La langue française

Acropole, acropolis

Sommaire

  • Définitions du mot acropole, acropolis
  • Étymologie de « acropole »
  • Phonétique de « acropole »
  • Évolution historique de l’usage du mot « acropole »
  • Images d'illustration du mot « acropole »
  • Traductions du mot « acropole »
  • Synonymes de « acropole »

Définitions du mot acropole, acropolis

Trésor de la Langue Française informatisé

ACROPOLE, ACROPOLIS, subst. fém.

A.− ANTIQ. Partie la plus élevée d'une cité, servant de citadelle et ordinairement couronnée de sanctuaires. (Empl. absol., le mot désigne l'acropole d'Athènes) :
1. Du côté de la ville, je vois monter par la voie Sacrée, taillée dans le flanc même de l'Acropolis, la population religieuse d'Athènes, qui vient implorer Minerve et faire fumer l'encens de toutes ces divinités domestiques à la place même où je suis assis maintenant, et où je respire la poussière seule de ces temples. A. de Lamartine, Voyage en Orient,t. 1, 1835, p. 142.
2. Un intervalle de ruines désertes, mais moins importantes, sépare la colline des grands temples, ou l'Acropolis de Balbek, de la nouvelle Balbek, habitée par les Arabes. A. de Lamartine, Voyage en Orient,t. 2, 1835, p. 192.
3. Les vents ont dispersé les personnages de l'Europe, de l'Asie, de l'Afrique, au milieu desquels j'ai paru, et dont je viens de vous parler : l'un est tombé de l'Acropolis d'Athènes, l'autre du rivage de Chio; celui-ci s'est précipité de la montagne de Sion, celui-là ne sortira plus des flots du Nil ou des citernes de Carthage. F.-R. de Chateaubriand, Mémoires d'Outre-Tombe,t. 2, 1848, p. 241.
4. À quoi servait cette colonne? Je n'en sais rien. Le rhéteur Aphthonius dit qu'elle s'élevait au milieu de la citadelle d'Alexandrie (qui, comme l'Acropole d'Athènes, contenait des temples, la bibliothèque, etc.) et qu'elle servait de point de repère au milieu des portiques, des galeries, des couloirs, des cours et des bâtiments qui l'entouraient. M. Du Camp, Le Nil, Égypte et Nubie,1854, p. 13-14.
5. L'image de la cité projetée, désirée, l'espoir de se créer une sûre forteresse, une noble et solide acropole, avait soutenu de longues années ces fermes citoyens. J. Michelet, L'Insecte,introd., 1857, p. xxi.
6. La colline de l'acropole, au centre de Byrsa, disparaissait sous un désordre de monuments. C'étaient des temples à colonnes torses avec des chapiteaux de bronze et des chaînes de métal, des cônes en pierres sèches à bandes d'azur, des coupoles de cuivre, des architraves de marbre, des contreforts babyloniens, des obélisques posant sur leur pointe comme des flambeaux renversés. G. Flaubert, Salammbô,t. 1, 1863, p. 57.
7. Quand cette voix se tut, à Pise, près de là, Du haut d'une acropole une autre voix parla : ... V. Hugo, La Légende des siècles,Les Sept merveilles du monde, t. 4, 1877, p. 511.
8. Voici les îles d'Égine, de Salamine, et puis, dans une échancrure que forment deux belles montagnes, un rocher apparaît qui porte quelques colonnes et le triangle d'un fronton, le cœur hésite; le doigt, le regard interrogent. Cette petite chose?... C'est l'Acropole, semblable à un autel, et qui nous présente, avec la plus étonnante simplicité, le Parthénon. Vue à trois lieues depuis la mer, au fond d'un golfe pur, resserrée entre les montagnes et sans défense, l'Acropole émeut comme un autel abandonné. M. Barrès, Le Voyage de Sparte,1906, p. 30.
9. L'acropole hellénique, l'oppidum italiote, le bordj arabe, la casbah berbère ont un air de famille; elles procèdent des mêmes matériaux, affectent sur les cimes rocheuses les mêmes positions dominantes. On voit sur les côtes de Ligurie ou de Provence leurs murs croulants posés en nids d'aigles pour surveiller au loin l'horizon. P. Vidal de La Blache, Principes de géographie humaine,1921, p. 157.
10. ...jamais Cézanne le latin n'a été plus près de l'âme grecque; la montagne s'érige ainsi qu'une acropole, où la fermeté de Rome s'unirait au raffinement d'Athènes; ... R. Huyghe, Dialogue avec le visible,1955, p. 94.
B.− P. anal. littér. Lieu, souvent remarquable par sa hauteur, et possédant les caractéristiques ou la valeur symbolique d'un lieu fortifié ou sacré.
1. Lieu fortifié :
11. ... Sisyphe avait jeté là son rocher et Job son tesson. En somme, terrible. C'était l'acropole des va-nu-pieds. Des charrettes renversées accidentaient le talus; un immense haquet y était étalé en travers, l'essieu vers le ciel, et semblait une balafre sur cette façade tumultueuse; ... V. Hugo, Les Misérables,t. 2, 1862, p. 410.
12. La maison! elle est, dans mon souvenir, comme un donjon, comme une citadelle, notre acropole : pierre de taille par devant, rocailleuse meulière sur les hauts flancs aveugles. G. Duhamel, Chronique des Pasquier,Le Notaire du Havre, 1933, p. 50.
Au fig. :
13. L'idée stoïcienne d'une acropole inexpugnable, d'une imprenable et invincible citadelle du libre choix retrouve ici un sens assez plausible. V. Jankélévitch, Le Je-ne-sais-quoi et le presque-rien,1957, p. 258.
2. Lieu sacré :
14. Cette colline [de Sion], ce centre de la Lorraine, où étaient établis les Baillard, formait de toute éternité une acropole nationale et religieuse, un lieu saint, un lieu tout saturé de puissances mystiques. M. Barrès, Mes cahiers,t. 10, 1erjanv. 1913-3 avr. 1913, p. 29.
15. L'après-midi, le soleil frappera de biais ce spectacle jusqu'au soir; du moins il ne quittera guère les toits multicolores; et je crois bien que dès le matin il s'installera sur la menue acropole que forme le cimetière et dans les feuillages des plus hauts arbres; ce qui ne m'empêchera pas de l'avoir chez moi une bonne partie de la journée. J. Romains, Les Hommes de bonne volonté,La Douceur de la vie, 1939, p. 47.
Au fig. :
16. L'école, c'est une petite chose qui change, mais l'église voilà l'acropole de nos sentiments et de nos idées. M. Barrès, Mes cahiers,t. 8, 1909-1911, p. 180.
3. P. ext. [En parlant de lieux ou de constr. élevés, réels ou imaginaires, appelant une évocation hist., exotique, etc.] :
17. ... soudain tout l'Orient éclata en musique. C'était plein d'incandescences et de laves qui de seconde en seconde allaient chacune attisant sa couleur, brillant en brillant, sombre en sombre, et cela restituait des acropoles de Titans, des querelles de dieux au-dessus d'Iliades, de fabuleux passages de mer Rouge, avec dans le fond, par derrière ces nuées barbares, des cités d'orangers qui descendaient. Puis tout s'apaisa. Alors le soleil vint dehors, blanc et net comme une hostie ou comme une perle et il roula sur la route à la façon d'un avion qui roule avant de s'enlever; enfin se détacha et monta,... H. de Montherlant, Le Songe,1922, p. 102.
18. J'aperçois devant moi, de biais, un temple grec qui se découpe en sombre sur l'acropole coupante, profilée, d'un gratte-ciel : c'est le Subtreasury, l'ancienne douane, jadis Federal Hall, où Washington dont voici la statue, fut élu premier président des États-Unis. P. Morand, New-York,1930, p. 53.
Rem. 1. Dans ce dernier emploi, il est probable que les aut. ont procédé à une analyse étymol. du mot. 2. Certains aut. du xixes. font de acropole un masc. (cf. étymol.) :
19. ... c'est un brouillard sillonné d'éclairs, noyant dans une vapeur azurée et dorée les arbres de l'avenue, les maisons des deux côtés, la barricade; un brouillard, dans lequel s'étagent les bâtisses et la colonne de l'horizon, dans l'apparence vague d'un acropole. E. et J. de Goncourt, Journal,avr. 1871, p. 760.
Prononc. − 1. Forme phon. : [akʀ ɔpɔl]. 2. Dér. et composés : acropolien (-enne), acropolite.
Étymol. ET HIST. − 1552 hist. anc. (Rabelais, Œuvres, éd. Marty-Laveaux, II, Quart Livre, 49, p. 441 : En Acropolis de Athenes iadis tomba du Ciel empiré la statue de Minerue); 1835 Acropole, subst. fém. ou Acropolis, subst. masc. (Ac. Suppl.); 1842 Acropole, subst. fém. (Ac. Compl.). Empr. au gr. α ̓ κ ρ ο ́ π ο λ ι ς « ville haute, citadelle » composé de α ́ κ ρ ο ς « le plus haut » et de π ο ́ λ ι ς « ville » (Odyssée, 8, 494 ds Bailly s.v.); le mot est toujours fém. en gr.; il est probable que c'est en pensant au temple d'Athéna que l'on a fait parfois le mot fr. du genre masc.
STAT. − Fréq. abs. litt. : 172.
BBG. − Bél. 1957. − Chabat t. 1 1875. − Dainv. 1964. − Ville 1967.

Wiktionnaire

Nom commun

acropole \a.kʁɔ.pɔl\ féminin

  1. (Antiquité) Ville haute, partie de la ville située sur une éminence fortifiée par la nature et par l’art et contenant le principal temple de la cité.
    • Une acropole était à la fois une citadelle et un sanctuaire.
    • La plus célèbre de toutes les acropoles est celle d’Athènes.
    • L’acropole de Corinthe portait le nom particulier d’Acrocorinthe.
    • Les premiers sondages avaient révélé qu'une partie des constructions de l'acropole avaient été détruites par le feu. — (Edmond Pottier, René Dussaud, Gaston Migeon, Syria: revue d'art oriental et d'archéologie: Volume 60, 1983)
    • Mieux qu'Athenes, le pont d'un bateau en route vers les Amériques offre à l'homme moderne une acropole pour sa prière. — (Lévi-Strauss, Tristes tropiques, 1955, p. 82)

Nom commun

acropolis \a.kʁɔ.pɔ.lis\ féminin

  1. (Antiquité) (Rare) Variante orthographique de acropole.
    • Deux montagnes ressemblaient assez par leur coupe aux acropolis de Corinthe, d’Athènes et de Pergame… — (François-René de Chateaubriand, Itinéraire de Paris à Jérusalem tome II, page 87, 1811)

Nom commun

acropolis

  1. (Antiquité) Acropole.

Nom commun

acropolis

  1. Acropole.

Nom commun

acropolis \a.kʁɔ.pɔ.lis\ féminin

  1. (Antiquité) (Rare) Variante orthographique de acropole.
    • Deux montagnes ressemblaient assez par leur coupe aux acropolis de Corinthe, d’Athènes et de Pergame… — (François-René de Chateaubriand, Itinéraire de Paris à Jérusalem tome II, page 87, 1811)

Nom commun

acropolis

  1. (Antiquité) Acropole.

Nom commun

acropolis

  1. Acropole.

Nom commun

acropolis \a.kʁɔ.pɔ.lis\ féminin

  1. (Antiquité) (Rare) Variante orthographique de acropole.
    • Deux montagnes ressemblaient assez par leur coupe aux acropolis de Corinthe, d’Athènes et de Pergame… — (François-René de Chateaubriand, Itinéraire de Paris à Jérusalem tome II, page 87, 1811)

Nom commun

acropolis

  1. (Antiquité) Acropole.

Nom commun

acropolis

  1. Acropole.

Nom commun

acropolis \a.kʁɔ.pɔ.lis\ féminin

  1. (Antiquité) (Rare) Variante orthographique de acropole.
    • Deux montagnes ressemblaient assez par leur coupe aux acropolis de Corinthe, d’Athènes et de Pergame… — (François-René de Chateaubriand, Itinéraire de Paris à Jérusalem tome II, page 87, 1811)

Nom commun

acropolis

  1. (Antiquité) Acropole.

Nom commun

acropolis

  1. Acropole.

Nom commun

acropolis \a.kʁɔ.pɔ.lis\ féminin

  1. (Antiquité) (Rare) Variante orthographique de acropole.
    • Deux montagnes ressemblaient assez par leur coupe aux acropolis de Corinthe, d’Athènes et de Pergame… — (François-René de Chateaubriand, Itinéraire de Paris à Jérusalem tome II, page 87, 1811)

Nom commun

acropolis

  1. (Antiquité) Acropole.

Nom commun

acropolis

  1. Acropole.

Nom commun

acropolis \a.kʁɔ.pɔ.lis\ féminin

  1. (Antiquité) (Rare) Variante orthographique de acropole.
    • Deux montagnes ressemblaient assez par leur coupe aux acropolis de Corinthe, d’Athènes et de Pergame… — (François-René de Chateaubriand, Itinéraire de Paris à Jérusalem tome II, page 87, 1811)

Nom commun

acropolis

  1. (Antiquité) Acropole.

Nom commun

acropolis

  1. Acropole.

Nom commun

acropolis \a.kʁɔ.pɔ.lis\ féminin

  1. (Antiquité) (Rare) Variante orthographique de acropole.
    • Deux montagnes ressemblaient assez par leur coupe aux acropolis de Corinthe, d’Athènes et de Pergame… — (François-René de Chateaubriand, Itinéraire de Paris à Jérusalem tome II, page 87, 1811)

Nom commun

acropolis

  1. (Antiquité) Acropole.

Nom commun

acropolis

  1. Acropole.

Nom commun

acropolis \a.kʁɔ.pɔ.lis\ féminin

  1. (Antiquité) (Rare) Variante orthographique de acropole.
    • Deux montagnes ressemblaient assez par leur coupe aux acropolis de Corinthe, d’Athènes et de Pergame… — (François-René de Chateaubriand, Itinéraire de Paris à Jérusalem tome II, page 87, 1811)

Nom commun

acropolis

  1. (Antiquité) Acropole.

Nom commun

acropolis

  1. Acropole.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Dictionnaire de l’Académie française, huitième édition (1932-1935)

ACROPOLE. n. f.
T. d'Antiquité. Ville haute, partie de la ville située sur une éminence fortifiée par la nature et par l'art et contenant le principal temple de la cité. Une acropole était à la fois une citadelle et un sanctuaire. La plus célèbre de toutes les acropoles est celle d'Athènes. L'acropole de Corinthe portait le nom particulier d'Acrocorinthe.

Littré (1872-1877)

ACROPOLE (a-kro-po-l' ou akro-po-lis') s. f.
  • Terme d'antiquité. Nom de la ville élevée ou citadelle dans les cités grecques. Deux montagnes ressemblaient assez par leur coupe aux acropolis de Corinthe, d'Athènes et de Pergame, Chateaubriand, Itin. II, 87.

    Acropole est plus usité.

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Étymologie de « acropole »

Du grec ancien ἀκρόπολις, akropolis → voir acro- et -pole.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Ἀϰρόπολις, de ἄϰρος, haut (voy. ACROTÈRE) et πόλις, ville (voy. POLITIQUE).

Version électronique créée par François Gannaz - http://www.littre.org - licence Creative Commons Attribution

Phonétique du mot « acropole »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
acropole akrɔpɔl

Évolution historique de l’usage du mot « acropole »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Images d'illustration du mot « acropole »

⚠️ Ces images proviennent de Unsplash et n'illustrent pas toujours parfaitement le mot en question.

Traductions du mot « acropole »

Langue Traduction
Anglais acropolis
Espagnol acrópolis
Italien acropoli
Allemand akropolis
Portugais acropolis
Source : Google Translate API

Synonymes de « acropole »

Source : synonymes de acropole sur lebonsynonyme.fr
Partager