Voilà l'amphitryon. Notre amphitryon nous a bien régalés.

Littré (1872-1877)

AMPHITRYON (an-fi-tri-on) s. m.
  • Celui chez lequel, ou aux frais duquel on dîne. Le véritable amphitryon Est l'amphitryon où l'on dîne, Molière, Amph. III, 5.
Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « amphitryon »

(Date à préciser) Antonomase du personnage Amphitryon de la comédie Molière (1668), inspiré du nom d’un protagoniste de la mythologie grecque (Amphitryon) [1].
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Ἀμφιτρύων, nom d'un prince Thébain, mari d'Alcmène, et qui, dans la comédie de Molière, donne un grand repas aux officiers de son armée.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « amphitryon »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
amphitryon ɑ̃fitrijɔ̃

Évolution historique de l’usage du mot « amphitryon »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « amphitryon »

  • Le véritable Amphitryon Est l'Amphitryon où l'on dîne. Jean-Baptiste Poquelin, dit Molière, Amphitryon, III, 5, Sosie
  • Point, point d'Amphitryon où l'on ne dîne point. Jean de Rotrou, Les Deux Sosies, IV, 4
  • Brillat-Savarin rapporte qu’au temps de Lucullus les festins étaient autant prétextes à se nourrir qu’à étaler l’opulence de l’amphitryon, qui faisait servir n’importe quoi pourvu que cela fût hors de prix et impressionnât ses convives. Notre auteur cite «ce plat composé de la cervelle de cinq cents autruches, et cet autre où l’on voyait les langues de cinq mille oiseaux» Le Figaro.fr, Le pigeon de Bresse par Jean-Michel Carrette

Traductions du mot « amphitryon »

Langue Traduction
Anglais host
Espagnol anfitrión
Italien anfitrione
Allemand amphitryon
Portugais anfitrião
Source : Google Translate API

Synonymes de « amphitryon »

Source : synonymes de amphitryon sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « amphitryon »

Partager