La langue française

Alberge

Sommaire

  • Définitions du mot alberge
  • Étymologie de « alberge »
  • Phonétique de « alberge »
  • Évolution historique de l’usage du mot « alberge »
  • Traductions du mot « alberge »
  • Synonymes de « alberge »

Définitions du mot alberge

Trésor de la Langue Française informatisé

ALBERGE, subst. fém.

BOT. ,,Fruit (...) qui tient de la pêche et de l'abricot. Sa peau est rugueuse et colorée; sa chair est fondante et légèrement amère.`` (Mont. 1967).
Prononc. − 1. Forme phon. : [albε ʀ ʒ]. 2. Dér. : albergier.
Étymol. ET HIST. − 1546 (Rabelais, Œuvres, éd. Marty-Laveaux, Paris, 1868-1903, III, p. 8 ds Hug. : L'exemple y est manifeste en Poix, Febves, Faseolz, Noix, Alberges, Cotton, Colocynthes, Bleds, Pavot, Citrons, Chastaignes : toutes plantes generalement. Es quelles voyons... le germe et la semence plus estre couverte, munie et armée qu'autre partie d'icelles). Empr. au cat. alberge « variété de pêche précoce », attesté dep. 1539 (Doc. a. 1539, arx. del collegi de Lluc ds Alc.-Moll : Un sou de fruyta que compri, albèrgens y massanes que aporti à Luch), étymon qui convient mieux du point de vue phonét. que l'esp. alberchiga (hyp. de Dauzat 1968, Bl.W5, FEW t. 8, s.v. persicum, Schmidt 1914, p. 37, Rupp. 1915, p. 92). Ces formes ibér. sont des transformations mozarabes, à l'aide de l'art. al, du lat. persicum « pêche ».
BBG. − Ac. Gastr. 1962. − Bél. 1957. − Boiss.8. − Brard 1838. − Dumas 1965 [1873]. − Fér. 1768. − Mont. 1967. − Prév. 1755.

Wiktionnaire

Nom commun

alberge \al.bɛʁʒ\ féminin

  1. (Botanique) Fruit de l'albergier, qui tient de la pêche et de l’abricot dont la pulpe est très adhérente au noyau.
    • L'alberge, délicieux mélange de pêche et d'abricot, disparu des vergers de France depuis si longtemps ! — (Anne Faucou et Héloïse Hilaire, Le Curé des fleurs, Éditions Cheminements, Le Coudray-Macouard, 2000, p. 22)
    • Platero portait le goûter et les chapeaux des fillettes dans l’une des bastes, et dans l’autre, en contrepoids, Blanche, tendre, pâle et rose, comme une fleur d’alberge. — (Juan Ramón Jiménez, Platero et moi, traduction de Claude Couffon, Seghers, 1956, p. 112)
    • ALBERGE (Persicum duracinum). Petite pêche , précoce , allongée, de chair ferme , de saveur douce , et que l'on confit. Il y en a trois variétés : la jaune, la rouge et la violette; la jaune est d'une médiocre grosseur, un peu plate et d'un excellent goût. La rouge est encore plus plate , sa chair est blanche, sa saveur est inférieure à la jaune. La violette, d'un rouge violet en dedans , est plus petite et plus rare que les deux autres. Mêmes propriétés que les autres pêches, mais de moins facile digestion. On ne doit les manger que confites.
      En Touraine , on donne le nom d'alberge à une espèce d'abricot fort estimé.
      — (A. F. Aulagnier, Dictionnaire des aliments et des boissons en usage dans les divers climats et chez les différents peuples ..., Masson, 1885)

Forme de verbe

alberge \al.bɛʁʒ\

  1. Première personne du singulier de l’indicatif présent de alberger.
  2. Troisième personne du singulier de l’indicatif présent de alberger.
  3. Première personne du singulier du subjonctif présent de alberger.
  4. Troisième personne du singulier du subjonctif présent de alberger.
  5. Deuxième personne du singulier de l’impératif présent de alberger.

Nom commun

alberge \Prononciation ?\ féminin

  1. Variante de herberge.
    • Exemple d’utilisation manquant. (Ajouter)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ALBERGE. n. f.
Sorte d'abricot dont la pulpe est très adhérente au noyau. Un panier d'alberges.

Littré (1872-1877)

ALBERGE (al-ber-j') s. f.
  • Sorte de pêche dont la chair est si adhérente au noyau qu'on ne peut la partager.

    On disait aussi auberge.

HISTORIQUE

XVIe s. Les noiaux des menus abricots, des auberges et des peches, De Serres, 634. Il y a diverses qualités d'auberges toutes symbolisans avec les abricots. Les auberges incarnates d'un costé, jaunes de l'autre, colorées de rouge brun en la chair attachée au noiau, sont fort prisées ; celles aussi de jaune doré, duracines, ayans la chair ferme, De Serres, 678.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

ALBERGE. Ajoutez : - REM. Dans le Midi, on nomme alberge la pêche dont la pulpe est attachée au noyau, tandis que les fruits dont la chair se détache du noyau sont nommés pêches.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « alberge »

(1546) Du catalan alberge (« variété de pêche précoce »), issus d'un terme en arabe andalou dérivé de l’arabe البرقوق, albarqoùq résultant de l'arabisation du latin persicum, avec lexicalisation de l’article arabe al.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Espagn. alberchigo et alberchiga. Mot douteux ; Ménage le tire de albus, blanc (voy. ALBUM), à cause de la blancheur du fruit.

ÉTYMOLOGIE

Ajoutez : M. Devic, Dict. étym., voit dans l'esp. albérchigo une altération de l'arabe albirqoūq, abricot (voy. ce mot) ; ce qui paraît bien préférable à albus de Ménage.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « alberge »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
alberge albɛrʒ

Évolution historique de l’usage du mot « alberge »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Traductions du mot « alberge »

Langue Traduction
Anglais alberge
Espagnol albergue
Italien alberge
Allemand alberge
Chinois 奥尔贝热
Arabe ألبيرج
Portugais alberge
Russe alberge
Japonais アルベルゲ
Basque alberge
Corse alberge
Source : Google Translate API

Synonymes de « alberge »

Source : synonymes de alberge sur lebonsynonyme.fr
Partager