La langue française

Aberrer

Définitions du mot « aberrer »

Trésor de la Langue Française informatisé

ABERRER, verbe intrans.

A.− Sens propre. [Le suj. est un animé hum.] Aberrer dans la foule. S'égarer dans la foule. [Le suj. est un inanimé capable de mouvement (un astre, un rayon lumineux)] S'écarter de la voie normale, dévier.
B.− Au fig. [Le suj. désigne un animé hum.] S'écarter de la vérité, de la bonne règle, se tromper :
1. Je crois avoir écrit bien lisiblement mes corrections; elles sont absolument définitives. Si vous voulez bien, je vérifierai moi-même leur mise en pages; ce serait l'affaire d'une heure, avec vous, soit à Asnières soit chez vous, attendu qu'il serait fâcheux d'aberrer quand on se donne (comme moi dans cette étude) de petits airs scientifiques. Ph.-A.-M. de Villiers de L'Isle-Adam, Correspondance générale,1886, p. 150.
Rem. 1. Le verbe aberrer ne s'emploie pratiquement qu'à l'inf. (ex. 1). 2. La docum. fournit un ex. de part. passé empl. comme subst. : un aberré (cf. un égaré) :
2. Mais si l'on peut admettre que ce sommeil de plomb est l'une des phases connues de cet état encore mal observé du vampirisme; si l'on peut croire que Gilles de Rais fut un aberré des sens génésiques, un virtuose en douleurs et en meurtres, il faut avouer qu'il se distingue des plus fastueux des criminels, des plus délirants des sadiques, par un détail qui semble extrahumain, tant il est horrible! J.-K. Huysmans, Là-bas,t. 2, 1891, p. 15.
Prononc. − 1. Forme phon. : [abε ʀe], j'aberre [ʒabε:ʀ]. Pt Rob. donne [abeʀe]; cf. aberration (prononc. et orth.) pour la discussion du timbre de la 2esyllabe et pour la gémination du r. 2. Dér. et composés : aberrance, abberrant, aberration, aberrographe, aberroscope. Cf. errer.
Étymol. − Corresp. rom. : ital. aberrare; esp., port., cat. aberrar. 1532 « s'écarter de » (emploi fig.) (Michel d'Amboise, Ballades, 149 vods Hug. : si du chemin d'equite aberrons). Empr. au lat. aberrare « s'écarter de », au sens propre dep. Plaute, emploi fig. dep. Cicéron; très fréq. dans ce dernier emploi en lat. chrét. (TLL s.v., passim). HIST. − Le mot disparaît de la lang. jusqu'à la fin du xixes. cf. Besch. 1845 : Pourquoi possédant déjà le substantif dans la langue, s'être tenu timidement à l'innovation d'un adjectif [aberrant] et n'avoir pas essayé d'introduire le verbe aberrer qui eût nuancé avantageusement et complété plusieurs fois le discours à la place de errer? Besch. 1845. Le mot reparaît en 1886 au sens fig., mais il n'est attesté au sens propre que ds Guérin et ds Pt Rob. Le sens fig. lui-même reste peu attesté. − Rem. Le mot qui, à son entrée dans la lang., demandait un compl. prépositionnel (cf. étymol.), est empl. absol. (cf. sém.), le préf. ab- portant en lui non seulement l'idée de « en dehors » mais aussi celle d'un subst. exprimant la norme (droit chemin, etc.).
STAT. − Fréq. abs. litt. : 1.

Wiktionnaire

Verbe

aberrer \a.be.ʁe\ ou \a.bɛ.ʁe\ intransitif 1er groupe (voir la conjugaison)

  1. (Rare) s'écarter du chemin, dévier.
  2. (Rare) Être dans l’erreur, dans le faux ; se tromper ; s’écarter du bon sens ou de la norme.
    • Durant sa dernière maladie, son esprit aberrait la plupart du temps, et dans ses moments de raison, il pleurait sur la vie délicieuse qui allait lui échapper. — (Antoine Sérieys, Épigrammes anecdotiques inédites, concernant des hommes célèbres et des évéments mémorables de nos jours, Vve Perronneau, Paris, 1814, p. 121)
    • Comme la plupart des mystiques, et des mystiques libres qui vagabondent sur le terrain sans assiette de l’examen individuel, la femme des Horizons célestes peut aberrer ou aller trop loin dans la lettre même de son ouvrage, mais elle doit être pardonnée pour la pureté de ses motifs et la beauté de ses affections. — (Jules Barbey d’Aurevilly, Madame de Gasparin dans Les Bas-bleus, V. Palmé, 1878, p. 101)
    • Certes, je pouvais aberrer, comme on dit, je crois, en astronomie. Mais j’étais curieux de savoir si je tomberais juste, en partant d’une demi-certitude. — (Auguste de Villiers de L’Isle-Adam, L’Ève future, 1886, Eugène Fasquelle, 1909, livre 4, chap. 2, p. 178)
    • Vous aberrez, mes compères. Il convient de punir ces mauvais augures... Que les porteurs de fausses nouvelles me soient amenés et qu’on leur coupe les oreilles... — (Paul Naudin, Les Chemins de la honte, vol. 2, À la grâce de Dieu, Aubéron, 2001, p. 123)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « aberrer »

Apparu en 1532 avec le sens de « s’écarter de », du latin aberrare (« s'écarter de ») ; longtemps porté disparu, il ressuscite au XIXe siècle [1], mais reste peu usité.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « aberrer »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
aberrer abɛre

Évolution historique de l’usage du mot « aberrer »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « aberrer »

  • * de quoi aberrer l’amateur de tout poil ! ** un lien de famille avec la « compositeur » ? [ le féminin a beau être enregistré dans les dictionnaires au sens de « personne qui compose de la musique », la portée de compositrice est faible, si j’ai bien suivi les experts ] Langue sauce piquante, La gent cuistre – 1 : L’affaire « autrice » – Langue sauce piquante

Traductions du mot « aberrer »

Langue Traduction
Anglais aberrate
Espagnol aberrar
Italien aberrate
Allemand aberrate
Chinois 畸变的
Arabe ضلال
Portugais aberrar
Russe аберрировать
Japonais 異常な
Basque aberrate
Corse aberrate
Source : Google Translate API

Synonymes de « aberrer »

Source : synonymes de aberrer sur lebonsynonyme.fr

Aberrer

Retour au sommaire ➦

Partager