La langue française

Abattée, abatée

Sommaire

  • Définitions du mot abattée, abatée
  • Étymologie de « abattée »
  • Phonétique de « abattée »
  • Évolution historique de l’usage du mot « abattée »
  • Citations contenant le mot « abattée »
  • Traductions du mot « abattée »
  • Synonymes de « abattée »
  • Antonymes de « abattée »

Définitions du mot abattée, abatée

Trésor de la Langue Française informatisé

ABATTÉE, ABATÉE, subst. fém.

A.− MAR. Mouvement de la proue d'un navire dont la ligne s'éloigne du lit (ou direction) du vent. Synon. arrivée; anton. auloffée :
1. A dix heures, la mer avait monté de cinq pieds, et nous n'étions encore qu'à mi-flot; à onze heures la Zélée était entièrement droite ... en moins d'une minute tout le monde fut sur le pont; officiers et matelots, tous armèrent le cabestan et nous commençâmes à virer. Dès le début, l'avant s'abattit de quelques degrés; nous redoublâmes d'efforts, il continua son abattée. Dumont d'Urville, Voyage au pôle sud et dans l'Océanie,1842, IX, pp. 328-329.
Cf. abattre, sém. I B.
Rem. Le sens suiv. n'est pas confirmé par Jal 1848 :
2. L'abatée est l'inclinaison ou la bande que prend le navire sous l'action du vent ou du gouvernail. A. Croneau, Construction pratique des navires de guerre, t. 2, 1892.
Cf. abattre, sém. mar. I B (abattre en carène).
B.− P. ext. AVIAT. Chute en piqué à la suite d'une perte de vitesse qui rompt l'équilibre horizontal de l'avion.
Rem. Le lex. de l'aéron. s'est constitué par des empr. aux terminol. relevant d'une sphère d'activité connexe ou contiguë, transp. par route, ch. de fer, navigation mar. − cette dernière apparaissant comme un secteur d'empr. priviligé : ,,Cette technique très ancienne a été considérée comme la plus proche de la technique nouvelle. Cette affinité ne reposerait pas seulement sur des visions poétiques, mais surtout sur une parenté réelle des principes scientifiques, qui sont à l'origine des deux formes d'activité``. (Guilb. 1965, p. 188).
Prononc. ET ORTH. − 1. Forme phon. : [abate]. 2. Forme graph. − DG et Rob. mettent en vedette la forme abatée. Lar. encyclop. renvoie sous la vedette abatée à abattée mais note l'usage des 2 formes : ,,abattée ou abatée``. Pt Rob. préconise la forme abattée et considère abatée comme vieilli. 3. Hist. − Le mot apparaît sous sa forme graph. actuelle dès son entrée dans la lang. à la fin du xviies. (cf. étymol.). En vedette ds Trév. 1771 et ds Besch. 1845, la forme mod. est néanmoins concurrencée jusqu'au xxes. par la forme abatée sans redoublement de consonne. Fur. 1701, Trév. 1704 et 1752 ainsi que Ac. 1798 et Suppl. 1835) donnent abatée; Trév. 1771 et Besch. 1845 emploient comme vedette abattée avec redoublement de consonne; la forme abatée y figure cependant comme vedette de renvoi. Littré, sous la vedette abatée, propose le commentaire suiv. : ,,L'Académie ne met qu'un t; mais il en faudrait deux à moins qu'on n'en retranche un dans abattre; faire autrement, c'est multiplier inutilement les exceptions et les difficultés de l'orthographe.`` Besch. 1845 : ,,Les exemples que nous avons cités prouvent que le mot abattée s'emploie au pluriel, ce dont ne parle pas l'Académie.``
ÉTYMOL. − 1687 terme mar. (Desroches, Dict. termes propres de mar. d'après Jal : Abattée, mouvement d'un vaisseau en pane, qui arrive de luy mesme jusques à un certain point; apres quoy il revient au vent). Texte plus explicite ds Romme, Dict. mar. fr., 1813 ds Jal : Mouvement horizontal de rotation, que le vent, les lames ou un courant impriment à un vaisseau sur lui-même lorsqu'il n'est animé d'aucune vitesse progressive... Un vaisseau est-il en appareillage ou se prépare-t-il à partir? s'il présente directement sa proue au vent, il est obligé de faire une abattée à droite ou à gauche, pour que le vent puisse frapper dans ses voiles déployées. Dér. de abattre*, terme mar. « s'écarter du rumb ou de la direction du vent qui doit régler la conduite du vaisseau » (dep. 1683, Guillet, Arts de l'homme d'épée, ds Jal 1848). HIST. − A.− Terme de mar. − xviiies. : En termes de Marine se dit du mouvement d'un vaisseau en pane, qui arrive de lui-même jusqu'à un certain point, après quoi il revient au vent. Trév. 1752. − Rem. 1. Terme ignorée par les dict. de l'Ac. figure ds le Suppl. Ac. 1835. Dupont [1798]. 2. A partir de Besch., on note une évolution dans la déf. Il est en effet le 1erà distinguer, pour un bateau à l'arrêt, l'abattée, qui écarte l'avant du bateau de la direction d'où vient le vent, de l'auloffée, qui le fait revenir à sa position première; les dict. ant. désignaient sous le nom de abattée les 2 mouvements. 3. Autre évolution à partir de Littré : il n'est plus précisé que le bateau doit être à l'arrêt. L'abattée peut en effet se faire pendant la marche du bateau et il peut y avoir changement de cap (cf. abattre, hist. II B 3). 4. Jusqu'à Littré l'abattée est dite involontaire, sans doute parce qu'alors les bateaux étaient mous [c'est-à-dire s'abattant d'eux-mêmes sous la poussée du vent]. Après lui les dict. n'en font plus état, sans doute par suite de l'évolution de la techn. et de l'apparition de bateaux ardents (résistant bien au vent). B.− Terme d'aviat., xxes. (cf. sém.).
STAT. − Fréq. abs. litt. : 2.
BBG. − Bouillet 1859. − Gruss 1952. − Guilb. Aviat. 1965. pp. 179-188. − Jal 1848. − Le Clère 1960. − Soé-Dup. 1906. − Will. 1831.

Wiktionnaire

Nom commun

abattée \a.ba.te\ féminin

  1. (Marine) Changement de cap d’un navire qui l’écarte de la direction du vent, action d’abattre.
    • Deux bateaux marchant l’un vers l’autre font une abattée en changeant de direction. — (Ernest Deseille, Glossaire du patois des matelots, 1978)
  2. (Aviation) Bascule en avant d'un avion, causée par un défaut de sustentation, qui entraine une chute en piqué.

Nom commun

abatée \a.ba.te\ féminin

  1. Variante de abattée.
    • Réduire la vitesse d’abatée le plus rapidement possible. (Vocabulaire normalisé de la navigation, 1987)
    • Lorsque le manche arrive presque à bout de course, l’avion fait généralement une abatée. — (Guy Du Merle, Construction des avions, 1947)

Nom commun

abatée \a.ba.te\ féminin

  1. Variante de abattée.
    • Réduire la vitesse d’abatée le plus rapidement possible. (Vocabulaire normalisé de la navigation, 1987)
    • Lorsque le manche arrive presque à bout de course, l’avion fait généralement une abatée. — (Guy Du Merle, Construction des avions, 1947)

Nom commun

abatée \a.ba.te\ féminin

  1. Variante de abattée.
    • Réduire la vitesse d’abatée le plus rapidement possible. (Vocabulaire normalisé de la navigation, 1987)
    • Lorsque le manche arrive presque à bout de course, l’avion fait généralement une abatée. — (Guy Du Merle, Construction des avions, 1947)

Nom commun

abatée \a.ba.te\ féminin

  1. Variante de abattée.
    • Réduire la vitesse d’abatée le plus rapidement possible. (Vocabulaire normalisé de la navigation, 1987)
    • Lorsque le manche arrive presque à bout de course, l’avion fait généralement une abatée. — (Guy Du Merle, Construction des avions, 1947)

Nom commun

abatée \a.ba.te\ féminin

  1. Variante de abattée.
    • Réduire la vitesse d’abatée le plus rapidement possible. (Vocabulaire normalisé de la navigation, 1987)
    • Lorsque le manche arrive presque à bout de course, l’avion fait généralement une abatée. — (Guy Du Merle, Construction des avions, 1947)

Nom commun

abatée \a.ba.te\ féminin

  1. Variante de abattée.
    • Réduire la vitesse d’abatée le plus rapidement possible. (Vocabulaire normalisé de la navigation, 1987)
    • Lorsque le manche arrive presque à bout de course, l’avion fait généralement une abatée. — (Guy Du Merle, Construction des avions, 1947)

Nom commun

abatée \a.ba.te\ féminin

  1. Variante de abattée.
    • Réduire la vitesse d’abatée le plus rapidement possible. (Vocabulaire normalisé de la navigation, 1987)
    • Lorsque le manche arrive presque à bout de course, l’avion fait généralement une abatée. — (Guy Du Merle, Construction des avions, 1947)

Nom commun

abatée \a.ba.te\ féminin

  1. Variante de abattée.
    • Réduire la vitesse d’abatée le plus rapidement possible. (Vocabulaire normalisé de la navigation, 1987)
    • Lorsque le manche arrive presque à bout de course, l’avion fait généralement une abatée. — (Guy Du Merle, Construction des avions, 1947)

Nom commun

abatée \a.ba.te\ féminin

  1. Variante de abattée.
    • Réduire la vitesse d’abatée le plus rapidement possible. (Vocabulaire normalisé de la navigation, 1987)
    • Lorsque le manche arrive presque à bout de course, l’avion fait généralement une abatée. — (Guy Du Merle, Construction des avions, 1947)

Nom commun

abatée \a.ba.te\ féminin

  1. Variante de abattée.
    • Réduire la vitesse d’abatée le plus rapidement possible. (Vocabulaire normalisé de la navigation, 1987)
    • Lorsque le manche arrive presque à bout de course, l’avion fait généralement une abatée. — (Guy Du Merle, Construction des avions, 1947)

Nom commun

abatée \a.ba.te\ féminin

  1. Variante de abattée.
    • Réduire la vitesse d’abatée le plus rapidement possible. (Vocabulaire normalisé de la navigation, 1987)
    • Lorsque le manche arrive presque à bout de course, l’avion fait généralement une abatée. — (Guy Du Merle, Construction des avions, 1947)
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Étymologie de « abattée »

Du verbe abattre, dans son sens maritime.
Wiktionnaire - licence Creative Commons attribution partage à l’identique 3.0

Phonétique du mot « abattée »

Mot Phonétique (Alphabet Phonétique International) Prononciation
abattée abate

Évolution historique de l’usage du mot « abattée »

Source : Google Books Ngram Viewer, application linguistique permettant d’observer l’évolution au fil du temps du nombre d'occurrences d’un ou de plusieurs mots dans les textes publiés.

Citations contenant le mot « abattée »

  • Il faudra attendre dimanche pour que de l'action revienne agiter la rade de Toulon. Cette fois le vent est au sud. Irrégulier flirtant allègrement avec la limite pour faire une course propre et sans discussion, la bataille s'est faite avec les rideurs équipés de gros matos. Le parcours est classique typé race, un départ au près pour la flotte et deux tours à effectuer. Une grosse partie des rideurs ne volait plus lors de l'abatée, mais une poignée de rideurs équipée de gros matos n'a eu que faire de la mollesse du vent. Implacable, Nicolas Goyard a dézingué toute la concurrence, il remporte les 3 courses validées. Delphine Cousin remporte le trophée light wind chez les femmes. Wind Magazine : toute l'actualité de la planche à voile et du windsurf, AFF Toulon: Questel en slalom, Goyard en foil.
  • Jean-Luc van den Heede en tête de la Golden Globe race est en grande difficulté dans le Pacifique à 500 milles du Cap Horn où il affronte des vents violents. Il a abîmé son gréement après une violente abatée. A suivre Course au Large, Jean-Luc Van den Heede en difficulté - Course au Large
  • Ça va vite, très vite, autour des 50 nœuds à chaque abatée, ce qui crée un boost de vent apparent qui ajoute encore plus de puissance à une aile qui est déjà très imposante. Paradoxalement la cause première de la plupart des dessalages est à mettre au compte des safrans et plus précisément du safran au vent. voilesetvoiliers.ouest-france.fr, SailGP. Philippe Presti : « En F50, on passe dans une autre dimension ! »
  • 80 % de la régate se joue lors du départ, à l’abattée à la première bouée et dans le premier empannage… voilesetvoiliers.ouest-france.fr, SailGP Marseille. Franck Citeau : « 100 km/h sur l’eau, ça demande un équilibre particulier »
  • Avant la vidéo (ci-dessous), une petite explication de texte s’impose. À Cowes, ce dimanche, le vent est rafaleux, comme toujours en Atlantique Nord après le passage du front froid. À la bouée, ça va être sauvage ! Car qui dit « Bear away », dit abattée sous la même amure. voilesetvoiliers.ouest-france.fr, VIDÉO. Sail GP : chavirage à l’américaine, comme dans les livres !
  • Les moments compliqués sont l’abattée et les gybes par vent fort et mer formée. Vous ajoutez à cela des équipages au coude à coude sur des parcours très petits avec des vitesses de bateau incroyables et vous obtenez un beau spectacle. Tant que les bateaux ne se touchent pas le danger est présent mais contrôle, mais ça passe de plus en plus près… voilesetvoiliers.ouest-france.fr, SailGP. Philippe Presti : « En F50, on passe dans une autre dimension ! »
  • « La course a été rapide. Quand la mer a commencé à se ranger et qu’on a fait du grand spi, c’était du bonheur pur. Le bateau fusait, il ne s’arrêtait jamais. Les trois premiers jours, j’ai eu du mal à trouver le rythme car c’était un peu plus tonique, plus casse bateaux. J’ai fait trois départs à l’abattée monumentaux en 36 heures juste après le départ. François (Jambou) a été bon dans ces moments-là, il a accepté d’être un peu plus lent. » Course au Large, Mini-Transat. Axel Trehin deuxième en proto : "C’était intense" - Course au Large
  • Un de mes GPS m’a indiqué une vitesse par rapport au fond supérieure à 57 nœuds ! Parce qu’il ne prenait pas en compte ni le courant, ni le fait qu’il était placé sur la coque au vent, plus rapide que celle sous le vent en cas d’abattée. C’est un peu comme si l’on était aussi rapide en courant sur une piste de 400 mètres, à l’intérieur ou à l’extérieur de la piste. voilesetvoiliers.ouest-france.fr, Sail GP. Philippe Presti : « Mon GPS m’a indiqué plus de 57 nœuds ! »
  • Quoi qu’il en soit, l’algorithme travaille un peu à la manière des isochrones d’un routage (même s’il ne s’agit pas du tout des mêmes algorithmes) : il passe en revue toutes les trajectoires d’évitement possibles et il choisit celle dont le coût est le moins élevé par rapport aux paramètres prédéfinis. Si un obstacle est juste devant et que le coût de giration est le même par la droite ou la gauche (en eaux également libres d’obstacles des deux côtés), le programme choisira le côté qui diminue la charge dans les voiles et non celui qui l’augmente. S’il décide l’abattée, il ne le fera pas dans des proportions allant jusqu’à la panne et le risque d’empannage. Si c’est l’auloffée, il ne fera pas aller jusqu’au dévent et au risque de prendre à contre. voilesetvoiliers.ouest-france.fr, Collisions en mer. L’évitement sous pilote automatique, un algorithme révolutionnaire (2/2)
  • Tous les Rallye partagent une même formule aérodynamique, avec pour les voilures des volets à fente et à recul et des becs de bord d’attaque automatiques. Ceux-ci sont « aspirés » par l’écoulement au-delà d’une certaine incidence. Le Rallye ne décroche donc pas au sens où toute abattée est supprimée, l’appareil s’enfonçant à la place. Si le concept marche, rendant le pilotage de l’appareil facile et lui donnant des performances STOL (Short Take-Off and Landing), la construction reste complexe et le coût des pièces détachées ne fera que grimper au fil des années… , Le Rallye rentre au musée d’Angers – aeroVFR
  • Ian Lipinski : Il a d’abord fallu comprendre ce qu’est un prototype, qui est très différent d’un voilier de série, même en Mini ! Il y a beaucoup plus de « ficelles », une quille pendulaire, un mât basculant, les dérives asymétriques, le bout-dehors plus grand, les barres de flèche non poussantes… Mais les scows sont assez faciles d’utilisation dans le sens où ils sont très puissants et très stables : cela facilite énormément les manœuvres. C’était tout de même moins compliqué que des prototypes moins puissants qui partent au lof ou à l’abattée à la moindre erreur. Et puis j’avais quatre saisons de Mini : ça aide ! J’ai fait trois fois les Sables-Les Açores et trois fois la Mini-Transat. Mais je ne suis arrivé que deux fois puisque lors de ma première participation, je m’étais retourné. voilesetvoiliers.ouest-france.fr, Class40. Ian Lipinski : « Puissants et stables, les scows sont assez faciles d’utilisation »
  • Marie Riou : Dès qu’il y a du vent fort et de la mer, c’est franchement chaud ! Ce ne sont pas des bateaux simples à manier. Même si dans ces conditions parfois extrêmes, on est un peu crispés, l’on ne peut qu’apprécier. Rien que le premier reaching après le départ avant l’abattée engendre des sensations absolument uniques. Lors de l’accélération à la bouée, tu atteins 40 nœuds et plus en quelques secondes. C’est quand même un truc assez fou, adrénaline en prime ! voilesetvoiliers.ouest-france.fr, SailGP Marseille. Billy Besson : « Quelques secondes après la bouée, tu passes déjà les 40 nœuds ! »
  • « ‘’Pen Duick VI’’ navigue au surf dans cette immense houle du sud. Notre souci c’est de tenir le bateau, Éric nous faisant naviguer vent arrière, ce qui est le plus dangereux pour les empannages. Nous naviguons à vue d’une immense banquise à la dérive. Cela va durer près d’une journée. Plusieurs d’entre nous vont cesser de barrer, ils ne maîtrisent plus la barre devant le danger de partir au lof ou à l’abattée dans cette mer. C’est, il est vrai, très risqué ». Le Telegramme, Le Télégramme - Etel - « Mon Noël en mer avec Tabarly »
  • Le bateau dans ce cas de figure, c’est aussi possible en cas de départ à l’abattée ! Les puristes devraient juste essayer de rêver un peu plus, c’est tout , Vendée Globe 2020 : le designer de l'affiche controversée s'est amusé de la polémique née sur les réseaux sociaux | Le Journal des Sables
  • Là, ça va mieux, mais cette nuit c’était carrément chaud, j’ai fait un beau départ à l’abattée, mais je n’ai rien cassé donc ça va. J’ai réussi à repartir assez vite. J’ai pu dormir un petit peu, avant c’était impossible ! Je ne pouvais pas lâcher la barre. Quand tu lâchais, ça partait au tas et voilà ! J’ai mis un petit spi. J’ai fait 20 nœuds de vitesse dans une pointe, mais c’était chaud parce que il y avait des grains, ça variait beaucoup en direction. Il y avait moyen de se faire surprendre et je me suis fait surprendre d’ailleurs ! Adonnante.com - Surfez sur l'Actualité Voile Sportive - Course au Large - America's Cup - Voile Légère, Figaro 2 - Bretagne Martinique 2013 - Guerre d'usureAdonnante.com – Surfez sur l'Actualité Voile Sportive – Course au Large – America's Cup – Voile Légère | Surfez sur l'actualité voile sportive
  • Trois de nos Loulous se contorsionnent soudain et tombent en piqué synchronisé. Ils redéploient leurs ailes juste avant l'impact. La queue vibrant dans la ressource, ils poursuivent l'exocet sur la crête de la vague. Virage sur l'aile à toucher l’eau et abattée en grand. Je me tourne vers Ahoy. "Ouah t’as vu ça?! Magnifique, non?" La pauvre est maculée de longues trainées grises. lejdd.fr, SERIE. Eric Bellion en quête d'harmonie
  • À cette allure, le vent vient de l'arrière du bateau. Les écoulements sur les voiles ne sont plus laminaires. Le voilier avance au mieux à la vitesse du vent sans pouvoir le dépasser. Souvent sujette au roulis, cette allure n'est pas facile à maitriser à la barre, car il ne faut pas se laisser embarquer par une vague et passer sur l'autre pane (départ à l'abattée). Bateaux.com, Apprentissage, les allures à la voile
  • Maintenant que le cap a été franchi, plus question de partir à l’abattée. Myriam compte bien battre pavillon Roude Léiw. Bien lui en a pris ! Après seulement quelques semaines de latence, une offre de secrétaire médicale lui parvient via une agence d’intérim. La place doit être comblée urgemment. Quelques jours en tant qu’intérimaire plus tard, elle paraphe un fixe. Retour aux sources ! « J’adore ce que je fais même si c’est dur. Les patients luxembourgeois sont un peu plus difficiles que les Belges (rires). Ils rouspètent un peu plus. » Les Frontaliers, Myriam, secrétaire médicale : « En Belgique, on se fait couillonner ! » - Les Frontaliers
  • D’un avis quasiment unanime exprimé par les professionnels de l’aérien, l’UPRT dans sa forme actuelle a peu d’utilité pour ne pas dire aucune. Premièrement, faisons comprendre aux instructeurs qu’UPRT ne signifie pas voltige. Ensuite, essayons de nous mettre en tête que récupérer un Cap10 par un demi-tonneau n’a absolument rien à voir avec une manoeuvre similaire sur un 320 et son taux de roulis de 25°/s. Enfin, arrêtons de penser que 3h de vol permettent de compenser des lacunes flagrantes en pilotage manuel : il suffit de voir le nombre de pilotes professionnels tentant de récupérer proche du décrochage l’abattée d’une aile par une action sur les ailerons pour se rendre compte que le problème est plus ancré qu’il ne le parait. Aerobuzz, L'UPRT, nouvelle obligation de formation pour les pilotes pros - Aerobuzz
  • En ces derniers instants de course, oublié ce safran arraché qui a entravé ma progression vers l’arrivée et a obligé Newrest – Matmut à naviguer à plat pendant plusieurs centaines de milles. Oubliés ces départs à l’abattée provoqués par mon moignon de safran. Oublié ce front à 50 noeuds mercredi matin que je n’avais pas anticipé aussi fort. Oubliés les bobos sur le bateau. Oubliés les doutes et les angoisses. Une force invisible hurle en moi un bonheur indicible. « On l’a fait ! ». En mai dernier, je n’avais jamais mis les pieds sur un 60 pieds IMOCA. Au départ à Saint Barth voici deux semaines, je n’avais pour seul bagage en solitaire sur mon gros bateau qu’un convoyage entre la Trinité sur mer et Lorient. Course au Large, Fabrice Amedeo, qualifié pour le Vendée Globe - Course au Large
  • Nous avons hâte de l’utiliser pour vérifier que le Shrimper n’a rien perdu de sa vivacité. Mais avant d’envoyer la toile, il nous faut lancer l’inénarrable monocylindre Yanmar placé sous un panneau en fond de cockpit. Yanmar dont le régime lent peut évoquer soit le départ du fileyeur à l’aube, soit le ralenti d’une Harley-Davidson : c’est selon. N’empêche que c’est un sacré confort de ne pas avoir à démarrer un vulgaire hors-bord ! L’envoi de la grand-voile avec son pic ne pose aucune difficulté, l’espar en spruce est léger et la manœuvre fluide. A l’abattée, l’accélération est immédiate. , Essai du Shrimper 21 : vif, mignon et malin ! - Voile & Moteur
  • Durant la nuit, nous croisons beaucoup de bateaux de pêche en plus des bateaux de plaisance. La vigilance ne tolère aucune faille avec nos bateaux moyennement manœuvrants. Soudain, nous réalisons qu'un navire de pêche ne nous voit pas. Le chef de quart annonce une abattée de 90° pour éviter la collision. Heureusement, nous sommes nombreux à bord et les conditions sont très maniables. Le navire faisant route au moteur n'était pas en action de pêche, faisait-il vraiment une veille visuelle  ? Bateaux.com, Armen Race sur Actual Leader, finir sur un Ultime souffle de vent
  • Au départ, autour de nous, c'était parfois l'hécatombe. Des bateaux partaient au lof ou à l'abattée dans les puissantes rafales qui dévalaient les montagnes surplombant Athènes. Bateaux.com, Hydra Race, 3 jours de régate au soleil pour démarrer la saison
  • Mon mini était très puissant, il ne gîtait pas et même quand il gîtait un peu, il continuait d’aller tout droit. En deux ans de navigation, je ne suis jamais parti au lof, ni à l’abattée. C’est assez incroyable. Quand mes adversaires étaient en combinaison sèche et arrivaient en Martinique avec des boutons partout, moi, je n’avais jamais mis un ciré pendant la transat. Le 650 David Raison avait toujours une vitesse constante, il ne décèlerait jamais, il avait une vitesse stable. Et ça, c’est reposant pour le skipper mais aussi pour la structure du bateau. Un bateau qui rentre dans une vague, ce sont des contraintes énormes pour la structure, pour le gréement. L’idée est de reproduire la même chose avec ce Class40 mais on ne peut jamais être sûr de notre coup. Le Telegramme, Voile. Class40. Lipinski, jamais sans Raison - Voile - Le Télégramme
  • La première: le décrochage aérodynamique. Hantise des aviateurs, le terme désigne une soudaine perte de portance des ailes, qui a pour conséquence une perte très rapide d’altitude, l'«abattée». Or, selon les témoins oculaires du crash du Ju-52, l’avion aurait justement soudainement piqué du nez. La faible densité de l’air en montagne – l’avion a touché le sol à 2540 mètres d’altitude – favorise par ailleurs ce phénomène. Le Temps, Crash du Ju-52: les premières hypothèses - Le Temps
  • Le lendemain, 22 mars, troisième vol. « Pendant près d’une heure, les évolutions s’enchaînent. Dans l’ensemble sans déconvenue. Le programme d’essai établi par Jean Piatek prévoit pour la fin de ce vol des évolutions à basse vitesse pour chaque position de volets. Pour le premier et le second cran, tout va bien. Pour le troisième cran (45°), alors que l’avion vole à un peu moins de 85 km/h, il fait une abattée inattendue. Après avoir remis l’avion en ligne de vol, Didier Ilcinkas remarque immédiatement que la profondeur n’est plus aussi stable que précédemment ». Retour au sol, pour constater « une nouvelle fois qu’une des bandes de Mylar s’est décollée ». , Le point des essais en vol de l’Elixir – aeroVFR
  • Le tout est agrémenté de nombreux schémas ou croquis avec quelques photos, de calculs concrets en utilisant des unités « françaises » et non pas « américaines ». On notera quelques termes qui auraient pu être mieux traduits (charges structurales à la place de « stress », abattée au décrochage plutôt que « rotation », rafales plutôt que « courants soudains vers le haut et le bas ») mais cela ne change pas le sens du contenu, et également une coquille (Praudle à la place de Prandtl) , La conception des avions légers selon Chris Heintz – aeroVFR
  • « J’ai perdu les deux tiers de mon safran tribord » déclare Fabrice. « Il ne reste plus qu’un moignon. Il donnait des signes de faiblesse depuis mon départ de Saint-Barth. Cette nuit, je suis parti à l’abattée et j’ai constaté ensuite un mauvais comportement de mon Newrest – Matmut. Je n’abandonne pas la Transat Saint-Barth / Port La Forêt. J’ai 400 milles à effectuer à petite vitesse en direction des Açores. Pour l’instant, j’ai réussi à stabiliser mon bateau et je dois pouvoir faire route de la sorte. Si tout va bien, au large des Açores, j’ai un empannage à faire qui va me permettre de me retrouver tribord amure et donc sur le bon safran ce qui pourrait me permettre de rallier la Bretagne comme ça sans avoir à changer de bord. Les prévisions météorologiques sont, pour l’instant, en adéquation avec ce scénario. » Adonnante.com - Surfez sur l'Actualité Voile Sportive - Course au Large - America's Cup - Voile Légère, Transat BtoB 2015 - Avaries en série !Adonnante.com – Surfez sur l'Actualité Voile Sportive – Course au Large – America's Cup – Voile Légère | Surfez sur l'actualité voile sportive
  • Il est arrivé le 20 novembre à 23 heures 36 minutes et 32 secondes en Guadeloupe à bord de SNCF-Geodis. Sur les derniers milles avant la Tête à l'Anglais, son class40 est parti à l'abattée dans une rafale et le spinnaker s'est enroulé autour de l'étai, l'obligeant à faire une escale technique à Basse-Terre. Il s'est fait doubler par Damien Seguin pour s'être arrêté seulement 4 heures. "Ce fut une Route du Rhum-Destination Guadeloupe super dure, mais super belle ! Je suis très fier de ce que j'ai pu faire. C'était le scénario dont je rêvais avec un départ sélectif, des favoris qui abandonnent, des bateaux qui cassent ou ont des avaries. Et du vent portant fort vent arrière qui convient bien à mon Class40. J'étais un peu en état de grâce : tout, c'est superbement bien enchaîné, c'était magique. Je n'étais pas parti pour finir dans le top ten, je trouvais cela prétentieux vu le plateau qu'il y avait au départ mais je sentais que je pouvais faire quelque chose de bien. J'ai évidemment un petit regret sur la fin avec le tour de la Guadeloupe, parce que j'aurais pu terminer mieux." Bateaux.com, Route du Rhum 2014 - Revivez l'arrivée des Class40 (1/3)
  • Le couple de Camerone, cagnard 228, Michel et Christine Rénouard arrive exténué. On n’est pas loin du plus jamais ça . «On a eu beaucoup de vent dur et fort. Des départs à l’abattée intempestifs et ça casse les bateaux. Camerone est parti plein sud et a rencontré des vents costauds, des vents de 25 à 30 nds qu’il a fallu gérer pleines balles sous spi, alors là c’est l’humain qui rentre en jeu. On va chercher nos limites sur le plan physique. Ca se termine par des départ au tas avec des casses ! De toute façon, il y a des bateaux plus adapté. Nous, on termine heureux, mais meurtris par la dureté des éléments et la dureté du bateau. Beaucoup de souffrance c’était vraiment la guerre, pour s’en sortir on va piocher dans la douleur du physique. Adonnante.com - Surfez sur l'Actualité Voile Sportive - Course au Large - America's Cup - Voile Légère, TransQuadra 2012 - Les arrivées s'enchaînent ...Adonnante.com – Surfez sur l'Actualité Voile Sportive – Course au Large – America's Cup – Voile Légère | Surfez sur l'actualité voile sportive
  • Tous mes encouragements, vous êtes des vrais patriotes, si par hasard vous voyez un chinois encore là-bas vous l’abattée au nom de la loi. Voici des hommes dignes, n’importe qu’elle individu qui s’aventure là-bas pour la même raison donnez lui le châtiment qu’il faut. , Forêt de Kua : Des forestiers en colère déterrent les bornes délimitant l'espace réservé à la construction de l'hôpital - leFaso.net, l'actualité au Burkina Faso
  • Non, justement ! Avec cet avion à commandes électriques on ne sent rien même en décrochage : pas d’abattée ! Les avions de transports étant pressurisés : pas de mal aux oreilles ! AgoraVox, AF447 : Décrochage « Vautour » - AgoraVox le média citoyen
  • À la question de Peter d'évidence la réponse est NON puisque physiquement le rétablissement du vol normal était possible. Toutefois notons que ce décrochage était stabilisé, comportement troublant dont peut être seuls les avions à commandes électriques assistées par ordinateur pourraient être capables. En effet un avion ancien, soit aurait été incapable d'atteindre le point de décrochage, soit aurait fait une abatée (basculement par l'avant rétablissant la situation après une perte d'altitude peu dangereuse à ces niveaux de vol.) Cette faculté de pouvoir quasiment se laisser tomber fait de l'A330 un égal au vautour, sauf qu'il n'a même pas besoin de replier ses ailes ! AgoraVox, AF447 : Décrochage « Vautour » - AgoraVox le média citoyen

Traductions du mot « abattée »

Langue Traduction
Anglais downstroke
Source : Google Translate API

Synonymes de « abattée »

Source : synonymes de abattée sur lebonsynonyme.fr

Antonymes de « abattée »

Partager