La langue française

Amoralité

Sommaire

  • Définitions du mot amoralité
  • Étymologie de « amoralité »
  • Phonétique de « amoralité »
  • Évolution historique de l’usage du mot « amoralité »
  • Citations contenant le mot « amoralité »
  • Traductions du mot « amoralité »
  • Synonymes de « amoralité »
  • Antonymes de « amoralité »

Définitions du mot amoralité

Trésor de la Langue Française informatisé

AMORALITÉ, subst. fém.

A.− Vieilli. (Quasi-)synon. immoralité :
1. Du même train que les salaires ou les profits, l'amoralité croissait. Partout, la ruée vers le plaisir, dans les classes bourgeoises comme dans le peuple. Une salacité sournoise, montait, flattait les bas instincts, aussi bien dans le roman que dans le journal, dans les spectacles que dans la publicité. M. Van der Meersch, Invasion 14,1935, p. 470.
Rem. Attesté ds Rob., Lar. encyclop., Quillet 1965, Lar. Lang. fr.
B.− Caractère de ce qui est amoral, au-delà de toute distinction entre le bien et le mal :
2. ... il était nécessaire qu'un groupe secondaire, d'un genre nouveau, se formât. C'est ainsi que la corporation prit naissance : elle se substitua à la famille dans l'exercice d'une fonction qui avait d'abord été domestique, mais qui ne pouvait plus garder ce caractère. Une telle origine ne permet pas de lui attribuer cette espèce d'amoralité constitutionnelle qu'on lui prête gratuitement. É. Durkheim, De la Division du travail social,1893, p. XX.
3. M. Godeau avait lu les privilèges des ducs et pairs dans Saint-Simon sur les genoux de Bouche d'ivoire et surtout chez le même auteur, à propos du cardinal de Bouillon, les prétentions des « princes ». Cet « au delà des lois » ne signifiait encore pour personne « amoralité ». Ceux qui sont obligés, comme les juristes, de traiter la légalité avec respect, essaient d'entretenir une sorte de confusion entre elle et la morale. Ceux qui ont intérêt − comme les bandits et les artistes, − à se passer de la morale, essaient d'entretenir une sorte de confusion entre la légalité et le formalisme, pour rapprocher la morale du formalisme... M. Jouhandeau, Monsieur Godeau intime,1926, p. 124.
4. Un chrétien déclaré ne saurait aider à répandre ce qui lui fait horreur; car pour lui, il ne s'agissait plus ici d'immoralité au sens courant du mot, ni d'amoralité; dans la lumière de la Foi, c'est le Mal absolu qui se démasquait tout à coup; je serais presque enclin à écrire, le Mal qui est Esprit, le Mal qui est quelqu'un. F. Mauriac, Le Nouveau Bloc-notes,1961, p. 403.
Prononc. : [amɔ ʀalite].
Étymol. ET HIST. − 1885 philos. (Guyau, Esquisse d'une morale sans obligation ni sanction, p. 102 ds Lal. 1968, s.v. amoral, notes : Absence de fin, amoralité complète de la nature, neutralité du mécanisme infini). Dér. de amoral*; suff. -ité*.
STAT. − Fréq. abs. litt. : 5.

Wiktionnaire

Nom commun

amoralité \a.mɔ.ʁa.li.te\ féminin

  1. Caractère de ce qui est amoral d’une action, d’une parole, d’une chose.
    • Tu admets, ô Prospêtès, que, par le verbe et par la plume, je fasse profession d’amoralité. Que je me décrive comme un être ayant rompu avec la morale officielle ou la morale officieuse. — (Émile Armand, "Amoral", dans Les réfractaires, n°2, février-mars 1914)
    • On peut le vérifier dans L’Être et le Néant : la conscience de soi est amorale. Son amoralité de principe affleure dans la description des conduites envers l’autre… — (Mercè Rius, Quatre essais sur Sartre, Éditions L’Harmattan, 2010)
    • La méchanceté des hommes, qui n’est pas « indignité morale » mais « amoralité naturelle », requiert en effet un gouvernement de la contrainte. — (Serge Audier, Machiavel, conflit et liberté, éditeur Vrin, 2005)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « amoralité »

Composé de amoral et du suffixe -ité.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « amoralité »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
amoralité amɔralite

Évolution historique de l’usage du mot « amoralité »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « amoralité »

  • L’immoralité de l’homme triomphe de l’amoralité de la femme. De Karl Kraus
  • Prenez votre cachet de Happylule™, branchez votre câble-cortex dans le neuroterminal et préparez-vous à plonger dans des univers sombres et pessimistes. Transhumanisme, méga-corporations, amoralité et dystopie, nous voici! Jeux.ca, Œuvres à (re-)découvrir en attendant Cyberpunk 2077 | Jeux.ca
  • Du mot « moralité » « mes » amis de l'université de Caen de Normandie en donnent 21 synonymes dont probité, vertu et deux antonymes qui sont « amoralité » et « immoralité ». Je confirme qu'il existe au moins un endroit sur terre favorisant la prise de conscience de l'amoralité et de l'immoralité : prison et/ou pénitencier. Il en prend du courage pour reconnaître ses torts. Il en prend du courage pour reconnaître que nous avons fait preuve d'amoralité ou d'immoralité. L'être humain est tellement capable d'élasticité de sa conscience. «Pourquoi la corruption ? » - « Pourquoi la collusion ? » Titre d'un ouvrage que j'ai déposé à la Commission Charbonneau. Que de gens gagneraient à me lire...oui...j'y parle de moi et de mes expériences vécues d'amoralité et d'immoralité. Ex-bagnard je souris lorsque je vois des gens se cacher derrière l'impunité. Impunité que certains tentent de métamorphoser en immunité. Je répète....l'élasticité que des humains donnent à leurs conciences ! Un spectacle jusqu'à ce que l'élastique casse. Gaston Bourdages Saint-Mathieu-de-Rioux. Le Devoir, SNC-Lavalin: personne amorale | Le Devoir
  • " Il y a même parfois une amoralité textuelle qui est jouissive " www.leveil.fr, L'ultime cadeau d'Emmanuelle Béart à son papa - Paris (75000)
  • Mélange de TPS aux accents – légitimes – d’Uncharted et de jeu d’infiltration, The Last of Us avait réussi à marquer l’année 2013 malgré la sortie d’un géant : Grand Theft Auto V. Loin d’amener une révolution en terme de mécaniques de gameplay, notamment dans sa partie plus axée sur la furtivité, le jeu de Naughty Dog avait en revanche imposé un ton radical, ancré dans un contexte fascinant. La fin du monde était ici due à la nature elle-même, maîtresse de chaque centimètre de villes autrefois florissantes de béton et parasite d’êtres humains méconnaissables. Ce chaos organique participait à la beauté cauchemardesque de l’univers présenté, dans lequel un père endeuillé et une gamine au destin bien trop lourd à porter tentaient de se soustraire à la violence totale de cette civilisation en berne. Par son refus de toute bonne conscience et sa conclusion d’une amoralité réjouissante, The Last of Us détonnait. 7 ans plus tard, soumise au poids des autres histoires bâties sur les ruines de l’humanité racontées depuis – Days Gone en particulier – cette suite aurait pu être tout aussi exsangue que le corps des infectés. La solution a visiblement pris la forme d’une cassure. Non, The Last of Us Part II n’est pas une simple continuité de la vie au jour le jour de ces personnages empêtrés dans le monde d’après. Certes la lutte est toujours centrale, et la ville de Jackson, nouveau foyer du duo, est un microcosme rassurant pour ceux qui ont vécu l’horreur. Rien n’est réglé et pourtant, des bribes d’une vie normalisée se consolident, au fil des années. Elie a un amour naissant pour la jeune Dina, développe une amitié profonde pour Jesse et, en bonne ado, entretient des relations plus complexes avec les adultes, Joel y compris. Tout aurait pu se concentrer autour de quelques péripéties, de patrouilles plus ou moins ardues. Certains choix ont malgré tout des conséquences, et le destin n’oublie pas. Il met peut-être longtemps à venir frapper à la porte, mais dès lors où il se tient face aux héros, tous savent que leur quotidien sera ravagé. TLoU 2 sort alors d’un possible carcan de deuxième randonnée pour se transformer en quelque chose de bien plus inattendu : une sorte de western sauvage où la survie du plus grand nombre importe peu, où l’humanité s’arrête aux quelques personnes proches. Il est ici question de vengeance sourde. Journal du Geek, [Test] The Last of Us Part II (PS4) : le mycélium providentiel | Journal du Geek
  • Les États-Unis semblent s’être faits une spécialité d’un puritanisme qui pardonnerait presque tout aux politiques, sauf l’infidélité ou l’amoralité. Le Figaro.fr, Aux États-Unis, les scandales sexuels coûtent plus cher aux démocrates qu’aux républicains

Traductions du mot « amoralité »

Langue Traduction
Anglais amorality
Espagnol amoralidad
Italien amoralità
Allemand unmoral
Portugais amoralidade
Source : Google Translate API

Synonymes de « amoralité »

Source : synonymes de amoralité sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « amoralité »

Partager