La langue française

Ahan

Sommaire

  • Définitions du mot ahan
  • Étymologie de « ahan »
  • Phonétique de « ahan »
  • Évolution historique de l’usage du mot « ahan »
  • Images d'illustration du mot « ahan »
  • Traductions du mot « ahan »
  • Synonymes de « ahan »

Définitions du mot ahan

Trésor de la Langue Française informatisé

AHAN, subst. masc.

A.− Vx, rare. [Gén. en parlant d'une pers., ou d'une chose personnifiée] Effort physique très pénible où l'être semble s'essouffler :
1. Hérode avait entrelacé ses pieds sous le tronc de l'arbre, et il y tenait comme avec des crampons rivés. La Râpée, serré entre ses bras non moins musculeux que ceux d'Hercule, suait et soufflait d'ahan. T. Gautier, Le Capitaine Fracasse,1863, p. 413.
2. Puis elle retourna, à grand ahan, car les cadavres même maigres et provisoires, pèsent lourd, la carcasse d'homme... A. Arnoux, Zulma l'infidèle,1960, p. 165.
P. ext. Cris d'essoufflement accompagnant cet effort :
3. ... elles écoutaient le hoquet de la locomotive qui se met en marche, le sifflement saccadé de ses jets, ses cris stridulés, ses ahans rauques. J.-K. Huysmans, Les Sœurs Vatard,1879, p. 237.
4. Il était si fatigué que, chaque fois qu'il montait sur un trottoir, il avait une sorte d'ahan, se soulevant et se recevant comme un cheval poussif sur l'obstacle (on aurait cru entendre la selle grincer). H. de Montherlant, Les Célibataires,1934, p. 844.
Rem. 1. Ahan est présenté en ce sens comme un mot bas ou pop. ds Ac. 1798, Ac. t. 1 1932 et ds Besch. 1845, Littré. 2. Il porte la marque ,,vieux`` ou ,,vieilli`` ds Boiss.8, Lar. 20e, Rob.; Littré remarque : ,,Ce mot populaire, très usité jadis, tombe en désuétude. Pourtant il serait bon de faire des efforts pour le conserver; car il est expressif et a des liaisons avec toutes les langues romanes.`` 3. À signaler aussi les sens vx ou vieilli de « labour » ds Ac. Compl. 1842, Besch. 1845 et de « terres nouvellement défrichées » ds Dupin-Lab. 1846. Cf. étymol.
B.− P. anal., littér. Effort moral, intellectuel, etc. très pénible :
5. Ce corps à corps avec la phrase, ces ahans de porteur d'eau durant ses veilles, les écroulements hébétés sur son divan pour quinze lignes qu'il supprimait au petit jour, cette absurde ascèse demeurait la seule qui fût, à sa portée [de Flaubert] ... F. Mauriac, Mémoires intérieurs,1959, p. 99.
Prononc. : [aɑ ̃]. Qq. dict. (Passy 1914, Barbeau-Rodhe 1930) indiquent une var. [ahɑ ̃].
Étymol. ET HIST. A.− Subst. 1. a) Mil. xes. « peine, tourment » (Vie de S. Léger, 9, 10, éd. A. Henry, Chrestomathie, p. 9 : Aprés ditrai vos dels aanz Que li suos corps susting si granz); xies. « fatigue, peine » (Alexis, 46, éd. Paris-Pannier : Por toe amor en soferrai l'ahan); d'où début xives. suer d'ahan, « faire une chose très pénible physiquement, se fatiguer extraordinairement » (G. Guiart, ms. fol. 130, Rods La Curne t. 1 1875 : Tyois qui de grant hahan suent Le cheval sous Guillaume tuent); b) début xiiies. « travail, labeur » (Vie de Ste Juliane, éd. Feilitzen, 737 ds T.-L. : Aleir t'estuet a ton ahan, Dont tu dois vivre trestot l'an). − xvies.; d'où 2. 2emoitié xiiies. « terre labourable, champ » (Gauthier Le Long, La Veuve, v. 431-433 ds Trouv. Belges, I, p. 239 : Voir je devroi estre banie, Cant je lessai por vos Jehan, Ki a sa terre et son ahan); ca 1390 « labour, semailles » (Bout., Somme rur., 2epart., fo35a, éd. 1486 ds Gdf. : On le mettroit [un vivier] a ahan et a semence). − 1845, Besch.; fin xives. « récolte, produit d'une terre mise en labour » (Eust. Desch., Poés., Richel., 840, fo422 a, ibid. : Je pense de cueillir l'ahan Des moissons ou vous aurez part); ces 2 dernières accept. se retrouvent dans les dial. du Nord (cf. FEW t. 1, s.v. *afannare). B.− Interj. Fin xiies. Invite à l'effort (Ren., 3346, éd. Méon ds T.-L. : amis, ahan, ahan, Sachiez bien les cordes, sachiez). Du lat. *afannare, non attesté mais postulé par les formes fr. et l'a. prov. afanar (xiies., Rayn.). Fouché t. 3 1961, p. 612, explique ainsi l'évolution phonét. : le f entre 2 a non accentués s'est ouvert en [-w-] qui se serait amui. *Afannare demeure d'orig. obsc. : une dérivation du lat. afannae « faux-fuyants, balivernes » (Bl.-W.5, Cor. t. 1 1954, s.v. afanar) fait difficulté sur le plan sém. L'ital. affannare est un empr. soit à l'a. prov. (G. Devoto, Dizionario etimologico, 1968, s.v.) soit au fr. (DEI) accompagné de croisement avec le préf. ital. a(d); l'esp. afanar est soit directement issu du lat., soit emprunté à l'a. prov. (Cor., loc. cit.). L'hyp. de EW FS2déjà formulée ds Gam. Rom.1, p. 252 (à la suite de Brüch ds Z. fr. Spr. Lit., t. 40, p. 103), qui considère *affannare comme une romanisation de l'a. nord. *af-annan, de l'a. nord. qnn « effort » fait difficulté sur le plan phonét. et surtout du point de vue géogr.; 2 est peut-être le déverbal de ahan.
STAT. − Fréq. abs. litt. : 17.
BBG. − Bél. 1957. − Boiss.8. − Dupin-Lab. 1846. − Le Roux 1752. − Pisani (V.). Relitti lessicali oscoumbri nelle lingue romanze. In : [Mélanges Rohlfs (G.)]. Halle, 1958, p. 378. − Timm. 1892.

Wiktionnaire

Nom commun

ahan \a.ɑ̃\ masculin

  1. (Populaire) (Vieilli) Peine de corps, grand effort, tel que celui d’un homme qui fend du bois ou qui lève un pesant fardeau.
    • Allez dormir, honnêtes imbéciles qui, en suant d’ahan, avez cette nuit pétri le pain que vont manger ce matin ces spirituels coquins. — (Alfred Delvau, Les Heures parisiennes, 1865)
    • […], et de nouveau par les routes en fondrières, la campagne noyée d’eau, la nappe d’hommes s’étendit, dans le roulement plus pénible des charrois, l’ahan des attelages aux canons, […]. — (Paul et Victor Margueritte, Les tronçons du glaive, 1900)
    • Voie lactée ô sœur lumineuse,
      Des blancs ruisseaux de Chanaan
      Et des corps blancs des amoureuses,
      Nageurs morts suivrons-nous d’ahan
      Ton cours vers d’autres nébuleuses.
      — (Guillaume Apollinaire, La Chanson du Mal-aimé)
  2. (Populaire) Gémissement dans l’effort.
    • Ces mastodontes semblent faire un effort avant d’exploser. On croirait entendre, multiplié à l’infini, le « ahan » que pousse le bûcheron en laissant retomber sa cognée. — (Marcel Dupont, En Campagne - l’Attente, 1917)
    • De même ceux-là que je condamnais à extraire des diamants. La sueur, les ahans, l'abrutissement devenaient diamants et lumière. — (Antoine de Saint-Exupéry, Citadelle (1948), LXXXVIII)
    • Le médicopsy fit mine de n’avoir pas entendu — mais il avait entendu : les paroles de Varnan s’étaient détachées clairement dans le silence qui emplissait la coque du coin des soigneurs — ce silence épais de la cage que le vacarme extérieur n’entamait pas, silence uniquement violé par les grognements, les ahans des pugilistes, les chocs de leurs corps sur le ring, le bruit des coups qu’ils se portaient. — (Pierre Pelot, La Guerre olympique, 1980, page 24)

Nom commun

ahan \Prononciation ?\ masculin

  1. Effort, labeur, fatigue.
  2. Peine, tourmente.
    • vit le travail et le hahan — (Wace, De la mort Nostre Dame, ms. 3516 de la Bibliothèque de l’Arsenal, f. 52r. d.)
    • Puis avons moult souffert ahanz — (Roman d’Eneas, ms. 60 français de la BnF, f. 160r. b.)
  3. Labour.
  4. Terre de labour, terre labourable.
  5. Récolte, produit d’une terre mise en labour.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

AHAN. n. m.
Peine de corps, grand effort, tel que celui d'un homme qui fend du bois ou qui lève quelque pesant fardeau. Il est populaire et ne s'emploie que dans cette phrase, Suer d'ahan, Faire quelque chose de très pénible.

Littré (1872-1877)

AHAN (a-an) s. m.
  • Grand effort, tel que celui que fait un homme qui fend du bois ou soulève un fardeau pesant. Suer d'ahan, faire une chose très pénible.

REMARQUE

Ce mot populaire, très usité jadis, tombe en désuétude. Pourtant il serait bon de faire des efforts pour le conserver ; car il est expressif et a des liaisons avec toutes les langues romanes.

HISTORIQUE

XIe s. Moult [ils] ont eü et peines et ahans, Ch. de Rol. XI. Que Guenes meure par merveilleus ahan, ib. CCXCI.

XIIe s. Par cui [il] seüst nostre grant ahanage, Ronc. p. 81. À mout grant peine et à mout grant ahan, ib. p. 84.

XIIIe s. Cest premier an Me gart cil Diex en mon droit san, Qui por nous ot paine et ahan, Et me gart l'ame, Rutebeuf, 15.

XVe s. Tu n'as ne femme ne enfans, Tu n'as ne terre ne ahans [champs labourés], Qui ne soient tous mis à cense, Froissart, Buisson de jonece.

XVIe s. Ce villain mot de concluer M'a fait d'ahan le front suer, Marot, II, 196. Chacun se plainct que j'ay perdu Milan En grant enhan par guerre mal menée, Marot, J. V, 231.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « ahan »

De l’ancien français ahan.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

(Vers 980) aanz (pluriel) dans la Vie de Saint Léger. Déverbal de ahaner.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Provenç. afan ; catal. afany ; anc. espagn. afan ; ital. afa, affanno. Mot d'origine incertaine. Diez le regarde comme né en France et passé de là aux autres langues romanes. On trouve le composé enhaner, ce qui suppose un radical haner ; aussi du Cange le tire-t-il d'une exclamation de peine, de fatigue, han ! Diez n'est pas éloigné d'adopter cette étymologie ; cependant il note le mot kymri afan, combat, trouble. Mais un mot ainsi isolé ne donne rien de sûr.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « ahan »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
ahan aɑ̃

Évolution historique de l’usage du mot « ahan »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Images d'illustration du mot « ahan »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « ahan »

Langue Traduction
Anglais ahan
Espagnol ahan
Source : Google Translate API

Synonymes de « ahan »

Source : synonymes de ahan sur lebonsynonyme.fr
Partager